Analysis

La faillite des idoles de l’État-nation et l’inévitable dévolution

Ce que l’on appelle communément la première guerre mondiale, un terrible conflit horriblement meurtrier, lequel ne fut nullement une sorte de guerre civile européenne comme ont voulu le faire croire quelques apparatchiks européocentristes de l’Union européenne (une sorte d’avatar abatardi de l’Union Soviétique dans ses jours de décadence et de censure), aurait du signer le glas du concept de l’État-Nation et cependant il n’en fut rien. La guerre 1914-1918 a profondément ébranlé l’idée même d’humanité, de civilisation ou de progrès mais cela n’a pas été suffisant pour remettre en cause le parcage de populations humaines dans une sorte de territoires-enclos sur lesquelles on impose une conception rituelle , un service liturgique et une série de conditionnements pavloviens.
La montée des nationalismes n’a pas été l’une des causes immédiates de la grande boucherie de  1914-1918 mais ce facteur est considéré comme l’une des causes aggravantes et éloignées.
En 1919, certains esprits n’ayant adhéré ni à l’anarchisme ou au bolchévisme étaient déjà persuadés que le nationalisme en tant que notion était une abomination criminelle, une réification intellectuelle et une sorte de carcan destiné à gérer des masses d’humains comme une sorte de bétail conditionné dans un espace fermé.
La terrible crise économique et financière ayant frappé le monde entre 1921 et 1931 avec le pic de 1929 avait exacerbé le sentiment d’appartenance, ultime réflexe défensif sociétal chez des individus en situation de perdition statutaire ou morale et par ricochet permis la montée des nationalismes extrémistes en favorisant le fascisme et le nationa-socialisme ou en transformant le communisme en une sorte de totalitarisme autoritaire. C’était avant 1945.
Soixante-treize ans après Yalta, le monde a bien changé. Deux tendances contradictoires ont façonné le monde post-1945 :  l’une centrifuge a tenté d’imposer des alliances et des blocs supranationaux centrés sur les deux superpuissances mondiales sorties victorieuses du second grand conflit mondial de 1939-1945 ;  la seconde,  centripète, a fait éclater les anciens empires coloniaux et même des États-Nation assez anciens en une multitude de nouveaux États-Nation plus ou moins viables. C’est la naissance du tiers-mondisme. Une multiplication du péché originel.
Les humains naissent libres, proclame pompeusement la Déclaration universelle des droits de l’homme en prenant soin à ne pas divulguer de quels humains il s’agit (ses rédacteurs originaux n’étaient nullement dénués d’arrières-pensées assez précises et encore moins idéalistes). Dans les faits, la vénérable institution de l’esclavage antique, sous toutes ses formes, n’a jamais disparu même si elle a évolué vers des formes assez diluées et invisibles. On est dans les non-dits. L’oppression s’est digitalisée :  on ne tue plus à coups de Gladius mais avec quelques clics sur une console.
Le monde d’aujourd’hui a réussi une mutation assez importante en transformant des légions d’humains en veritables récipients sans âme ni conscience. Des zombies acceptant tout et rien en même temps. Des êtres incapables de se détacher de certains réflexes pavloviens au détriment de leur esprit. Ces populations sont la ferme des grandes corporations ayant supplanté les États-Nations. Ce sont des consommateurs sans aucun pouvoir possible autre que celui de s’auto-haïr, s’auto-dégrader et s’auto-détruire sous l’oeil ou plutôt les cinq “oeils” des grands gestionnaires.
Le prochain conflit devrait régler la problématique de l’État-Nation, un concept en faillite flagrante. Le résultat de la prochaine déflagration mondiale mettra en avant la horde sauvage. Ce sera alors un autre monde dont les prémisses apparaissent déjà dans certains endroits.
Un monde de plus de sept milliards et demi d’individus  dominé par des hordes sera t-il meilleur que celui des enclos nationaux ? 
C’est moins une question qu’un impératif de survie de Sapiens.  
    
   

Publicités

56 Replies to “La faillite des idoles de l’État-nation et l’inévitable dévolution

  1. « Bien des années après 1945, j’ai fini par me rallier à la décision du CFLN ( Gouvernement Provisoire d’ Alger De Gaulle-Giraud ) qui avait décidé de restaurer « la Loi des Suspects » ou « La Terreur à l’ordre du jour » : ‘exécution sommaire, sans procès , de tous les suspects de Collaboration ! »
    Maintenant, je comprends votre soutien au criminel Trotsky. Je croyais savoir que tout accusé avait droit à un procès équitable, mais non, sous Trotsky, l’origine sociale menait au peleton d’exécution, sous d’autres révolutionnaires, être vendéen, menait au même résultat ; maintenant, vous, sans honte ni pudeur, venez nous dire que vous soutenez les exécutions sommaires commises par vos soi-disant résistants ! Honte sur vous sur tout ce qui vous ressemble.
    Je vous prie de croire en l’expression de mon profond mépris à votre égard et au monde qui a produit une charogne telle que vous.

    1. Bon vu la tournure que prend ce petit débat je me permet une caution :

      Je suis viscéralement et absolument contre toute forme de torture et je l’ai fait savoir en face à face à des gens ayant participé dans des programmes secrets d’interrogations ;
      Je suis totalement contre les exécutions sommaires de prisonniers.

      1. Cher Strategika51, le discours de cet éphémère est révoltant ( mais la durée de vie du moustique éphémère n’est que de sept jours, celle de la vérité est éternelle), comme vous dites, aucune loi humaine ou divine ne permet de tuer quelque individu que ce soit sans un jugement équitable, ni de le torturer, ni de le prendre en otage. Ce que je dis là fait partie des choses élémentaires communes à tout homme, en touts temps ou lieu. Je vous assure que je n’avais aucune intention de m’immiscer dans ce débat, mais je réfléchissais, après avoir regardé la vidéo de ces snipers modérés, effectivement très instructive, à mon commentaire à son propos.
        Bien à vous.

        1. Erratum dédié à Strategika51 :
          Le moustique éphémère vit quelques heures seulement après son éclosion de l’état larvaire, qui lui, dure trois années environ.
          J’ai modestement conscience du fait qu’il n’est que trop injuste de recourir à votre site pour mettre sous les yeux du lecteur, à tout instant occupé de tant d’autres informations si pertinentes et si brûlantes, d’un intérêt si constamment universel, et qui toutes le touchent de si près, un simple phénomène zoologique qui n’intéresse que quelques entomologistes.
          Je n’ai pas, en effet, l’outrecuidance d’insinuer que la dénonciation des crimes des révolutionnaires à travers l’histoire moderne, pourrait concerner dans leur ensemble nos contemporains, leurs travaux et leurs idées, leurs croyances et leurs convictions. Même comme sujet de discussions savantes réservées à un petit nombre d’experts, je n’ignore certes pas que la véracité de ce faitt a été longuement controversée ; et qu’enfin les crimes des bolchéviks et des jacobins, en tant qu’hpothèse, n’est plus tellement « tendance » : car la Pensée Correcte a récemment bondi bien au delà, quand les mieux recyclés de ses médiatiques et de ses experts ont décidé la dissolution de l’histoire et, ce qui est pour eux plus riche de conséquences, l’interdiction du critère de vérité dans le discours.
          D’ailleurs, je ne suis pas trop assuré qu’il existe quelque part une entité géographique, et dans une faible mesure géopolitique, appelée France. Et à ce dernier sens les éminents bureaucrates de Bruxelles, alors même que le principe de la libre circulation des marchandises est autrement leur affaire que celui de la libre circulation des idées, ont bien d’autres raisons d’en douter.
          L’existance effective de Strategika51 lui-même est au plus haut point discutable, soit en tant que personalité éventuelle d’un samizdat occidental, soit comme cible de qulque Goulag libéral-avancé. Si je me permettais d’affirmer positivement la réalité de son existence, de ses écrits ou de diverses anodines persécutions qui en découlent, en me fondant uniquement sur l’ampleur d’une rumeur publique demeurée, elle aussi, au dedans de nos écrans, on pourrait certainement me rétorquer que personne ici n’en a jamais entendu parler; et je sentirai tout le poids d’une telle objection.
          Je dis aussi franchement que je connais nombre de personnes estimables, ou même travaillant dans la presse d’information ou dans la distribution des livres, et qui ne cachent pas qu’elles ont été amenées à conclure que le site Strategika51 n’existait pas non plus ; et pour ma part je ne prétends pas avoir la hardiesse de trancher une question si obscure, contre l’honnête conviction de tant d’hommes compétents, en m’appuyant seulement sur mes désirs contingents et mes idées bornées.
          Après tout cela, je ne me permettrai cependant pas de laisser ouverte cette question de savoir si le monde où nous sommes, et dont vous lisez chaque jour les toutes dernières informations mensengères, existe vraiment ? Je suis en mesure d’assurer qu’il existe encore pour le moment, mais peut-être pas pour longtemps.

    2. Comme cela est si répugnant, je vous dédie ce poème de Baudelaire, qui décrit exactement les gens tels que vous (selon Hegel, l’Art exprime la vérité d’une manière sensible et la poésie commande tous les arts, mais ces explications sont destinées aux lecteurs et non aux tchékistes tels que vous ) :
      Une charogne

      Rappelez-vous l’objet que nous vîmes, mon âme,
      Ce beau matin d’été si doux :
      Au détour d’un sentier une charogne infâme
      Sur un lit semé de cailloux,

      Les jambes en l’air, comme une femme lubrique,
      Brûlante et suant les poisons,
      Ouvrait d’une façon nonchalante et cynique
      Son ventre plein d’exhalaisons.

      Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
      Comme afin de la cuire à point,
      Et de rendre au centuple à la grande Nature
      Tout ce qu’ensemble elle avait joint ;

      Et le ciel regardait la carcasse superbe
      Comme une fleur s’épanouir.
      La puanteur était si forte, que sur l’herbe
      Vous crûtes vous évanouir.

      Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
      D’où sortaient de noirs bataillons
      De larves, qui coulaient comme un épais liquide
      Le long de ces vivants haillons.

      Tout cela descendait, montait comme une vague,
      Ou s’élançait en pétillant ;
      On eût dit que le corps, enflé d’un souffle vague,
      Vivait en se multipliant.

      Et ce monde rendait une étrange musique,
      Comme l’eau courante et le vent,
      Ou le grain qu’un vanneur d’un mouvement rythmique
      Agite et tourne dans son van.

      Les formes s’effaçaient et n’étaient plus qu’un rêve,
      Une ébauche lente à venir,
      Sur la toile oubliée, et que l’artiste achève
      Seulement par le souvenir.

      Derrière les rochers une chienne inquiète
      Nous regardait d’un oeil fâché,
      Epiant le moment de reprendre au squelette
      Le morceau qu’elle avait lâché.

      Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
      A cette horrible infection,
      Etoile de mes yeux, soleil de ma nature,
      Vous, mon ange et ma passion !

      Oui ! telle vous serez, ô la reine des grâces,
      Après les derniers sacrements,
      Quand vous irez, sous l’herbe et les floraisons grasses,
      Moisir parmi les ossements.

      Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
      Qui vous mangera de baisers,
      Que j’ai gardé la forme et l’essence divine
      De mes amours décomposés !

      1. Merdre, ma répnse hystérique s’adresse au moustique éphémère et à personne d’autre.

    3. Pauvre imposteur qui ampute mes propres commentaires pour jouer les archanges de vertu !!. Les infamies de cette canaille et consorts peuvent être découverts tout au long de cette liste !… La preuve s’établit en quelques minutes !…

    1. Un médecin du GRU…ça devient vraiment du n’importe quoi et c’est pour cela que je revendique le n’importe comment.
      Un médecin des Spetsnaz tant qu’on y est.
      Ce qui est remarquable est que cette obssession anglaise demontre jusqu’à quel point ils ont poussé vers la guerre les fois précédentes. Cette fois le jeu est bloqué. Ils peuvent inventer d’autres histoires à dormir debout.

    2. Encore une histoire “d’espionnage” surréaliste, où on marche sur la tête !… Les roquets de l’Occident continuent en effet leurs mensonges : les époux Rosenberg sont toujours traités d’agents secrets ayant livré la Bombe A à l’URSS, malgré un gouffre abyssal d’absences de preuves ( et d’impossibilités techniques ) !… En 1995, 101 ans après la condamnation du capitaine Dreyfus, l’Etat-Major a été contraint d’avouer la machination contre cet officier timide ( et trop obéissant ) !…

      1. A propos de Dreyfus, regardez l’émission de Tepa, patriote, avec Adrien Abauzy.
        Il a lu les 7000 pages du jugement et c’est un avocat. Ils ont détruit l’armée française

        1. On hallucine : 123 ans après cet ouragan de haine psychotique, 23 ans après les aveux officiels de l’Armée (en 1994 ) , les aveux du colonel Henry et consorts, les preuves de faux et usages de faux, les ignominies de ces criminels qui ont failli provoquer le démembrement du pays et le réduire en cendres, les fascistes tentent encore de manipuler l’Histoire !…

          1. Bien des années après 1945, j’ai fini par me rallier à la décision du CFLN ( Gouvernement Provisoire d’ Alger De Gaulle-Giraud ) qui avait décidé de restaurer “la Loi des Suspects” ou “La Terreur à l’ordre du jour” : ‘exécution sommaire, sans procès , de tous les suspects de Collaboration !… En 1944, “l’Armée” du Général de Gaulle a refusé d’obéir à son Chef, provoquant ainsi le “divorce” entre le Hobereau et ses guerriers-résistants !… Moi même ( je suis né en 48 ) , j’en aurais fait autant : j’aurais fais confiance en la justice du pays !… les risques de lynchage étaient suffisamment grands !…
            Avec le recul de l’Histoire, je me rend compte que les “chefs terribles” avaient raison contre leurs bisounours !… “Le Grand Charles” ( ou Giraud) n’a pas su convaincre en temps utile ses combattants : certes, au lieu de 200.000 morts, l’Epuration aurait grimpé jusqu’à 2 millions, et parmi eux, mes parents auraient pu finir cloués au mur ( avant ma conception !..) . L’ Histoire n’est PAS “un long fleuve tranquille” !…

          2. Fascinant.
            J’ai entendu dire beaucoup de choses sur le clash entre De Gaulle et Giraud, sur les épurations et la terreur, les faux ralliements et les résistants de la 25e heure qui se sont ensuite inventé un palmarès.
            Assurément, notre espace de commentaire est l’un des plus riches de la toile…

        2. les fascistes tentent encore de manipuler l’Histoire !…éphémère vient encore de remporter 1 point GODWIN.

          1. Je n’ai rien à faire de tes “points Godwin” , bandit !… Ton seigneur Mussolini a rencontré un croc de boucher : le crime ne paie pas !…

          2. J’ai raté quelque chose au sujet de Trostsky et Dreyfus ici !
            Un excellent débat mais il y a d’autres priorités.
            🆓

        3. “ton seigneur Mussolini, bandit, fasciste, roquet d’occident …”
          éphémère, pauvre type, 70 ans et débiter autant d’Âneries, lis les 7000 pages et viens ramener ta fraise! couillon de la lune.
          Rosenberg, Dreyfus, Bronstein, …en fait éphémére est un juif bolchevique qui défend ses coreligionnaires… et pourquoi pas Yagoda, sans déc.
          Je suis d’accord avec Attali pour l’euthanasie, dés la naissance, de ses semblables.
          vive Pétain et je dirais même plus… vive le roy. Communiste de merdre!

Leave a Comment/Laisser un commentaire