Analysis

Did Israel Kill the Kennedys?

Laurent Guyénot, a Ph.D. historian and engineer, is the author of From Yahweh to Zion, the best book ever written on the so-called “Jewish question.” As he explains in the video below, Dr. Guyénot discovered the JQ through the study of the two biggest “deep events” in U.S. history: 9/11 and the assassinations of the Kennedy brothers (which must be seen as two prongs of a single operation). The article below, published on the occasion of the 50th anniversary of the Robert Kennedy assassination, synthesizes his findings.

Introduction

Just after midnight of June 6, 1968, Senator Robert Kennedy was assassinated in a backroom of the Ambassador Hotel in Los Angeles.

BobKennedy.jpeg
Senator Robert F. Kennedy

He had just been celebrating his victory at the California primaries, which made him the most likely Democratic nominee for the presidential election. His popularity was so great that Richard Nixon, on the Republican side, stood little chance. At the age of 43, Robert would have become the youngest American president ever, after being the youngest Attorney General in his brother’s government. His death opened the way for Nixon, who could finally become president eight years after having been defeated by John F. Kennedy in 1960.

John had been assassinated four and a half years before Robert. Had he survived, he would certainly have been president until 1968. Instead, his vice-president Lyndon Johnson took over the White House in 1963, and became so unpopular that he retired in 1968. Interestingly, Johnson became president the very day of John’s death, and ended his term a few months after Robert’s death. He was in power at the time of both investigations.

And both investigations are widely regarded as cover-ups. In both cases, the official conclusion is rife with contradictions. We are going to sum them up here. But we will do more: we will show that the key to solving both cases resides in the link between them. And we will solve them beyond a reasonable doubt.

As Lance deHaven-Smith has remarked in Conspiracy Theory in America:

“It is seldom considered that the Kennedy assassinations might have been serial murders. In fact, in speaking about the murders, Americans rarely use the plural, ‘Kennedy assassinations’. […] Clearly, this quirk in the Kennedy assassination(s) lexicon reflects an unconscious effort by journalists, politicians, and millions of ordinary Americans to avoid thinking about the two assassinations together, despite the fact that the victims are connected in countless ways.” [1]

John and Robert were bound by an unshakable loyalty. Kennedy biographers have stressed the absolute dedication of Robert to his elder brother. Robert had successfully managed John’s campaign for the Senate in 1952, then his presidential campaign in 1960. John made him not only his Attorney General, but also his most trusted adviser, even on matters of Foreign or Military affairs. What John appreciated most in Robert was his sense of justice and the rectitude of his moral judgment. It is Robert, for example, who encouraged John to fully endorse the cause of the Blacks’ civil rights movement[2].

Given this exceptional bond between the Kennedy brothers, what is the probability that the two Kennedy assassinations were unrelated? Rather, we should start with the assumption that they are related. Basic common sense suggests that the Kennedy brothers have been killed by the same force, and for the same motives. It is, at least, a logical working hypothesis that Robert was eliminated from the presidential race because he had to be prevented from reaching a position where he could reopen the case of his brother’s death. Both his loyalty to his brother’s memory, and his obsession with justice, made it predictable that, if he reached the White House, he would do just that. But was there, in 1968, any clear indication that he would?

Did Bobby plan to reopen the investigation on his brother’s assassination?

The question has been positively answered by David Talbot in his book Brothers: The Hidden History of the Kennedy Years, published in 2007 by Simon & Schuster. Robert had never believed in the Warren Report’s conclusion that Lee Harvey Oswald was the sole assassin of his brother. Knowing too well what to expect from Johnson, he had refused to testify before the Warren Commission. When its report came out, he had no choice but to publicly endorse it, but “privately he was dismissive of it,” as his son Robert Kennedy, Jr. remembers[3]. To close friends who wondered why he wouldn’t voice his doubt, he said: “there’s nothing I can do about it. Not now.”[4]

From 22 November 1963, Robert was alienated and monitored by Johnson and Hoover. Although still Attorney General, he knew he was powerless against the forces that had killed his brother. Yet he lost no time beginning his own investigation; he first asked CIA director John McCone, a Kennedy friend, to find out if the Agency had anything to do with the plot, and came out convinced that it hadn’t. In March 1964, he had a face-to-face conversation with mobster Jimmy Hoffa, his sworn enemy, whom he had battled for ten years, and whom he suspected of having taken revenge on his brother. Robert also asked his friend Daniel Moynihan to search for any complicity in the Secret Service, responsible for the President’s security[5]. And of course, Robert suspected Johnson, whom he had always mistrusted, as Jeff Shesol documents in Mutual Contempt: Lyndon Johnson, Robert Kennedy, and the Feud that Defined a Decade (1997).

In fact, a mere week after JFK’s death, November 29, 1963, Bill Walton, a friend of the Kennedys, travelled to Moscow and passed to Nikita Khrushchev, via a trusted agent who had already carried secret communications between Khrushchev and John Kennedy, a message from Robert and Jacqueline Kennedy; according to the memo found in the Soviet archives in the 90s by Alexandr Fursenko and Timothy Naftali (One Hell of a Gamble, 1998), Robert and Jackie wanted to inform the Soviet Premier that they believed John Kennedy had been “the victim of a right-wing conspiracy,” and that “the cooling that might occur in U.S.-Soviet relations because of Johnson would not last forever.”[6]

Robert also contacted a former MI6 officer who had been a friend of his family when his father was Ambassador in London. This British retired officer in turn contacted some trusted friends in France, and arrangments were made for two French Intelligence operatives to conduct, over a three-year period, a quiet investigation that involved hundreds of interviews in the United States. Their report, replete with innuendo about Lyndon Johnson and right-wing Texas oil barons, was delivered to Bobby Kennedy only months before his own assassination in June of 1968. After Bobby’s death, the last surviving brother, Senator Ted Kennedy, showed no interest in the material. The investigators then hired a French writer by the name of Hervé Lamarr to fashion the material into a book, under the pseudonym of James Hepburn. The book was first published in French under the title L’Amérique brûle, and was translated under the title Farewell America: The Plot to Kill JFK. Its conclusion is worth quoting:

“President Kennedy’s assassination was the work of magicians. It was a stage trick, complete with accessories and fake mirrors, and when the curtain fell, the actors, and even the scenery disappeared. […] the plotters were correct when they guessed that their crime would be concealed by shadows and silences, that it would be blamed on a ‘madman’ and negligence.”[7]

Robert had planned to run for the American Presidency in 1972, but the escalation of the Vietnam War precipitated his decision to run in 1968. Another factor may have been the opening of the investigation by New Orleans District Attorney Jim Garrison in 1967. Garrison was allowed to view Abraham Zapruder’s amateur film, confiscated by the FBI on the day of the assassination. This film, despite evident tampering, shows that the fatal shot came from the “grassy knoll” well in front of the President, not from the School Book Depository located behind him, where Oswald was supposed to be shooting from.

When talk of the investigation began, Kennedy asked one of his closest advisors, Frank Mankievitch, to follow its developments, “so if it gets to a point where I can do something about this, you can tell me what I need to know.” He confided to his friend William Attwood, then editor of Look magazine, that he, like Garrison, suspected a conspiracy, “but I can’t do anything until we get control of the White House.”[8] He refrained from openly supporting Garrison, believing that since the outcome of the investigation was uncertain, it could jeopardize his plans to reopen the case later, and even weaken his chances of election by construing his motivation as a family feud.

In conclusion, there can be little doubt that, had he been elected president, Robert Kennedy would have done everything possible to reopen the case of his brother’s assassination, in one way or another. This fact certainly did not escape John’s murderers. They had no other option but to stop him. This first conclusion is a sufficient reason to conduct a comparative analysis of both Kennedy assassinations, in search of some converging clues that might lead us to the trail of a common mastermind.We begin with Robert’s assassination.

Sirhan Sirhan, a Palestinian motivated by hatred of Israel?

Just hours after Robert’s assassination, the press was able to inform the American people, not only of the identity of the assassin, but also of his motive, and even of his detailed biography.[9] Twenty-four-year-old Sirhan Bishara Sirhan was born in Jordania, and had moved to the United States when his family was expelled from West Jerusalem in 1948. After the shooting, a newspaper clipping was found in Sirhan’s pocket, quoting favorable comments made by Robert regarding Israel and, in particular, what sounded like an electoral commitment: “The United States should without delay sell Israel the 50 Phantom jets she has so long been promised.”Handwritten notes by Sirhan found in a notebook at his home confirmed that his act had been premeditated and motivated by his hatred of Israel.

That became the story line of the mainstream media from day one. Jerry Cohen of the Los Angeles Times wrote a front page article, saying that Sirhan is “described by acquaintances as a ‘virulent’ anti-Israeli,” (Cohen changed that into “virulent anti-semite” in an article for the The Salt Lake Tribune), and that: “Investigation and disclosures from persons who knew him best revealed [him] as a young man with a supreme hatred for the state of Israel.” Cohen infers that “Senator Kennedy […] became a personification of that hatred because of his recent pro-Israeli statements.”Cohen further revealed that:

“About three weeks ago the young Jordanian refugee accused of shooting Sen. Robert Kennedy wrote a memo to himself, […] The memo said: ‘Kennedy must be assassinated before June 5, 1968’—the first anniversary of the six-day war in which Israel humiliated three Arab neighbors, Egypt, Syria and Jordan.”[10]

After September 11, 2001, the tragedy of Robert’s assassination was installed into the Neocon mythology of the Clash of Civilizations and the War on Terror the story. Sirhan became a precursor of Islamic terrorism on the American soil. In a book entitled The Forgotten Terrorist, Mel Ayton, who specializes in debunking conspiracy theories, claims to present “a wealth of evidence about [Sirhan’s] fanatical Palestinian nationalism,” and to demonstrate that “Sirhan was the lone assassin whose politically motivated act was a forerunner of present-day terrorism” (as written on the back cover).

In 2008, on the 40th anniversary of Robert’s death, Sasha Issenberg of the Boston Globe recalled that the death of Robert Kennedy was “a first taste of Mideast terror.”He quotes Harvard professor Alan Dershowitz (best known as Jonathan Pollard’s lawyer), as saying:

“I thought of it as an act of violence motivated by hatred of Israel and of anybody who supported Israel. […] It was in some ways the beginning of Islamic terrorism in America. It was the first shot. A lot of us didn’t recognize it at the time.”[11]

The fact that Sirhan was from a Christian family was lost on Dershowitz. The Jewish Forward took care to mention it on the same occasion, only to add that Islamic fanaticism ran in his veins anyway:

“But what he shared with his Muslim cousins — the perpetrators of September 11 — was a visceral, irrational hatred of Israel. It drove him to murder a man whom some still believe might have been the greatest hope of an earlier generation.”

Robert Kennedy was the first American victim of modern Arab terrorism,” the Forward journalist hammered; “Sirhan hated Kennedy because he had supported Israel.”[12]

This leitmotiv of the public discourse begs the question: Was Bobby really a supporter of Israel? But before we answer that question, there is on more pressing one: Did Sirhan really kill Bobby?

Did Sirhan Bishara Sirhan really kill Robert Kennedy?

If we trust official statements and mainstream news, the assassination of Robert Kennedy is an open-and-shut case. The identity of the killer suffers no discussion, since he was arrested on the spot, with the smoking gun in his hand. In reality, ballistic and forensic evidence show that none of Sirhan’s bullets hit Kennedy.

According to the autopsy report of Chief Medical Examiner-Coroner Thomas Noguchi, Robert Kennedy died of a gunshot wound to the brain, fired from behind the right ear at point blank range, following an upward angle. Nogushi restated his conclusion in his 1983 memoirs, Coroner. Yet the sworn testimony of twelve shooting witnesses established that Robert had never turned his back on Sirhan and that Sirhan was five to six feet away from his target when he fired.

Tallying all the bullet impacts in the pantry, and those that wounded five people around Kennedy, it has been estimated that at least twelve bullets were fired, while Sirhan’s gun carried only eight. On April 23, 2011, attorneys William Pepper and his associate, Laurie Dusek, gathered all this evidence and more in a 58-page file submitted to the Court of California, asking that Sirhan’s case be reopened. They documented major irregularities in the 1968 trial, including the fact that the bullet tested in laboratory to be compared to the the one extracted from Robert’s brain had not been shot by Sirhan’s revolver, but by another gun, with a different serial number; thus, instead of incriminating Sirhan, the ballistic test in fact proved him innocent. Pepper has also provided a computer analysis of audio recordings during the shooting, made by engineer Philip Van Praag in 2008, which confirms that two guns are heard.[13]

Sirhan Bishara Sirhan.jpeg
Sirhan Bishara Sirhan

The presence of a second shooter was signaled by several witnesses and reported on the same day by a few news media. There are strong suspicions that the second shooter was Thane Eugene Cesar, a security guard hired for the evening, who was stuck behind Kennedy at the moment of the shooting, and seen with his pistol drawn by several witnesses. One of them, Don Schulman, positively saw him fire. Cesar was never investigated, even though he did not conceal his hatred for the Kennedys, who according to his recorded statement, had “sold the country down the road to the commies.”[14]

Even if we assume that Sirhan did kill Robert Kennedy, a second aspect of the case raises question: according to several witnesses, Sirhan seemed to be in a state of trance during the shooting. More importantly, Sirhan has always claimed, and continues to claim, that he has never had any recollection of his act:

“I was told by my attorney that I shot and killed Senator Robert F. Kennedy and that to deny this would be completely futile, [but] I had and continue to have no memory of the shooting of Senator Kennedy.”

He also claims to have no memory of “many things and incidents which took place in the weeks leading up to the shooting.”[15] Some repetitive lines written of a notebook found in Sirhan’s bedroom, which Sirhan recognizes as his own handwriting but does not remember writing, are reminiscent of automatic writing.[16]

Psychiatric expertise, including lie-detector tests, have confirmed that Sirhan’s amnesia is not faked. In 2008, Harvard University professor Daniel Brown, a noted expert in hypnosis and trauma memory loss, interviewed Sirhan for a total of 60 hours, and concluded that Sirhan, whom he classifies in the category of “high hypnotizables,”acted unvoluntarily under the effect of hypnotic suggestion: “His firing of the gun was neither under his voluntary control, nor done with conscious knowledge, but is likely a product of automatic hypnotic behavior and coercive control.”[17]

SydneyGottlieb.jpeg
Sidney Gottlieb, Doctor Mabuse or Doctor Evil?

We know that in the 1960s, American military agencies were experimenting on mental control. Dr Sidney Gottlieb, son of Hungarian Jews, directed the infamous CIA MKUltra project, which, among other things, were to answer questions such as: “Can a person under hypnosis be forced to commit murder?” according to a declassified document dated May 1951.[18] According to Israeli journalist Ronen Bergman, author of Rise and Kill First: The Secret History of Israel’s Targeted Assassinations(Random House, 2018), in 1968, an Israeli military psychologist by the name of Benjamin Shalit had concocted a plan to take a Palestinian prisoner and “brainwashand hypnotize him into becoming a programmed killer” aimed at Yasser Arafat.[19]

If Sirhan was hypnotically programmed, the question is: Who had some interest in having a visceral anti-Zionist Palestinian blamed for the killing of Robert Kennedy? Israel, of course. But then, we are faced with a dilemma, for why would Israel want to kill Robert Kennedy if Robert Kennedy was supportive of Israel, as the mainstream narrative goes?

Was Robert Kennedy really a friend of Israel?

The dilemma rests on a misleading assumption, which is part of the deception. In fact, Robert Kennedy was definitely not pro-Israel. He was simply campaigning in 1968. As everyone knows, a few good wishes and empty promises to Israel are an inescapable ritual in such circumstances. And Robert’s statement in an Oregon synagogue, mentioned in the May 27 Pasadena Independent Star-News article found in Sirhan’s pocket, didn’t exceed the minimal requirements. Its author David Lawrence had, in an earlier article entitled “Paradoxical Bob,” underlined how little credit should be given to such electoral promises: “Presidential candidates are out to get votes and some of them do not realize their own inconsistencies.”

All things considered, there is no ground for believing that Robert Kennedy would have been, as president of the US, particularly Israel-friendly. The Kennedy family, proudly Irish and Catholic, was known for its hostility to Jewish influence in politics, a classic theme of anti-Kennedy literature, best represented by the 1996 book by Ronald Kessler with the highly suggestive title, The Sins of the Father: Joseph P. Kennedy and the Dynasty He Founded.[20]

Robert had not been, in his brother’s government, a particularly pro-Israel Attorney General: He had infuriated Zionist leaders by supporting an investigation led by Senator William Fulbright of the Senate Committee on Foreign Relations aimed at registering the American Zionist Council as a “foreign agent” subject to the obligations defined by the Foreign Agents Registration Act of 1938, which would had considerably hindered its efficiency (after 1963, the AZD escaped this procedure by changing its status and renaming itself AIPAC)[21].

In conclusion, it is only with outstanding hypocrisy that The Jewish Daily Forward could write, on the 40th anniversary of Bobby’s death:

“In remembering Bobby Kennedy, let us remember not just what he lived for, but also what he died for—namely, the precious nature of the American-Israeli relationship.”[22]

Robert Kennedy’s death had not been a bad thing for the precious “American-Israeli relationship.” Rather, it was a great loss for the Arab world, where Bobby was mourned just as had his brother John before him.

Of course, the fact that the Zionist media lied when granting Robert Kennedy some posthumous certificate of good will toward Israel, and thereby provided Israel with a fake alibi, is not a sufficient reason for concluding that Israel murdered Robert. Even the fact that the masterminds of the plot chose as their programmed instrument an anti-Zionist Palestinian, and thereby stirred a strong anti-Palestinian feeling among Americans at the same time as getting rid of Robert, does not prove that Israel was involved. What is still lacking for a serious presumption is a plausible motive.

The motive of Robert’s assassination must be found, not in what Robert publicly declared in an Oregon synagogue during his presidential campaign, but rather in what he confided only to his most close friends: his intention to reopen the investigation on his brother’s death. Our next question, therefore, is: What would an unbiased investigation, conducted under the supervision of Robert in the White House, have revealed?

Did the CIA assassinate Kennedy?

It is obvious to anybody just vaguely informed that a genuine investigation would first establish that Oswald was a mere “patsy”, as he said himself, a scapegoat prepared in advance to be blamed for the crime and then be slaughtered without a trial. We will not here review the evidence that contradicts the official thesis of the lone gunman. It can be found in numerous books and documentary films.

Oswald.jpeg
Lee Harvey Oswald, another scapegoat,  executed without any form of trial by a Zionist terrorist linked to the Irgun

Just as notorious is the theory that the plot to kill Kennedy originated from a secret network within the CIA, in collusion with extremist elements in the Pentagon. That conspiracy theory looms the largest in books, articles and films that have been produced since John Kennedy died.

That CIA-Pentagon theory, as I will call it (add the military-industrial complex if you wish) has a major flaw in the motive ascribed to the killers: besides getting rid of Kennedy, the theory goes, the aim was to create a pretext for invading Cuba, something the CIA had always pushed for and Kennedy had refused to do (the Bay of Pigs fiasco). With Oswald groomed as a pro-Castro communist, the Dallas shooting was staged as a false flag attack to be blamed on Cuba. But then, why did no invasion of Cuba followed Kennedy’s assassination? Why was the pro-Castro Oswald abandoned by the Warren Commission in favor of the lone nut Oswald? Those who address the question, like James Douglass in his JFK and the Unspeakable, credit Johnson with preventing the invasion. Johnson, we are led to understand, had nothing to do with the assassination plot, and thwarted the plotters’ ultimate aim to start World War III. This is to ignore the tremendous amount of evidence accumulated against Johnson for fifty years, and documented in such groundbreaking books as Phillip Nelson’s LBJ: The Mastermind of JFK’s Assassination (2010) or Roger Stone’s The Man Who Killed Kennedy: The Case Against LBJ (2013).

Another weakness in the CIA-Pentagon theory is the lack of agreement about the mastermind of the plot. In fact, one of the names that comes up most often is James Jesus Angleton, the head of Counter-Intelligence within the CIA, about whom Professor John Newman writes in Oswald and the CIA:

“In my view, whoever Oswald’s direct handler or handlers were, we must now seriously consider the possibility that Angleton was probably their general manager. No one else in the Agency had the access, the authority, and the diabolically ingenious mind to manage this sophisticated plot.”[23]

But there is plenty of evidence that Angleton, who was also the head of the CIA “Israel Office,” was a Mossad mole. According to his biographer Tom Mangold, “Angleton’s closest professional friends overseas […] came from the Mossad and […] he was held in immense esteem by his Israeli colleagues and by the state of Israel, which was to award him profound honors after his death.”[24]No less that two monuments were dedicated to him at memorial services in Israel during ceremonies attended by chiefs of Israeli Intelligence and even a future Prime Minister.[25]

Another aspect must be taken into account: if the trail of the CIA is such a well-trodden path among Kennedy researchers, it is because it has been cut and marked by the mainstream media themselves, as well as by Hollywood. And that began even before the assassination, on October 3, 1963, with an article by the New York Times’ chief Washington correspondent Arthur Krock. The article denounced the CIA’s “unrestrained thirst for power” and quotidian unnamed “very high official” who claimed that the White House could not control the CIA, and that:

“If the United States ever experiences an attempt at a coup to overthrow the Government, it will come from the CIA and not the Pentagon. The agency represents a tremendous power and total unaccountability to anyone.”[26]

In such a way, The New York Times was planting a sign, a month and a half before the Dallas killing, pointing to the CIA as the most likely instigator of the upcoming coup. The sign said: “The President is going to fall victim of a coup, and it will come from the CIA.”

One month after Kennedy’s assassination, it was the turn of the Washington Post to use a very similar trick, by publishing an op-ed signed by Harry Truman, in which the former president said he was “disturbed by the way CIA has been diverted from its original assignment.” “I never had any thought when I set up the CIA that it would be injected into peacetime cloak and dagger operations,” at the point of becoming across the globe “a symbol of sinister and mysterious foreign intrigue […] there are now some searching questions that need to be answered.”[27] Truman was hinting at the CIA’s role in toppling foreign governments and assassinating elected leaders abroad. But given the timing of his article, one month to the day after Dallas, it could only be understood by anyone with ears to hear, and at least subliminally by the rest, as an indictment of the CIA in the Kennedy assassination. This article, widely reprinted in the 1970s after the creation of the Church Committee and the House Select Committee on Assassinations, is regarded as Truman’s whistleblowing. Yet its mea culpa style is quite unlike Truman; that is because it was not written by Truman, but by his longtime assistant and ghostwriter, a Russian born Jew named David Noyes, whom Sidney Krasnoff calls “Truman’s alter ego” in his book, Truman and Noyes: Story of a President’s Alter Ego (1997). Truman probably never saw the article prior to its publication in the Washington Post morning edition, but he may be responsible for its deletion from the afternoon print runs.[28]

So the two most influential American newspapers, while ostensibly defending the official theory of the lone gunman, have planted directional signs pointing to the CIA. Most Kennedy truthers have followed the signs with enthusiasm.

In the 70s, the mainstream media and publishing industry played again a major role in steering conspiracy theorists toward the CIA, while avoiding any hint of Israeli involvement. One major contributor to that effort was A. J. Weberman, with his 1975 book Coup d’État in America: The CIA and the Assassination of John F. Kennedy, co-authored by Michael Canfield. According to the New York Jewish Daily Forward (December 28, 2012), Weberman had “immigrated to Israel in 1959 and has dual American-Israeli citizenship,” and is “a close associate of Jewish Defense Organization founder Mordechai Levy, whose fringe group is a spin-off of the late Rabbi Meir Kahane’s militant right-wing Jewish Defense League.” Weberman acknowledged Neocon Richard Perle’s assistance in his investigation.[29] The Weberman-Canfield book contributed to the momentum that led the House Select Committee on Assassinations (HSCA) to reinvestigate in 1976 the murders of JFK and Dr. Martin Luther King.

It is also in this context that Newsweek journalist Edward Jay Epstein published an interview of George De Mohrenschildt, a Russian geologist and consultant for Texan oilmen who had befriended Oswald and his Russian wife in Dallas in 1962. In this interview, De Mohrenschildt admitted that Oswald had been introduced to him at the instigation of Dallas CIA agent J. Walton Moore.[30] That piece of information is dubious for several reasons: First, Moore was officially FBI rather than CIA. Second, De Mohrenschildt was in no position to confirm or deny the words that Epstein ascribed to him: he was found dead a few hours after giving the interview. In fact, De Mohrenschildt’s interview published by Epstein contradicts De Mohrenschildt’s own manuscript account of his relationship to Oswald, revealed after his death.[31] De Mohrenschildt’s death was ruled a suicide. The Sheriff’s report mentions that in his last months he complained that “the Jews” and “the Jewish mafia” were out to get him.[32] Needless to say, Epstein didn’t mention anything about this. More suspicions arise from the fact that Epstein’s main source for his 1978 book, Legend: the Secret World of Lee Harvey Oswald, was James Jesus Angleton, who was actively spreading disinformation at the time of the HSCA, defending the theory that Oswald was a KGB agent with CIA connections.

That Israeli agents have been instrumental in spreading conspiracy theories targeting the CIA is also evidenced by Oliver Stone’s film JFK released in 1991, starring Kevin Costner in the role of New Orleans District Attorney Jim Garrison. This film, which shook public opinion to the point of motivating the President John F. Kennedy Assassination Records Collection Act of 1992, was produced by Arnon Milchan, described in a 2011 biography as being from his youth “one of the most important covert agents that Israeli intelligence has ever fielded,” involved in arms smuggling from the US to Israel.[33] In 2013 Milchan publicly revealed his extended activity as a secret agent of Israel, working in particular to boost Israel’s nuclear program.[34] It is therefore no wonder that Stone’s film gives no hint of the Mossad connection that Garrison stumbled upon.

Who killed JFK?

By a strange paradox, the authors who stand for the consensual conspiracy theory of a CIA plot against Kennedy build their case on the biography of Oswald, while at the same time claiming that Oswald had almost nothing to do with the killing. If Oswald was “just a patsy,” as he publicly claimed, the quest for the real culprits must logically begin by investigating the man who silenced Oswald.

Oswald’s assassin is known as Jack Ruby, but few people know that his real name was Jacob Leon Rubenstein, and that he was the son of Jewish Polish immigrants.

Ruby
Jacob Leon Rubenstein, known as Jack Ruby

Ruby was a member of the Jewish underworld. He was a friend of Los Angeles gangster Mickey Cohen, whom he had known and admired since 1946. Cohen was the successor of the famed Benjamin Siegelbaum, aka Bugsy Siegel, one of the bosses of Murder Incorporated. Cohen was infatuated with the Zionist cause, as he explained in his memoirs: “Now I got so engrossed with Israel that I actually pushed aside a lot of my activities and done nothing but what was involved with this Irgun war”.[35] Mickey Cohen was in contact with Menachem Begin, the former Irgun chief, with whom he even “spent a lot of time,” according to Gary Wean, former detective sergeant for the Los Angeles Police Department. So there is a direct line connecting Jack Ruby, via Mickey Cohen, to the Israeli terrorist ring, and in particular to Menachem Begin, a specialist in false flag terror. We also know that Ruby phoned Al Gruber, a Mickey Cohen associate, just after Oswald’s arrest; no doubt he received then “an offer he couldn’t refuse,” as they say in the underworld.[36] Ruby’s defense lawyer William Kunstler wrote in his memoirs that Ruby told him he had killed Oswald “for the Jews,” and Ruby’s rabbi Hillel Silverman received the same confession when visiting Ruby in jail.[37]

090.jpg
Jack Ruby opening fire to silence Lee Harvey Oswald

That is not all. At every levels of the conspiracy to kill Kennedy, we also find the fingerprints of the Israeli deep state. JFK’s trip to Dallas, being officially “non political,” was sponsored by a powerful business group known as the Dallas Citizens Council, dominated by Julius Schepps, “a wholesale liquor distributor, member of every synagogue in town, and de facto leader of the Jewish community,” as described by Bryan Edward Stone in The Chosen Folks: Jews on the Frontiers of Texas.[38]Kennedy was on his way to the reception organized in his honor when he was shot.

The “host committee” inviting Kennedy was chaired by another influential figure of the wealthy Jewish community in Dallas: advertising executive and PR man Sam Bloom. According to former British Intelligence Officer Colonel John Hughes-Wilson, it was Bloom who suggested to the Police “that they move the alleged assassin [Oswald] from the Dallas police station to the Dallas County Jail in order to give the newsmen a good story and pictures.”Oswald was shot by Ruby during this transfert. Hughes-Wilson adds that,“when the police later searched Ruby’s home, they found a slip of paper with Bloom’s name, address and telephone number on it.”[39]

After the Dallas tragedy, Israel’s sayanim were also busy fabricating the official lie. Apart from its chairman Earl Warren, chosen for his figurative role as Chief Justice, all key people in the investigative Commission were either personal enemies of Kennedy—like Allen Dulles, the CIA director fired by Kennedy in 1961—or ardent Zionists.

Dulles.jpeg
Allan Dulles, a personal enemy of John Fitzgerald Kennedy

The man who played the key role in fabricating the government lie purveyed by the Warren Commission was Arlen Specter, the inventor of what came to be called the “magic bullet” theory: a single bullet supposed to have caused seven wounds to Kennedy and John Connally sitting before him in the limousine, and later found in pristine condition on a gurney in Parkland Memorial Hospital in Dallas.

Specter.jpeg
Arlen Specter, the inventor of the “Magic Bullet” theory

Specter, who with an ironic touch of chutzpah titled his autobiography Passion for Truth, was the son of Russian Jewish immigrants, and, at his death in 2012, was mourned by the Israeli government as “an unswerving defender of the Jewish State,” and by AIPAC, as “a leading architect of the congressional bond between our country and Israel.”[40]

So, at all stages of the plot, we find a Zionist cabal including business men, politicians and Irgun-connected gangsters, not forgetting media executives, all devoted to Israel.

The most plausible motive for Israel to kill Kennedy has been revealed by two books: Seymour Hersh’s The Samson Option in 1991, then Avner Cohen’s Israel and the Bomb in 1998, and the lead has been followed up in 2007 by Michael Karpin in The Bomb in the Basement.What these investigators reveal is that Kennedy, informed by the CIA in 1960 of the military aim pursued at the Dimona complex in the Negev desert, was firmly determined to force Israel to renounce it. With that purpose in mind, he replaced CIA Director Allen Dulles by John McCone, who had, as Eisenhower’s chairman of the Atomic Energy Commission (AEC), leaked to The New York Times the truth about Israel’s Dimona project; the story was printed on December 19, 1960, weeks before Kennedy was to take office. As Alan Hart writes, “there can be no doubt that Kennedy’s determination to stop Israel developing its own nuclear bomb was the prime factor in his decision to appoint McCone.”[41] Then Kennedy urged Ben-Gurion to allow regular inspections of Dimona, first verbally in New York in 1961, and later through more and more insistent letters. In the last one, cabled June 15, 1963 to the Israeli ambassador with instruction to hand it personally to Ben-Gurion, Kennedy demanded Ben-Gurion’s agreement for an immediate visit followed by regular visits every six months, otherwise “this Government’s commitment to and support of Israel could be seriously jeopardized.”[42] The result was unexpected: Ben-Gurion avoided official reception of the letter by announcing his resignation on June 16. As soon as the new Prime Minister Levi Eshkol took office, Kennedy sent him a similar letter, dated July 5, 1963, to no avail. Did Ben-Gurion resign in order to deal with Kennedy from another level?

Dimona.jpeg
Dimona Nuclear Complex

Five months later, Kennedy’s death relieved Israel of all pressure (diplomatic or otherwise) to stop its nuclear program. Faced with Johnson’s complete lack of interest in that issue, John McCone resigned from the CIA in 1965, declaring: “When I cannot get the President to read my reports, then it’s time to go.”

Kennedy’s determination to stop Israel’s Dimona project was only part of the “Kennedy problem”. During his first months in the White House, Kennedy committed himself by letters to Nasser and other Arab heads of State to support UN Resolution 194 for the right of return of Palestinian refugees. Ben-Gurion reacted with a letter to the Israeli ambassador in Washington, intended to be circulated among Jewish American leaders, in which he stated:

“Israel will regard this plan as a more serious danger to her existence than all the threats of the Arab dictators and Kings, than all the Arab armies, than all of Nasser’s missiles and his Soviet MIGs. […] Israel will fight against this implementation down to the last man.’”[43]

Kennedy behaved warmly toward Nasser, Israel’s worst enemy. Historian Philip Muehlenbeck writes:

“While the Eisenhower administration had sought to isolate Nasser and reduce his influence through building up Saudi Arabia’s King Saud as a conservative rival to the Egyptian president, the Kennedy administration pursued the exact opposite strategy.”[44]

After Kennedy’s death, American foreign policy was reversed again, without the American public being aware of it. Johnson cut the economic aid to Egypt, and increased the military aid to Israel, which reached 92 million dollars in 1966, more than the total of all previous years combined.

For 50 years, the Israeli trail in the Kennedy assassination has been smothered, and anyone who mentioned it was immediately ostracized. American congressman Paul Findley nevertheless dared write in March 1992 in the Washington Report on Middle East Affairs: “It is interesting to note that in all the words written and uttered about the Kennedy assassination, Israel’s intelligence agency, the Mossad, has never been mentioned.” One single author has seriously investigated that trail: Michael Collins Piper, in his 1995 book Final Judgment: The Missing Link in the JFK Assassination Conspiracy. Piper was largely ignored by the mainstream of the Kennedy truth movement. But his work has made its way nevertheless. In 2013, Martin Sandler wrote about Piper’s work in his edition of letters by Kennedy, which included those addressed to Ben-Gurion about Dimona: “Of all the conspiracy theories, it remains one of the most intriguing.”It is, in fact, a theory widespread in Arab countries.[45]

The case against Lyndon Johnson

LyndonJohnson.jpeg
Lyndon Johnson, the most pro-Israeli president in the history of the United States

Several investigators have identified Lyndon Johnson, Kennedy’s vice-president, as the mastermind of the Kennedy assassination. It is, at least, beyond doubt that the plotters acted with the foreknowledge that Johnson, who automatically stepped in as head of State after Kennedy’s death, would cover them. The context of national crisis enabled him to bully both Justice and the press while achieving his life’s ambition. Johnson not just benefitted from the plot; he participated in its elaboration. As a former senator from Texas, he could mobilize high-ranked accomplices in Dallas to prepare the ambush. Johnson also had his men in the Navy. In 1961, Texan senator John Connally had been appointed as Navy Secretary at the request of Johnson. When Connally resigned eleven months later to run for governor of Texas, Johnson convinced Kennedy to name another of his Texan friends, Fred Korth.

Johnson’s privileged control over the Navy is an important aspect of the case because the Navy was critical in the setting up and in the cover-up of the plot. First, contrary to a widespread but erroneous belief, Lee Harvey Oswald had been recruited by the Navy and not by the CIA. He was a Marine, and as a Marine he had worked for the Office of Naval Intelligence (ONI). Secondly, it is at the Naval Hospital in Washington, under the control of Navy officers, that Kennedy’s autopsy was performed, after his body had been literally stolen at gunpoint from Parkland Hospital in Dallas. The report of this autopsy stated that the fatal bullet had entered the back of Kennedy’s skull, which contradicted the testimonies of twenty-one members of the Dallas hospital staff who saw two entry bullet-wounds on the front of Kennedy’s body. This was critical because Oswald was presumably shooting from behind Kennedy, and could not possibly have caused these bullet wounds.

It is noteworthy that Johnson had actually taken advantage of his connections in the Navy to participate in the greatest corruption case ever recorded at that time. His accomplice Fred Korth was forced to resign as Navy Secretary in November 1963, only weeks before the Dallas coup, after the Justice Department headed by Robert Kennedy had implicated him in a fraud involving a $7 billion contract for the construction of 1,700 TFX military aircraft by General Dynamics, a Texan company. Johnson’s personal secretary, Bobby Baker, was charged in the same case.

Because of this mounting scandal and other suspicions of corruption, Kennedy was determined to change Vice-President for his upcoming reelection campaign.[46] While in Dallas the day before the President’s visit, Nixon publicized the rumor of Johnson’s removal, and the Dallas Morning News was reporting on November 22nd: “Nixon Predicts JFK May Drop Johnson.” Instead, Johnson became president that very day.

Many Americans immediately suspected Johnson’s involvement in the Dallas coup, especially after the publication in 1964 of a book by James Evetts Haley, A Texan Looks at Lyndon, which portrayed Johnson as deeply corrupt. According to his biographer Robert Caro, Johnson was a man thirsting “for power in its most naked form, for power not to improve the lives of others, but to manipulate and dominate them, to bend them to his will.”[47]

The evidence incriminating Johnson does not conflict with the evidence against Israel, quite the contrary. First, both trails converge in the person of Jack Ruby, whom Nixon identified a one of “Johnson’s boys,” according to former Nixon operative Roger Stone.[48] The hypothesis that Ruby acted on Johnson’s orders is a likely explanation for some of his odd statements to the Warren Commission:

“If you don’t take me back to Washington tonight to give me a chance to prove to the President that I am not guilty, then you will see the most tragic thing that will ever happen.” “There will be a certain tragic occurrence happening if you don’t take my testimony and somehow vindicate me so my people don’t suffer because of what I have done.”

He said that feared that his act would be used “to create some falsehood about some of the Jewish faith,” but added that “maybe something can be saved […], if our President, Lyndon Johnson, knew the truth from me.”[49] With such words, Ruby seems to be trying to send a message to Johnson through the Commission, or rather a warning that he might spill the beans about Israel’s involvement if Johnson did not intervene in his favor. We get the impression that Ruby expected Johnson to pardon him.

Yet Johnson did nothing to get Ruby out of jail. Ruby’s sense of betrayal would explain why in 1965, after having been sentenced to life imprisonment, Ruby implicitly accused Johnson of Kennedy’s murder in a press conference: “If [Adlai Stevenson] was Vice-President there would never have been an assassination of our beloved President Kennedy.”[50]

Ruby died from a mysterious disease in his prison in 1967.

A Crypto-Zionist president?

Ruby is not the only link between Johnson and Israel, far from it. In truth, Johnson had always been Israel’s man. His electoral campaigns had been funded since 1948 by Zionist financier Abraham Feinberg, who happened to be president of the Americans for Haganah Incorporated, which raised money for the Jewish militia.

009.jpeg

It is the same Feinberg who, after the Democratic primaries in 1960, made the following proposal to Kennedy, as Kennedy himself later reported to his friend Charles Bartlett: “We know your campaign is in trouble. We’re willing to pay your bills if you’ll let us have control of your Middle East policy.” Bartlett recalls that Kennedy was deeply upset and swore that, “if he ever did get to be President, he was going to do something about it.”[51]

It is on record, thanks to Kennedy insider Arthur Schlesinger (A Thousand Days: John Kennedy in the White House, 1965), that the two men who convinced Kennedy to take Johnson as his running mate, were Philip Graham and Joseph Alsop, respectively publisher and columnist of the Washington Post, and strong supporters of Israel.[52]Schlesinger doesn’t reveal Graham and Alsop’s arguments, and states that Kennedy’s final decision “defies historical reconstruction”—a curious statement for a historian so well informed on the topic. But Evelyn Lincoln, Kennedy’s personal secretary for twelve years, had her own idea about it. She believed that Kennedy was blackmailed with proofs of his many infidelities to his wife: “Jack knew that Hoover and LBJ would just fill the air with womanizing.” Whatever the details of the blackmail, Kennedy once confided to his assistant Hyman Raskin, as an apology for taking Johnson, “I was left with no choice […] those bastards were trying to frame me. They threatened me with problems and I don’t need more problems.”[53]

In 2013, Associated Press reported about newly released tapes from Johnson’s White House office showing LBJ’s “personal and often emotional connection to Israel,” and pointed out that under Johnson, “the United States became Israel’s chief diplomatic ally and primary arms supplier.” An article from the 5 Towns Jewish Times “Our First Jewish President Lyndon Johnson?” recalls Johnson’s continuous support of Jews and Israel in the 1940s and 50s, and concludes: “President Johnson firmly pointed American policy in a pro-Israel direction.” The article also mentions that, “research into Johnson’s personal history indicates that he inherited his concern for the Jewish people from his family. His aunt Jessie Johnson Hatcher, a major influence on LBJ, was a member of the Zionist Organization of America.” And, in an additional note: “The line of Jewish mothers can be traced back three generations in Lyndon Johnson’s family tree. There is little doubt that he was Jewish.”[54]

Whatever was the reason of Johnson’s loyalty to Israel, it is a fact that, thanks to Johnson, Israel could continue its military nuclear program undisturbed, and acquire its first atomic bomb around 1965. Historian Stephen Green writes: “Lyndon Johnson’s White House saw no Dimona, heard no Dimona, and spoke no Dimona when the reactor went critical in early 1964.”[55]

Thanks to JFK’s death, Israel was also able to carry out its plan to annex Palestinian territories beyond the boundaries imposed by the United Nations Partition plan. By leaning on Pentagon and CIA hawks, Johnson intensified the Cold War and created the climate of tension which Israel needed in order to demonize Egyptian president Nasser and reinforce its own stature as indispensable ally in the Middle East.

During the Six Day War of 1967, Israel managed to triple its territory, while creating the illusion of acting in legitimate defense. The lie could not deceive American Intelligence agencies, but Johnson had given a green light to Israel’s attack, and even authorized James Angleton of the CIA to give Israel the precise positions of the Egyptian air bases, which enabled Israel to destroy them in just a few hours.

Four days after the start of the Israeli attack, Nasser accepted the ceasefire request from the UN Security Council. It was too soon for Israel, which had not yet achieved all its territorial objectives. On June 8, 1967, the USS Liberty, a NSA spy ship stationed in international waters off Sinai, was bombed, strafed and torpedoed during 75 minutes by Israeli Mirage jets and three torpedo boats, with the obvious intention of sinking it without leaving any survivors. (Even the rescue channels were machine-gunned.) Meanwhile, Johnson, from the White House, intervened personally to prohibit the nearby Sixth Fleet from rescuing the USS Liberty after the crew, despite the initial destruction of its transmitters, had managed to send off an SOS.

The attack would have been blamed on Egypt if it had succeeded, that is, if the ship had sunk and its crew had all died. The operation would then have given Johnson a pretext for interveening on the side of Israel against Egypt.

But it failed. The USS Liberty affair was suppressed by a commission of inquiry headed by Admiral John Sidney McCain II, Commander-in-Chief of US Naval Forces in Europe (and Father of Arizona Senator John McCain III). Johnson accepted Israel’s spurious “targeting error” explanation. In January 1968 he invited the Israeli Prime Minister, Levi Eshkol, to Washington, and warmly welcomed him to his Texas ranch. What’s more, Johnson rewarded Israel by lifting the embargo on offensive military equipment: US-made tanks and aircraft immediately flowed to Tel Aviv.

This failed false flag attack is evidence of the secret complicity of Johnson and Israel, implying high treason on the part of Johnson.

Conclusion

Let’s now conclude our overview of the evidence: beside the fact that John and Robert were brothers, their assassinations have at least two things in common: Lyndon Johnson and Israel.

First, their deaths are precisely framed by Johnson’s presidency, which was also the context for other political assassinations, such as Martin-Luther King’s. Johnson was in control of the State during the two investigations on John and Robert’s murders.

Secondly, in both cases, we find the fingerprints of Israel’s deep state. In the case of Robert, it is the choice of the manipulated patsy, which was obviously meant to disguise Robert’s assassination as an act of hatred against Israel. In the case of John, it it is the identity of the man asked to kill the patsy, a Jewish gangster linked to the Irgun.

Johnson and Israel, the two common elements in the Kennedy assassinations, are themselves closely linked, since Johnson can be considered as a high-level sayan, a man secretly devoted to Israel, or owned by Israel, to the point of committing high treason against the nation he had been elected to lead and protect.

The causal link between the two assassinations then becomes clear: even if Robert had been pro-Israel, which he was not, Israel and Johnson would still have had a compelling reason to eliminate him before he got to the White House, where he could—and would—reopen the investigation on his brother’s death.

What should have been obvious from the start now appears brightly clear: in order to solve the mystery of the assassination of John Kennedy, one has simply to look into the two other assassinations which are connected to it: the assassination of Lee Harvey Oswald, the man whose trial could have exposed the hoax and possibly put the plotters into the light, and the assassination of Robert Kennedy, the man who would have reopened the case if he had lived. And both these assassinations bear the signature of Israel.

At his death in 1968, Robert Kennedy left eleven orphans, not counting John’s two children, whom he had somewhat adopted. John’s son, John F. Kennedy Jr., aka John John, who had turned three the day of his father’s funeral, embodied the Kennedy myth in the heart of all Americans. The route seemed traced for him to become president one day. He died on July 16, 1999, with his pregnant wife and his sister-in-law, when his private plane suddenly and mysteriously nose-dived into the ocean a few seconds after he had announced his landing on the Kennedy property in Massachusetts.

John John had long been portrayed as a superficial, spoiled and harmless young man. But that image was as misleading as young Halmet’s in Shakespeare’s play. John had serious interest in mind, and, at age 39, he was just entering politics. In 1995 he founded George magazine, which seemed harmless until it began to take an interest in political assassinations. In March 1997, George published a 13-page article by the mother of Yigal Amir, the convicted assassin of Israeli Prime Minister Yitzhak Rabin. The article was supporting the thesis of a conspiracy by the Israeli far-right. So JFK Jr. was eliminated while following in the footsteps of his father, entering politics through the door of journalism and taking an interest in the crimes of the Israeli deep state. Canadian-Israeli journalist Barry Chamish believes John Kennedy Jr. was assassinated precisely for that.[56]

The nonsensical notion of a mysterious curse on the Kennedy family is an obvious smoke screen. The unsolved murders of JFK and his two legitimate heirs—his younger brother and his only son—require a more rational explanation. The sense that the official stories about their deaths amount to a huge cover-up is obsessing the American psyche, a bit like a repressed family secret affecting the whole personality from a subconscious level.

President John Kennedy and his brother are heroic, almost Christ-like figures, in the heart of a growing community of citizens who have become aware of the disastrous longtime effect of their assassinations. Only when the American public at large come to grips with the truth of their deaths and honor their legacy and sacrifice will America have a chance to be redeemed and be great again.

Laurent Guyénot is the author of JFK-9/11: 50 years of Deep State, Progressive Press, 2014, and From Yahweh to Zion: Jealous God, Chosen People, Promised Land … Clash of Civilizations, 2018. ($30 shipping included from Sifting and Winnowing, POB 221, Lone Rock, WI 53556).

Kevin Barrett

From Veteranstoday

Footnotes

[1] Lance deHaven-Smith, Conspiracy Theory in America, University of Texas Press, 2013,kindle 284-292.

[2] John Lewis’ testimony is in the PBS documentary American Experience Robert F. Kennedy.

[3] Associated Press, “RFK children speak about JFK assassination,” January 12, 2013, on www.usatoday.com

[4] David Talbot, Brothers: The Hidden History of the Kennedy Years, Simon & Schuster, 2007, p. 278-280, 305.

[5] David Talbot, Brothers, op. cit., 2007, p. 21-22.

[6] David Talbot, Brothers, op. cit., p. 25-7.

[7] James Hepburn, Farewell America: The Plot to Kill JFK, Penmarin Books, 2002, p. 269.

[8] David Talbot, Brothers, op. cit., p. 312-314.

[9] Extract of TV news in the documentary film Evidence of Revision: Part 4: The RFK assassination as never seen before, 01:11:42

[10] Jerry Cohen, “Yorty Reveals That Suspect’s Memo Set Deadline for Death,” Los Angeles Times, June 6, 1968, pages 1 and 12, on latimesblogs.latimes.com/thedailymirror/2008/06/june-6-1968.html. Jerry Cohen, “Jerusalem-Born Suspect Called An Anti-Semite,” The Salt Lake Tribune, June 6, 1968, on www.newspapers.com. See also Harry Rosenthal, “Senator Kennedy’s support for Israel promoted decision declares Sirhan,” The Telegraph, March 5, 1969, on news.google.com

[11] Sasha Issenberg, “Slaying gave US a first taste of Mideast terror,”Boston Globe, June 5, 2008, on www.boston.com

[12] Jeffrey Salkin, “Remember What Bobby Kennedy Died For,” Forward.com, June 5, 2008. Also Michael Fischbach, “First Shot in Terror War Killed RFK,” Los Angeles Times, June 02, 2003, on articles.latimes.com

[13] Frank Morales, “The Assassination of RFK: A Time for Justice!” June 16, 2012, on www.globalresearch.ca; watch on YouTube, “RFK Assassination 40th Anniversary (2008) Paul Schrade on CNN.”

[14] Philip Melanson, The Robert F. Kennedy Assassination: New Revelations On the Conspiracy And Cover-Up, S.P.I. Books, 1994, p. 25. For a full overview, watch Shane O’Sullivan’s 2007 investigative documentary RFK Must Die: The Assassination of Bobby Kennedy. For more detail, read his book Who Killed Bobby? The Unsolved Murder of Robert F. Kennedy, Union Square Press, 2008. See also Don Schulman’s testimony in The Second Gun (1973), from 42 min 40.

[15] In a parole hearing in 2011, failing to convince the judges for the fourteenth time. Watch on YouTube, “Sirhan Sirhan Denied Parole”: www.youtube.com/watch?v=nsm1hKPI9EU

[16] Shane O’Sullivan, Who Killed Bobby? The Unsolved Murder of Robert F. Kennedy, Union Square Press, 2008, p. 5, 44, 103.

[17] Jacqui Goddard, “Sirhan Sirhan, assassin of Robert F.Kennedy, launches new campaign for freedom 42 years later,” The Telegraph, December 3, 2011, on www.telegraph.co.uk/search/

[18] Colin Ross, Bluebird: Deliberate Creation of Multiple Personality by Psychiatrists, Manitou Communications, 2000,summary on www.wanttoknow.info/bluebird10pg

[19] David B. Green, “Brainwashing and Cross-dressing: Israel’s Assassination Program Laid Bare in Shocking Detail,” Haaretz, February 5, 2018.

[20] Ronald Kessler, The Sins of the Father: Joseph P. Kennedy and the Dynasty He Founded, Hodder & Stoughton, 1996.

[21] The Israel Lobby Archive, www.irmep.org/ila/forrel/

[22] Jeffrey Salkin, “Remember What Bobby Kennedy Died For,op. cit..

[23] Michael Collins Piper, False Flag, op. cit., p. 78.

[24] Tom Mangold, Cold Warrior: James Jesus Angleton: the CIA’s Master Spy Hunter, Simon & Schuster, 1991, p. 318.

[25] Michael Howard Holzman, James Jesus Angleton, the CIA, and the Craft of COunterintelligence, University of Massachusetts Press, 2008, p. 153.

[26] “Assassination studies Kennedy knew a coup was coming,” on Youtube. Image of Arthur Krock’s article is shown on www.youtube.com/watch?v=snE161QnL1Uat 1:36.

[27] “Harry Truman Writes: Limit CIA Role to Intelligence,” Washington Post, December 22, 1963, quoted in Mark Lane, Last Word: My Indictment of the CIA in the Murder of JFK, Skyhorse Publishing, 2011, p. 246.

[28] Thomas Troy, “Truman on CIA,” September 22, 1993, on www.cia.gov ; Sidney Krasnoff, Truman and Noyes: Story of a President’s Alter Ego, Jonathan Stuart Press, 1997.

[29] Michael Collins Piper, False Flags: Template for Terror, American Free Press, 2013, p. 67.

[30] James Douglass, JFK and the Unspeakable: Why He Died and Why It Matters, Touchstone, 2008, p. 46.

[31] George de Mohrenschilldt, I am a Patsy! on jfkassassination.net/russ/jfkinfo4/jfk12/hscapatsy.htm

[32] Read the Sheriff’s Office report on mcadams.posc.mu.edu/death2.txt

[33] Meir Doron, Confidential: The Life of Secret Agent Turned Hollywood Tycoon – Arnon Milchan, Gefen Books, 2011, p. xi.

[34] Stuart Winer, “Hollywood producer Arnon Milchan reveals past as secret agent,” The Times of Israel, November 25, 2013, on www.timesofisrael.com ; Meir Doron, Confidential: The Life of Secret Agent Turned Hollywood Tycoon – Arnon Milchan, Gefen Books, 2011, p. xi

[35] Mickey Cohen, In My Own Words, Prentice-Hall, 1975, p. 91-92.

[36] Michael Collins Piper, Final Judgment: The Missing Link in the JFK Assassination Conspiracy, American Free Press, 6th ed., ebook 2005, p. 133-155, 226.

[37] William Kunstler, My Life as a Radical Lawyer, Carol Publishing, 1994, p. 158; Steve North, “Lee Harvey Oswald’s Killer ‘Jack Ruby’ Came From Strong Jewish Background,” The Forward, November 17, 2013, on forward.com

[38] Bryan Edward Stone, The Chosen Folks: Jews on the Frontiers of Texas, University of Texas Press, 2010, p. 200.

[39] John Hughes-Wilson, JFK-An American Coup d’État: The Truth Behind the Kennedy Assassination, John Blake, 2014.

[40] Natasha Mozgovaya, “Prominent Jewish-American politician Arlan Specter dies at 82,” Haaretz, October 14, 2012, on www.haaretz.com.

[41] Alan Hart,Zionism: The Real Enemy of the Jews, vol. 2: David Becomes Goliath, Clarity Press, 2009, p. 273.

[42] Warren Bass, Support any Friend: Kennedy’s Middle East and the Making of the U.S.-Israel Alliance, 2003, p. 219.

[43] Quoted in George and Douglas Ball, The Passionate Attachment: America’s Involvement With Israel, 1947 to the Present, W.W. Norton & Co., 1992, p. 51.

[44] Philip Muehlenbeck, Betting on the Africans: John F. Kennedy’s Courting of African Nationalist Leaders, Oxford UP, 2012.

[45] Listen to Libyan leader Muammar Gaddafi on the topic on www.youtube.com/watch?v=PV4kvhs8I8E

[46] Phillip Nelson, LBJ: The Mastermind of JFK’s Assassination, XLibris, 2010, p. 372.

[47] Quoted in Phillip Nelson, LBJ: The Mastermind, op. cit., p. 17.

[48] Patrick Howley, “Why Jack Ruby was probably part of the Kennedy conspiracy,” The Daily Caller, March 14, 2014, on dailycaller.com

[49] Read Ruby’s deposition on jfkmurdersolved.com/ruby.htm

[50] See on YouTube, “Jack Ruby Talks.”

[51] Seymour Hersh, The Samson Option: Israel’s Nuclear Arsenal and American Foreign Policy, Random House, 1991, p. 94-97.

[52] Arthur Schlesinger, A Thousand Days: John Kennedy in the White House (1965), Mariner Books, 2002, p. 56; Alan Hart, Zionism, vol. 2, op. cit., p. 257.

[53] Phillip Nelson, LBJ: The Mastermind, op; cit., p. 320.

[54] Morris Smith, “Our First Jewish President Lyndon Johnson? – an update!!,” 5 Towns Jewish Times, April 11, 2013, on 5tjt.com.

[55] Stephen Green, Taking Sides: America’s Secret Relations With a Militant Israel,William Morrow & Co., 1984, p. 166.

[56] Barry Chamish, “The Murder of JFK Jr – Ten Years Later,” www.barrychamish.com (also on: www.rense.com/general87/tenyrs.htm).

Publicités



');

59 Replies to “Did Israel Kill the Kennedys?

  1. i worked in a shipping company for 7 years without promotion despite my good records,others staffs in the company who had less of my good records are being promoted while i remain a mere dispatch rider. i wasn’t happy as my salaries could hardly be enough to pay my bills and i decided to search for a solution,that was how i came across Dr noble and i told him all i have been going through and he consulted the gods and told me that the reason i never got promoted at my working place was because of Janet the lady i worked in same company with who went to her home town in Delhi India to tie my promotion and also she is the reason why my relationships with my ex lovers never work out well for me so i pleaded with Dr noble to help me because i need to live a better life ,am here today to tell the general public that Dr noble helped me with his powerful black magic which he use to cast death spell on Janet and in less than 48 hours Janet slept and never wake up a week latter after her death i got a letter of promotion and now i am 5 times higher than my formal position. To get your ex lover back , to get rid of anyone giving your stress in life , contact Dr. Noble now via noblespellhome@ outlook. com call or whatsapp via + 2349059610643

  2. A big thanks to dr Ogbefun for helping me to cast death spell on my uncle who killed my parents because of his company, and the matter was taking to court and was not giving justice because i was not having any prove not until i came across this great spell caster online and i explain everything that happened to him and he promise to help me cast the spell within 48 hours that i should send my uncle full name and his picture that is going to confess before he die which i did as he commanded. within 2days my uncle started confessing and finally die. am grateful for what dr Ogbefun did for me and with that i promise to share this testimony to all the viewers around the globe, after he cast the death spell. you can contact ogbefun for any death spell, such as to kill your superior in the office and take his or her place, death spell to kill your father and inherit his wealth, you need to contact him now via email ogbefunhearlingtemple@gmail.com add him on whatsapp line +2348102574680.

  3. « …aux valeurs veritablement universelles »
    « …quand vous aurez terminé vos sempiternelles communions intelloprépuciques »
    Parmi un tas d’autres florilèges ; mais la réalité est cruelle mon garçon : Si la charia reflétait les valeurs universelles tu saurais enfin de quoi tu parles.
    Et pour ce qui est du prépuce et de l’intellect : nous avons et l’un et l’autre et toi malheureusement aucune des deux ; ne me dis pas que c’est ça la raison de ta rage, quand même !

  4. a strategika a quand un article bien renseigné sur la guerre que livre l’illustre armée française en afrique sur des enfants de 10 ans au mali et sur les non moins illustres de viols sur enfants avec zoophilie svp sur des enfants en centrafrique!au delà du non lieu systematique au penal!

    1. Encore un des mensonges éhontés d’un animal enragé (à savoir que dans l’inversion accusatoire les tares qu’évoque la personne en les attribuant à son adversaire, sont à coup sur – et sans exception – ses propres tares ; mais comme elles le travaillent en profondeur et sont en plus inavouable – intolérance de son milieu culturel pour certaines mœurs – il faut qu’il les externalise).
      J’étais personnellement avec l’armée française dans les contrées que tu cites ; cette armée s’est comportée de façon en général exemplaire.
      Et même si beaucoup d’eau a coulée dans les oueds depuis, la discipline et le règlement au sein de cette armée et logiquement la même.

    2. ben vu le pleutre ,le couard qui n’a comme tout reflexe de se rappeler le num du commissariat de police en cas de proposition de duel!elle est belle l’armée française!fils de pute!les faits dont je parle ont trop été éventé,(il y a meme eu enquete au penal)pour que tu puisses les éluder(ds le monde réel,ds ton univers ou tu es le grand resistant chevaleresque,tu es omnipotent)ah au fait c’est toi! pipi caca popo sous curatel bien sur!

      1. on ne juge pas une armée sur qqs rares exceptions ; d’autant que la procédure au pénal ne reflète que les valeurs d’un état de droit ; le numéro de téléphone: que ta crétinerie et mon gout pour la provocation – car dans ta rage tu as du mal taper.

        1. la procédure au penal….on juge sur le resultat trou du cul!!pas sur la feinte!vas prendre tes pilules toi !!!prends tes somnifères meme la journée!

        2. le seul qui a du mal à dormir c’est toi ; et pourtant le vaccin antirabique qu’on t’as administré après ce passe-temps quelque peu curieux, il devrait faire l’effet.
          en tout cas tu l’as eu gratos grâce à la sécurité sociale d’un pays sur lequel tu ne te prives à aucun moment de déféquer.

  5. @kremlin’Bot. Si vous ne vous rappelez pas d’où ça venait, votre mémoire rime avec passoire. Pourtant, à l’époque, c’était plutôt logique. Est-ce que vous vous rappelez que j’avais évoqué un pays dont l’armée avait planté son drapeau dans une ville étrangère ? Et plus précisément une organisation milice d’extrême-droite surnommée par une catégorie de canidés de couleur grise dont le principal fait d’armes s’est passé au Vatican.

  6. en fait ds votre site si je comprends bien vs ne critiquez pas le sionisme pour sa cruauté et son implacable et sournois expansionnisme raciste!non en fait vous l’abhorrez juste parce qu’il a supplanté et phagocyté le racisme tout aussi cruel et sournois de l’homme blanc! et qu’il va le retourner contre vous jusqu’a totale dilution ds du foutre d’africain hautement fécond! MOI pour ça je leur en sais gré! a batard batard et demi!

    1. vous avez encore le droit de faire votre troll sur ce site mais vous perdez votre temps car vous ne réussirez a y convaincre personne !

      1. oui mais faut tout de meme dire que chez vous est reconnu comme personne (ds le sens nobody) tout individu dont le baragouin ne s’articule pas autour de la momie pestilentielle qu’est le supremacisme blanc et français en particulier.

        1. << le supremacisme blanc et français en particulier. >>
          trolling : digression et pollution de la section commentaire avec des controverses sans rapport avec le sujet du post

          1. C’est la définition la plus admise. Cet anglicisme peut être adapté ici sous la forme peu recommandable de “trollage” du même gabarit de tapage (avec ou sans casseroles).
            Je crois que vous avez compris.

        2. Le salafiste a encore frappé ; redoutable ; si la haine du crétin pouvait se transformer en arme de guerre, ce genre de sous-animaux balayeraient l’Europe en un rien de temps ; d’une façon plus soignée que les troupes d’Attila.
          Malheureusement pour toi mon pauvre crétin, ta stupidité congénitale te réduit à ce que tu es ; CAD: sous-animal haineux qui se pisse dessus.

        3. ben disons qu’au départ je parlai de votre “combat” contre la tyrannie d’israel qui s’avère en fait une rage d’avoir été totalement soumis,pieds et poings liés (par votre couardise,et ça c’est pas la faute aux autres)aprés avoir avoir brillé par génocide partout autour de la planète(uniquement les fachos,pas le vrai et digne peuple de france aux valeurs veritablement universelles).de quoi effectivement déprimer(y a des traitements pour ça ,demandez a l’autre trisomique d’anus sa marque de somnifères) avant que de disparaitre,selection naturelle oblige;

        4. le lien est clair! quand vous aurez terminé vos sempiternelles communions intelloprépuciques vous pourrez peut etre parler de la plus que collusion des milieux patriotiques et colonialistes français avec le sionisme.(quasi fourniture de l’arme atomique,les vedettes de cherbourg,et surtout l’affaire Ben Barka ou là c’est une fusion totale des 2 colonialismes)c’est clair, argumenté, sans insultes aucunes.vous pourriez y répondre svp?

    2. Occupes-toi d’abord de ton propre racisme (pathologique) et celui de ta communauté ethnoreligieuse (basé sur une interprétation franchement mensongère de l’Histoire européenne) pauvre tache.
      Merveilleuse parabole biblique de la paille et de la poutre ; si tu ne la connais pas je te la donnerais dans le prochain commentaire.

  7. @Bartleby. Concernant la concurrence, cela ne vous était pas adressé mais à Kremlin’Bot que je soupçonne fortement d’être La Cariatide.

    1. pour une fois que tu devines correctement!

      bien oui, la Cariatide, Kremlin’ bot c’est la même entité complotiste sur pattes! tu n’as pas remarqué que c’était la même photo?
      le renard rouge, qui domine la ville, tiré de l’album de couverture de TheProdigy, sorti en mars 2015.
      découvert grâce à france inter, comme quoi! 🙂

      https://www.franceinter.fr/musique/oye-oye-le-prochain-prodigy-sonne-comme-un-classique-qu-se-le-dise

      tiens, ils vont te déboucher les oreilles..

      1. Le même avatar est un indice, pas une preuve formelle. Par contre quand Kremlin’Bot a débarqué et démarré par Cosworth11-9-2001 et en fronsse, il n’y avait pas vraiment de doutes, les tics de sémantique étant une signature.

      2. Et quand Strategika a eu de sérieux soucis, qui a deviné d’où ça venait ? Vous peut-être ? J’en avais hésité à prendre comme avatar l’illustration de la division de mon père des fois que des esprits mal tournés fassent un rapprochement inappropriés.

        1. tu veux une médaille? tu es certain que tu n’es pas un ‘millennial medals’?

          d’où venaient les tentatives contre Strategika?

          j’aurai préféré que tu répondes sur le fond des choses: mediapart comme chien de garde de l’ordre médiatique, tanpis..

          c’est sur le monde diplomatique, mais cela concerne autant mediapart ainsi que tout autre media qui prétend être critique (sic).

          http://lidiotduvillage.org/2013/12/06/le-monde-diplomatique-en-depot-de-bilan/

  8. @Kremlin’Bot. Non il ne s’agit pas d’une coïncidence mais d’une décision volontaire, ce qui est important étant le discours en soi et non l’avis de l’auteur du billet sur ledit discours.

    1. Votre réponse ne convaincra personne :
      1) Vous avez bel et bien supprimé ce qui vous déplait ou que vous désaprouvez. Lorsque on agit de la sorte, il faut le singnaler, ne serait-ce que par des (…) par exemple.
      2) Vous n’avez pas répondu à ma question relative à votre ignorance ou connaissance préalable de ce discours, que j’ai appelé célèbre par anti-phrase.
      3) Si vous estimiez ce discours important, pourquoi ne pas le dire au dessous ou au dessus de mon post et de conseiller au lecteur de cliquer dessus au lieu de maspériser ?
      4) Quant à votre découverte extraordinaire, je me suis plusieurs fois adressé à Kremlin’ bot en l’appelant la Cariatide sans que quiconque, y compris l’intéressé lui-même, n’y trouve quelque chose, mais il a fallu que vous réinventiez l’eau tiède.

  9. Messieurs…vos commentaires doivent être succinct, concis, sommaire, résumé, laconique, bref, compendieux, précis, verbeux, lapidaire.
    Ce blog est celui de Stratégika 51. Il notre hôte et nous sommes “invités” à échanger. Les commentaires ne sont pas des joutes verbales à qui mieux-mieux… évitons l’overdose.

    1. Bartleby, vous aurez remarqué que le hasbara à l’insu de son plein gré est encore une fois venu attaquer l’auteur du texte et non pas les idées, comme à son habitude.

      remarquez que ce qu’affirme Laurent Guyénot n’est pas forcément la vérité vraie, un morceau?
      mais sortir l’affaire de camarades de classe dans l’intention de dé-légitimer le texte entier, ce devrait être réservé aux media qui font 90% de propagande, 10% d’articles intéressants (l’immonde, l’aberas-sion)

      hé, le mieux c’est de ne plus lui répondre, dont feed the hasbara! 🙂

      pour les impertinents, Henry Makow:
      https://www.henrymakow.com

      1. Celui que vous savez est allé recopier l’article de médiapart que j’ai posté ci-dessus, allez savoir pourquoi et merci pour les liens.

        1. cosworth11septembre2001 a oublié le début! coïncidence?

          S’il vivait de nos jours, on traiterait le président des Etats-Ounis de conspirationniste.

          pis, d’Ennemi de la démocrassie! 🙂

        2. Merdre, cela m’a échappé ! Merci cher vigilant conspirationniste ! C’est digne des fourberies de Scapin !

        3. « Celui que vous savez est allé recopier l’article de médiapart que j’ai posté ci-dessus, allez savoir pourquoi et merci pour les liens.»
          Maintenant je sais pourquoi : éviter que les yeux du lecteur ne soient blessés par
          « S’il vivait de nos jours, on traiterait le président des Etats-Ounis de conspirationniste. »
          et qu’il ne nourrisse ensuite des idés conspirationnistes en grommelant à part soi : « Si Kennedy était lui-même conspirationniste, je ne vais pas me gêner, crève la Bien-Pensance ! ».
          Le Tartuffe de Molière s’impose de lui-même :
          « Couvrez ce sein, que je ne saurais voir.
          Par de pareils objets les âmes sont blessées,
          Et cela fait venir de coupables pensées. »

      2. Vous semblez ne pas supporter la concurrence. Quand une de mes sources est mainstream, elle est irrecevable parce que mainstream, si c’est Mediapart, c’est également irrecevable car provenant d’un journal dirigé par Edwy Plenel, cet abject, ignoble, odieux, répugnant (au choix) ex-trotskyste.

        1. faute de jeu! ce n’est pas mediapart, c’est un blog de mediapart. aucun lien avec les télégraphistes.

          et oui plenel est un scélérat.
          http://didiereribon.blogspot.com/2012/01/pour-memoire-plenel-tel-quel.html
          https://www.egaliteetreconciliation.fr/Qui-est-Edwy-Plenel-patron-de-Mediapart-29129.html

          hé, ce n’est pas parce que mediapart fait de la propagande de guerre contre la Russie, contre le Vénézuéla, contre la Syrie, et tapine sur le 11 septembre 2001 (série sur le conspirationnisme de l’été 2012!), que tout est à jeter: des abonnés publient des billets que même un complotiste peut trouver intéressants!

          là, un conspiracy nuts: https://blogs.mediapart.fr/danyves

          là, un conspiracy nuts (selon le prisme de france inter!) qui te bloque sur twitter si tu lui parles du 11 septembre 2001, que ce n’est pas alqaeda, que c’est une attaque nucléaire. 😭😭
          mais cela reste intéressant, même si c’est forcément assez loin de La Vérité (sic) que d’autres nous autorisent à connaitre, comme Strategika.
          https://blogs.mediapart.fr/maxime-chaix
          ce maxime chaix est à 2 sur l’échelle du conspirationnisme alors que Strategika est à un bon 8 sur 10! 🙂

          ce professeur des universités avait publié des billets qui expliquaient bien l’enjeu de l’État d’urgence appliqué à partir du 13 novembre 2015, dont une bonne partie des dispositions sont passées dans le droit commun.
          https://blogs.mediapart.fr/paul-cassia

        2. Je ne sais de quelle concurrence vous parlez (car c’est vous qui m’avez plagié et non l’inverse) mais visiblement vous ne voulez pas comprendre ce que j’ai écrit en m’adressant à la Cariatide , je vais le dire autrement : Bartleby ne comprend pas pourquoi on recopie un article de médiapart dont il avait posté le lien juste sous la vidéo du discours (à moins que vous pensiez que les lecteurs soient incapables de cliquer sur un lien); à ce propos, étiez-vous au courant de l’existence de ce discours ? Par ailleurs, quoique ayant une piètre estime pour le journaliste-policier Plenel et son blog, je n’ai pas hésité à poster son article contrairement à ce que vous pensez de votre comploserviteur. Du reste, il est très facile d’user du copier/coller, mais beaucoup plus difficile de recopier sur un cahier d’écolier des citations au hasard des lectures.

      3. Henry Markow, sur veteranstoday et concernant l’affaire Dreyfus, prétendait qu’Esterhazy et Edmond de Rothschild étaient camarades de classe. Par déformation professionnelle, j’ai immédiatement vérifié les dates de naissance respectives, pour voir si cette affirmation était cohérente, vérification qui me semblait aller de soi plutôt que d’avaler like a pill les propos de Marlow. Laurent Guyénot, dans un article sur le même sujet paru sur Egalité et Réconciliation fait état de camarades de lycée, ce qui est beaucoup plus logique et probable. Pour qu’Esterhazy et Edmond de Rothschild soient dans la même classe, il eût fallu qu’Edmond soit un cancre en retard et/ou Esterhazy un HPI en avance or, il suffit de voir la tête de chouette éblouie de ce dernier pour constater qu’on a plus affaire à un illuminé qu’à une lumière. Vous avez fait un contresens concernant mon premier commentaire, Henry Markow est ce qu’oublient les chiens par terre et je ne pense pas à leur collier alors que Laurent Guyénot n’a pas écrit une ânerie ne résistant pas à la moindre vérification de base.

      4. 90% de propagande, 10% ???
        Dans le Monde tout est faux ; même la date de parution.
        Le Libé c’est pire ; ça travaille le bas instinct ; c’est plus agitateur.

    2. il y a débat de qui Kennedy parle-t-il dans ce discours:
      les communistes ou les illouminati/jésuites/toussa toussa qui contrôlent la Réserve Fédérale?

        1. La moulinette à sémantique identifie un manquement des médias qui ne s’appliquent pas en période de guerre froide les mêmes critères d’autocensure pour garantir la sécurité nationale qu’en période de guerre ouverte.

          1. humm ….. l’état profond ….. l’état profond….. tant qu’ils ne semble pas mettre en cause Israël et le lobby sioniste, pour vous pas de problème !

      1. Ce qui esr certain, est qu’il ne fut pas assassiné par .Lee Harvey Oswald, il suffit de regarder la vidéo du crime.

      2. Quand Kennedy évoque le fait que le bureau ovale a servi à ce qu’il dénonce, il ne peut mettre en cause qu’un ou plusieurs de ses prédécesseurs et ou de leurs interlocuteurs. J’interprète ce discours comme étant un rappel à l’ordre déontologique à la presse et une dénonciation des manips et magouilles des services secrets.

    3. “Le bureau présidentiel a été utilisé pour mettre sur pied un complot d’anéantissement de la liberté du peuple américain, et avant de quitter ce bureau, je dois informer les citoyens de cet état critique.”
      John F. Kennedy, à l’université de Columbia, le 12 Nov. 1963 – 10 jours avant son meurtre le 22 Novembre 1963.
      Le discours de trop…
      La question de la survie de notre société font apparaître deux nécessités, qui concernent à la fois le Président et la presse, deux gageures qui peuvent sembler contradictoires mais qui peuvent être conjuguées et remplies si nous nous groupons face à ce péril national. Je me réfère ici à l’importance d’informer largement le public et à la nécessité de refuser la politique officielle du secret.
      Le simple mot de secret est inacceptable dans une société libre et ouverte. Et nous sommes en tant que peuple intrinsèquement et historiquement opposés aux sociétés secrètes, aux serments secrets, aux réunions secrètes. Nous avons décidé il y a longtemps que les dangers de la dissimulation excessive et injustifiée de faits pertinents dépassent de loin les dangers que l’on cite pour les justifier. Même aujourd’hui il est peu justifié de résister à la menace d’une société fermée (totalitaire?) tout en imitant ses restrictions arbitraires. Même aujourd’hui, il est peu justifié d’assurer la survie de notre nation si nos traditions ne survivent pas avec elle. Et il y a un danger très grave qu’un besoin annoncé de sécurité accrue soit l’opportunité que saisiront ceux soucieux d’étendre sa portée aux limites extrêmes de la dissimulation et de la censure officielle. Voilà ce que je n’ai pas l’intention de laisser faire dans la mesure où j’en ai le contrôle. Et aucun officiel de mon administration, quelque soit son rang, civil ou militaire, ne devrait interpréter mes paroles ici ce soir comme une justification pour censurer la presse, étouffer la dissidence, cacher nos erreurs ou taire au public et à la presse les faits qu’ils méritent de savoir.
      Mais je demande à tout publiciste, tout éditeur, tout journaliste dans ce pays de réexaminer ses propres principes moraux et de reconnaître la nature du péril qui menace notre pays. En temps de guerre, le gouvernement et la presse ont traditionnellement mis en commun leurs efforts reposant largement sur l’autodiscipline, pour empêcher la divulgation d’informations non-autorisées à l’ennemi. En temps de danger “clair et présent”, les tribunaux ont maintenu que même les droits privilégiés du premier amendement doivent céder devant le besoin commun de sécurité nationale.
      Aujourd’hui, aucune guerre n’a été déclarée, et aussi féroce le combat puisse-t-il être, elle pourrait bien ne jamais se déclarer à la façon habituelle. Notre mode de vie est attaqué. Ceux qui se veulent nos ennemis progressent partout dans le monde. LA survie de nos amis est menacée. Et pourtant, aucune guerre n’a été déclarée, aucune frontière n’a été franchie par des troupes en marche, aucun missile n’a été tiré.
      Si la presse attend une déclaration de guerre avant d’imposer l’autodiscipline qui s’impose dans ces conditions, alors peut seulement dire qu’aucune guerre n’a jamais autant menacé notre sécurité. Si vous attendez une situation de “danger clair et actuel”, alors je peux seulement dire que le danger n’a jamais été aussi clair et sa présence plus imminente.
      Cela requiert un changement de perspective, un changement de tactique, un changement de missions, par le gouvernement, par le peuple, par tout homme d’affaire ou chef d’entreprise et par tout journaliste. Car nous sommes confrontés dans le monde à une conspiration monolithique et implacable qui repose essentiellement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d’influence (de l’infiltration plutôt que de l’invasion, de la subversion plutôt que des élections, de l’intimidation plutôt que du choix libre, des guérillas de nuit plutôt que des armées en plein jour).
      C’est un système qui a mobilisé de vastes ressources humaines et matérielles dans la construction d’une machinerie très efficace et au maillage très serré qui combine opérations militaires, diplomatiques, de renseignement, économiques, scientifiques et politiques.
      Ses plans sont dissimulés, non publiés. Ses erreurs sont cachées, non affichées. Ses dissidents sont réduits au silence, pas complimentés. Aucune dépense n’est mise en question, aucune rumeur n’est imprimée, aucun secret révélé. Il conduit la guerre froide, bref, avec une discipline de temps de guerre aucune démocratie ne pourrait jamais espérer ou désirer bien se porter.
      Cependant, toute démocratie reconnait les restrictions nécessaires liées à la sécurité nationale ( et la question demeure de savoir si ces restrictions doivent être plus strictement observées si nous devons faire face à ce genre d’attaque et d’ incontestable invasion.)
      A vrai dire c’est un fait que les ennemis de cette nation se sont ouvertement vantés d’acquérir dans nos journaux les informations qu’ils auraient du obtenir dans le cas contraire en engageant des agents, par le vol, la corruption et l’espionnage; que les détails des plans secrets de cette nation pour contrer les opérations secrètes de l’ennemi ont été mis à la portée de chaque lecteur de journal, ami autant qu’ennemi; que les effectifs , la puissance, l’emplacement et la nature de nos forces et armes, et nos plans et stratégie pour leur utilisation ont tous été précisés dans la presse et autres médias à un degré suffisant pour satisfaire n’importe quelle puissance étrangère; Et que dans au moins un cas, la publication de détails concernant un mécanisme secret par lequel les satellites étaient suivis, a demandé son altération au prix de beaucoup de temps et d’argent.
      Les journaux qui ont imprimés ces histoires étaient loyaux, patriotiques, responsables et de bonne volonté. Si nous avions été engagés dans une guerre ouverte, ils n’auraient sans aucun doute pas publiés ces faits. Mais en l’absence de guerre ouverte, ils ne reconnaissaient que les contrôles du journalisme et non ceux de la sécurité nationale. Et la question que je pose ce soir est de savoir si des contrôles additionnels ne devraient pas être adoptés maintenant.
      A vous seuls d’y répondre. Aucun officiel ne devrait le faire à votre place. Aucun plan gouvernemental ne devrait imposer ses restrictions contre votre volonté. Mais je manquerais à mon devoir envers la nation, considérant toutes les responsabilités que nous assumons maintenant et tous les moyens dont nous disposons pour remplir ces responsabilités, si je n’attirais pas votre attention sur ce problème et ne conseillais vivement sa considération réfléchie.
      En de nombreuses occasions auparavant, j’ai dit (et vos journaux ont constamment dit) que nous sommes en des temps qui font appel au sens du sacrifice et à l’autodiscipline de chaque citoyen. Ils demandent que chaque citoyen mette en balance ses droits et son confort avec ses obligations au bien commun. Je ne peux pas croire maintenant que ces citoyens qui travaillent dans le journalisme se considèrent non concernés par cet appel.
      Je n’ai pas l’intention de mettre en place un nouveau bureau de l’information sur la guerre pour canaliser le flot des nouvelles. Je ne suggère pas de quelconque nouvelles formes de censure ou quelconque nouveau types de classification pour le secret. Je n’ai pas de réponse évidente au dilemme que j’ai soulevé, et ne chercherais pas à l’imposer si j’en avais une. Mais je demande aux membres de la profession journalistique et de l’industrie dans ce pays de réexaminer leurs propres responsabilités, de considérer le degré et la nature du danger présent, et de respecter le devoir d’auto-restriction que ce danger nous impose à tous.
      Tout journal maintenant se demande, par rapport à chaque histoire: “S’agit-il de nouvelles informations?”. Tout ce que je suggère est que vous ajoutiez la question: “Est ce dans l’intérêt de la sécurité nationale”. Et j’espère que tout groupe en Amérique (associations et hommes d’affaire et officiels à tous niveaux) poseront la même question des efforts à accomplir, et soumettront leurs actions aux mêmes justes contrôles.
      Et si la presse américaine considérait et recommandait la mise en place volontaire de nouveaux éléments spécifiques dans les rouages du gouvernement, je peux vous assurer que nous coopérerons de tout cœur et prendrons en considération ces recommandations.
      Peut être n’y aura t’il pas de recommandations. Peut être n’y a t’il pas de réponse au dilemme auquel se trouve confrontée une société libre et ouverte dans une guerre froide et secrète. En temps de paix, toute discussion sur ce sujet, et toute action qui en résulte, sont à la fois douloureuses et inédites. Mais nous vivons un temps de paix et de péril tel qu’on n’en connu pas de précédent dans l’histoire.
      C’est la nature sans précédent de ce défi qui aussi exige de vous de répondre à une deuxième obligation, une obligation que je partage. Et c’est celle d’informer et d’alerter le peuple américain, de s’assurer qu’il possède tous les éléments d’information nécessaires et qu’il les comprenne également (les périls, les perspectives, les objectifs, de notre programme et les choix qui se présentent à nous.)
      Aucun président ne devrait craindre que le public ne scrute son programme. Car cet examen approfondi permet la compréhension. Et la compréhension autorise le soutien ou l’opposition. Les deux sont nécessaires. Je ne demande pas à vos journaux de soutenir l’administration mais je demande votre aide dans la tâche énorme d’informer et d’alerter le peuple américain. Car j’ai toute confiance en la réponse et le dévouement de nos citoyens dès qu’ils sont pleinement informés.
      Non seulement je ne pourrais pas réprimer la controverse entre vos lecteurs, mais je dis qu’elle est la bienvenue. Cette administration a l’intention d’être franche concernant ses erreurs car comme un homme sage a dit un jour: “une erreur ne devient une faute que lorsqu’on refuse de la corriger”. Nous avons l’intention de prendre la pleine responsabilité de nos erreurs. Et nous attendons de vous que vous les pointiez du doigt quand nous manquerons à cet engagement.
      Sans débat, sans critique, aucune administration et aucun pays ne peuvent réussir, et aucune république ne peut survivre. C’est pourquoi selon le législateur Athénien décréta que c’était un crime qu’un citoyen se dérobe à la controverse. Et c’est pourquoi notre presse fut protégée par le premier amendement (le seul business en Amérique spécifiquement protégé par la constitution) pas en premier lieu pour amuser ou divertir, pas pour exacerber le trivial et le sentimental, pas pour simplement “donner au public ce qu’il veut”, mais pour informer, stimuler, réfléchir, faire état des dangers et opportunités, montrer nos crises et nos choix pour mener, façonner, éduquer et parfois même provoquer la colère de l’opinion publique.
      Cela signifie une plus vaste couverture et analyse des nouvelles internationales (car elle n’est plus lointaine et étrangère mais à portée de main et locale). Cela signifie une attention accrue à une compréhension améliorée des actualités autant qu’une meilleure transmission. Et cela signifie, enfin, que le gouvernement à tous les niveaux, doit remplir son obligation de vous fournir l’information la plus complète possible en dehors des limites les plus étroites de la sécurité nationale (et nous avons l’intention de le faire). C’est au tout début du 17ème siècle que Francis Bacon remarqua trois inventions récentes qui étaient déjà en train de transformer le monde: la boussole (compas?), la poudre à canon et la machine à imprimer. Maintenant le lien entre les nations qui a été d’abord accompli par la boussole a fait de nous tous des citoyens du monde les espoirs et les craintes d’un seul devenant les espoirs et les craintes de tous. Tandis que les efforts se poursuivent pour vivre ensemble dans ce monde unique, l’évolution de la poudre à canon jusqu’à ses limites ultimes a mis en garde l’humanité contre les terribles conséquences d’un dérapage.
      C’est donc de la machine à imprimer (de la mémoire des actions des hommes, la gardienne de leurs consciences, la messagère de leurs nouvelles) que nous attendons de la force et de l’assistance, qu’elle nous donne confiance qu’avec votre aide l’homme sera ce pourquoi il est né: libre et indépendant.

  10. Le titre français : du Yahvisme au Sionism me semble plus proche de la pensée de l’auteur. Il n’y a que le judaïsme qui fait un lien aussi clair et exclusif entre telle religion et tel endroit sur la planète. A l’époque c’était le pays du lait et du miel, maintenant ce serait plutôt gaz et pétrole.

  11. Johnson me paraissait surtout être celui qui avait envoyé sans limite des troupes au Vietnam.

  12. Laurent Guyénot est plus prècis voire intellectuellement honnête qu’Henry Makow. Ce dernier prétendait qu’Esterhazy et Edmond de Rothschild étaient camarades de classe (alors qu’ils avaient 2 ans d’écart), Laurent Guyénot indique camarade de lycée, ce qui est beaucoup plus logique quoique camarade quand on a 2 ans d’écart à cet âge, c’est un monde….

  13. Laurent GUYENOT, un doctorat historien et ingénieur, est l’auteur de De Yahvé à Sion , le meilleur livre jamais écrit sur le soi-disant « question juive ». Comme il l’ explique dans la vidéo ci – dessous, le Dr GUYENOT a découvert le JQ à travers l’étude des deux plus grands « événements profonds » dans l’ histoire des États – Unis: 9/11 et les assassinats des frères Kennedy (qui doivent être considérés comme deux dents d’une seule opération). L’article ci – dessous, publié à l’occasion du 50e anniversaire de l’assassinat de Robert Kennedy, ses conclusions synthétise.
    introduction

    Juste après minuit du 6 Juin 1968, le sénateur Robert Kennedy a été assassiné dans une arrière – boutique de l’Hôtel Ambassador à Los Angeles.

    BobKennedy.jpeg Le sénateur Robert F. Kennedy

    Il venait d’ être célèbre sa victoire aux primaires de la Californie, ce qui fait de lui le candidat démocrate le plus probable pour l’élection présidentielle. Sa popularité était si grande que Richard Nixon, du côté républicain, avait peu de chances. À l’âge de 43 ans , Robert serait devenu le plus jeune jamais président américain, après avoir été le plus jeune procureur général dans le gouvernement de son frère. Sa mort a ouvert la voie à Nixon, qui pourrait finalement devenir président huit ans après avoir été battu par John F. Kennedy en 1960.

    John avait été assassiné quatre ans et demi avant que Robert. Avait – il survécu, il aurait certainement été président jusqu’en 1968. Au lieu de cela, son vice-président Lyndon Johnson a repris la Maison Blanche en 1963, et est devenu si impopulaire qu’il a pris sa retraite en 1968. Fait intéressant, Johnson est devenu président le jour même de la mort de John et terminé son mandat quelques mois après la mort de Robert. Il était au pouvoir au moment des deux enquêtes.

    Et les deux enquêtes sont largement considérées comme dissimulations. Dans les deux cas, la conclusion officielle est truffé de contradictions. Nous allons les résumer ici. Mais nous ferons plus: nous montrerons que la clé pour résoudre les deux cas réside dans le lien entre eux. Et nous allons les résoudre au – delà de tout doute raisonnable.

    Comme Lance DeHaven-Smith a remarqué dans Complots en Amérique:

    « Il est rarement considéré que les assassinats Kennedy auraient pu être des meurtres en série. En fait, en parlant sur les meurtres, les Américains utilisent rarement le pluriel, « assassinats Kennedy ». [...] De toute évidence, cette bizarrerie dans le lexique assassinat de Kennedy (s) reflète un effort inconscient par des journalistes, des politiciens et des millions d'Américains ordinaires pour éviter de penser les deux assassinats ensemble, en dépit du fait que les victimes sont connectées de multiples façons. » [1] 
    

    John et Robert étaient liés par une loyauté inébranlable. Kennedy ont souligné biographes le dévouement absolu de Robert à son frère aîné. Robert avait réussi avec succès la campagne de John pour le Sénat en 1952, sa campagne présidentielle en 1960. John lui fait non seulement son procureur général, mais aussi son conseiller le plus de confiance, même sur les questions des affaires étrangères ou militaires. Ce que Jean a apprécié le plus Robert était son sens de la justice et la rectitude de son jugement moral. Il est Robert, par exemple, qui a encouragé John à approuver pleinement la cause du mouvement des droits civiques des Noirs [2] .

    Compte tenu de ce lien exceptionnel entre les frères Kennedy, quelle est la probabilité que les deux assassinats Kennedy étaient sans rapport? Nous devrions plutôt commencer par l’hypothèse selon laquelle ils sont liés. Sens commun de base suggère que les frères Kennedy ont été tués par la même force, et pour les mêmes motifs. Il est, au moins, une hypothèse de travail logique que Robert a été éliminé de la course présidentielle parce qu’il devait être empêché d’atteindre une position où il pourrait rouvrir le dossier de la mort de son frère. Tant sa fidélité à la mémoire de son frère, et son obsession de la justice, ont rendu prévisible que, s’il a atteint la Maison Blanche, il ferait tout cela. Mais était là, en 1968, une indication claire qu’il le ferait?
    Bobby ne prévoyait de rouvrir l’enquête sur l’assassinat de son frère?

    La question a été répondu positivement par David Talbot dans son livre Frères: L’histoire cachée des années Kennedy, publié en 2007 par Simon & Schuster. Robert n’a jamais cru à la conclusion du rapport Warren que Lee Harvey Oswald était l’assassin unique de son frère. Sachant trop bien quoi attendre de Johnson, il avait refusé de témoigner devant la Commission Warren. Lorsque son rapport est sorti, il n’a pas d’autre choix que d’approuver publiquement, mais « en privé qu’il était méprisant de celui – ci » , comme son fils Robert Kennedy, Jr. se souvient [3] . Pour fermer des amis qui se demandaient pourquoi il ne serait pas la voix de son doute, il dit: « il n’y a rien que je puisse faire à ce sujet. Pas maintenant. » [4]

    Du 22 Novembre 1963, Robert a été aliéné et contrôlé par Johnson et Hoover. Bien qu’il soit encore le procureur général, il savait qu’il ne pouvait rien contre les forces qui avaient tué son frère. Pourtant , il ne perdit pas de temps à commencer sa propre enquête; il a d’ abord demandé directeur de la CIA John McCone, un ami Kennedy, pour savoir si l’Agence avait quelque chose à voir avec l’intrigue, et est sorti convaincu qu’il n’avait pas. En Mars 1964, il a eu une conversation en face à face avec le gangster Jimmy Hoffa, son ennemi juré, qu’il avait lutté pendant dix ans, et qu’il soupçonnait d’avoir pris sa revanche sur son frère. Robert a également demandé à son ami Daniel Moynihan pour rechercher toute complicité dans le Secret Service, responsable de la sécurité du Président [5] . Et bien sûr, Robert Johnson soupçonné, qu’il avait toujours méfié, comme documents Jeff Shesol Mutual: Mépris Lyndon Johnson, Robert Kennedy, et la Feud qui définissaient une décennie (1997).

    En fait, une simple semaine après la mort de JFK, le 29 Novembre 1963, Bill Walton, un ami des Kennedy, est rendu à Moscou et passé à Nikita Khrouchtchev, par l’ intermédiaire d’ un agent de confiance qui avait déjà porté des communications secrètes entre Khrouchtchev et John Kennedy, Message de Robert et Jacqueline Kennedy; selon la note trouvée dans les archives soviétiques dans les années 90 par Alexandr Foursenko et Timothy Naftali (Un enfer d’un Gamble, 1998), Robert et Jackie voulait informer le premier ministre soviétique qu’ils croyaient John Kennedy avait été « victime d’un droit conspiration -wing, » et que « le refroidissement qui pourrait se produire dans les relations américano-soviétiques en raison de Johnson ne serait pas durer éternellement. » [6]

    Robert a également contacté un ancien officier du MI6 qui avait été un ami de sa famille lorsque son père était ambassadeur à Londres. Cet officier britannique à la retraite à son tour contacté quelques amis de confiance en France et arrangments ont été faites pour deux agents de renseignement français à effectuer, sur une période de trois ans, une enquête calme qui a impliqué des centaines d’interviews aux États-Unis. Leur rapport, rempli d’insinuations à propos de Lyndon Johnson et de droite barons du pétrole du Texas, a été remis à Bobby Kennedy quelques mois seulement avant son assassinat en Juin 1968. Après la mort de Bobby, le dernier frère survivant, le sénateur Ted Kennedy, a montré aucun intérêt à le matériel. Les enquêteurs ont ensuite embauché un écrivain français le nom de Hervé Lamarr à la mode de la matière dans un livre, sous le pseudonyme de James Hepburn. Le livre a été publié en français sous le titre L’Amérique Brulé et a été traduit sous le titre Farewell America: The Plot to Kill JFK. Sa conclusion mérite d’être cité:

    « L'assassinat du président Kennedy était le travail des magiciens. Ce fut un tour de scène, avec accessoires et miroirs faux, et quand le rideau est tombé, les acteurs, et même le paysage a disparu. [...] les comploteurs étaient corrects quand ils devinaient que leur crime serait caché par les ombres et les silences, qu'il serait attribué à un « fou » et la négligence. » [7] 
    

    Robert avait prévu de briguer la présidence américaine en 1972, mais l’escalade de la guerre du Vietnam a précipité sa décision de se présenter en 1968. Un autre facteur peut avoir été l’ouverture de l’enquête menée par la Nouvelle – Orléans Jim Garrison Procureur de la République en 1967. Garrison a été autorisée pour voir le film amateur d’Abraham Zapruder, confisqué par le FBI le jour de l’assassinat. Ce film, en dépit évidente falsification, montre que le coup fatal est venu de la « Grassy Knoll » bien devant le Président, pas du School Book Depository situé derrière lui, où Oswald était censé tirer de.

    Quand on parle de l’enquête a commencé, Kennedy a demandé à un de ses conseillers les plus proches, Frank Mankievitch, de suivre ses développements, « si elle arrive à un point où je peux faire quelque chose à ce sujet, vous pouvez me dire ce que je dois savoir. » il confia à son ami William Attwood, alors rédacteur en chef du magazine look, que, comme Garrison, soupçonné un complot «mais je ne peux rien faire jusqu’à ce que nous obtenir le contrôle de la Maison blanche. » [8] Il se retint de soutenir Garrison, estimant ouvertement que depuis l’issue de l’enquête était incertain, il pourrait mettre en péril ses plans de rouvrir le dossier plus tard, et même affaiblir ses chances d’élection en interprétant sa motivation comme une querelle de famille.

    En conclusion, il peut y avoir peu de doute que, avait – il été élu président, Robert Kennedy aurait tout fait pour rouvrir le dossier de l’assassinat de son frère, d’une manière ou d’une autre. Ce fait n’a certainement pas échappé aux assassins de John. Ils avaient pas d’ autre choix que de l’arrêter. Cette première conclusion est une raison suffisante pour procéder à une analyse comparative des deux assassinats Kennedy, à la recherche de quelques indices convergents qui pourraient nous conduire à la piste d’un commun mastermind.We commencer par l’assassinat de Robert.
    Sirhan Sirhan, un Palestinien motivé par la haine d’Israël?

    Quelques heures seulement après l’assassinat de Robert, la presse a pu informer le peuple américain, non seulement de l’identité de l’assassin, mais aussi de son motif, et même de sa biographie détaillée. [9] Vingt-quatre ans Sirhan Bishara Sirhan est né à Jordania, et avait déménagé aux États-Unis quand sa famille a été expulsé de Jérusalem – Ouest en 1948. Après le tournage, une coupure de journal a été trouvé dans la poche de Sirhan, citant des commentaires favorables fait par Robert concernant Israël et, en particulier, ce qui ressemblait à un engagement électoral: «les Etats-Unis devraient sans tarder vendre Israël les 50 jets Phantom , elle a été si longtemps promis » notes manuscrites par Sirhan trouvées dans un ordinateur portable à son domicile a confirmé que son acte avait été prémédité et motivé par sa haine d’Israël.

    Cela est devenu la ligne de l’ histoire des médias grand public dès le premier jour. Jerry Cohen du Los Angeles Times a écrit un article de première page, en disant que Sirhan est « décrit par des connaissances comme un anti-israélien virulent”, »(Cohen a changé que dans « virulent antisémite » dans un article pour le The Salt Lake Tribune), et que: «enquêtes et informations de personnes qui le connaissaient le mieux révélé [lui] comme un jeune homme avec une haine suprême pour l’Etat d’Israël » Cohen conclut que « le sénateur Kennedy […] est devenu une personnification de cette haine . en raison de ses déclarations récentes pro-israéliens » Cohen a en outre révélé que:

    « Il y a environ trois semaines , le jeune réfugié jordanien accusé d'avoir tiré le sénateur Robert Kennedy a écrit une note de service à lui - même, [...] La note dit: « Kennedy doit être assassiné avant le 5 Juin, 1968', le premier anniversaire de la guerre de six jours dans lequel Israël humilie trois voisins arabes, l' Egypte, la Syrie et la Jordanie. » [10] 
    

    Après le 11 Septembre 2001, la tragédie de l’assassinat de Robert a été installé dans la mythologie néoconservatrice du choc des civilisations et la guerre contre le terrorisme l’histoire. Sirhan est devenu un précurseur du terrorisme islamique sur le sol américain. Dans un livre intitulé Le terroriste oublié, Mel Ayton, qui se spécialise dans la démystification théories du complot, prétend présenter « une multitude de preuves sur le nationalisme fanatique palestinien [de Sirhan] » et de démontrer que « Sirhan était l’assassin solitaire dont l’ acte à motivation politique était un précurseur du terrorisme actuel »(comme il est écrit sur la couverture arrière).

    En 2008, le 40 e anniversaire de la mort de Robert, Sasha Issenberg du Boston Globe a rappelé que la mort de Robert Kennedy était « un avant – goût de la terreur au Moyen – Orient. » Il cite le professeur de Harvard Alan Dershowitz (plus connu comme l’avocat de Jonathan Pollard), en disant:

    « Je pensais comme un acte de violence motivée par la haine d'Israël et de tous ceux qui a soutenu Israël. [...] Il était en quelque sorte le début du terrorisme islamique en Amérique. Ce fut le premier coup. Beaucoup d' entre nous ne l'a pas reconnu à l'époque. » [11] 
    

    Le fait que Sirhan était d’une famille chrétienne a été perdu sur Dershowitz. Le juif Forward a pris soin de mentionner à la même occasion, pour ajouter que le fanatisme islamique couru dans ses veines quand même:

    « Mais ce qu'il a partagé avec ses cousins musulmans - les auteurs du 11 Septembre - était une haine viscérale, irrationnelle d'Israël. Il l'a conduit à assassiner un homme que certains croient encore aurait pu être le plus grand espoir d'une génération antérieure « . 
    

    « Robert Kennedy a été la première victime américaine du terrorisme arabe moderne », le journaliste avant martelée; « Sirhan détestait Kennedy parce qu’il avait soutenu Israël. » [12]

    Ce leitmotiv du discours public pose la question: Est -ce Bobby vraiment un partisan d’Israël? Mais avant de répondre à cette question, il est plus urgent un: Est-ce que Sirhan vraiment tuer Bobby?
    Est-ce que Sirhan Sirhan Bishara vraiment tuer Robert Kennedy?

    Si nous faisons confiance déclarations officielles et nouvelles grand public, l’assassinat de Robert Kennedy est un cas ouvert et fermé. L’identité du tueur ne souffre aucune discussion, car il a été arrêté sur place, avec le pistolet fumant à la main. En réalité, la preuve balistique et médico – légale montrent qu’aucun des balles de Sirhan a frappé Kennedy.

    Selon le rapport d’ autopsie du médecin légiste en chef-coroner Thomas Noguchi, Robert Kennedy est mort d’une blessure par balle au cerveau, tiré par derrière l’oreille droite à bout portant, suivant un angle vers le haut. Nogushi a réitéré sa conclusion dans son 1983 mémoires, coroner. Pourtant , le témoignage sous serment de douze témoins de tir établi que Robert avait jamais tourné le dos à Sirhan et que Sirhan était de cinq à six pieds de sa cible quand il a tiré.

    Comptabiliser tous les impacts de balles dans le garde – manger, et ceux qui a blessé cinq personnes autour de Kennedy, il a été estimé qu’au moins douze balles ont été tirées, tandis que l’arme de Sirhan effectué seulement huit. Le 23 Avril 2011, les avocats William Pepper et son associé, Laurie Dusek, se sont réunis tous ces éléments de preuve et plus dans un fichier de 58 pages soumis à la Cour de Californie, demandant que le cas de Sirhan réouverture. Ils ont documenté les grandes irrégularités dans le procès de 1968, y compris le fait que la balle testée en laboratoire à comparer à celle extraite du cerveau de Robert n’a pas été tiré par le revolver de Sirhan, mais par une autre arme à feu, avec un numéro de série différent; ainsi, au lieu de incriminantes Sirhan, le test balistique en fait l’ a prouvé innocent. Pepper a également fourni une analyse informatique des enregistrements audio pendant le tournage, réalisé par l’ ingénieur Philip Van Praag en 2008, ce qui confirme que deux armes à feu sont entendus. [13]

    Sirhan Bishara Sirhan.jpeg Sirhan Sirhan Bishara

    La présence d’un second tireur a été signalé par plusieurs témoins et a rapporté le même jour par quelques médias de nouvelles. Il y a de fortes suspicions que le second tireur était Thane Eugene Cesar, un gardien de sécurité embauché pour la soirée, qui était coincé derrière Kennedy au moment de la fusillade, et vu avec son pistolet tiré par plusieurs témoins. L’ un d’eux, Don Schulman, l’ a vu positivement le feu. Cesar n’a jamais été étudié, même si il ne dissimulait pas sa haine pour les Kennedys, qui , selon sa déclaration enregistrée, avait « vendu le pays sur la route aux cocos. » [14]

    Même si nous supposons que Sirhan avait tué Robert Kennedy, un deuxième aspect de l’affaire soulève la question: selon plusieurs témoins, Sirhan semblait être dans un état de transe pendant le tournage. Plus important encore , Sirhan a toujours affirmé, et continue de réclamer, qu’il n’a jamais eu aucun souvenir de son acte:

    « On m'a dit par mon avocat que je tiré et tué le sénateur Robert F. Kennedy et que Nier cela serait tout à fait inutile, [mais] je devais continuer et ne pas se souvenir du tournage du sénateur Kennedy. » 
    

    Il prétend également avoir aucun souvenir de « beaucoup de choses et d’ incidents qui ont eu lieu dans les semaines qui ont précédé le tournage. » [15] Quelques lignes répétitives écrites d’un ordinateur portable trouvé dans la chambre de Sirhan, qui Sirhan reconnaît que sa propre écriture , mais ne rappelez – vous pas l’ écriture, ne sont pas sans rappeler l’ écriture automatique. [16]

    Expertise psychiatrique, y compris des tests détecteur de mensonge, ont confirmé que l’amnésie de Sirhan n’est pas truqué. En 2008, professeur de l’ Université de Harvard Daniel Brown, un expert reconnu dans l’ hypnose et la perte de mémoire de traumatisme, interrogé Sirhan pour un total de 60 heures, et a conclu que Sirhan, qu’il classe dans la catégorie des « hypnotisables élevés » , a agi unvoluntarily sous l’effet de la suggestion hypnotique: « son tir du canon était ni sous son contrôle volontaire, ni fait avec la connaissance consciente, mais elle est probablement un produit de comportement hypnotique automatique et un contrôle coercitif ». [17]

    SydneyGottlieb.jpeg Sidney Gottlieb, Docteur Mabuse ou Docteur Mal?

    Nous savons que dans les années 1960, les agences militaires américaines expérimentaient sur le contrôle mental. Dr Sidney Gottlieb, fils de juifs hongrois, a dirigé le projet infâme CIA Mkultra, qui, entre autres, devaient répondre à des questions telles que: « une personne sous hypnose peut -il être forcé de commettre assassiner? » , Selon un document déclassifié en date du mai 1951 . [18] Selon le journaliste israélien Ronen Bergman, auteur de Rise and kills Première: L’histoire secrète des Assassinats ciblés d’Israël (Random House, 2018), en 1968, un psychologue militaire israélien par le nom de Benjamin Shalit avait concocté un plan pour prendre un prisonnier palestinien et « endoctriner et l’hypnotiser à devenir un tueur programmé » visant à Yasser Arafat. [19]

    Si Sirhan a été hypnotisé programmé, la question est la suivante : qui avait un certain intérêt à avoir un Palestinien anti-sioniste viscéral blâmé pour l’assassinat de Robert Kennedy? Israël, bien sûr. Mais alors, nous sommes confrontés à un dilemme, car pourquoi Israël veulent tuer Robert Kennedy si Robert Kennedy était en faveur d’Israël, comme le récit traditionnel va?
    Robert Kennedy était vraiment un ami d’Israël?

    Le dilemme repose sur une hypothèse trompeuse, qui fait partie de la tromperie. En fait, Robert Kennedy était certainement pas pro-Israël. Il était tout simplement campagne en 1968. Comme tout le monde le sait, quelques bons vœux et des promesses à Israël sont un rituel incontournable dans de telles circonstances. Et la déclaration de Robert dans une synagogue Oregon, mentionné dans mai 27 Article Pasadena Star-Nouvelles indépendant trouvé dans la poche de Sirhan, ne dépassait pas les exigences minimales. Son auteur David Lawrence avait, dans un précédent article intitulé « Bob Paradoxal », a souligné le peu de crédit à accorder à ces promesses électorales: « Les candidats présidentiels sont là pour obtenir des votes et certains d’entre eux ne réalisent pas leurs propres contradictions. »

    Somme toute, il n’y a pas de raison de croire que Robert Kennedy aurait été, en tant que président des États – Unis, en particulier Israël convivial. La famille Kennedy, avec fierté irlandaise et catholique, était connu pour son hostilité à l’ influence juive dans la politique, un thème classique de la littérature anti-Kennedy, mieux représentée par le livre 1996 par Ronald Kessler avec le titre très suggestif, les péchés du Père: Joseph P. Kennedy et la dynastie qu’il a fondé. [20]

    Robert avait pas, dans son gouvernement de son frère, particulièrement pro-israélien Procureur général: Il avait provoqué la colère des dirigeants sionistes en soutenant une enquête menée par le sénateur William Fulbright du Comité sénatorial des relations étrangères visant à inscrire le Conseil sioniste américain comme un « étranger agent » soumis aux obligations définies par la Loi sur l’enregistrement des agents étrangers de 1938, qui avait considérablement entravé son efficacité (après 1963, le AZD échappé à cette procédure en changeant son statut et se renommer AIPAC) [21] .

    En conclusion, il est seulement avec l’ hypocrisie exceptionnelle qui le Daily Forward juif pouvait écrire, sur le 40e anniversaire de la mort de Bobby:

    « En se souvenant Bobby Kennedy, souvenons-nous pas seulement ce qu'il a vécu, mais aussi ce qu'il est mort pour , à savoir la nature précieuse de la relation américano-israélienne. » [22] 
    

    La mort de Robert Kennedy avait pas été une mauvaise chose pour le précieux « relation américano-israélienne. » Au contraire, ce fut une grande perte pour le monde arabe, où Bobby a été pleurée comme avait son frère John devant lui.

    Bien sûr, le fait que les médias sioniste a menti lors de l’ octroi Robert Kennedy à titre posthume une attestation de bonne volonté envers Israël, et ainsi fourni à Israël un faux alibi, n’est pas une raison suffisante pour conclure que Israël a assassiné Robert. Même le fait que les instigateurs du complot ont choisi comme instrument programmé un anti-sioniste palestinien, et ce qui a suscité un fort sentiment anti-palestinien chez les Américains en même temps que se débarrasser de Robert, ne prouve pas que Israël a été impliqué. Ce qui manque encore une présomption sérieuse est un motif plausible.

    Il faut trouver le motif de l’assassinat de Robert, pas ce que Robert a publiquement déclaré dans une synagogue Oregon au cours de sa campagne présidentielle, mais plutôt dans ce qu’il a confié que ses plus proches amis: son intention de rouvrir l’enquête sur la mort de son frère. La question suivante est donc: Que serait une enquête impartiale, menée sous la direction de Robert à la Maison Blanche, ont révélé?
    Est-ce que la CIA assassine Kennedy?

    Il est évident pour tout le monde juste vaguement informé qu’une véritable enquête serait d’ abord établir que Oswald était un simple « Patsy », comme il dit lui – même, un bouc émissaire préparé à l’ avance à blâmer pour le crime et être égorgé sans procès. Nous n’examinerons pas ici les éléments de preuve qui contredit la thèse officielle du tireur isolé. Il se trouve dans de nombreux livres et films documentaires.

    Oswald.jpeg Lee Harvey Oswald, un autre bouc émissaire, exécuté sans aucune forme de procès par un terroriste sioniste lié à l’Irgoun

    Tout aussi célèbre est la théorie que le complot pour tuer Kennedy origine d’un réseau secret au sein de la CIA, en collusion avec des éléments extrémistes dans le Pentagone. Cette théorie du complot se profile le plus grand dans les livres, des articles et des films qui ont été produits depuis John Kennedy est mort.

    Cette théorie de la CIA-Pentagone, comme je l’appellerai (ajouter le complexe militaro-industriel si vous le souhaitez) a un défaut majeur dans le motif attribué aux tueurs: en plus de se débarrasser de Kennedy, la théorie, l’objectif était de créer un prétexte pour envahir Cuba, ce que la CIA avait toujours poussé et Kennedy avait refusé de le faire (la baie des Cochons). Avec Oswald toiletté comme un communiste pro-Castro, le tournage de Dallas a été mis en scène comme une fausse attaque de drapeau à blâmer sur Cuba. Mais alors, pourquoi ne pas l’ invasion de Cuba a suivi l’assassinat de Kennedy? Pourquoi at – on par la Commission Warren pro-Castro Oswald abandonné au profit de l’écrou seul Oswald? Ceux qui répondent à la question comme James Douglass dans son JFK et l’Innommable, Johnson crédit à la prévention de l’invasion. Johnson, nous sommes amenés à comprendre, n’a rien à voir avec le complot d’assassinat, et déjoué le but ultime de comploteurs pour commencer la troisième guerre mondiale. Ceci est d’ignorer l’énorme quantité de preuves accumulées contre Johnson depuis cinquante ans, et documenté dans des livres révolutionnaires comme LBJ Phillip Nelson: Le Mastermind de Assassinat de JFK (2010) ou L’Homme de Roger Pierre Who Killed Kennedy: le cas contre LBJ (2013 ).

    Une autre faiblesse de la théorie de la CIA-Pentagone est l’absence d’accord sur le cerveau du complot. En fait, l’ un des noms qui revient le plus souvent est James Jesus Angleton, chef du contre-espionnage au sein de la CIA, au sujet de laquelle le professeur John Newman écrit dans Oswald et la CIA:

    « À mon avis, quel gestionnaire ou les gestionnaires directs d'Oswald étaient, il nous faut maintenant envisager sérieusement la possibilité que Angleton était probablement leur directeur général. Personne d'autre à l'Agence avait l'accès, l'autorité et l'esprit diaboliquement ingénieux pour gérer ce complot sophistiqué. » [23] 
    

    Mais il y a beaucoup de preuves que Angleton, qui était aussi le chef de la CIA « Bureau Israël » était un Mossad taupe. Selon son biographe Tom Mangold, « amis les plus proches professionnels Angleton outre – mer […] sont venus du Mossad et […] il a été tenu dans l’ immense estime par ses collègues israéliens et par l’Etat d’Israël, qui devait lui accorder les honneurs profonds après sa la mort. » [24] Pas moins que deux monuments lui sont dédiés au service commémoratif en Israël lors des cérémonies suivies par les chefs de renseignements israéliens , et même un futur premier ministre. [25]

    Un autre aspect doit être pris en compte: si la piste de la CIA est un chemin bien foulé entre les chercheurs Kennedy, il est parce qu’il a été coupé et marqué par les médias eux – mêmes traditionnels, ainsi que par Hollywood. Et cela a commencé avant même l’assassinat, le 3 Octobre 1963, avec un article de chef correspondant à Washington du New York Times Arthur Krock. L’article dénonce « la soif effrénée du pouvoir » et quotidienneté sans nom « officiel très élevé » qui a affirmé que la Maison Blanche de la CIA ne pouvait pas contrôler la CIA, et que:

    « Si les Etats-Unis connaissent toujours une tentative d'un coup d' Etat pour renverser le gouvernement, il viendra de la CIA et non le Pentagone. L'agence représente une puissance énorme et déresponsabilisation totale à tout le monde. » [26] 
    

    De cette manière, le New York Times plantait un signe, un mois et demi avant l’assassinat de Dallas, montrant la CIA comme l’instigateur le plus probable du coup d’ Etat à venir. Le signe dit: « Le président va être victime d’un coup d’ Etat, et il viendra de la CIA. »

    Un mois après l’assassinat de Kennedy, ce fut le tour du Washington Post à utiliser un truc très similaire, en publiant un op-ed signé par Harry Truman, dans lequel l’ancien président a dit qu’il était « troublé par la façon dont la CIA a été détournée de sa mission d’ origine. » « Je ne ai jamais eu une pensée quand je mis en place la CIA qu’il serait injecté dans manteau en temps de paix et les opérations de poignard » , au point de devenir à travers le monde « un symbole de sinistre et mystérieuse intrigue étrangère […] il y a maintenant quelques questions profondes qui doivent répondre. » [27] Truman faisait allusion au rôle de la CIA dans le renversement des gouvernements étrangers et assassinant les dirigeants élus à l’ étranger. Mais étant donné le moment de son article, un mois jour pour jour après Dallas, il ne pouvait être compris par toute personne ayant des oreilles pour entendre, et au moins subliminale par le reste, comme un acte d’accusation de la CIA dans l’assassinat de Kennedy. Cet article, largement repris dans les années 1970 après la création du Comité Eglise et le Comité spécial de la Chambre sur Assassinats, est considéré comme le whistleblowing de Truman. Pourtant , son style mea culpa est tout à fait différent Truman; c’est parce qu’il n’a pas été écrit par Truman, mais par son assistant de longue date et ghostwriter, un Juif russe né du nom de David Noyes, que Sidney Krasnoff appelle dans son livre « l’alter ego de Truman », Truman et Noyes: Histoire d’Alter Ego d’un président ( 1997). Truman a vu probablement jamais l’article avant sa publication dans l’édition du matin Washington Post, mais il peut être responsable de sa suppression des pistes d’impression après – midi. [28]

    Ainsi , les deux journaux américains les plus influents, tout en défendant ostensiblement la théorie officielle du tireur isolé, ont planté des signes directionnels pointant vers la CIA. La plupart des Kennedy truthers ont suivi les signes avec enthousiasme.

    Dans les années 70, l’industrie des grands médias et de l’ édition a joué à nouveau un rôle majeur dans les théoriciens de la conspiration de direction vers la CIA, tout en évitant tout soupçon d’implication israélienne. Un contributeur majeur à cet effort était AJ Weberman, avec son coup de livre 1975 d’État en Amérique: La CIA et l’assassinat de John F. Kennedy, co-écrit par Michael Canfield. Selon le New York Jewish Daily Forward (28 Décembre, 2012), Weberman avait « immigré en Israël en 1959 et a la double nationalité américano-israélienne, » et est « un proche collaborateur du fondateur Organisation de défense juive Mordechai Levy, dont le groupe frange est un spin-off de feu le rabbin Meir Kahane de droite Ligue de défense juive militante. » Weberman a reconnu l’aide de néoconservateur Richard Perle dans son enquête. [29] Le livre Weberman-Canfield a contribué à l’élan qui a conduit le Comité spécial de la Chambre sur Assassinats (HSCA) en 1976 à une nouvelle enquête sur les meurtres de JFK et le Dr Martin Luther King.

    Il est également dans ce contexte que le journaliste de Newsweek Jay Epstein Edward a publié une interview de George De Mohrenschildt, un géologue russe et consultant pour Texan qui oilmen était lié d’ amitié Oswald et sa femme russe à Dallas en 1962. Dans cette interview, De Mohrenschildt a admis que Oswald avait été présenté à lui à l’instigation de l’ agent de la CIA Dallas J. Walton Moore. [30] Cette information est douteuse pour plusieurs raisons: Tout d’ abord, Moore a été officiellement FBI plutôt que de la CIA. En second lieu , De Mohrenschildt était pas en mesure de confirmer ou d’ infirmer les mots que Epstein qu’on lui attribue: il a été retrouvé quelques heures mortes après avoir donné l’entrevue. En fait, l’interview de De Mohrenschildt publié par Epstein contredit compte propre manuscrit de De Mohrenschildt de sa relation avec Oswald, a révélé après sa mort. [31] La mort de De Mohrenschildt a été un suicide. Le rapport du shérif mentionne que , dans ses derniers mois , il se plaignait que « les Juifs » et « la mafia juive » étaient hors de lui faire. [32] Inutile de dire que , Epstein n’a rien dit à ce sujet. Plus de soupçons surgissent du fait que la principale source de son livre de 1978 Epstein, Légende: le Secret World de Lee Harvey Oswald, était James Jesus Angleton, qui se répand activement la désinformation au moment de la HSCA, en défendant la théorie selon laquelle Oswald était un KGB agent avec les connexions de la CIA.

    Que les agents israéliens ont joué un rôle important dans la propagation de théories du complot visant la CIA est également mis en évidence par le film JFK d’Oliver Stone sorti en 1991, avec Kevin Costner dans le rôle de la Nouvelle – Orléans Jim Garrison Procureur de la République. Ce film, qui a ébranlé l’opinion publique au point de motiver le président John F. Kennedy Assassination Records Collection Act de 1992, a été produit par Arnon Milchan, décrit dans une biographie de 2011 comme étant de sa jeunesse “l’un des agents secrets les plus importants “Le renseignement israélien a déjà été impliqué dans le trafic d’armes des Etats-Unis vers Israël. [33] En 2013, Milchan a publiquement révélé son activité prolongée en tant qu’agent secret d’Israël, travaillant en particulier pour stimuler le programme nucléaire d’Israël. [34] Il n’est donc pas étonnant que le film de Stone n’indique pas la connexion du Mossad sur laquelle Garrison a trébuché.
    Who killed JFK?

    Par un étrange paradoxe, les auteurs qui soutiennent la théorie conspirationniste conspirationniste d’un complot de la CIA contre Kennedy construisent leur cause sur la biographie d’Oswald, tout en affirmant qu’Oswald n’avait presque rien à voir avec le meurtre. Si Oswald était «juste un pigeon», comme il l’affirmait publiquement, la quête des vrais coupables doit logiquement commencer par enquêter sur l’homme qui a fait taire Oswald.

    L’assassin d’Oswald est connu sous le nom de Jack Ruby, mais peu de gens savent que son vrai nom était Jacob Leon Rubenstein, et qu’il était le fils d’immigrants juifs polonais.

    Ruby Jacob Leon Rubenstein, connu sous le nom de Jack Ruby

    Ruby était un membre de la pègre juive. Il était un ami du gangster de Los Angeles Mickey Cohen, qu’il connaissait et admirait depuis 1946. Cohen était le successeur du célèbre Benjamin Siegelbaum, alias Bugsy Siegel, l’un des patrons de Murder Incorporated. Cohen était entiché de la cause sioniste, comme il l’expliquait dans ses mémoires: “Maintenant, j’étais tellement absorbé par Israël que j’ai en fait mis de côté beaucoup de mes activités et ne faisais rien d’autre que ce qui était impliqué dans cette guerre d’Irgun”. [35] Mickey Cohen était en contact avec Menachem Begin, l’ancien chef d’Irgun , avec qui il a même “passé beaucoup de temps”, selon Gary Wean, ancien sergent-détective du département de police de Los Angeles. Il y a donc une ligne directe reliant Jack Ruby, via Mickey Cohen, à l’arène terroriste israélienne, et en particulier à Menachem Begin, un spécialiste de la terreur du faux drapeau.. Nous savons aussi que Ruby a téléphoné à Al Gruber, un associé de Mickey Cohen, juste après l’arrestation d’Oswald; il a sans doute reçu alors «une offre qu’il ne pouvait refuser», comme on dit aux enfers. [36] L’avocat de la défense de Ruby, William Kunstler, a écrit dans ses mémoires que Ruby lui avait dit qu’il avait tué Oswald “pour les Juifs” et que le rabbin Hillel Silverman avait reçu la même confession lors de sa visite en prison.. [37]

    090.jpg Jack Ruby ouvrant le feu pour faire taire Lee Harvey Oswald

    Ce n’est pas tout. À tous les niveaux de la conspiration pour tuer Kennedy, nous trouvons également les empreintes digitales de l’état profond israélien. Le voyage de JFK à Dallas, officiellement “non politique”, a été parrainé par un puissant groupe d’affaires connu sous le nom de Dallas Citizens Council, dominé par Julius Schepps, “un distributeur d’alcool en gros, membre de toutes les synagogues de la ville et dirigeant de facto de la communauté juive,” tel que décrit par Bryan Edward Stone dans The Chosen Folks: les Juifs sur les frontières du Texas. [38] Kennedy était en route pour la réception organisée en son honneur quand il a été abattu.

    Le «comité hôte» invitant Kennedy était présidé par une autre personnalité influente de la riche communauté juive de Dallas: le directeur de la publicité et responsable des relations publiques, Sam Bloom. Selon l’ancien officier de renseignement britannique, le colonel John Hughes-Wilson, c’est Bloom qui a suggéré à la police “de déplacer le présumé assassin [Oswald] du poste de police de Dallas à la prison du comté de Dallas afin de donner une bonne histoire aux journalistes. images. “Oswald a été abattu par Ruby lors de ce transfert. Hughes-Wilson ajoute que, “quand la police a fouillé la maison de Ruby par la suite, ils ont trouvé un bout de papier avec le nom de Bloom, son adresse et son numéro de téléphone..” [39]

    Après la tragédie de Dallas, les sayanim d’Israël étaient également occupés à fabriquer le mensonge officiel. En dehors de son président Earl Warren, choisi pour son rôle figuratif de juge en chef, tous les personnages clés de la commission d’enquête étaient soit des ennemis personnels de Kennedy – comme Allen Dulles, le directeur de la CIA renvoyé par Kennedy en 1961 – ou sionistes ardents.

    Dulles.jpeg Allan Dulles, un ennemi personnel de John Fitzgerald Kennedy

    Arlen Specter, l’inventeur de ce que l’on a appelé la théorie de la «balle magique», est l’homme qui a joué un rôle clé dans la fabrication de ce gouvernement: une seule balle supposée avoir causé sept blessures à Kennedy et John Connally assis devant lui dans la limousine, et retrouvé plus tard dans un état impeccable sur une civière à Parkland Memorial Hospital à Dallas.

    Specter.jpeg Arlen Specter, l’inventeur de la théorie “Magic Bullet”

    Spectre, qui avec une touche ironique de chutzpah intitulé son autobiographie Passion for Truth, était le fils d’immigrants juifs russes, et, à sa mort en 2012, a été pleuré par le gouvernement israélien comme “un défenseur indéfectible de l’État juif », et par l’AIPAC, en tant que« principal architecte du lien du Congrès entre notre pays et Israël.” [40]

    Ainsi, à toutes les étapes de l’intrigue, nous trouvons une cabale sioniste comprenant des hommes d’affaires, des politiciens et des gangsters liés à l’Irgoun, sans oublier les cadres des médias, tous dévoués à Israël.

    Le motif le plus plausible pour Israël de tuer Kennedy a été révélé par deux livres: The Samson Option de Seymour Hersh en 1991, puis Israel and the Bomb d’Avner Cohen en 1998, et le rôle principal a été suivi en 2007 par Michael Karpin dans The Bomb in le sous-sol. Ce que ces enquêteurs révèlent, c’est que Kennedy, informé par la CIA en 1960 du but militaire poursuivi au complexe de Dimona dans le désert du Néguev, était fermement décidé à forcer Israël à y renoncer . Dans ce but, il remplaça le directeur de la CIA, Allen Dulles, par John McCone, qui, en tant que président de la Commission de l’énergie atomique (CEA) Eisenhower, avait divulgué au New York Times la vérité sur le projet israélien Dimona; l’histoire a été imprimée le 19 décembre 1960, quelques semaines avant que Kennedy ne prenne ses fonctions. Comme Alan Hart écrit, “Il ne fait aucun doute que la détermination de Kennedy à empêcher Israël de développer sa propre bombe nucléaire a été le principal facteur dans sa décision de nommer McCone.” [41] Alors Kennedy a invité Ben-Gurion à permettre des inspections régulières de Dimona, d’abord verbalement à New York en 1961, et plus tard par des lettres de plus en plus insistantes. Dans le dernier, câblé le 15 juin 1963 à l’ambassadeur israélien avec l’instruction de le remettre personnellement à Ben Gourion, Kennedy exigea l’accord de Ben Gourion pour une visite immédiate suivie de visites régulières tous les six mois, sinon “L’engagement et le soutien d’Israël à ce gouvernement pourraient être sérieusement compromis.” [42] Le résultat fut inattendu: Ben Gourion évita la réception officielle de la lettre en annonçant sa démission le 16 juin. Dès l’entrée en fonction du nouveau Premier ministre Levi Eshkol, Kennedy lui envoya une lettre similaire, datée du 5 juillet 1963, en vain. . Ben-Gourion a-t-il démissionné pour traiter avec Kennedy d’un autre niveau??

    Dimona.jpeg Complexe nucléaire de Dimona

    Cinq mois plus tard, la mort de Kennedy a soulagé Israël de toute pression (diplomatique ou autre) pour arrêter son programme nucléaire. Face à l’absence totale d’intérêt de Johnson pour cette question, John McCone a démissionné de la CIA en 1965, déclarant: “Quand je n’arrive pas à faire lire mes rapports par le président, il est temps de partir.”

    La détermination de Kennedy à arrêter le projet israélien Dimona n’était qu’une partie du «problème de Kennedy». Au cours de ses premiers mois à la Maison Blanche, Kennedy s’est engagé par des lettres à Nasser et à d’autres chefs d’Etat arabes pour soutenir la résolution 194 de l’ONU sur le droit au retour des réfugiés palestiniens. Ben-Gourion a réagi avec une lettre à l’ambassadeur d’Israël à Washington, destinée à circuler parmi les dirigeants américains juifs, dans laquelle il a déclaré:

    “Israël considérera ce plan comme un danger plus sérieux pour son existence que toutes les menaces des dictateurs arabes et des rois, que toutes les armées arabes, que tous les missiles de Nasser et ses MIG soviétiques. [...] Israël va lutter contre cette mise en œuvre jusqu'au dernier homme.'” [43] 
    

    Kennedy s’est comporté chaleureusement envers Nasser, le pire ennemi d’Israël. L’historien Philip Muehlenbeck écrit:

    “Alors que l'administration Eisenhower avait cherché à isoler Nasser et à réduire son influence en renforçant le roi saoudien Saoud en tant que rival conservateur du président égyptien, l'administration Kennedy poursuivait exactement la stratégie opposée.” [44] 
    

    Après la mort de Kennedy, la politique étrangère américaine s’est à nouveau inversée, sans que le public américain en soit conscient. Johnson a coupé l’aide économique à l’Egypte, et a augmenté l’aide militaire à Israël, qui a atteint 92 millions de dollars en 1966, plus que le total de toutes les années précédentes combinées.

    Pendant 50 ans, la piste israélienne dans l’assassinat de Kennedy a été étouffée, et quiconque l’a mentionné a immédiatement été ostracisé. Le député américain Paul Findley a néanmoins osé écrire en mars 1992 dans Rapport de Washington sur les affaires du Moyen-Orient: “Il est intéressant de noter que dans tous les mots écrits et prononcés au sujet de l’assassinat de Kennedy, l’agence de renseignement israélienne, le Mossad, n’a jamais été mentionnée.” Un seul auteur a sérieusement étudié cette piste: Michael Collins Piper, dans son livre de 1995 Final Judgment: The Missing Link in the JFK Assassination Conspiracy. Piper a été largement ignorée par le courant dominant du mouvement de vérité de Kennedy. Mais son travail a fait son chemin néanmoins. En 2013, Martin Sandler a écrit sur le travail de Piper dans son édition des lettres de Kennedy, qui incluait celles adressées à Ben-Gurion à propos de Dimona.: “De toutes les théories du complot, elle reste l’une des plus intrigantes.” C’est, en fait, une théorie répandue dans les pays arabes. [45]
    The case against Lyndon Johnson

    LyndonJohnson.jpeg Lyndon Johnson, le président le plus pro-israélien de l’histoire des États-Unis

    Plusieurs enquêteurs ont identifié Lyndon Johnson, vice-président de Kennedy, comme le cerveau de l’assassinat de Kennedy. Il est, au moins, indubitable que les conspirateurs ont agi avec la pré-connaissance que Johnson, qui est automatiquement intervenu en tant que chef d’Etat après la mort de Kennedy, les couvrirait. Le contexte de crise nationale lui a permis d’intimider la justice et la presse tout en réalisant l’ambition de sa vie. Johnson n’a pas seulement bénéficié de l’intrigue; il a participé à son élaboration. En tant qu’ancien sénateur du Texas, il pourrait mobiliser des complices de haut rang à Dallas pour préparer l’embuscade.Johnson a également eu ses hommes dans la marine. En 1961, le sénateur texan John Connally avait été nommé secrétaire de la marine à la demande de Johnson. Quand Connally a démissionné onze mois plus tard pour se présenter au poste de gouverneur du Texas, Johnson a convaincu Kennedy de nommer un autre de ses amis texans, Fred Korth.

    Le contrôle privilégié de Johnson sur la Marine est un aspect important de l’affaire parce que la Marine a été critique dans la mise en place et dans la dissimulation du complot. D’abord, contrairement à une croyance répandue mais erronée, Lee Harvey Oswald avait été recruté par la Marine et non par la CIA. Il était marin et, en tant que marine, il avait travaillé pour Bureau de renseignement naval (ONI). Deuxièmement, c’est à l’hôpital naval de Washington, sous le contrôle des officiers de la marine, que l’autopsie de Kennedy a été pratiquée, après que son corps ait été littéralement volé sous la menace d’une arme à l’hôpital Parkland de Dallas. Le rapport de cette autopsie indiquait que la balle fatale était entrée dans le crâne de Kennedy, ce qui contredisait les témoignages de vingt et un membres du personnel de l’hôpital de Dallas qui avaient vu deux blessures par balle sur le devant du corps de Kennedy. C’était essentiel parce qu’Oswald tirait vraisemblablement derrière Kennedy, et ne pouvait probablement pas avoir causé ces blessures par balle.

    Il est à noter que Johnson avait en fait profité de ses liens dans la Marine pour participer à la plus grande affaire de corruption jamais enregistrée à ce moment-là. Son complice Fred Korth a été contraint de démissionner en tant que secrétaire de la Marine en novembre 1963, quelques semaines avant le coup d’État de Dallas, après que le ministère de la Justice dirigé par Robert Kennedy l’ait impliqué dans une fraude impliquant un contrat de 7 milliards de dollars. General Dynamics, une société texane. Le secrétaire personnel de Johnson, Bobby Baker, a été accusé dans la même affaire.

    En raison de ce scandale croissant et d’autres soupçons de corruption, Kennedy était déterminé à changer de vice-président pour sa prochaine campagne de réélection. [46] Alors qu’il se trouvait à Dallas la veille de la visite du président, Nixon a fait connaître la rumeur de l’expulsion de Johnson et Dallas Morning News rapportait le 22 novembre: “Nixon prédit JFK May Drop Johnson.” Au lieu de cela, Johnson est devenu président ce même jour.

    Beaucoup d’Américains ont immédiatement soupçonné l’implication de Johnson dans le coup d’état de Dallas, en particulier après la publication en 1964 d’un livre de James Evetts Haley, qui a décrit Johnson comme profondément corrompu. Selon son biographe Robert Caro, Johnson était un homme assoiffé “pour le pouvoir dans sa forme la plus nue, pour le pouvoir de ne pas améliorer la vie des autres, mais de les manipuler et de les dominer, de les plier à sa volonté.”[47]

    La preuve incriminant Johnson ne contredit pas la preuve contre Israël, bien au contraire. Tout d’abord, les deux parcours convergent en la personne de Jack Ruby, que Nixon a identifié comme l’un des “boys de Johnson”, selon l’ancien agent de Nixon, Roger Stone..[48] L’hypothèse que Ruby a agi sur les ordres de Johnson est une explication probable de certaines de ses déclarations étranges à la Commission Warren:

    “Si vous ne me ramenez pas à Washington ce soir pour me donner une chance de prouver au président que je ne suis pas coupable, alors vous verrez la chose la plus tragique qui arrivera jamais. "" Il y aura un certain événement tragique qui se produira si tu ne prends pas mon témoignage et ne me justifie pas pour que mon peuple ne souffre pas à cause de ce que j'ai fait.”
    

    Il a dit que craint que son acte serait utilisé “pour créer un mensonge à propos de certains de la foi juive,” mais ajouté que “peut-être que quelque chose peut être sauvé […], si notre président, Lyndon Johnson, connaissait la vérité de moi.”[49] Avec de tels mots, Ruby semble essayer d’envoyer un message à Johnson par l’intermédiaire de la Commission, ou plutôt un avertissement qu’il pourrait renverser les ficelles sur la participation d’Israël si Johnson n’intervient pas en sa faveur. On a l’impression que Ruby s’attendait à ce que Johnson lui pardonne.

    Pourtant, Johnson n’a rien fait pour sortir Ruby de prison. Le sentiment de trahison de Ruby expliquerait pourquoi en 1965, après avoir été condamné à la réclusion à perpétuité, Ruby a implicitement accusé Johnson du meurtre de Kennedy lors d’une conférence de presse: “Si [Adlai Stevenson] était vice-président, il n’y aurait jamais eu d’assassinat de notre bien-aimé président Kennedy.

    Ruby est mort d’une maladie mystérieuse dans sa prison en 1967.
    A Crypto-Zionist president?

    Ruby n’est pas le seul lien entre Johnson et Israël, loin de là. En vérité, Johnson avait toujours été l’homme d’Israël. Ses campagnes électorales ont été financées depuis 1948 par le financier sioniste Abraham Feinberg, qui était le président des Américains pour Haganah Incorporated, qui a levé des fonds pour la milice juive.
    https://strategika51.files.wordpress.com/2018/06/009.jpeg
    C’est le même Feinberg qui, après les primaires démocrates en 1960, a fait la proposition suivante à Kennedy, comme Kennedy lui-même a rapporté plus tard à son ami Charles Bartlett: “Nous savons que votre campagne est en difficulté. Nous sommes prêts à payer vos factures si vous nous laissez contrôler votre politique au Moyen-Orient.” Bartlett se souvient que Kennedy était profondément contrarié et a juré que, “s’il arrivait à être président, il allait faire quelque chose à ce sujet.”[51]

    C’est grâce à Arthur Schlesinger, un initié de Kennedy (A Thousand Days: John Kennedy à la Maison Blanche, 1965), que les deux hommes qui ont convaincu Kennedy de prendre Johnson comme colistière étaient Philip Graham et Joseph Alsop, respectivement éditeur. et chroniqueur du Washington Post, et de puissants partisans d’Israël.[52]Schlesinger ne révèle pas les arguments de Graham et Alsop, et déclare que la décision finale de Kennedy “défie la reconstruction historique”—une curieuse déclaration pour un historien si bien informé sur le sujet. Mais Evelyn Lincoln, secrétaire personnelle de Kennedy depuis douze ans, avait sa propre idée à ce sujet. Elle croyait que Kennedy avait été soumis à un chantage avec des preuves de ses nombreuses infidélités à sa femme: “Jack savait que Hoover et LBJ ne feraient que remplir.” Quels que soient les détails du chantage, Kennedy a une fois confié à son assistant Hyman Raskin, comme une excuse pour avoir pris Johnson, “Je n’avais pas le choix […] ces salauds essayaient de me cadrer. Ils m’ont menacé de problèmes et je n’ai pas besoin de plus de problèmes.”[53]

    En 2013, Associated Press a rapporté sur les bandes nouvellement libérées du bureau de la Maison Blanche de Johnson montrant LBJ “lien personnel et souvent émotionnel avec Israël,” et a souligné que sous Johnson, “les Etats-Unis sont devenus le principal allié diplomatique d’Israël et fournisseur d’armes primaires.” Un article du 5 Towns Jewish Times “Notre premier président juif Lyndon Johnson?” Rappelle le soutien continu de Johnson aux Juifs et à Israël dans les années 1940 et 1950, et conclut: “Le président Johnson a fermement orienté la politique américaine dans une direction pro-israélienne.” L’article mentionne également que, “la recherche dans l’histoire personnelle de Johnson indique qu’il a hérité de son souci pour le peuple juif de sa famille. Sa tante Jessie Johnson Hatcher, une influence majeure sur LBJ, était un membre de l’Organisation sioniste de l’Amérique.” Et, dans une note supplémentaire: “La lignée des mères juives remonte à trois générations dans l’arbre généalogique de Lyndon Johnson. Il y a peu de doute qu’il était juif.”[54]

    Quelle que soit la raison de la loyauté de Johnson envers Israël, c’est un fait que, grâce à Johnson, Israël pouvait poursuivre son programme nucléaire militaire sans être dérangé, et acquérir sa première bombe atomique vers 1965. L’historien Stephen Green écrit: “La Maison Blanche de Lyndon Johnson n’a pas vu Dimona, n’a pas entendu Dimona, et n’a pas parlé de Dimona quand le réacteur est devenu critique au début de 1964.”[55]

    Grâce à la mort de JFK, Israël a également pu mener à bien son plan d’annexion des territoires palestiniens au-delà des limites imposées par le plan de partage des Nations Unies. En s’appuyant sur les faucons du Pentagone et de la CIA, Johnson a intensifié la guerre froide et créé le climat de tension dont Israël avait besoin pour diaboliser le président égyptien Nasser et renforcer sa propre position d’allié indispensable au Moyen-Orient..

    Pendant la Guerre des Six Jours de 1967, Israël a réussi à tripler son territoire, tout en créant l’illusion d’agir en légitime défense. Le mensonge ne pouvait pas tromper les agences de renseignement américaines, mais Johnson avait donné son feu vert à l’attaque israélienne et avait même autorisé James Angleton de la CIA à donner à Israël les positions précises des bases aériennes égyptiennes, ce qui avait permis à Israël de les détruire. heures.

    Quatre jours après le début de l’attaque israélienne, Nasser a accepté la demande de cessez-le-feu du Conseil de sécurité de l’ONU. C’était trop tôt pour Israël, qui n’avait pas encore atteint tous ses objectifs territoriaux. Le 8 juin 1967, l’USS Liberty, navire espion de la NSA stationné dans les eaux internationales au large du Sinaï, a été bombardé, mitraillé et torpillé pendant 75 minutes par des avions israéliens Mirage et trois torpilleurs, avec l’intention évidente de le couler sans laisser de survivants. . (Même les canons de sauvetage ont été mitraillés.) Pendant ce temps, Johnson, de la Maison Blanche, est intervenu personnellement pour empêcher la Sixième Flotte de sauver l’USS Liberty après que l’équipage, malgré la destruction initiale de ses émetteurs, ait réussi à envoyer un SOS.

    L’attaque aurait été attribuée à l’Egypte si elle avait réussi, c’est-à-dire si le navire avait coulé et que son équipage était mort. L’opération aurait alors donné à Johnson un prétexte pour s’interposer du côté d’Israël contre l’Egypte.

    Mais il a échoué. L’affaire USS Liberty a été supprimé par une commission d’enquête dirigée par l’amiral John Sidney McCain II, commandant en chef des forces navales américaines en Europe (et père du sénateur de l’Arizona John McCain III). Johnson a accepté la fausse explication de «l’erreur de ciblage» d’Israël. En janvier 1968, il invita le Premier ministre israélien, Levi Eshkol, à Washington, et l’accueillit chaleureusement dans son ranch texan. De plus, Johnson a récompensé Israël en levant l’embargo sur l’équipement militaire offensif: des chars et des avions fabriqués aux États-Unis se sont immédiatement dirigés vers Tel Aviv.

    Cette attaque sous faux drapeau est la preuve de la complicité secrète de Johnson et d’Israël, impliquant une haute trahison de la part de Johnson.
    ———————————————–
    Conclusion

    Terminons maintenant notre tour d’horizon de la preuve: outre le fait que John et Robert étaient frères, leurs assassinats ont au moins deux choses en commun: Lyndon Johnson et Israël.

    Premièrement, leurs décès sont précisément encadrés par la présidence de Johnson, qui était aussi le contexte d’autres assassinats politiques, comme ceux de Martin-Luther King. Johnson contrôlait l’État lors des deux enquêtes sur les meurtres de John et Robert.

    Deuxièmement, dans les deux cas, nous trouvons les empreintes digitales de l’état profond d’Israël. Dans le cas de Robert, c’est le choix du pigeon manipulé, qui était évidemment destiné à déguiser l’assassinat de Robert comme un acte de haine contre Israël. Dans le cas de John, c’est l’identité de l’homme appelé à tuer le pigeon, un gangster juif lié à l’Irgoun.

    Johnson et Israël, les deux éléments communs dans les assassinats des Kennedy, sont eux-mêmes étroitement liés, puisque Johnson peut être considéré comme un sayan de haut niveau, un homme secrètement dévoué à Israël, ou appartenant à Israël, au point de commettre une haute trahison contre la nation qu’il avait été élu pour diriger et protéger.

    Le lien de causalité entre les deux assassinats devient alors clair: même si Robert avait été pro-Israël, ce qu’il n’était pas, Israël et Johnson auraient toujours eu une raison impérieuse de l’éliminer avant d’arriver à la Maison Blanche, où il pourrait … et rouvrirait l’enquête sur la mort de son frère.

    Ce qui aurait dû être évident dès le départ apparaît clairement: pour résoudre le mystère de l’assassinat de John Kennedy, il suffit de se pencher sur les deux autres assassinats qui lui sont liés: l’assassinat de Lee Harvey Oswald, le homme dont le procès aurait pu exposer le canular et éventuellement mettre les comploteurs dans la lumière, et l’assassinat de Robert Kennedy, l’homme qui aurait rouvert l’affaire s’il avait vécu. Et ces deux assassinats portent la signature d’Israël.

    À sa mort en 1968, Robert Kennedy a laissé onze orphelins, sans compter les deux enfants de John, qu’il avait un peu adopté. Le fils de John, John F. Kennedy Jr., alias John John, qui avait fêté ses trois ans le jour des funérailles de son père, incarnait le mythe de Kennedy dans le cœur de tous les Américains. La route semblait tracée pour lui de devenir président un jour. Il est décédé le 16 juillet 1999, avec sa femme enceinte et sa belle-soeur, lorsque son avion privé plongea soudainement et mystérieusement dans l’océan quelques secondes après avoir annoncé son atterrissage sur la propriété Kennedy au Massachusetts.

    John John a longtemps été dépeint comme un jeune homme superficiel, gâté et inoffensif. Mais cette image était aussi trompeuse que celle du jeune Halmet dans la pièce de Shakespeare. John avait un intérêt sérieux à l’esprit, et, à 39 ans, il entrait simplement en politique. En 1995, il a fondé le magazine George, qui semblait inoffensif jusqu’à ce qu’il commence à s’intéresser aux assassinats politiques. En mars 1997, George a publié un article de 13 pages de la mère de Yigal Amir, l’assassin condamné du Premier ministre israélien Yitzhak Rabin. L’article soutenait la thèse d’une conspiration de l’extrême droite israélienne. Alors JFK Jr. a été éliminé en suivant les traces de son père, entrant en politique à travers la porte du journalisme et s’intéressant aux crimes de l’Etat profond israélien. Le journaliste canado-israélien Barry Chamish croit que John Kennedy Jr. a été assassiné précisément pour cela.[56]

    La notion absurde d’une malédiction mystérieuse sur la famille Kennedy est un écran de fumée évident. Les meurtres non résolus de JFK et de ses deux héritiers légitimes – son frère cadet et son fils unique – requièrent une explication plus rationnelle. Le sentiment que les histoires officielles sur leur mort constituent une énorme dissimulation est obsédant la psyché américaine, un peu comme un secret de famille refoulé qui affecte toute la personnalité d’un niveau subconscient.

    Le président John Kennedy et son frère sont des figures héroïques, presque semblables à Christ, au sein d’une communauté grandissante de citoyens qui ont pris conscience de l’effet désastreux à long terme de leurs assassinats. Ce n’est que lorsque le grand public américain aura compris la vérité de ses morts et honoré son héritage et son sacrifice que l’Amérique aura une chance d’être rachetée et d’être à nouveau belle.

    Laurent Guyénot is the author of JFK-9/11: 50 years of Deep State, Progressive Press, 2014, and From Yahweh to Zion: Jealous God, Chosen People, Promised Land … Clash of Civilizations, 2018. ($30 shipping included from Sifting and Winnowing, POB 221, Lone Rock, WI 53556).

    Kevin Barrett

    From Veteranstoday

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.