Analysis

De l’exécution extrajudiciaire en France, une tradition ancienne

Le journal Le Monde en est réduit à défendre les exécutions sommaires et extrajudiciaires commises par des éléments de la DGSI et affirme que les « suicidés » n’existent pas.

La raison d’État en France signifie invariablement et systématiquement la neutralisation sans procès d’acteurs ou de temoins gênants.

Les présumés terroristes du Baraclan ont été arrêtés par les services de sécurité belges qui ne sont pas habitués aux exécutions sommaires de leurs homologues français.

Un procès peut révéler les commanditaires des opérations clandestines de la guerre psychologique et les attaques sous fausse bannière.

Gaddafi n’a pas été exécuté autrement. Le simulacre de sa capture après le bombardement de son convoi puis sa capture par un commando de mercenaires de l’OTAN (qui lui ont tiré deux balles de G-36K 5.56 mm aux genoux) avant sa remise à une milice d’Al-Qaïda de Misrata (les potes à Laurent Fabius) fait rire les libyens aujourd’hui.

Des ministres et un chef de gouvernement de France ont été « suicidés » comme si de rien n’était.

Raison d’État en France rime avec exécution extrajudiciaire. C’est une tradition très ancienne et ancrée dans les pratiques.

Le Monde peut toujours tenter de sauver les meubles en les lustrant ou en les léchant du bas vers le haut. Ça n’y changera pas grand chose.


Publicités

Catégories :Analysis

10 réponses »

Leave a Comment/Laisser un commentaire