Actualités Afghanistan Arabie Saoudite Armement ASL avion abattu Chaos Conflits Géopolitique des coups d'Etat Géopolitique du gaz Géostratégie groupe terroriste Guerre asymétrique Guerre de basse intensité pilote Printemps arabe Projet du Grand Moyen-Orient Salafiste Stinger Syria Terrorism Terrorisme Turquie

Syrie: un avion touché par un missile Stinger

Un avion de l’armée de l’air syrienne de type Mig-21  aurait été touché par un missile Stinger de conception américaine mais fabriqué sous licence en Turquie.

Comme en Afghanistan durant les années 80, les pays soutenant la rébellion syrienne tentent d’inverser le rapport de force en livrant des missiles Stinger à l’ASL…

L’appareil s’est écrasé non loin de Deir Ezzor (Est). Le pilote qui a réussi à s’éjecter aurait été capturé par une brigade salafiste dénommé Ahfad Muhammad (les Descendants du Prophète). Une vidéo montrant le présumé pilote circule déjà sur le web. Les rebelles tentent de soigner leur image sur recommandation d’une boite de communication internationale dont on connaît pas encore le nom, surtout après les atrocités et autres exactions commises sur des civils et des soldats de l’armée syrienne.

La localisation rapide du pilote a été rendue possible grâce à l’aide américaine et israélienne: des dizaines de satellites de ces deux pays survolent en permanence l’espace aérien syrien.

Ce n’est pas la première fois que des missiles Sol-Air portables sont livrés aux rebelles syriens. Des missiles Strela leur ont été livrés peu avant l’opération “volcan de Damas” qui s’est terminée par un échec.  La livraison de missiles antiaérien FIM92A Stinger à la rébellion syrienne consacre un nouveau tournant dans la crise qui secoue ce pays depuis plus de 18 mois.

Durant les années 80 en Afghanistan, la livraison par la CIA américaine de missiles Stinger aux combattants afghans alors en guerre contre l’armée rouge permit à ces derniers de lutter efficacement contre les hélicoptères HIND  et faire perdre la suprématie aérienne aux soviétiques. A l’époque déjà, Riad finançait l’opération.

L’Arabie Saoudite et la Turquie partagent, outre un profond sentiment russophobe, une farouche volonté de se débarrasser au plus vite du régime en place à Damas afin d’ouvrir la voie à l’établissement sinon d’un pipeline épousant l’ancienne voie ferrée ottomane, du moins d’une liaison directe entre les deux pays-clé du GMO (Grand Moyen-Orient).

Publicités



');

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.