Actualités Alep Chaos Conflits cyberguerre Géostratégie Guerre asymétrique Guerre de basse intensité Guerre mondiale guerre régionale Turquie

L’Iran met en garde la Turquie contre une éventuelle attaque de la Syrie

La supervision des opérations des rebelles au Nord de la Syrie à partir des villes turques d’Adana et de Gazientep, l’arrivée de dizaines de conseillers américains, européens et arabe dans ces deux villes et la tenue de manœuvres  militaires suspectes à Mardin près des frontières avec la Syrie a fait vivement réagir Téhéran. Pour la première fois, la République islamique d’Iran met en garde la Turquie sur une éventuelle aventure guerrière en Syrie où les combats entre l’armée régulière et l’ASL (armée syrienne libre) ainsi qu’une myriade de groupes hétérogènes dont certains sont des commandos relevant d’armées de puissances étrangères,  se focalisent pour l’essentiel dans et autour de la ville stratégique d’Alep, située à 45 kilomètres de la Turquie.

Ankara semble de plus en plus préoccupée par un risque réel de partition ou de sécession, notamment après la décision de Damas de laisser les kurdes syriens s’organiser à leur convenance dans leur régions et soutenir les efforts des kurdes turcs en vue d’obtenir leur autonomie.  Le jeu d’Erdögan et des tenors de son gouvernement a donc abouti à un incendie général susceptible d’emporter la Turquie elle-même.

Pour sa part,  la position de l’Iran,  qui vient de déclarer par la voix de son chef d’état-major adjoint, le général Mahmoud Jezayeri, qu’elle ne permettra pas aux “ennemis” de la Syrie d’avancer en Syrie, ne doit prêter à confusion; cela ne fait que confirmer les rumeurs puis les informations en provenance du complexe militaro-indutriel iranien sur de sérieux préparatifs de guerre à différents niveaux incluant des guerres asymétriques à basse intensité, une cyberguerre  et des guerres par proxy.

L’Iran et la Turquie sont tous deux joué un grand rôle dans l’histoire de la civilisation et de la culture musulmanes. Ils sont entrés à différentes reprises en guerre en tant qu’empires opposés. Depuis quelques années, l’alignement de la Turquie sur son allié israélien et les provocations répétées envers la Syrie ont toujours agacé Téhéran.

Pendant ce temps, à Alep, l’armée syrienne a éliminé aujourd’hui dans un quartier d’Alep plus de 150 rebelles armés dont de nombreux étrangers  parmi les légions salafistes et autres.

Le mois d’août 2012 risque d’être plus chaud que ne l’annonce la météo dans ces régions.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.