Actualités Allemagne Géostratégie Libye Printemps arabe Terrorisme Troisième guerre mondiale USA

L’Allemagne en guerre pour le printemps arabe de Washington

C’est un secret de polichinelle. Depuis sa participation dans les opérations militaires dans le cadre de l’OTAN en Afghanistan, l’armée allemande opère de plus en plus à l’extérieur. Cette sous-traitance a été rendue nécessaire par l’épuisement des forces armées américaines en Afghanistan et en Irak.

Contrairement aux allégations de Wikileaks après sa reprise en main par la CIA, c’est bien le Bundesnachrichtendienst ou BND, le service de renseignement allemand et non le renseignement britannique,  qui a le premier détecté et localisé avec une extrême précision l’ex-leader libyen Mouamar Gaddafi lors de la bataille de Syrte en octobre 2011. Le BND a transmis l’information aux américains et aux  britanniques, lesquels avaient une de SAS sur le terrain. Les français, dont les agents étaient très présents en Libye, ont très mal apprécié de se faire devancer par l’Allemagne.

En Syrie, l’Allemagne est aux avant-postes: la marine allemande a déployé il y a près de trois mois un navire d’écoute et de guerre électronique en Méditerranée orientale, capable d’espionner sur une profondeur de 600 kilomètres (375 miles)  les déplacements de l’armée syrienne. Plus encore, des agents du BND allemand sont présent à Adana dans le sud de la Turquie où au moins deux centres de commandement et de coordination de l’Otan supervisent l’installation de camps d’entraînement de combattants étrangers près des frontières syriennes. Pour les français, pas question de se faire encore devancer par “ces allemands sous-traitants du Pentagone”; la DGSE et le COS ont mobilisé quasiment leurs meilleurs effectifs au Liban, en Jordanie, en Turquie et en Arabie Saoudite.

L’activisme militaire allemand dans le Printemps arabe n’aurait jamais été possible sans les débâcles de Washington en Afghanistan et en Irak. Outre les ventes clandestines d’armes aux insurgés via des montages compliqués impliquant des sociétés fictives, l’Allemagne, tout comme la totalité des pays nordiques, a été impliquée dans le chaos en cours dans le monde arabe. Des sous-marins de la marine allemande croisent ainsi au large de la Syrie et du Liban dans le cadre d’opération secrètes tandis que des informations de plus en plus concordantes indiquent que les services allemands tentent de mobiliser, à l’instar de que que font les britanniques et les français depuis longtemps,  le potentiel islamiste radical de l’émigration, majoritairement  turque en Allemagne,  afin d’alimenter en combattants les filières du “Jihad otanien” contre le régime syrien.

La politique du président Obama qui privilégie les guerres secrètes, indirecte  et privées a rendu possible l’implication de la machine de guerre allemande au profit des objectifs géostratégiques américains dans la région centrale du monde, supervisée par le Centcom. Cette région vitale dans laquelle se concentre la majorité des réserves prouvées d’énergie fossile est un enjeu crucial pour les grandes puissances.  Cette implication allemande est inédite dans l’histoire récente de l’Allemagne d’après-guerre et préfigure un monde où les guerres par proxy se feront de plus en plus par des pays ou des organisations tierces.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.