Chaos chaos Colonialisme Conflits Géopolitique du gaz Géostratégie Guerre asymétrique Intelligence Printemps arabe Projet du Grand Moyen-Orient révoltes Sommaire

Moyen-Orient: le conflit sans fin

Il y a 22 ans jour pour jour, l’armée irakienne envahissait le Koweït après une erreur d’évaluation du président irakien de l’époque Saddam Hussein, induite par un faux accord tacite de l’ambassadrice US à Bagdad April Catherine Glaspie.

En janvier 1991, une formidable coalition militaire menée par les Etats-Unis d’Amérique soumit l’Irak à d’intenses bombardements aériens avant de chasser  les troupes irakiennes hors du Koweït et entamer une campagne terrestre interrompue dès le troisième jour.

Une guerre civile éclate au Sud et au Nord de l’Irak. Le pays est soumis à plusieurs types d’embargos avec l’établissement de No Fly zones.

Entre 1993 et 1999, l’Irak est fréquemment la cible de raids aériens. Après 2001, il est ciblé pour une invasion visant un changement de régime. En 2003, les forces US parviennent jusqu’à Bagdad et occupent la majeure partie du pays.

Entre temps, la seconde Intifada palestinienne échoue. Arafat tente de résister mais est assiégé dans son QG.

Très peu de temps après, Saddam Hussein est capturé vivant tandis que ses deux fils sont tués. Le président irakien subira un semblant de procès expéditif avant d’être livré à ses pires ennemis qui l’exécuteront un jour de fête musulmane.

En 2006, Israël tente d’envahir le Liban mais cette fois-ci le Hezbollah libanais contre l’assaut israélien et réussit à tirer des milliers de roquettes sur le nord d’Israël.

En 2009, le président Obama prononce le discours du Caire dans lequel il donne le signal à une des plus vastes opérations de remodelage du Moyen-Orient depuis 1916.

Entre la fin de 2010 et 2012, la Tunisie, l’Egypte, la Libye, le Yémen, le Bahreïn et la Syrie sont la proie de troubles et de révoltes. Le printemps arabe vise plus particulièrement les pays jugés rétifs à l’agenda US dans la région et protège ceux qui lui sont inféodé.

Août 2012, l’Irak divisé de facto en trois entités est toujours la proie des violences et du terrorisme. La Syrie est implicitement en guerre contre l’Arabie Saoudite, Israël, la Jordanie la Turquie et les Etats-Unis. Le risque d’une guerre généralisée est extrêmement élevé.

On retiendra que:

  • Le président de l’Autorité palestinienne, Yasser Arafat,  est mort à Paris dans des conditions mystérieuses en novembre 2004, probablement empoisonné au polonium;
  • le président irakien Saddam Hussein a été officiellement exécuté à Bagdad après avoir été remis par les américains à un escadron de la mort le 30 décembre 2006;
  • Le dirigeant libyen Mouammar Gaddafi a été sommairement exécuté par des rebelles après avoir été capturé par un commando des SAS britanniques près de Syrte dans des conditions qui demeurent inconnues le 20 octobre 2011.
Publicités

One Reply to “Moyen-Orient: le conflit sans fin

  1. Concernant l’invasion du Koweït, il faut rappeler aussi que le Koweït, à la demande des USA, avait augmenté sa production au dessus de son quota pour faire baisser le prix et poursuivre l’étranglement financier de l’Iraq épuisé par 8 ans de guerre Iraq Iran provoquée par 524 incidents de frontières (tous notifiés à l’ONU) dans la lignée des accords secrets (CIA, Mossad, Savak) de juillet 1972 à Téhéran voulus par Kissinger pour déstabiliser l’Iraq en relançant les troubles en son nord kurde (calme depuis le manifeste kurdo-baathiste du 11 mars 1970), juste après la nationalisation de l IPC (1/06/1972).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.