Analysis

Le Déclin de Facebook

Il est incompréhensible, voire contradictoire de se revendiquer d’une quelconque mouvance alternative ou d’opposition au système mis en place par la propagande universelle et utiliser Facebook comme vecteur ou plate-forme.
Les centaines de pages ou de comptes supprimées par Facebook ne constituent nullement une exeception :  Facebook est non seulement politisé mais appartient à une idéologie mortifère, anti-humaine, anti-spirituelle  connue pour son allergie à toute forme de liberté d’expression ou d’opinion.
Les détenteurs des pages supprimées aux USA ne semblent pas avoir saisi ce facteur.
Celles et ceux qui ne veulent pas encore admettre cela sont dans le déni de réalité ou en train de se leurrer en boucle.
Facebook n’est plus le premier réseau social qu’il prétendait être. Il n’a plus la côte auprès des jeunes, qui lui préfèrent d’autres réseaux. De plus, sa réputation souffre de plus en plus de multiples scandales à répétition. Autre facteur aggravant :  le rôle de Facebook dans le déclenchement de révolutions colorées dans certains pays d’Eurasie ou dans la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord l’ont rendu le premier réseau social le plus surveillé par les forces de sécurité et les autres organismes chargés de la collecte du renseignement intérieur.
Résultat :  depuis 2015, plus de 300 millions de personnes ont définitivement abandonné Facebook dans l’hémisphère Nord.
Le réseau social aux couleurs officielles du drapeau israélien ne reste utilisé en masse que dans certains pays du Tiers-Monde où la population demeure sous-développée intellectuellement (ou maintenue délibérément dans un tel état par les pouvoirs ayant l’autorité de l’état). 
Certains États encouragent même et se félicitent de l’utilisation massive ou intensive de Facebook par leurs ressortissants. Cela facilite au plus haut point le travail de leurs appareils sécuritaires.
 

Publicités

4 Replies to “Le Déclin de Facebook

  1. Moi j’utilise encore Facebook…D’ailleurs je viens de me connecter avec mon compte Facebook pour commenter ici. J’aurais pu utiliser un pseudo quelconque, un email quelconque, etc. Mais c’est ça. Faut aussi savoir que certains blogs WordPress ne sont pas configurés pour permettre les gens à laisser des commentaires autrement que par The Twitter, WordPress, ou bien The Facebook (parce que lui aussi, à l’origine, c’était ‘the’). Bon…

    Pour l’incompréhension et la contradiction, c’est un peu autoréférentiel comme observation, non? Parce que si j’étais pas sur Facebook, comment je m’y prendrais pour acquérir ce genre de faits-d’armes?
    https://leresiduedesante.files.wordpress.com/2018/10/bareaugameover.png

    J’ai beaucoup utilisé The Twitter pendant que je le pouvais. Mais je ne peux plus. Moi donner un numéro de téléphone à un service gratuit, jamais de la vie!

    En tous cas, moi c’est comme ça. Your mileage may vary! Bonne route! Là où l’un va, nous y allons tous…

    1. @Frédérique : rassurez-vous, nous ne sommes pas une sorte de secte fanatique interdisant quoi que ce soit : -)
      Notre positionnement contre FB suit proportionnellement sa métamorphose progressive en un outil répressif. C’est un service libre et utile pour les sociétés ou les associations mais il est de notre devoir de ne pas laisser des personnes nées libres et supposées jouir de quelques droits fondamentaux des dérives d’un système.
      Beaucoup sinon la majorité des commentateurs ici disposent et/ou utilisent FB.
      Imaginez une seconde qu’un chercheur ayant participé dans une étude très poussée, financée par des fonds publics et privés, ayant découvert qu’il y avait une forte corrélation entre l’usage de téléphones portables connectés à un réseau WiFi et la prévalence de fibromes et de tumeurs sous-cutanées dans le cou, la nuque, le cuir chevelu et la région derrière les oreilles et qu’on lui ordonnant de se taire sous peine de licenciement et de harcèlement judiciaire et que de toutes façons les gens ne vont plus pouvoir se passer de leurs portables pour autant…(histoire réelle. Le chercheur a tenté de fuiter des résultats techniques de cette étude à travers des médias supposés indépendants et non seulement aucun ne publia les documents mais la délation aidant, il fut signalé). Résultat : un chercheur compétent du CNRS sous pression, harcelé et sommé de se la fermer pour le bien de tous.
      Donc nous on parle et bienvenue au club !

  2. whoua vachement important comme nouvelle, tellement importante que je viens de la poster et de la partager sur . . . . mon facebook !

Leave a Comment/Laisser un commentaire