L’incident meurtrier de Strasbourg, en réalité un simple fait divers hyper médiatisé et surexploité politiquement est définitivement clos. Classé secret défense.

Il a sonné le glas d’une sorte d’une brève jacquerie moderne, celle des gilets jaunes.

La récréation est terminée.

Le conditionnement médiatique et idéologique d’une grande partie du public en France à l’égard de certaines thématiques inventée par le système comme l’Islam politique ou l’immigration a fini par l’emporter sur la soif de justice sociale et de liberté.

C’est le même choix qui s’est posé après le 9/11 aux États-Unis :  soit c’est la servitude ou le terrorisme.

Épilogue : 

Le profil et les antécédents du tireur présumé était plus qu’idéal. Il avait maille à partir avec la justice et avait tenté de résister à son interpellation programmée depuis longtemps. Un fait divers transformé ou habilement exploité comme un fait de terrorisme.

Un simple fait divers de magnitude très basse a été exploité pour mettre au pas les franges les plus en colère de la société française.

La jacquerie jaune est terminée. 

Il n’y aura jamais de soulèvement en France cobtre quoi que ce soit. C’est une fatalité ou un déterminisme  historique.

Pour l’affaire Chekatt, on en saura rien de plus car elle vient d’être enterrée sous le sceau du secret défense.

La gestion et le contrôle de la populace continue. Une populace écrasée et plus divisée que jamais.

C’est la fin de l’histoire en France, non pas telle que l’a théorisé Fukuyama par le triomphe du libéralisme mais par l’écrasement définitif du Hoi Polloi par une botte tel que consacré par l’épilogue orwellien.

La foule peut ergoter à n’en plus finir. L’État profond et totalitaire vient de serrer la vis.

La messe est dite.

Le fait divers de Strasbourg a mis fin à la brève jacquerie jaune
Publicités

Vous pourrez aussi aimer

50 commentaires sur “Le fait divers de Strasbourg a mis fin à la brève jacquerie jaune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.