Nous vivons dans un monde assurément étrange.

Moins de 24 heures après l’incident de Strasbourg, commis par un ex-délinquant de droit commun, devenu recruteur de chair à canon à expédier en Syrie pour se battre contre le méchant Bashar et ses alliés iranien et russe pour le compte de l’OTAN, un autre relais lointain et oublié s’allume !  Vous l’avez peut-être oublié depuis le temps :  la fameuse Al-Qaïda au Maghreb.

Du fin fond de son QG caché quelque part entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger et sous la barbe et le nez des forces françaises et des drones US engagés au Sahel, Abdelmalek Droudkel est ressuscité. Miracle ! 

Le chef de guerre donné plusieurs fois pour mort réapparaît comme par magie pour ridiculiser les efforts de l’opération Berkhane au Sahel et disserter durant de longues minutes de la…crise des Gilets Jaunes en France.

Droudkel nie la neutralisation de plusieurs chefs d’Al-Qaïda en Libye méridionale par des frappes US (raids d’Al-Ouinat, Sud-Ouest de la Libye) ou d’organisations armées au Mali comme celle de la Massina, menée par des frappes françaises.

Dans la foulée, il qualifie l’annonce par Paris de l’élimination de Mohammed Koufa, émir du front de libération de la Massina d’acte désespéré visant à justifier un hypothétique résultat positif au fiasco militaire et politique absolu de la France au Mali.

Droudkel lie ce fiasco à l’étranger avec la politique économique désastreuse du gouvernement francais en soulignant que malgré le pillage systématique des ressources africaines par Paris, les populations françaises sont écrasées par des taxes injustes et des impôts car les Opex coûtent la peau des fesses et c’est à ce moment qu’il aborde la crise des Gilets Jaunes.

La guerre psychologique est un art qui a ses propres limites. La diversion en est le pilier. Le tireur fou fiché S du marché de Noël de Strasbourg n’était pas un simple indicateur comme les autres mais un “traitant”, un meneur ;  il avait une réelle influence sur les détenus en prison, il faisait du prosélytisme orienté et encadrait des jeunes perdus dans le système carcéral français et une partie de ces jeunes est partie en Syrie sous l’oeil bienveillant de Paris et d’Ankara.

Il était donc tout à fait naturel qu’une quelconque organisation terroriste du genre Daech en Orient et plus spécifiquement le Levant, revendique la “chevauchée” ou la glorieuse “razzia” de Strasbourg dans des termes empruntés à l’eschatologie islamique remasterisés par les experts autoproclamés de l’islamisme politique au sein des services de renseignement de l’OTAN.

Il n’en fut rien.

On nous déterre Droudkel du côté du Sahel pour brouiller les pistes.

Ce survivant de la lutte sans merci que livra l’Armée algérienne au terrorisme durant presque vingt-six ans, puis aux multiples opérations militaires françaises au Sahel est un personnage controversé.

Certains analystes le soupçonnent d’accointances avec la DGSE via un intermédiaire d’un intermédiaire allié de Paris, voire sa doublure.

C’est donc une sorte d’Al-Zawahri mais en version guerrière et combative car l’égyptien hableur de la CIA est un clerc qui n’a jamais touché une arme de sa vie.

Contraste saisissant avec Droudkel. L’Aurésien (des Aurès, un massif montagneux de l’Est Algérien) est un redoutable combattant qui a connu les très durs maquis algériens puis la guérilla saharienne avant d’être repoussé vers le Sahel où il retrouve son ennemi juré et son rival, un compatriote :  le chef de guerre Mokhtar Belmokhtar, dit le borgne, alias Mister Marlboro, alias le Djinn, dont la carrière connut une avancée fulgurante avec la chute du régime libyen.

En gros, Droudkel chercha à éliminer physiquement Belmokhtar et prendre les commandes de son groupe armé. Belmokhtar quitta Al-Qaïda pour fonder sa propre franchise et osciller entre les nouvelles tendances internationales en la matière, notamment la mode Daech.

Diversion, brouillage de pistes et résurrection d’épouvantails terrés au fin fond du Sahel. Les Gilets Jaunes n’ont qu’à bien se tenir et rester chez eux.

Cette situation dépasse dans sa complexité la structure ternaire du monde de “1984”.

Tout est lié. Le hasard a très peu de place dans le monde camisolé d’aujourd’hui.

Le public non averti ne sait pas qu’un individu fiché S, surveillé 24h/24, 7 jours sur 7, sous écoute et souvent pris en filature, n’a aucune chance d’obtenir des armes de guerre fabriquées en Bulgarie ou en Pologne s’il n’a pas eu accès à la base logistique du Gladio destiné à mettre sur pied des cohortes de combattants pour le grand Djihad otanien en Syrie et ailleurs pour la sauvegarde des privilèges exclusifs de l’oligarchie. 

Un monde étrange, assurément ! 

     

Fabrique de la peur : opus 2, Étranges résurrections
Publicités

Vous pourrez aussi aimer

18 commentaires sur “Fabrique de la peur : opus 2, Étranges résurrections

  1. Étranges résurrections

    /…Un monde étrange, assurément ! …/

    Michel Berger – Le Paradis Blanc (Clip officiel)

    Paroles de la chanson Le paradis blanc par Michel Berger
    Il y a tant de vagues et de fumée
    Qu’on arrive plus à distinguer
    Le blanc du noir
    Et l’énergie du désespoir
    Le téléphone pourra sonner
    Il n’y aura plus d’abonné
    Et plus d’idée
    Que le silence pour respirer
    Recommencer là où le monde a commencé
    Je m’en irai dormir dans le paradis blanc
    Où les nuits sont si longues qu’on en oublie le temps
    Tout seul avec le vent
    Comme dans mes rêves d’enfant
    Je m’en irai courir dans le paradis blanc
    Loin des regards de haine
    Et des combats de sang
    Retrouver les baleines
    Parler aux poissons d’argent
    Comme, comme, comme avant
    Y a tant de vagues, et tant d’idées
    Qu’on arrive plus à décider
    Le faux du vrai
    Et qui aimer ou condamner
    Le jour où j’aurai tout donné
    Que mes claviers seront usés
    D’avoir osé
    Toujours vouloir tout essayer
    Et recommencer là où le monde a commencé
    Je m’en irai dormir dans le paradis blanc
    Où les manchots s’amusent dès le soleil levant
    Et jouent en nous montrant
    Ce que c’est d’être vivant
    Je m’en irai dormir dans le paradis blanc
    Où l’air reste si pur
    Qu’on se baigne dedans
    A jouer avec le vent
    Comme dans mes rêves d’enfant
    Comme, comme, comme avant
    Parler aux poissons d’argent
    Et jouer avec le vent
    Comme dans mes rêves d’enfant
    Comme avant

  2. Petit récapulatif de cette sombre histoire :
    1) La France se trouve dans un état pré-insurectionnel, ou du moins fébrile.
    2) Attentat terroriste providentiel (Pensez à Merah en 2007 par exemple).
    3) L’auteur de cet attentat est immédiatement désigné : salapiste notoire, délinquant multi-récidiviste et fiché S.
    4) Liquidation du terroriste. Quelle preuve avons-nous de son crime ? Les paroles des média et celles de M.Castagne ; il y a pourtant des caméras partout dans les centre-villes, on pourrait nous montrer une vidéo ; de même, je pense que plus de 700 éléments des forces de l’ordre auraient pu capturer vivant le terroriste blessé.
    5) Bilan : trois morts et onze blesses, toutes personnes innocentes ; population résidant en France terrorisée.

  3. « Abdelmalek Droudkel est ressuscité. Miracle ! »
    Debord écrivait déjà en 1988 :
    « Des rumeurs médiatiques-policières prennent à l’instant, ou au pire après avoir été répétées trois ou quatre fois, le poids indiscuté de preuves historiques séculaires. Selon l’autorité légendaire du spectacle du jour, d’étranges personnages éliminés dans le silence reparaissent comme survivants fictifs, dont le retour pourra toujours être évoqué ou supputé, et prouvé par le plus simple on-dit des spécialistes. Ils sont quelque part entre l’Achéron et le Léthé, ces morts qui n’ont pas été régulièrement enterrés par le spectacle, ils sont censés dormir en attendant qu’on veuille les réveiller, tous, le terroriste redescendu des collines et le pirate revenu de la mer ; et le voleur qui n’a plus besoin de voler. »
    Selon la Bête Fallacieuse et Mensongère BFMTV, le salapiste de Strasbourg a été abattu, qui l’eût cru ? Il en fût de m^eme pour tous ses devanciers. Chacun sait que les morts ne parlent pas. Circulez, il n’y a rien à voir. Certes,mais j’avais pensé que l’on ferait durer le pseudo-suspens jusqu’à vendredi soir, mais dans cette nuit de la raison où tous les média mentent, ne nous pouvons qu’émettre des hypothèses que le vent emporte, saura-t-on jamais le fin (ou vain) mot de l’histoire ?

    1. Les images diffusées par BFMTV du cadavre du terroriste abbatu sont étranges : on y voit la moitié supérieure d’un corps disposée orthogonalement à ce qui semble être une entrée ou une porte d’immeuble, visage contre le sol. Or les journalistes affirment qu’i fut abattu de l’extérieur de l’immeuble ce qui est physiquement impossible avec cette position spéciale qui suggère qu’ue le corps a été déposé là déjà inanimé, mais je me trompe peut-être, je ne suis pas un expert en balistique.

        1. Ce qui rend les choses encore plus étranges. Ces metteurs en scène doivent savoir ce qu’ils trament, ne pouvaient-ils mettre complétement en dehors de l’immeuble et en travers le corps sans vie du terroriste (s’il s’agit bien de lui) ? Ou alors les stratèges spéciaux qui mènent ce bal satanique testent-ils le degré de crédulité de nos concitoyens, pour accuser, ensuite, ceux qui n’avalent pas leur trop grosse couleuvre de complotisme ?

        2. On est déjà tous accusés de complotisme aigu.

          La plupart des français ne savent rien de la nature réel de ce que l’on pourrait appeler l’État profond français.
          Le jour où ils le sauront, ils manifesteront tous nus et prendront la mer à bord de chambres à air pour fuir le plus loin possible.

        3. Strategika, partir de france un jour ou l’autre est une évidence!

          le système politique est bloqué avec un scrutin qui favorise les factions du Système,
          les oppositions sont noyautées, contrôlées, que ce soit les media, les partis ‘politiques’. les syndicats ce n’est même plus la peine d’en parler, ce sont des jaunes, des traitres!

          là, depuis le 17 novembre 2018 il y a le mouvement dit des gilets jaunes, au début ce n’était que des ronds points de bloqués, ce n’est pas bien méchant, encore moins dangereux pour l’État.

          24 novembre 2018 à Paname: première manifestation qui dégénère,

          1er décembre: journée quasi insurrectionnelle,

          8 décembre: journée insurrectionnelle à Paris et en province.
          arrestations préventives, véhicules blindés dans Paris, violence policière

          11 décembre: Gladio B entre en action

          on est peut passé à côté de quelque chose, faudra voir s’il y a quelque chose samedi, si le mouvement continue et survie à ce false flag.

          sur les media ils parlent d’ années de plomb , n’importe que conspiracy nuts qui se respecte sait bien à quoi cela fait référence..

        4. Mais peut-on s’exiler dans un monde unifié ? C’est partout la même pourriture qui s’étale partout, sans honte ni pudeur, et de long en large. Seuls les dieux peuvent nous sauver si je puis m’exprimer ainsi.

      1. Il aurait été suicidé.

        Pour être franc, je connais son background mais pas son cheminement.

        L’AFP et Reuters ont repris nos dires sur l’affaire Huawei.

    2. Petite explication sur ce fin qui est vain :
      fin car il s’agit de toute évidence d’un attentat terroriste dont les buts sont clairs sauf pour les aveugles, vain car la majorité de mes contemporains jugera mes propos comme relevant du complotisme ; mais j’espère que je n’ai pas commenté vainement :
      « Vainement est relatif au sujet ; en vain est relatif à l’objet ; inutilement, c’est sans utilité pour personne. On a travaillé vainement lorsqu’on l’a fait sans succès, de sorte que l’on a perdu son temps et sa peine : on a travaillé en vain lorsqu’on l’a fait sans atteindre le but qu’on se proposait, à cause de la défectuosité de l’ouvrage. Si je ne puis venir à bout de faire ma besogne, je travaille vainement ; je perds inutilement mon temps et ma peine. Si ma besogne faite n’a pas l’effet que j’en attendais, si je n’ai pas atteint mon but, j’ai travaillé en vain ; c’est-à-dire que j’ai fait une chose inutile.
      « Si vous me parlez sans que je vous entende, vous parlez vainement, si vous parlez sans me persuader, vous parlez en vain. — Celui qui ne fait que des choses vides de sens et de raison , de vertu, consume vainement le temps ; celui qui fait des choses utiles , mais inutilement ou sans qu’on en profite, l’emploie en vain. »
      On dit aussi que quelqu’un a travaillé vainement, lorsqu’il n’est pas récompensé de son travail, ou que ce travail n’est pas agréé ; car dans ce cas le travailleur a perdu son temps et sa peine, sans préjuger aucunement la valeur de son travail, qui peut d’ailleurs être fort bon. »
      (A.-L.Sardou, Nouveau Dictionnaire des Synonymes Français, Librairie Delagrave, Paris, 1939, p.458)

  4. sur le Gladio B, par l’ancienne traductrice du FBI Sibel Edmonds:
    http://dickatlee.com/issues/911/edmonds_red_pill.html

    tout n’est pas forcément exact.. mais c’est une bonne base: Sibel Edmonds traduisait les rapports d’information des agents du FBI dans le moyen-orient élargi + Asie Centrale, donc elle a pu assembler le puzzle dont chaque agent du FBI n’en avait qu’une pièce séparée..

  5. il était recruteur de mercenaires pour la guerre contre la Syrie?
    Gladio B? 🧐

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.