Analysis

L’Assaut

Les informations et les images, terribles, du début de l’assaut terrestre sur la Ghouta orientale font état de combats d’une violence extrême, allant jusqu’au corps à corps, l’usage de lances-flammes et l’échanges furieux de projectiles, de cadavres amoncelés par dizaines dans tous les coins de rue et des dévastations dépassant celles pouvant être causées par un séisme tellurique de très forte magnitude. 

Jadis le grenier fertile de la région de Damas, réputée pour ses vergers et ses terres fertiles, la Ghouta orientale a subi une urbanisation anarchique en partie induite par un exode rural mais également par l’émergence de ce que l’on peut appeler une bourgeoisie d’affaires formée majoritairement mais pas exclusivement par des islamistes ayant connu un enrichissement spectaculaire grâce à la spéculation immobilière et foncière.  

Peuplée par 2 800 000 habitants avant la guerre, la Ghouta orientale fut investie par des dizaines de groupes armés qui y créèrent une sorte d’Émirat à la périphérie de la capitale Damas, où est déployée la III division blindée de l’Armée Arabe Syrienne.  

Aujourd’hui la Ghouta orientale, le dernier fief rebelle près de Damas, ne compte que 389 000 habitants dont près de 40 000 rebelles armés solidement retranchés dans une jungle en béton. 

La plupart de ces rebelles sont des islamistes purs et durs de la tendance la plus extrémiste qui ait jamais existé à ce jour et dont les idées n’ont pratiquement rien à voire avec l’Islam. 

Le gouvernement syrien dont les forces assiègent ce fief depuis des années a tenté de négocier à plusieurs reprises avec les groupes armés les plus puissants de la Ghouta pour obtenir un accord d’évacuation des femmes et des enfants mais les rebelles y ont toujours opposé une fin de non-recevoir. 

Pour  les Chefs militaires rebelles, la seule négociation possible avec le gouvernement “apostat et impie” est sur  champ de bataille. 

Damas est une ville relativement calme et sûre. Les seules menaces pesant sur Damas sont les raids aériens israéliens que l’Armée syrienne tente de stopper et les tirs d’obus de mortier et de roquettes à partir de la Ghouta orientale. 

Un général des forces d’élite syriennes s’est adressé aux rebelles, les provoquant à un duel franc et régulier en laissant partir leurs femmes et enfants et toutes les personnes inaptes ou incapables de porter une arme et de combattre.   La réponse fut assez prompte et percutante sous forme d’une longue salve d’obus de mortier. 

Excédé par l’occupation US du Nord-Est de la Syrie (10 bases et 21 900 militaires US au milieu de 60 000 combattants kurdes), le président Assad a décidé de renforcer l’autorité de l’État sur la Ghouta orientale après l’échec de négociations américano-russes. 

Un assaut y est ordonné. 

Plus de 290 officiers de liaison de plus de treize pays de l’OTAN et de pays Arabes se trouvent parmi les rebelles. 

Les pays soutenant les rebelles crient déjà au massacre.  

   

 

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

Advertisements
avatar
15000
17 Comment threads
30 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
16 Comment authors
anonymeStrategika51la Cariatidenaibedsam Recent comment authors
  Subscribe  
Notify of
anonyme
Guest
anonyme

trés triste que tout cela , c’est l’horreur pour les innocents , mais attention au grand retour de baton sur les criminels sataniste et leurs conglomerat du mal , et qui ont vendu leurs ames au diable , ils auront leurs comptes à rendre un jour .

naibed
Guest
naibed

«La plupart de ces rebelles sont des islamistes purs et durs de la tendance la plus extrémiste qui ait jamais existé à ce jour et dont les idées n’ont pratiquement rien à voire avec l’Islam.»

Quelle baliverne! Alors que c’est justement le contraire: le coeur du terrorisme le plus implacable, c’est le Coran lui-même !

josephhokayem
Guest
josephhokayem

A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

Anonyme
Guest
Anonyme

L’O.N.U.c’est le bal des faux culs.
Il faut réinventer une institution qui représentera :
Les droits de chaque pays à ne pas franchir sous aucun prétexte et par qui que ce soit.
Les devoirs de chaque pays en les autres pays qu’elle que soit sont poids économique ou militaire ou démographique.
Les obligations du respect réciproques les uns envers les autres .
Et chaque décision pour entrave au règlement de la dite institution mondial se fera par l’humanité d’un vote qui sera représenté par la totalité des pays existant siégeant dans cette institution.
La Russie, la Chine, l’Inde, le président de l’U.A ( l’union africaine ) le Brésil et Cuba pour l’américaine latine devrait s’occuper de faire se bébé là.
Je n’ai pas fumé de moquette.

ericbasillais
Guest
ericbasillais

A propos de l’ONU :

le comportement officiel de certains “fonctionnaires ” de l’ONU est malheureusement récurrent.

La raison officielle et aussi pratique pour laquelle les Chinois et les Russes, seuls membres permanents du Conseil de Sécurité encore rétifs à “l’Empire” (Unipolariste, Etat Mondial de facto) restent, c’est parce qu’ils y trouvent un cadre utile pour leur propre agenda ( le Multipolarisme, selon leurs propres vocabulaire : ” l’intégration des intégrations” ). Un club d’Empires de facto.

Vu ainsi, peut-être faut-il y voir Charybde et Scylla, la Peste et le Choléra, bref, l’ONU est de toutes les façons envisagées un TROU NOIR pour les “nationalités”, les “nations” au sens des traités de Westphalie. C’est le point essentiel sous lequel je porte ma critique contre l’ONU et ceux qui en tirent profit géopolitiquement.

Ensuite, il y a encore un semblant de Droit International à exploiter, dans le cadre géo-politico-médiatique mondial. Mais il s’agit trop souvent de manipulations hypocrites des uns comme des autres, à mon avis.

Quoi qu’il en soit, j’avais mis en garde contre l’ONU dès 2016, sur la base d’une analyse ontologique : j’avais découvert que l’ONU représente le dernier Avatar d’une monstruosité mystico-politique tenace dont le code (illogique ) en vigueur s’appelle l’Universalisme (Cf. LOGOS.PDF, la conclusion, sur mon site).