Analysis

La guerre électromagnétique fait rage, avant la déflagration généralisée…

Dans l’intense guerre électromagnétique et cybernétique qui fait rage entre américains et russes de l’extrême Nord de la Norvège jusqu’en Irak en passant par l’Ukraine, la Mer Noire, la Méditerranée orientale, le Levant,  la Mésopotamie et le Pacifique Sud, tous les coups possibles et imaginables sont permis.

L’incident du destroyer USS Donald Cook (DDG-75) ne fut qu’un petit épisode parmi les 1300 confrontations électromagnétiques et cybernétiques (ces batailles invisibles continuent en ce moment même) survenues depuis le début de l’année 2016.

Dans l’un des derniers épisodes de cette guerre des mesures et contre-mesures, voire des contre-contre mesures électroniques, les Etats-Unis semblent être revenus de loin: en mai 2018, les américains sont parvenus à perturber les systèmes S-300 déployées en Syrie et à éteindre à distance certaines balises et certains systèmes de commande de vol  des chasseurs Sukhoi Su-30 SM et d’avions d’attaque au sol Su-25. Ils cherchent maintenant à saboter avec des moyens électromagnétiques et des attaques cybernétiques la bulle de défense aérienne autour des bases russes en Syrie.

En avril 2018, les russes avaient réussi à désactiver les commandes de tir des navires et submersibles US et français et peu de temps après l’attaque tripartite auquelle a participé Israël, des dizaines de missiles de croisière ont été “dévoyés” par les capacités de guerre électronique russe.

La guerre électronique fait rage. Des bâtiments de surface US et russes ont subi des centaines d’attaques électromagnétiques et certains navires de guerre ne pouvaient plus s’orienter.

Le brouillage des signaux GPS et Glonass, la destruction des composants électroniques à distance au moyen de micro-ondes, les simulations d’un faux espace électromagnétique, la création de faux réseaux au sein de réseaux de communication, les tentatives d’intrusion dans les réseaux intranet, le piratage des communications, préfigurent l’usage fort probable d’armes EMP lors de tout prochain engagement impliquant un niveau supérieur à celui d’un bataillon et à la veille d’une guerre généralisée désormais assurée, l’emploi d’armes nucléaires tactiques et d’armes spatiales.

 

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

Advertisements
avatar
15000
20 Comment threads
29 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
17 Comment authors
rocPierrejosephhokayemStrategika51 Recent comment authors
  Subscribe  
Notify of
Anonymous
Guest
Anonymous

Un fait divers d’intérêt politique global.
Une étrange affaire de cécité politique internationale.
Le meurtre d’un couple de jeunes français moyens hyper conformistes à Rouen, par Jean-Claude-Nsengumukiza, en 2015, jugé aux assises de Rouen en avril 2019.
http://www.aredam.net/jean-claude-nsengumukiza.html

Illustration : scan de l’article de Le Parisien du 1er avril 2019, organe d’influence du milliardaire français Bernard Arnault.
http://www.aredam.net/jean-claude-nsengumukiza.pdf

josephhokayem
Guest
josephhokayem

A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

antorobot
Guest
antorobot

Super article, très intéressant ! Je trouve que l’on ne parle pas assez de cette guerre électronique qui fait rage depuis quelques années. Ça peut vraiment être dangereux si des personnes mal attentionné réussissent à contrôler des armes allié.
De Anthony Liévin fondateur d’ANTOROBOT antorobot.wordpress.com

Foxhound
Guest
Foxhound

Quelques mots concernant le crash du SU-30.
Le siege ejectable – dénomé K-36 – du SU-30, comme je le pensais c’est un processus entierement automatique, et non informatisé, c’est comme tout le monte le sait un fusée qui se déclenche. En conséquence un brouillage est dans la pratique impossible.
Si les deux moteurs AL-31 F ont bien dysfonctionnés, et sont pourvus de logiciels, c’est une informatique fermée. De plus ces moteurs sont equipés de dispositifs mecaniques, en cas d’urgence qui desactivent tous les processus informatiques.
Le brouillage si tant est qu’il y en ait eu, impacte difficilement le fonctionnement de ces logiciels, mais pas la mécanique.
J’ai bien compris q’aujourd’hui les avions comme le SU-30 c’est des gros desktop, des calculateurs en réseaux qui communiquent, et donc interagissent. Le brouillage du radar, et des radios est possible, cependant pas au point de faire ‘crasher’ un avion. A moins que les américains ont une nouvelle arme miracle ! Alors pourquoi pas neutraliser toute la base russe, et tous les avions de combats de la RUAF et de la PLAF dans la foulée?

L’usage d’une ‘arme EMP US peut se concevoir, et ses effets sont en effet devasatateurs. Si l’arme à impulsion est utilisée contre des objectifs civils, des cibles militaires comme les S-400, les radars de tous les grands pays developpés sont equipés de dispositifs anti-EMP. Pour info les effets de l’EMP sont connus depuis en gros les premières explosions nucléaires, et les grandes puissances se sont equipés de contre mesure.
Alors oui ils ne peuvent pas tout protéger, étant donné des millions de km de reseaux electriques, transistors qu’il y a chez Monsieur tout le monde. C’est pour faire simple comme si vous méttiez une batterie de S-400 autour de chaque pavillon, et appartement. Dans la pratique impossible. Par contre il est presque certain que des avions comme le SU-30 sont equipés de dispositifs anti rayonnement.
En outre, si une arme EMP avait été utilisée contre le SU-30, alors c’est toute la ville Hmeinmin -je ne sais pas si l’orthographe est exacte, parce que d’aprés ce que je vois, tout le monde l’ecrit à sa façon 🙂 – qui aurait été impactée. Comme on le voit c’est pas le cas.

Il sera trés dfficile un jour de connaitre la vérité sur ce qui s’est passé réelement pour le SU-30, mais un dysfonctionnement n’est pas à exclure pour les raisons que j’ai déja evoqué dans de précédents posts.
Si en effet des dispositifs SAM syriens -S-300 et autres Pantsir, Tor, BUK- ont bel et bien été neutralisés par la guerre electronique US, c’est vraissemblement et surtout du au fait de taupes infiltrés qui ont entravé le fonctionnement logiciel et ont été jusqu’à saboter les SAM d’origines russes, coréens, et autre sino iraniennes. Ca c’est deja vu dans l’histoire recente.
Juste un rappel, qui en dit long sur les aptitudes réelles des américains. En 1991, grace à une cinquième colonne bien inflitré au sein de l’armée irakienne, les US avaient saboté et détruit une installation radar -d’origine française entre autre- qui était apte à detecter tous les avions US, y compris les avions stealth.
Ca n’est qu’une fois ces installations radar détruites, qu’ils ont daigné envoyer leur F-117, avec l’éfficacité qu’on connait -c’est à dire dans le meilleur des cas mitigée-. C’est quelque chose que la presse occidentale ne revele pas, preferant la mettre au crédit des “berets verts” et autres forces spéciales occidentales.

Faut tout simplement zapper les fantasmes de la presse occidentale, ainsi que les communiqués du DoD, parce que la plupart du temps c’est des conneries. Dans tous les conflits les américains n’ont jamais brillé, jamais. A chaque fois qu’ils tombent sur un adversaire apte et qui veut se défendre, les US perdent systèmatiquement. Et cette fois en Syrie il n’y aura pas d’exception.

Anonyme
Guest
Anonyme

Je dirai une chose .
J’espère que vous vous trompez tous.
Car à vous lire il se trame actuellement en coulisse un non retour pour l’humanité.

roc
Guest
roc

certes il font feu de tout bois
Dernière opération de l’US Navy contre Daech en Syrie: quels sont ses objectifs réels?
Les frappes aériennes que le groupe d’attaque américain positionné en Méditerranée orientale a effectuées les 3 et 4 mai contre Daech* en Syrie soulèvent des questions quant aux objectifs réels de cette opération, affirme à la chaine RT l’expert militaire russe Alexeï Leonkov, qui a ajouté qu’elle peut être dirigée contre Damas.
https://fr.sputniknews.com/international/201805051036237518-operation-us-daech-syrie/

trackback
REDINTERNACIONAL.NET /Analisis y Noticias Internacionales /La guerra electromagnética hace estragos, antes de la deflagración generalizada…

[…] Fuente: strategika51, 4 mayo 2018 […]

wawa
Guest
wawa

Se pose la question de l’utilisation possible des bombe atomique en tant qu’ EMP, pas sur des villes, mais dans la haute atmosphère, où l’on ne chercherai pas à vitrifier, mais à griller l’électronique.