Analysis

Après l’échec des révolutions colorées, la guerre économique menée par les forces spéciales du taux de change

De nouvelles techniques de guerre économique, pour l’instant quasiment imparables, agissant sur les taux d’intérêt des banques centrales, la surtaxation des importations, la masse monétaire et les taux de change des monnaies, font rage en Iran, en Turquie, en Syrie, en Irak, en Biélorussie, en Ukraine, en Russie, au Vénézuela et visent désormais la Chine.

Des équipes spécialisés infiltrés (Iran) et se basant sur des opérateurs locaux et influents, souvent issus de l’économie parallèle sont le fer de lance de cette nouvelle forme d’offensive en règle.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

Advertisements
avatar
15000
20 Comment threads
35 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
10 Comment authors
Foxhoundsergiocosworth57200josephhokayemBernardo1871 Recent comment authors
  Subscribe  
Notify of
sergio
Guest
sergio

extrait d’un article intitulé: « La Russie se prépare à la «tempête du siècle» dans l’économie mondiale » signé d’Aleksandr Rodgers :
« … Ces derniers mois, la Russie, selon certaines déclarations, «s’est préparée vigoureusement à la rencontre de Poutine avec Trump». Qu’est-ce que ça veut dire ?
Premièrement, en avril, la Banque centrale de la Fédération de Russie a vidé près de la moitié des bons du Trésor américain de son bilan, ramenant son stock de $ 96,2 milliards à $ 48,7 milliards.
En mai, la Banque centrale a continué la purge de son bilan.
Certaines agences de presse ont simplement souligné que la Russie était sortie de la liste des plus importants détenteurs de bons du Trésor US, notant que ce qui en reste «est inférieur à 30 milliards de dollars». Ils utilisent des étudiants dans ces agences de presse, et par conséquent de telles «nouvelles» apparaissent.
Après avoir lu le rapport complet du Département du trésor des États-Unis, il est facile de voir que le montant des investissements russes dans les bons du Trésor US se réduit à $14,9 milliards.
C’est-à-dire, divisé par six en deux mois. Mais il n’y a pas encore de données pour juin…
Deuxièmement, certains observateurs ont noté que, dans ce contexte, la Banque centrale de la Fédération de Russie continuait d’accroître ses réserves d’or. … »

deux « non-infos » dans ce court extrait, la banque centrale Russe, largue en catimini les bons du trésor US, et passe ne tête pour ses achats d’or !

de l’or !…:
extrait d’article intitulé : « La Chine se prépare à une guerre commerciale depuis plus d’une décennie » sous-titre : « Chaque bataille est gagnée AVANT d’être engagée – Sun Tzu » signe de Brandon Smith.
« … Le crash de 2008 a apporté avec lui une série de paradigmes économiques étranges rarement, voire jamais vus dans l’histoire ; paradigmes qui ont renversé l’analyse budgétaire normale. Alors que certains fondamentaux restent les mêmes, peu importe ce qui se passe, la présentation de ces données a été délibérément faussée pour cacher la vérité. Mais quelle est la vérité ? Au fond, la vérité est que la plupart des économies du monde sont beaucoup plus faibles que ce que les gouvernements et les banques centrales ont montré. Cela est particulièrement vrai pour les États-Unis.
Cela dit, un pays poursuit une stratégie opposée depuis de nombreuses années – ce qui signifie qu’il a caché sa préparation économique plus que ses faiblesses. Je parle bien sûr de la Chine. … »
et:
« … Enfin, la Chine s’est clairement préparée à une crise considérable du dollar ou de la stabilité économique mondiale, comme en témoigne son stockage soudain et agressif de réserves d’or au cours de la dernière décennie. Seulement récemment surpassée par la Russie dans les achats, la Chine est l’un des acheteurs nationaux d’or les plus agressifs.
Un stock d’or en expansion constituerait une couverture efficace contre l’effondrement du marché du dollar. Si le dollar perd son statut de réserve mondiale, des pays comme la Chine et la Russie sont bien placés pour en atténuer les dommages. Compte tenu du fait que le FMI détient officiellement environ 3 000 tonnes d’or, les globalistes sont également bien placés en cas de crash du dollar.
Il semblerait que la Chine ait été incluse à plusieurs niveaux dans le plan de réinitialisation globale. Toutes les actions mentionnées précédemment suggèrent une connaissance anticipée d’un changement radical du modèle du dollar. La guerre commerciale elle-même fournit une couverture parfaite pour cette réinitialisation économique, comme je l’ai mis en garde dans mes derniers articles. La Chine jouerait un rôle important dans la réinitialisation, car elle a la capacité de vendre massivement les bons du Trésor américain et lâcher ainsi le dollar comme monnaie de réserve mondiale, provoquant une réaction en chaîne sur les marchés mondiaux alors que leurs partenaires commerciaux sont organisés en une chaîne de domino.
Ils vont probablement le faire tranquillement (comme la Russie l’a fait récemment), afin de se débarrasser de leurs bons du Trésors américains avant que la nouvelle de ces ventes frappe les médias dominants. Les principaux bénéficiaires de cet acte seront les globalistes, tandis que la Chine s’est placée pour survivre (pas nécessairement pour prospérer) pendant le chaos. Il n’en va pas nécessairement de même pour les États-Unis, dont le talon d’Achille est la dépendance totale à l’égard de la primauté du dollar. … »

et les globalistes via le FMI, comme à leur habitude, jouent sur tous les tableaux !… (en clair bouffe à tous les râteliers ! n’est-ce pas soros ?!)

et pour finir, l’abandon pur et simple du système SWIFT !…

conclusion (très) provisoire: « … Comme nous pouvons le voir, les sociétés et les banques d’État se préparent activement à la dé-dollarisation de l’économie – ou, pour être plus exact, à quitter le dollar en douceur – et aux éventuels problèmes de SWIFT, en augmentant également l’indépendance de tous les systèmes informatiques (communication, paiement, etc.). … » en attendant l’autre, le système Internet !?

PS : certain(e)s intervenant(e)s ont balancé sur le site Strategika51 des « contre-vérités » (de la mauvaise propagande !) sur ces sujets (Ô combien importants), et il ne faudrait pas nous faire « prendre les vessies pour des lanternes » !…

re-PS : « … L’argument selon lequel la Chine est en quelque sorte dépendante des marchés et des consommateurs américains pour maintenir son économie en vie n’est qu’un mensonge. La Chine attire maintenant un marché au détail aussi attrayant que celui des États-Unis, et son marché intérieur pourrait prendre le relais au cas où les marchés américains seraient soudainement fermés aux exportations chinoises. … »

cosworth57200
Guest
cosworth57200

Avec un taux d’inflation à 15 %, avant les derniers soubresauts de la livre turque, les entreprises turques ont peu emprunté en livres turques car les taux d’intérêt étaient élevés. Elles ont emprunté principalement en $ et en € dont les taux nominaux étaient proches de 0. Le problème, c’est que tous ces emprunts sont en train de se transformer en emprunts toxiques du fait de la dévaluation de la livre par rapport au $ et à l’€. Les entreprises vont devoir provisiooner des risques importants sur leurs dettes, ce qui va diminuer d’autant leurs résultats imposables et cela va perturber le budget turc qui aura de bien moins bonnes rentrées fiscales en ce qui concerne l’impôt sur les sociétés, ce déséquilibre budgétaire n’arrangeant pas la confiance des investisseurs étrangers, le cours de la livre et ainsi de suite…

josephhokayem
Guest
josephhokayem

A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

Foxhound
Guest
Foxhound

J’ajouterai que les sanctions contre la Turquie, c’est un cadeau inespéré pour l’Iran. Les gros cons de leaders US reussissent “l’exploit” qu’aucune adminstration US a fait jusqu’à présent, pas meme celle de Bush. Ils reussissent à produire un axe Damas-Ankara-Bagdad-Teheran-Islamabad-Pekin-Moscou. Faut le faire!
Dés la livraison des S-400 à la Turquie, ainsi que des possibles SU-30, l’agressivité des leaders turcs va encore s’excacerber. Ceux qui dirigent aux Etats Unis sont vriament, au regard de ce que nous voyons une bande de petits cons, incultes, et idiots. Des ados de 50 balais!
Les leaders US font cette mega connerie juste au pire moment de leur histoire, alors qu’ils n’ont jamais vraiment brillé dans les conflits, comment vont ils faire à présent contre tout un axe, on dira euro-asiatique ? Désormais la Corée du Nord produit -pour citer N. Khroutchev- des ICBM mobiles “comme des saucisses”, ainsi que des missiles de croisières supersoniques. Et son savoir faire est hautement exportable!
Pire! Non content de foutre la merde au Moyen Orient, ils provoquent la Serbie, via leur mafia de l’UCK. Mais où se croient ils ? Qui sont ils ? C’est les signes carracteristiques et precurseurs d’un système en plein effondrement.

Je suis convaincu d’un chose, les specialistes chevronnés de diplomatie en France, au UK, en Alllemagne doivent etre attérés. C’est le moins que l’on puisse dire!

sergio
Guest
sergio

certains États ont trouvé la parade, et la domination-soumission aux diktats étasuniens n’est plus qu’un mauvais souvenir… mais pour leur ancien tourmenteur, (soi-disant « première puissance mondiale), c’est devenu un gros, très gros problème !
Ces États sont: le Pakistan (sans oublié son voisin l’Afghanistan), la Malaisie et l’Iran !
Ces trois États souverains se sont débarrassés du “roi-dollar” et ont eu les coudées franches pour commercer (s’agissant pour l’essentiel: d’infrastructures lourdes, d’exploitation du sous-sol (minerais, gaz, pétrole, etc.) et de l’armement…) avec la Russie et la Chine…

cosworth57200
Guest
cosworth57200

Erdogan a menacé de bloquer tous les avoirs américains en Turquie. Conclusion logique, il est mort.

cosworth57200
Guest
cosworth57200

L’euro va être secoué aussi à cause de l’exposition des banques européennes au risque turc. C’est surtout l’Espagne puis l’Italie puis la France qui sont en première ligne.

cosworth57200
Guest
cosworth57200

La FED a changé de politique, ce qui a rendu les BT américains de nouveau intéressants, les fonds investis dans les pays émergents sont retirés direction les USA, ce qui fout le binzz dans la monnaie des pays concernés, les BRICS comme par hasard. Erdogan aurait été bien inspiré de relâcher la pression sur le pasteur américain, les marchés de seraient moins intéressés à cette dispute diplomatique car il n’est pas besoin d’être grand devin pour savoir que la Turquie ne fait économiquement pas le poids, la livre turque a donc été vendue en masse. L’ouverture lundi des marchés risque d’être sanglante pour la livre turque.