Actualités Al-Assad Al-Qaïda Ali Mamlouk Arabie saoudite armée syrienne armes chimiques ASL Chaos cyberguerre Darpa Eurasie Géopolitique du gaz Géostratégie golfe arabo-persique Guerre asymétrique Guerre mondiale Intelligence nucléaire Obama Otan Pentagone Perception de la réalité Printemps arabe Prolifération Propagande Réseaux Religions Russie Salafisme Secret Susan Rice Technologies Terrorisme Théories du Complot troisième guerre mondiale Turquie USA Washington

Syrie: Washington pourrait déclencher un nouveau type de guerre totalement inédit

Lassé par l’inefficacité de tous les plans visant à faire aboutir la “révolution syrienne” dans l’acception néo-orientaliste des arabisants de Washington, le président Obama a fini par donner carte blanche à la CIA et le commandement des opérations spéciales sur le terrain. En parallèle, le Pentagone vient de se manifester au sujet de la crise syrienne en affirmant que toutes les options sont étudiés pour intervenir en Syrie conformément aux déclarations de Susan Rice, la représentante permanente des Etats-Unis d’Amérique aux Nations Unis. En d’autres termes en contournant le circuit légaliste des Nations Unis et agir en solo, comme au bon vieux temps du Far-West.

Cette campagne est relayée par Hillary Clinton, secrétaire d’Etat US, qui a évoqué à l’occasion d’une visite dans un musée de l’holocauste à Washington,  le “devoir moral” des Etats-Unis d’Amérique d’intervenir dans des pays où les gouvernements ont failli à protéger leurs propres populations ou pour éviter des “génocides” et de citer ouvertement l’interventionnisme US en Libye et en Côte d’Ivoire.

Certains observateurs ont voulu voir dans cette nouvelle montée au créneau des ténors de l’administration Obama  moins une réponse à l’affirmation par la Syrie de posséder des armes chimiques qu’une exploitation assez pernicieuse d’une thématique usée de la contre-prolifération des armes de destruction massive (ADM)

Toutefois, on oublie un peu vite que c’est Israël qui détient le plus grand stock d’armes chimiques et bactériologiques au monde. A côté des ses armes, Tel-Aviv entretient de manière délibérée depuis des années l’ambiguïté nucléaire sur son arsenal d’ogives atomiques: Si en 1987, l’expert Mordechai Vanunu annonçait au monde, à ses risques et périls, l’existence de 200 ogives nucléaires israéliennes,  on peut supposer que ce chiffre a connu une nette hausse 25 ans après.

Depuis des mois, le Pentagone et la CIA (Central Intellignece Agency) travaillent sur des plans fort élaborés visant en premier lieu à empêcher par tous les moyens possibles et imaginables un débordement de la crise en Israël. C’est la ligne rouge absolue. Jusqu’ici, cet Etat est resté en retrait du tumulte en cours au Proche et au Moyen-Orient bien qu’il soit au centre et -si l’on croit les tenants de la théorie des complots-  la cause de cette tempête. A cet effet, les forces armées américaines ont mobilisé l’ensemble de leur ressources technologiques pour pouvoir mener un nouveau type de guerre totalement inédit.

A Damas, on se fait plus d’illusion sur les intentions réelles des pays “amis de la Syrie”. On se prépare en conséquences. Le style du nouveau ministre de la défense, le général Fahd Jassem Al-Freij semble irrésistible. Sur le plan interne, les forces armées se battent avec acharnement sur tous les fronts contre l’armée syrienne libre (ASL) mais également ses alliés d’Al-Qaida fi bilad Shâm (Al-Qaida au pays du Shâm), Al-Qaida en Mésopotamie, une armée de volontaires salafistes de diverses nationalités et des militaires turcs déguisés en combattants de l’ASL leur infligeant des pertes élevées.

Près de 2800 combattants syriens et étrangers de l’ASL tués dans la contre-offensive de l’armée syrienne à Damas en moins d’une semaine, mettant en échec une répétition de la chute médiatique de Baghdad et de Tripoli.  L’offensive de l’armée syrienne au sud-ouest a été telle que les combattants de l’ASL et les légions salafistes n’ont eu d’autres recours que de fuir et de se réfugier auprès des unités Golani d’Israël, poursuivis par les meilleures unités de l’armée syrienne, lesquelles n’ont pas hésité à tirer des obus en direction du territoire israélien.

A Alep où les turcs tentent de créer une zone libre avec l’aide d’agents de plus de 14 pays, l’ASL et les légions salafistes ont les plus grandes peines du monde à faire face au déluge de feu de l’armée syrienne dont les chefs sont profondément convaincus qu’ils sont en guerre avec Israël et son allié la Turquie et que les phases du conflit interne face à Al-Qaida et l’ASL ne sont que le prélude à une confrontation plus grande.

Sur le front externe, soutien accru et substantiel du front kurde contre Ankara malgré les rodomontades du premier ministre turc Tayip Reçep Erdögan de poursuivre les combattants du PKK en Syrie; restructuration des services de renseignement en unifiant sous une seule autorités les 39 agences de renseignement du pays; mise en alerte des unités stationnées au Golan; renforcement des unités déployées face à la Turquie, activation de la force de frappe balistique et mise à niveau de la défense aérienne.

La nomination du général Ali Mamlouk à la tête de la Sécurité nationale syrienne consacre un changement radical d’approche des questions liées à la sécurité nationale de ce pays puisque c’est lui qui supervise désormais avec rang de ministre l’ensemble des appareils sécuritaires syriens (renseignements de l’armée de l’air, la sûreté de l’Etat, la police politique, les cyber-unités, etc.). Il est secondé par le général Abdel Fateh Qodsya, le chef du renseignement militaire syrien. Cette démarche intervient moins d’une semaine après l’attentat terroriste ayant visé le 18 juillet  quatre hauts responsables sécuritaires syriens et démontre la détermination du pouvoir syrien à se battre.

Mais la détérioration de l’économie syrienne, aggravée par l’adoption d’un nouveau train de sanctions par l’Union européenne  limite la marge de manœuvre de Damas. Les syriens ont d’immenses difficultés à faire face à des mouvements de spéculation monétaire offensifs visant à provoquer une implosion de l’économie syrienne. C’est la raison pour laquelle les nouveaux chefs militaires veulent en finir au plus vite avec la rébellion tout en envisageant une guerre régionale avec au moins trois pays du voisinage immédiat. Ce que les Etats-Unis refusent absolument s’agissant d’Israël.

Pour Washington, cette nouvelle phase du Printemps arabe doit impérativement se terminer comme les autres phases avec les mêmes images, les mêmes icônes et le même cheminement médiatique. Pas question d’y inclure Israël. D’où la menace d’y intervenir directement en utilisant de nouvelles armes, de nouvelles tactiques et de nouvelles technologiques inédites. Car en cas d’intervention militaire contre la Syrie, le Hezbollah libanais  sera certainement de la partie en lançant ses 45 000 missiles et roquettes sur le Nord d’Israël tandis que les unités militaires syriennes tenteront de forcer un passage en force dans le plateau du Golan en usant d’armes chimiques entraînant une riposte non conventionnelle israélienne. Un scénario inacceptable pour Obama.

La République islamique d’Iran qui se prépare intensivement à la guerre “ultime” depuis quelques mois, au point de distribuer à l’ensemble des soldats et officiers des différents corps des forces armées, des Gardiens de la révolution et des milices populaires une brochure intitulée “les Six derniers mois” dans laquelle elle exhorte les iraniens à se préparer à la guerre de la “fin des Temps” et la venue du Mahdi, restera t-elle à l’écart d’une attaque étrangère dirigée par les Etats-Unis, l’OTAN, Israël, la Turquie, l’Arabie Saoudite, la Jordanie, Al-Qaida et les légions salafistes? C’est la grande inconnue. L’Iran est actuellement totalement encerclé par les armadas américaines dans le golfe arabo-persique, en Mer Rouge, En mer d’Oman, en Méditerranée orientale, en Mer noire, en Afghanistan et même en Asie centrale. De plus les  installations sensibles iraniennes sont menacées avec le transfert en Israël de bombes spéciales US de type MOP GBU 57 A et la mise en place d’éléments du bouclier antimissile US en Turquie, en Jordanie et en Pologne.

Indubitablement, l’entrée en guerre de l’Iran en cas de guerre contre la Syrie sera le détonateur d’une conflagration généralisée, voire d’un nouveau conflit mondial. Or, des rumeurs persistantes et tenaces émanant de l’intérieur du Pentagone font allusion à une attaque contre l’Iran dans le chaos immédiat qui suivrait la chute de Damas. On en est pas encore là mais le monde a toutes ses raisons de retenir son souffle. Dans tous les cas de figure, L’année 2012 s’annonce fatidique au sens étymologique du terme.

Publicités



');

7 Replies to “Syrie: Washington pourrait déclencher un nouveau type de guerre totalement inédit

  1. et pendant ce temps là les esprits dit “éveillé” étant occupé a se regarder le nombril

    “We are deeply concerned with the ongoing armed conflict in Khorog, GBAO. Since early morning of 24 July 2012, Tajik security and military forces have started an operation involving reportedly over 3,000 personnel with automatic guns, involving armed vehicles and helicopters in the densely populated areas of the town, with no prior notice to or evacuation of the population. All lines of communication have been terminated – reportedly by an order of the State Committee for National Security to all telecommunication providers in the country –, and there is no possibility to communicate with the residents of Khorog. All roads to Khorog are also, reportedly, closed. So, more than 30,000 residents of the Khorog area, including women, children and elderly, are trapped in this conflict. Even if there are militants in the area, this is not an excuse to put the lives of innocent people in danger. Thus, we refer to the principle of proportionality (article 51(5)(b) IAP) a basic principle that states that even if there is a clear military target, attack is not possible if the harm to civilians or civilian property is excessive to the expected military advantage.”

    http://www.youtube.com/watch?v=RGneBHnX4i4

  2. La déstabilisation de la Syrie, par les pays membres ou alliés de l’OTAN, serait le premier acte de guerre contre l’Iran… Qu’en est-il alors de cette révolution syrienne ?

      1. RETIREZ DONC VOS LUNETTES DE SOLEIL, ELLE VOUS VONT COMME UN COUP DE POING DANS LA FIGURE !

  3. en réalités personne ne le voie mes la Russie et la chine font exprès de envenimé la situation en Syrie car sa fait un ti temps la chine provoque la Russie pour rentrée en confie armée contre la Russie et déclenchée la 3 em guerre mondiale c’est pas nouveau sa si l’Europe et les usa ne réagisse pas très vite c’est sa qui vas se passée pour le 21 décembre 2012 ??!!!! faut se informée observée se que l’on fait plus en Europe et au usa nos journaliste devienne des ti branleur israel et les usa sont entrain de massée des arme a la frontière avec la Russie la Turquie ferme ces frontière en Iraq les attenta se amplifie puis le rentrai des troupe étagère afganistan les troupe étrangère se retire et les attenta se amplifie aussi c’est un signe de un conflit armée qui se prépare et c’est pas nouveau des signe comme sa mai si l europe les usa et onu réagie pas assée vite le conflit se propagera dans tout le monde arabe et le monde arabe est juste a cotée de l’Europe et si il y a un conflie se sera pas les usa qui seront touchée en 1 er se sera l’europe mdrrrr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.