Actualités assad Conflits Défense Géopolitique du gaz Géostratégie Guerre asymétrique Otan plan plan de paix Turquie

Syrie, entre mini blitzkriegs et cheval de Troie

Consternation à Damas après que l’on ait pris toute la mesure du “plan de paix” proposé par les Etats-Unis. La présidence syrienne l’aurait qualifié de “cheval de Troie” et de “plan de destruction programmée” visant un changement de régime en Syrie. Ce plan intervient au moment où sont déployés en Turquie méridionale des batteries de missiles antimissiles de type Patriot. Ce plan devait mettre un terme à la guerre en Syrie. Une version initiale de ce plan a reçu l’accord de principe de Moscou. Mais il semble que depuis, il a été remanié.

Le Président syrien Assad devrait s’adresser à sa nation divisée par un violent conflit sur sa légitimité, dimanche 06 janvier 2013, avant le début de l’après-midi. Bashar Assad n’a guère d’options autres que de continuer à tenter de mater la rébellion et dans le cas présent, essayer d’éviter une confrontation militaire directe avec l’Otan, Israël, les forces du Conseil de Coopération du Golfe. Le rôle trouble de l’Irak et l’ambivalence du Liban et de la Jordanie pèsent de tout leur poids sur la prise de décision au plus haut sommet de l’Etat syrien.

Acculé dos au mur, le président Assad n’a même pas le “luxe” d’annoncer son retrait de la vie politique comme le fit l’ex-président yéménite Ali Abdallah Salah sous pression régionale et internationale. Il ne peut non plus annoncer un dialogue que les rebelles n’en veulent pas puisque ils mettent le départ du Président Assad comme un préalable absolu à toute négociation. Plus extrémistes, des groupes radicaux ont ouvertement affirmé qu’ils ne se contenteraient pas du départ d’Assad mais de sa liquidation physique ainsi que de toute sa communauté.

Dans ce cas, Assad, conscient du danger que constitue le déploiement d’ABM au sud de la Turquie et la préparation israélienne à une guerre , pourrait durcir son discours tout en excluant pas une solution pacifique sur les bases du plan de Genève.

Sur le terrain, l’armée régulière syrienne continue de mener ses mini Blitzkriegs contre les bastions rebelles à Damas,  Alep (Nord) et à Homs (centre), non loin des frontières libanaises, causant la mort de la plupart des chefs rebelles locaux. L’armée régulière syrienne, échaudée par le cas irakien et forte de l’expérience de la guerre du Liban dispose d’assez de ressources internes pour rendre une victoire des rebelles quasiment impossible sans intervention étrangère. Il ne faut pas oublier que cette armée a eu tout le temps d’observer les armées américaines en Irak et de s’y adapter selon ses capacités limitées.

Demeure le cas trouble de l’Irak. La position de Bagdad est ambivalente: d’un côté le gouvernement très confessionnel du Premier ministre Maliki soutient Damas, non pas par conviction politique mais par sectarisme confessionnel. Les syriens en sont d’autant plus embarrassés que leur crédo officiel est l’union dans la diversité. Il faut noter que dans tous les pays où est passé le rouleau compresseur du régime change à l’américaine, c’est un Premier ministre qui gouverne en place et lieu du Réis (président). Plus de 3000 soldats de l’Otan se sont réinstallés en Irak  près des frontières syrienne. Tout en sachant qu’en Turquie, les meilleures unités de l’armée turque sont désormais déployées en face de la Syrie. Qu’au Sud, en Jordanie, les unités d’élite jordaniennes et des commandos de quatre pays occidentaux s’activent à la frontière et qu’au sud-Ouest, plus de 70% des ressources de l’armée israélienne sont déployées autour du Golan et alors qu’ au Liban, une guerre de l’ombre comme on n’en a jamais vu entre les services de renseignement d’une dizaine de pays fait rage, Damas va jouer son va tout sur le plan diplomatique, non sans tenter d’éliminer l’opposition armée.

 

Publicités

One Reply to “Syrie, entre mini blitzkriegs et cheval de Troie

  1. L’auteur de ce blog a l’air trop bien informé. J’ai suivi le discours d’Assad aujourd’hui et je suis frappé par la justesse de cette analyse que j’ai lu un peu par hasard…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.