All current weapons systems are overrated and unfit for post modern warfare.

La fédération de Russie et l’Ukraine de 2022 paient le prix fort des pires  tares de la bureaucratie soviétique.

Reste la facteur temps. Les Russes tentent de l’utiliser à leur avantage pour attirer toutes les ressources adverses vers un point de fixation. De son côté, l’OTAN parie sur l’usure des capacités russes en prenant en compte les chiffres [erronés] des indicateurs macroéconomiques russes. Dans les deux cas, l’allongement de la durée du conflit semble désormais non seulement une constante acquise mais un facteur intégré dans la stratégie des deux belligérants.


Résultat: la guerre qui a commencé en Ukraine va durer jusqu’au redessinement des cartes géopolitiques eurasiatiques et dans ce conflit hybride mondial, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) joue sa propre survie en tant que bloc militaire obsolète mais fondateur de la force de frappe de l’Empire après la Seconde guerre mondiale.

Ce conflit rappelle par bien des aspects celui de la très tumultueuse et sanglante guerre civile russe (1917-1923) et donc un conflit très antérieur à la guerre froide 1.0 à laquelle se réfère une partie de l’establishment américain, dont beaucoup de membres sont encore conditionnés par des réflexes datant de cette période. Les conséquences de la guerre civile russe eurent un immense impact sur l’ensemble de la géopolitique de l’Eurasie avec l’établissement, suite à des guerres civiles et de guerres de sécession, de nouveaux États comme la Finlande, la Pologne et les pays Baltes.

La guerre en Ukraine peut être perçue comme une forme de guerre civile dans l’espace post-soviétique bien que l’Ukraine soit un État indépendant depuis le 24 août 1991. C’est une guerre d’autant plus meurtrière qu’elle reprend les mêmes schémas de la guerre civile ayant éclaté au lendemain de la Révolution bolchévique transposés dans un autre contexte temporel et conceptuel: depuis le coup du Maidan en 2014, l’imposition d’une nouvelle idéologie européiste à vocation atlantiste au sein de la jeunesse et de la société ukrainienne a accentué le schisme entre deux Ukraine diamétralement opposées sur tout. Ce clivage sert de base de travail au fondement d’une guerre hybride ciblant la réduction des capacités de projection et d’influence stratégique de la Russie puis son affaiblissement progressif et permanent en créant une entité Anti-Russe durable faisant office de base militaire avancée de l’OTAN sur les marches occidentale de la Russie. Les Russes n’ont pas saisi immédiatement la portée dangereuse de Maidan en 2014 où l’ont saisi mais tenté une approche fort insuffisante n’ayant pas protégé les populations pro-russes d’Ukraine orientale  et laissé apparaître que Moscou acceptait la politique du fait accompli en espérant que les choses allaient s’arranger avec le temps. Cependant, loin de s’arranger, les événements prirent une tournure nouvelle avec l’imposition d’une idéologie exclusive ayant pour objet un ultranationalisme ukrainien nouveau basé sur le rejet absolu de tout ce qui est russe.

Cet ultranationalisme s’est renforcé avec l’impression d’une guerre hybride de résistance avec la Russie depuis 2014 et les préparatifs d’une guerre inévitable avec ce pays avec l’appui des amis occidentaux. Cette évolution depuis les furieux combats d’artillerie en 2014 donnèrent même l’impetus pour une purge générale des officiers formés à l’école soviétique  au sein des forces armées ukrainiennes et leur remplacement par une nouvelle garde issue des groupes paramilitaires ayant connu le feu au Donbass qui allaient être entraînés et encadrés par des armées de l’OTAN.

L’extension de l’OTAN vers l’est est un tropisme qui est loin d’être récent. Il reprend à peu de choses près le concept  allemand du Lebansraum mais adapté à une stratégie visant à dominer l’Eurasie. L’Ukraine, pays non membre de l’Alliance militaire, est devenu donc le champ de bataille d’une guerre d’usure et d’attrition contre une Russie qui avait été attirée dans un piège à ours duquel elle ne pouvait pas ne pas s’y laisser prendre. C’est une stratégie assez classique qui rappelle dans un contexte totalement different comment le Japon avait été contraint d’attaquer Pearl Harbor en 1941 alors qu’il n’avait presque plus de réserves pétrolières. Moscou a donc décidé d’agir mais en se basant sur une perception erronée de la situation en Ukraine, une évaluation faible du renseignement militaire et l’absence de données fiables du renseignement extérieur (ces questions posent un débat sur les contingences limitant la perception de la menace et son blocage au niveau des rouages administratifs intermédiaires pour des raisons qu’il serait trop long d’exposer ici) se sont rajouté à une surestimation des réformes adoptées au sein des forces armées russes à des fins de propagande extérieure, ce qui a eu pour effet d’induire en erreur le Kremlin et l’amener à décider d’une « operation militaire spéciale » qui va peu à peu se transformer en guerre dans un contexte de confrontation avec ce que Moscou qualifie d’Occident collectif.

Washington et son bras armé l’OTAN ont jeté tout ce qui était possible de jeter dans la balance en substituant à l’effondrement de facto des structures de l’État ukrainien, une ligne de fonds de dizaines de milliards de dollars et en fournissant une immense quantité d’armes et d’équipements à une armée ukrainienne minée par la gabegie, la corruption généralisée et la mauvaise gestion. Ce qui a conduit à suppléer aux lacunes avérées des forces armées ukrainiennes en créant des légions internationales accueillant volontaires et mercenaires en guise de couverture à une implication militaire indirecte de l’OTAN avec déploiement d’unités militaires dans mes pays Baltes, en Pologne et en Roumanie. 

Après une série de déconvenues et d’échecs opérationnels dus essentiellement à de nombreux problèmes structurels affectant depuis longtemps les forces armées, les Russes ont été contraint de revoir leur stratégie à plusieurs reprises avant de revenir à la guerre d’artillerie, domaine où ils excellent le plus tout en maintenant les éléments d’une guerre hybride de haute intensité avec l’apport de forces spécifiques d’assaut (groupe Wagner, forces spéciales tchétchènes, forces régulières des régions de Donetsk et de Lugansk). Cette tentative de stabilisation du front s’est accompagnée d’une mobilisation dite partielle et de frappes sporadiques visant les infrastructures énergétiques et ferroviaires de l’Ukraine- lesquelles auraient du être menée au début de l’opération militaire-, mais a permis à l’OTAN de mettre sur pied de nouvelles unités militaires formées en Grande-Bretagne et d’autres pays de l’Alliance et a envoyer plus d’armes et d’équipements. La réponse russe à cette évolution semble être l’abcès de fixation. Une observation attentive du processus de prise de décision semble valider la conjecture selon laquelle la Russie tente d’attirer toutes les ressources adverses vers des points de fixation précis afin de les réduire dans ce que les Russes appellent les « hachoirs à viande ». L’objectif dans ce cas étant d’infliger le maximum de pertes humaines et matérielles à l’ennemi dans l’attente de renforts assez suffisants pour changer le cours de la guerre. Dans les faits, les systèmes d’armes fournis à l’Ukraine par l’OTAN n’ont pas permis d’obtenir un quelconque avantage qualitatif décisif. La plupart de ces systèmes ont même démontré leur obsolescence et leur inadéquation avec une guerre de très haute intensité du 21e siècle. En plus des carcasses des systèmes d’armes russes, le théâtre ukrainien est non seulement en train de devenir un dépotoir des carcasses détruites de systèmes d’armes occidentaux de seconde ligne mais également un trou noir aspirant et épuisant rapidement les stocks de munitions de nombreuses forces armées de l’OTAN.  

   

Moscou pourrait donc également tabler sur l’usure des capacités de l’OTAN en Ukraine alors qu’initialement c’était l’un des objectifs de Washington et la raison principale de la nécessité de tout faire pour le prolongement du conflit jusqu’à effondrement de la machine économique ou militaire russe (ou même une révolution). Il semble donc que les deux belligérants poursuivent une même stratégie de l’usure en se fiant à leurs capacités de résilience. C’est donc un conflit hybride typique entre une puissance océanique et une puissance continentale, se traduisant par un conflit de haute intensité sur un point de fixation, en l’occurrence l’Ukraine où chaque stratège cherche à recréer l’effet Napoléon. Les effets corollaires de ce conflit en Ukraine sont en train d’aggraver un ressentiment historique tenace et lui donner des bases suffisantes pour durer au-delà d’un siècle. Cette guerre ne peut donc s’arrêter ni faire l’objet de négociations presque impossible en l’état actuel des choses. Un cessez-le-feu ne servira qu’à préparer le prochain round. En d’autres termes, l’issue de ce conflit est défavorable à moyen et long terme quelle qu’en soit l’issue (retour au statu quo ante 24 février 2022, retour au statu quo ante 2014, victoire russe et démantèlement de l’Ukraine, victoire russe et partition de l’Ukraine, engagement militaire direct de l’OTAN et escalade graduelle, etc.). L’enjeu de ce conflit est donc la survie de l’OTAN et de la Russie car désormais les deux belligérants ne peuvent plus décrocher sans que l’un d’eux soit détruit. Il n’y a plus d’autres options possibles à ce stade. Cela durera des années, voire des décennies (et bien au delà des années 2040) mais l’issue ne pourra être que l’effondrement d’un des deux belligérants.

Cette guerre est donc une course de longue haleine ressemblant à de l’ultra-marathon et non un sprint comme le laisse suggérer le traitement des médias. En attendant l’issue fatale de cette confrontation à niveau multiple, le monde est en train de changer de façon irréversible et d’autres acteurs entament une montée en puissance que cette guerre va accélérer jusqu’à l’avènement d’un autre ordre ou désordre international.         

131 thoughts on “Une guerre hybride mondiale en mode ultramarathon

  1. Vu que j’ai rien d’autre à foutre (g gagné en 1 mois assez pour vivre tranquille pdt 3 mois et vu que j’en ai rien à foutre du pognon), je colle ici un com du genre que j’aime bien car il coupe la poire en 2 ds le débat entre ceux qui voient le grand combat entre le Bien et le Mal et ceux qui voient une parfaite complicité entre les différents blocs, cad que c’est un peu les 2, sans doute pour l’essentiel (baiser le peuple qu’on soit oligarchique mondialiste ou oligarchique nationaliste) ils se mettent d’accord mais ds l’immédiat (crise des énergies, des ressources, des populaces à gérer etc etc etc) c’est clair qu’il y a quand même aussi une vraie guerre et couille dans le potage entre les différentes oligarchies. Ce com donc :
    « Je serais plus nuancé concernant Poutine et la nomenklatura qui l’entoure.
    Les néocons (G W Bush & consorts) ont commis une énorme erreur en 1990, pour conclure à la fin de l’histoire et qu’ils allaient pouvoir mettre en coupe réglée ad vitam, ce qui restait de l’URSS.
    Cela a créé un électrochoc dans une partie de l’oligarchie liée à l’industrie de défense et de à l’appareil de sécurité et in fine l’accession au pouvoir d’un Poutine.
    Il en résulte un affrontement entre 2 blocs, l’anglo-saxon qui voudrait bien remettre la main sur les ressources de la Russie puis prendre le contrôle de la Chine comme à l’époque des guerres de l’opium.
    On pourrait dire rien de nouveau sous le soleil, sauf l’émergence des globalistes et leurs maîtres à penser tel que Yuval Noah HARARI ou Thierry MALLERET avec Klaus SCHWAB comme porte drapeau.
    Le fait notable étant que les 2 blocs cités plus haut, en apparence antagonistes, adhèrent chacun aux thèses émises par SCHWAB & sa clique.
    En conclusion :
    Il n’y a effectivement rien à attendre des Russes, à ceci près qu’ils ne sont pas d’accord, pour se faire à nouveau piller toutes leurs ressources. »

    Merci à Rodez21 : https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2022/12/30/poutine-a-promulgue-une-loi-sur-la-biometrie-qui-est-comme-un-tourbillon-a-la-cannelle/#comment-228643

  2. Bonsoir à tous, il ne fait plus aucun doute maintenant que strategika est inapte à gérer son blog, il doit au mieux être en train de se chier dessus dans son lit de mort ou au pire il a déjà passer l’arme à gauche. Dans tous les cas le blog est à l’abandon et je suis le seul apte à le reprendre et à assurer un travail digne de ce nom et en toute impartialité. Je demande donc une élection anticipé pour début 2023 !

    1. Mon cher Almoravide!
      Du fond du Purgatoire je peux vous dire que cette satanée guerre en Ukraine ne me laisse guère le temps de me reposer. Le travail a été multiplié par 200.
      Pas une minute pour souffler. Même malade.
      Ceci dit j’enverrai de temps à autre un spectre pour la tournée 😁

    2. Tu t’es lamentablement fait doubler mon pauvre Al-Mort Rat Vide. Le blog s’appelle désormais Algérien pur 51 et se déclinera sous forme cadencée de commentaires répétitifs, psychopathiques, analphabètes (enfin surtout bêtes), lourdingues et par moments illisibles placés sous le patronage et la haute bénédiction de Son Excellence sérénissime Oliv Ducon-Moretti.

  3. Un article intéressant : https://histoireetsociete.com/2022/12/15/comment-havas-nous-vend-lukraine-et-nous-entraine-vers-la-tres-juteuse-guerre-y-compris-dans-des-galas-de-charite/
    Où l’on voit une nouvelle fois les arcanes sombres, à mi profondeur, de la corruption endémique et de la manipulation systématique de nos sociétés, avec le rôle intermédiaire des communicants et des grandes fondations « caritatives ». Une partie de la pieuvre en action.

  4. Strategika51 écrit : « L’engagement militaire russe direct dans une Ukraine soutenue militairement, économiquement et diplomatiquement par l’ensemble des pays occidentaux et l’OTAN », etc.

    Ouais ça m’va ! (ou à peu près, mais faute de merle comme dirait l’autre…) *guerre civile ?, ça c’est moins…, beaucoup moins sûr, puisque le conflit est dorénavant centralisé: d’une part, du côté de la seule fédération de Russie, et de l’autre, par les seuls États-Unis d’Amérique, (qui ont de plus en plus de mal à dissimuler leurs interventions directes dans ce conflit soi-disant « MONDIAL », (**conflit exclusivement déclenché entre les États-Unis d’Amérique et la fédération de Russie et son indéfectible allié, la « République Populaire de Chine » ou RPC) et pour ces deux alliés, il s’agit d’une guerre existentielle, no more!

    *Guerre civile? Ça c’est beaucoup moins sûr, puisque le conflit c’est développé, (factuellement depuis 2014, « opération colorisée en rose bonbon » par les seuls États-Unis d’Amérique), puis centralisée, d’un côté entre la fédération de Russie, et de l’autre, par les États-Unis d’Amérique-OTAN (et leurs sous-fifres, me direz-vous ?, n’en parlons même pas ! c’est de la raclure de fond de poubelle… du genre union européenne, UE)

    ** et la Chine ?, la Chine en fait, la « République Populaire de Chine » ou RPC, est en osmose parfaite avec son allié et ami russe, et rien, ni aucune puissance ne pourra jamais plus les séparer

    Conclusion très provisoire : « … Comme symbole de la victoire de l’idéologie russe, nous citons un article publié sur son canal Telegram par le journaliste Ruslan Ostashko et noté par pravda.ru. Il déclare que « des Américains du Texas, de Détroit, du Minnesota et d’autres États sont venus se battre aux côtés des Russes contre le globalisme et le nazisme. Les Américains déclarent que : La Russie est le dernier endroit sur terre qui lutte contre le globalisme, le libéralisme et pour un nouvel ordre mondial, que l’Amérique est en train de détruire ». « Les gars, c’est la dernière bataille pour le monde ». … »

    c’est signé sergio

    1. PS : le vent de la révolte gronde dans tête et le cœur des vrais Résistants, et il touchera bientôt cette putain d’*europe assoupie… (en fait, celle qui a le tête dans le cul, croyant dur comme fer que rien ne changera jamais ! Jamais ? Vraiment ? Erreur fatale camarades)
      *en fait l’ue pro-néonazie, du même tonneau que celle de la teutonne merkel and Cie
      c’est signé sergio

      1. La petite pute opportuniste macro-macronienne, ne pourra pas (ni plus) parader en drague-Queen aux couleurs arc en ciel, (cocaïnomiser à fond les narines, dans un palais national qu’il occupe illégitimement) sur nos chers Champs-Élysées, car il l’a dans le cul et bien profond le bougre ! circulez, car il n’y a rien à voir en macronie !, ou pire encore, il y a tout à voir, la déchéance arc-en-ciel élyséenne à fait définitivement pschitt ! *L’heure du hallali pour cette suffisance a salement sonnée, et pour un sacré bout de temps… voir, jusqu’à la lie !!!

        Et c’est signé sergio

        les Présidents, Poutine et Xi vont sabler le champagne…, car le « maître du monde » (que nenni! la maître de tout l’Univers, Macron 1er va salement dégager, et « en même temps » dégager fissa, quel bon débarras…)

        1. Des mecs qui ont irrémédiablement et définitivement perdu le match de leurs vies, match en Coupe du Monde (excusez du peu !), face à leur invincible adversaire, cette glorieuse Argentine, et ces guignols vont malgré tout parader, ainsi que s’exhiber (en votre nom!) sur l’une des avenues stratégiques du territoire français, de la sous-sous-France macronienne…, cette sous-sous-France si chère à micron 1er, cet énergumène (Énergumène qui est en fait, est l’un des énièmes représentants « exclusifs » de la banque Rothschild), et ce soi-disant « représentant », « représentant » qui, (rappelons-le), ne fut « élu » qu’avec moins de 15% du corps électoral français (ce corps électoral qui fut officiellement « inscrit » sur les listes électorales, listes qui après « vérification » des-dites listes électorales par le ministère de l’intérieur… par un « représentant » on ne peut plus que douteux!…, va comprendre *Charles…

          Et c’est signé sergio

          *dit « le Grand Charles »

  5. La mort d’Evelyn de Rothschild à un âge avancé a fait la une des journaux très récemment33.

    Le NYT a écrit une notice nécrologique complètement fictive, remarquable principalement pour les mensonges étonnants, comme le NYT le fait pour chaque criminel juif qui quitte ce monde. Vous pourriez lire le traité affectueux du NYT sur Madeline Albright pour vous rafraîchir la mémoire sur la folie criminelle des rédacteurs du NYT. Selon eux, ce Rothschild ” initialement peu prometteur, a finalement rejoint la société familiale et s’est élevé au rang de président, exerçant une grande influence dans les affaires financières et politiques de la Grande-Bretagne.” Cette partie est certainement vraie. L’homme possédait des banques, des banques d’investissement, des filiales d’investissement et bien plus encore dans une trentaine de pays, et il n’était pas question de sa “vaste influence dans les affaires financières et politiques de la Grande-Bretagne”, puisqu’il était le principal personnage impliqué dans la vente par Margaret Thatcher de tous les actifs britanniques à des banquiers juifs. Mais ensuite le NYT nous a dit qu’Evelyn de Rothschild valait peut-être la bagatelle de 2 milliards de dollars.

    Donc, Evelyn de Rothschild, descendant et propriétaire de la plus grande dynastie bancaire criminelle de l’histoire du monde, une dynastie dont les actifs ont été récoltés au cours de centaines d’années de pillage, un homme qui possède littéralement des centaines de banques et de sociétés financières dans le monde entier, était si ennuyeux, si lent et stupide, que même une petite merde comme Zuckerberg pouvait venir de nulle part et, en quelques années seulement, valoir dix fois plus. Comme Buddy Holly aimait tant à nous dire, “Ce sera le jour…”.

    Alors, qui sont vraiment les hommes les plus riches du monde ? Eh bien, qui a financé les deux côtés de chaque guerre depuis 300 ans ? Starbucks ? Qui a pillé l’Afrique du Sud de tout son or et ses diamants ces 150 dernières années ? Le président de Victoria’s Secret Underpants ? Est-ce Mark Zuckerberg qui vole des milliers de milliards de dollars de pétrole irakien chaque année ? Je ne doute pas que Jeff Bezos soit un criminel, mais ce n’est pas Bezos qui a organisé le vol de tout l’or de toutes les banques du monde dans les années 1930. Qui possède 75 ou 80 des banques centrales des nations du monde ? Des goyim du Kansas ?

    On me dit qu’il y a 13 familles qui contrôlent l’ensemble du clan mondial, opérant depuis la City de Londres. Les dirigeants de cette liste sont incontestablement des Rothschild, en commençant probablement par Jacob Rothschild, “le roi des Juifs”, suivi de ses proches. La liste comprendrait très probablement un Sassoon, un Warburg, un Goldman, un Moses Seif, un Kuhn, un Loeb, un Salomon, un Sebag-Montefiori, ce groupe se partageant des actifs totaux de plusieurs centaines de trillions de dollars. Nous ne pouvons que deviner les autres, mais nous pouvons être très certains que ni Bill Gates ni Warren Buffett n’ont jamais figuré sur cette liste, et que Elon Musk et Jeff Bezos peuvent être écartés avec un mépris mérité.

    L’objectif de cet essai était triple : (1) attirer l’attention des lecteurs sur l’existence d’une conspiration de longue date concernant l’identification de “l’homme le plus riche du monde”, (2) écarter la liste actuelle des candidats médiatisés, et (3) démontrer qu’un petit nombre de familles bancaires juives opérant depuis la City de Londres détiennent depuis des générations ces records de richesse avec des fortunes qui dépassent de plusieurs ordres de grandeur tout ce que nous aurions pu imaginer. J’espère avoir été à la hauteur des attentes de mes lecteurs.

    1. La fondation et la construction de grandes fortunes d’entreprise ne sont généralement pas un processus rapide. Il y a toujours des exceptions bien sûr, mais généralement les choses prennent du temps. La sagesse conventionnelle, qui s’est avérée vraie à maintes reprises, est qu’”il faut la première génération pour réussir, et la deuxième génération pour réussir vraiment”. Les Juifs qui fonctionnent comme une unité organique, peuvent court-circuiter ce processus. Prenons l’exemple de la firme Indigo Books & Music, lancée par Heather Reisman il y a seulement 25 ans environ; elle a entraîné la faillite financière du plus grand libraire indépendant du Canada et le rachat ou l’élimination de tous les autres concurrents qui ont soudainement rencontré des “difficultés financières”. Aujourd’hui, Indigo est la seule grande chaîne de librairies de langue anglaise au Canada et le plus grand détaillant de livres, de cadeaux et de jouets spécialisés du pays, avec un chiffre d’affaires annuel de plus d’un milliard de dollars. Les juifs qui contrôlent l’industrie de l’édition peuvent faire en sorte que votre librairie n’ait plus de stock si vous refusez de vendre. Ils contrôlent collectivement une grande partie du financement et de la distribution et peuvent imposer des rachats ou des faillites. Il n’y a aucune parade contre un assaut déterminé de ces Juifs. Ces gens fonctionnent comme des gangsters et disposent d’un financement illimité pour prendre le contrôle d’un secteur industriel presque à volonté.

      Ce qu’il faut retenir, c’est que la planification de ces rachats de secteurs est rarement le fait de la partie publique de l’opération. Au contraire, il s’agit souvent de parties liées à un plan mondial à long terme pour le contrôle de ces secteurs. J’ai abordé certains de ces aspects dans un article précédent intitulé “Les héros juifs d’entreprise d’aujourd’hui – Virgin Births All”31. J’y traite de Google, de Facebook et de quelques autres. Il est évident que ni Zuckerberg ni ses jumeaux de Google n’étaient capables de créer presque instantanément un leader mondial dans leurs secteurs respectifs. Pour obtenir un tel résultat, il faut un financement illimité et l’application d’énormes pressions financières et politiques, ainsi qu’une planification déterminée et un soutien médiatique intense. Cela s’applique également à d’autres entreprises telles que Wikipedia, Amazon, Starbucks et bien d’autres qui semblent être parties de presque nulle part pour devenir des leaders mondiaux en très peu de temps. Le processus a été le même dans tous les cas, et il s’applique certainement aujourd’hui à l’actuel “homme le plus riche du monde”, Elon Musk.

      Tout ce que vous avez à faire, c’est de réfléchir. Si l’on prend l’exemple de Elon Musk, cet homme semble venir de nulle part et pourtant, il est soudainement “propriétaire” du plus grand constructeur automobile du monde. Dans le même temps, Musk a lancé un programme agressif de lancement de dizaines de milliers de satellites de communication, puis SpaceX, “la société privée de vols spatiaux de Elon Musk”, le fabricant du Starship, qui prévoit des missions à la Station spatiale internationale, rien de moins. Après quoi, Musk a acheté Twitter pour 44 milliards de dollars.

      Au cours des 100 dernières années, quiconque a tenté de créer une nouvelle entreprise et une nouvelle marque automobile a connu des désastres, mais Musk n’a apparemment pas connu le moindre accroc avec la Tesla qui est soudainement devenue la favorite du monde entier. Cela aurait peut-être nécessité dix ans de planification et de conception, la planification des usines et de la production, la création de lignes d’approvisionnement, les tests et la certification, et bien d’autres choses encore, mais avec Tesla, tout cela s’est apparemment produit du jour au lendemain, dans le vide. Devons-nous croire que c’est Elon Musk qui a conçu la Tesla ? Rien ne prouve que Musk soit capable de concevoir ne serait-ce qu’une baguette, et encore moins une voiture entière. Alors comment tout cela s’est-il produit et quelle a été la source des milliards d’arrière-plan nécessaires pour mener à bien ce projet ? Musk n’a joué aucun rôle dans la création de la Tesla. Il s’est simplement retrouvé à la fin, “propriétaire” de l’entreprise.

      1. De même, le programme agressif de satellites de communication lancé par “Elon Musk” aurait nécessité lui aussi de nombreuses années de planification et de conception, sans parler de la mise en place des installations de lancement et de l’obtention des milliers de clients payants nécessaires. Cela aussi nécessiterait des années et des milliards de dollars de financement mais, comme le programme de vol spatial de Bezos, celui-ci est soudainement apparu en pleine floraison, opérationnel, lancé et prêt à décoller. Qui a planifié tout cela ? Ce n’était certainement pas Musk; alors qui était derrière tout ça ? Et d’où venait l’argent pour tout cela ? La Tesla de “Musk” n’a jamais fait de bénéfices, alors où trouverait-il les milliards pour un système de dizaines de milliers de satellites de communication ? Rien de tel ne peut se faire sans une décennie ou plus de planification intensive et un investissement énorme, et évidemment rien de tout cela ne vient de Musk.

        Ce serait un défi suffisant pour n’importe quel homme, mais ensuite nous avons eu “Elon Musk” qui a acheté Twitter pour 44 milliards de dollars. Comment cela a-t-il pu se produire ? On nous dit que Musk possède soudainement une fortune de – vaguement – 200 milliards de dollars, sans aucun détail, mais vraisemblablement grâce aux actions détenues dans “sa” Tesla. Mais devons-nous supposer que Musk dispose de 44 milliards de dollars supplémentaires en espèces sonnantes et trébuchantes à la banque pour acheter Twitter ? Ce n’est pas possible, et Musk ne vend pas la moitié de ses actions Tesla pour le financer, alors d’où vient l’argent ? Les médias brouillent les pistes en ne fournissant que quelques extraits sonores, mais aucun détail, et nous pensons donc vaguement que Musk est très riche et qu’il aurait pu, d’une manière ou d’une autre, se permettre d’acheter Twitter, mais il suffit de réfléchir pour comprendre que c’est impossible.

        L’image est brouillée parce que les ambitions politiques des juifs khazars ne peuvent être séparées de leurs intentions financières. Le système satellitaire de “Musk” devrait à terme se composer de 35 000 satellites de communication – militaires, pas civils – dont certains sont déjà utilisés en Ukraine. Les Juifs khazars de la City de Londres souhaitent désespérément une troisième guerre mondiale, mais ils n’ont pas d’armée en propre et doivent compter sur les États-Unis (en tant qu’armée privée des banquiers) pour maintenir la suprématie militaire.

        Si vous n’y avez pas encore pensé, la raison de cette évolution de la situation est que les Chinois ont prouvé qu’ils pouvaient abattre les satellites de surveillance et de communication américains, présentant ainsi une menace existentielle au bellicisme américain avec la Chine et la Russie. La solution est intelligente, mais aussi évidente : on ne peut pas abattre 35 000 petits satellites de communication, ce qui permet aux États-Unis de conserver leur suprématie en matière de communication sur le champ de bataille. Le financement est intéressant car, normalement, les Juifs poussent les États-Unis à faire tous ces investissements militaires, mais les États-Unis n’ont plus d’argent pour tous ces efforts et n’ont donc pas eu d’autre choix que de financer eux-mêmes cette opération – et de la faire transiter par Musk pour en masquer l’origine. Il n’existe aucune autre source de financement pour un projet d’une telle ampleur.

        Il est donc évident que le financement ne provient pas de ”Elon Musk”, puisque “sa” Tesla ne peut toujours pas faire de bénéfices, alors où aurait-il trouvé l’argent pour le développement du satellite ? Les banquiers juifs de la City de Londres sont la seule source.

      2. C’est la même chose avec “Mark Zuckerberg”, il y a quelques années, achetant et formant des entreprises pour fabriquer des drones militaires et des ballons à haute altitude, ces derniers parce que ce cher Mark voulait que tout le monde dans le monde ait accès à Internet. Pas tout à fait, cependant. Les ballons à haute altitude n’étaient pas destinés à l’accès à Internet mais aux communications militaires avec les drones que “Facebook” fabriquait, des drones porteurs d’ogives qui pourraient communiquer par le biais des ballons si la Chine détruisait tous les satellites de communication militaires américains.

        Pour autant que je sache, personne ne s’est demandé pourquoi “Facebook” fabriquait des drones militaires et leurs systèmes de communication. Encore une fois, il n’était pas possible de faire supporter ce coût à l’armée américaine, alors les juifs de la City de Londres l’ont fait passer par Facebook pour le déguiser en entreprise civile et cacher la véritable source – et l’intention – d’un examen minutieux.

        Revenons à Tesla. Si vous prenez le temps de lire le traité de niveau lycée de Musk sur le transport par hyperloop32 ou d’écouter ses interventions dans les médias, il est évident que l’homme n’a pas l’intelligence pour avoir atteint sa position de manière indépendante. Il n’est pas évident, du moins pas pour moi, qu’il sache quoi que ce soit sur quoi que ce soit, et je dirais la même chose pour Zuckerberg et ses jumeaux de Google. Ces personnes ne sont que des façades pour quelqu’un qui a vraiment tout l’argent. Et les plans. Mais nous sommes censés croire qu’Elon (“voyez mes adorables photos quand j’avais trois et huit ans avec mon léger strabisme qui fait que vous ne réalisez pas à quel point je suis stupide”) Musk, est soudainement devenu l’homme le plus riche du monde pour avoir conçu des voitures, des satellites, des vaisseaux spatiaux et Dieu sait quoi d’autre. Quelle plaisanterie.

        Ce dernier point mérite qu’on s’y attarde. Voyez-vous Warren Buffett posant avec un sourire stupide et d’adorables yeux de travers pour séduire toutes les mères afin qu’elles encouragent leurs filles à acheter des actions de sa société ? Quel genre d’homme, apparemment PDG de sociétés internationales valant des billions de dollars, se comporte de manière aussi stupide ? Un nain mental avec de graves problèmes émotionnels, personne d’autre.

        Des arguments similaires valent pour Zuckerberg, Bezos, leurs jumeaux de Google et d’autres. Aucun d’entre eux n’a les connaissances ou les capacités, ni l’énorme financement requis pour faire les choses qu’ils sont censés faire. Ni leurs fortunes ni leurs capacités ne peuvent être réelles. Il est plus facile d’accepter un Bill Gates, qui a commencé avec un petit Microsoft et qui, en 40 ans, s’est transformé en une fortune de 50 milliards de dollars, mais prétendre qu’un Elon Musk qui, tout d’un coup, dormant dans sa voiture et mangeant des feuilles d’arbres, conçoit et produit des voitures électriques, des satellites de communication militaires, des véhicules spatiaux et bien d’autres choses encore, c’est une perspective trop ridicule pour qu’on la réfute.

        Certains prétendent qu’Elon Musk n’est pas juif. Elon (אֵילוֹן), ou Alon (אַלוֹן) est un nom masculin hébreu qui ne figurerait pas sur une liste de noms païens. Musk a fréquenté des écoles juives en Afrique du Sud. Sa mère, Maye Haldeman, est juive mais listée comme “canadienne”, ce qui n’est guère un groupe ethnique. Il existe des relations familiales juives et autres (le frère de Elon a épousé Jen Lewin), et plus encore. Les liens de Musk avec Israël et les juifs puissants ne datent pas d’hier. Les relations étroites de Tesla avec la technologie israélienne remontent à de nombreuses années et sa technologie de conduite autonome est 100 % juive, provenant de la société israélienne Mobileye. Musk a des contacts étroits et de haut niveau en Israël, ayant rencontré Netanyahu (dans sa résidence privée) à plus d’une occasion.

  6. Ha ces madames soleil qui nous vantent du soir au matin les bienfaits et les avancees strategiques de tous ces pays qui luttent main dans la main contre l’occident, ils en savent des choses ! Chine, russsie, iran, turquie, etc, etc, ne font qu’un et sont copains comme cochons, ils avancent main dans la main dans un but commun !

    Mouai :
    Apres l’iran qui livre des armes a la russie, apres l’iran et l’irak qui tapent sur l’armee turque de l’otan, voici que la russie livre des armes a l’iran, pour mieux taper sur les turques de l’otan. L’iran aide aussi la syrie a faire reculer la turquie de l’otan en syrie.
    Et maintenant, la chine se fait remonter les bretelles par l’iran, car elle fricote un peu trop avec abou dhabi.
    La chine et les us se rabibocheraient ils ? Visite de courtoise US en chine en cours, du 11 au 14 decembre. Le chine bouffe a tous les rateliers et ne dit non a personne.
    Puisque l’algerie a fait le choix de se rapprocher de gaza et de s’eloigner de l’ami sioniste turque, le maroc palabre avec des drapeaux palestiniens. Histoire de montrer a l’algerie de quel bois le maroc se chauffe. Le jeu de celui qui soutient le plus les copains, tout en en faisant le moins possible.
    Les us reprennent pied au venezuela. En facade maduro dit non, mais dans les faits chevron signe des accords avec petroleos de venezuela, societe d’etat.
    L’europe entiere, soumises aux us, continue de plus belle de se faire piller, dans la joie et la bonne humeur, tels de fideles soumis: nouveaux accords pour qu’elle n’ai plus acces au petrol russe maintenant. Nouvelles livraison d’armes destinees a se faire broyer en ukraine. On planifie gentiment de s’activer en serbie.

    Avec des copains unis comme ca, j’ai bien l’impression que les ‘strateges US’ doivent bien se marrer !
    Une fois l’europe pillee et demembree, une fois le moyen orient desunis et affaibli, une fois la chine isolee, les russes et les us pourront se partager le gateau sans craindre la moindre velleite de quiconque.

    1. Il ne faut prétendre faussement que vos contradicteur que vous appelez madame soleil,que le monde libre est ensemble pays qui ne font qu’un.

      Au contraire,ce sont des nation souveraines que chacun cherche ses intérêts dans le respect des lois et institutions internationales,lois des règles établis par les occidentaux et loin de la soumission aux anglo-sionistes.

      Un monde multipolaire,multiculturel,avec des systèmes politiques et économiques différents.où aucune nation n’a le droit d’imposer ses valeurs sataniques aux autres.

    2. Les usa se sont rétracté par besoin au pétrole lourd du Vénézuela ,et accepter de rompre leurs embargo contre le Vénézuela.

      Il faut arrêter de falsifier les vérités.

      L’Algérie n’a aucun problème avec la Turquie,bien au contraire.allez voir la rencontré d’avant hier du ministre algérien des affaires étrangères avec son homologues turc pour un partenariat plus approfondie dans tout les domaines.

      Tout les peuples sont pour la Palestine contre le cancer sioniste,y compris le peuple marocain.
      Il faut faire la nuance entre les peuples et certains régimes minables,corrompus au service de la secte des parasites usuriers juifs sioniste khazares.

    3. Amalgame sur amalgame pour brouiller les pistes.

      L’ennemie de l’humanité le long de ces quatre siècles, sont les occidentaux et les anglo-sionistes à leurs tête,tous sous le contrôle de la secte de parasites juifs khazares.
      La situation mondiale est claire comme l’eau de roche.

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :