President Trump’s decision to withdraw US troops from Syria is being denounced by an impressive range of critics claiming that it is a surrender to Turkey, Russia, Syria and Iran – as well as a betrayal of the Kurds and a victory for Isis.

The pullout may be one or all of these things, but above all it is a recognition of what is really happening on the ground in Syria and the Middle East in general.

This point has not come across clearly enough because of the undiluted loathing for Trump among most of the American and British media. They act as a conduit for the views of diverse figures who condemn the withdrawal and include members of the imperially-minded foreign policy establishment in Washington and terrified Kurds living in north-east Syria who fear ethnic cleansing by an invading Turkish army.

Opposition to Trump’s decision was supercharged by the resignation of Secretary of Defence Jim Mattis which came after he failed to persuade the president to rescind his order. Mattis does not mention Syria or Afghanistan in his letter of resignation, but he makes clear his disagreement with the general direction of Trump’s foreign policy in not confronting Russia and China and ignoring traditional allies and alliances.

The resignation of Mattis has elicited predictable lamentations from commentators who treat his departure as if it was the equivalent of the Kaiser getting rid of Bismarck. The over-used description of Mattis as “the last of the adults in the room” is once again trotted out, though few examples of his adult behaviour are given aside from his wish – along with other supposed “adults” – to stay in Syria until various unobtainable objectives were achieved: the extinction of Iranian influence; the displacement of Bashar al-Assad; and the categorical defeat of Isis (are they really likely to sign surrender terms?).

In other words, there was to be an open-ended US commitment with no attainable goals in an isolated and dangerous part of the world where it was already playing a losing game.

It is worth spelling out the state of play in Syria because this is being masked by anti-Trump rhetoric, recommending policies that may sound benign but are far detached from political reality. This reality may be very nasty: it is right to be appalled by the prospects for the Syrian Kurds who are terrified of a Turkish army that is already massing to the north of the Turkish-Syrian frontier.

There is a horrible inevitability about all this because neither Turkey nor Syria were ever going to allow a Kurdish mini-state to take permanent root in north-east Syria. It existed because of the Syrian civil war in which Assad withdrew his forces from the Kurdish-populated regions in 2012 in order to concentrate them in defence of strategically vital cities and roads. Isis attacked the Kurdish enclave in 2014 which led to a de facto alliance between the Kurds and the US air force whose devastating firepower enabled the Kurds to capture a great swathe of Isis-held territory east of the Euphrates.

Turkey was never going to accept this outcome. Erdogan denounced the Kurdish political and military forces controlling this corner of Syria as “terrorists” belonging to the Syrian branch of the Kurdistan Workers Party (PKK) that has been fighting the Turkish state since 1984.

This is a good moment to make a point about this article: it is an explanation not a justification for the dreadful things that may soon happen. I have visited the Kurdish controlled part of Syria several times and felt that it was the only part of Syria where the uprising of 2011 had produced a society that was better than what had gone before, bearing in mind the constraints of fighting a war.

I met the men and women of the People’s Protection Units (YPG and YPJ) who fought heroically against Isis, suffering thousands of dead and wounded. But I always had a doomed feeling when talking to them as I could not see how their statelet, which had been brought into existence by temporary circumstances, was going to last beyond the end of the Syrian civil war and the defeat of Isis. One day the Americans would have to choose between 2 million embattled Kurds in Syria and 80 million Turks in Turkey and it dd not take much political acumen to foresee what they would decide.

Turkey had escalated its pressure on the US to end its protection of the Kurds and this finally paid off. A telephone conversation with Erdogan a week ago reportedly convinced Trump that he had to get US soldiers and airpower out of Syria. Keep in mind that Trump needs – though he may not get as much as he wants – Turkey as an ally in the Middle East more than ever before. His bet on Crown Prince Mohammad bin Salman and Saudi Arabia as the leader of a pro-American and anti-Iranian Sunni coalition in the Middle has visibly and embarrassingly failed. The bizarre killing of Jamal Khashoggi by a Saudi team in Istanbul was only the latest in a series of Saudi pratfalls showing comical ineptitude as well as excessive and mindless violence.

Critics of Trump raise several other important questions in opposing his withdrawal decision: is he not letting Isis off the hook by prematurely announcing their defeat and thereby enabling them to make a comeback? There is something in this, but not a lot. The Islamic State, that once held territory stretching from the Tigris River in Iraq to Syria’s Mediterranean coast, is no more and cannot be resurrected because the circumstances that led to its spectacular growth between 2013 and 2015 are no longer there.

Isis made too many enemies because of its indiscriminate violence when it was at the peak of its power. Trump is right to assume in a tweet that “Russia, Iran, Syria & many others…will have to fight ISIS and others, who they hate, without us”. Isis may seek to take advantage of chaos in eastern Syria in the coming months, but there will be no power vacuum for them to exploit. The vacuum will be filled by Turkey or Syria or a combination of the two.

A further criticism of the US withdrawal is that it unnecessarily hands a victory to Vladimir Putin and Assad. But here again, Trump’s manoeuvre is more of a recognition of the fact that both men are already winners in the Syrian war.

Nor is it entirely clear that Russia and Iran will have greater influence in Syria and the region after the US withdrawal. True they have come out on the winning side, but as the Syrian state becomes more powerful it will have less need for foreign allies. The close cooperation between Russia and Turkey was glued together by US cooperation with the Kurds and once that ends, then Turkey may shift – though not all the way – back towards the US.

By denouncing Trump’s decision to withdraw from Syria, his opponents are once again making the mistake of underestimating his instinctive political skills.

Patrick Cockburn
The Unz Review

Direct link: Trump’s Syria Withdrawal is a simple case of foreign policy realism, by Patrick Cockburn – The Unz Review

Trump’s Syria Withdrawal Is A Simple Case Of Foreign Policy Realism
Publicités



');

Vous pourrez aussi aimer

5 commentaires sur “Trump’s Syria Withdrawal Is A Simple Case Of Foreign Policy Realism

  1. Une fois de plus, les ricains ont gagné la guerre en quittant “jambes au cou” l’aire des batailles comme au Vietnam, à la vue des S-300 qui n’ont pas encore abattu aucun F-22/35. Pourquoi ils n’essaient pas de tester de bombarder en traversant la Syrie? De cette manière, des deux cotés, ils seront l’efficacitét de S-300 et des F-22/35? j’ai hâte de le savoir.

  2. traduction :
    La décision du président Trump de retirer les troupes américaines de la Syrie est dénoncé par une gamme impressionnante de critiques affirmant que c’est un abandon à la Turquie, la Russie, la Syrie et l’ Iran – ainsi qu’une trahison des Kurdes et une victoire pour Isis.

    Le retrait peut être une ou toutes ces choses, mais surtout il est une reconnaissance de ce qui se passe réellement sur le terrain en Syrie et au Moyen – Orient en général.

    Ce point a pas rencontré assez clairement à cause du dégoût non dilué pour Trump parmi la plupart des médias américains et britanniques. Ils agissent comme un vecteur des points de vue des diverses figures qui condamnent le retrait et comprennent des membres de l’establishment d’esprit impériale de la politique étrangère à Washington et les Kurdes terrifiés qui vivent en Syrie au nord-est, qui craignent le nettoyage ethnique par suite a l’invasion de l’armée turque .

    L’ opposition à la décision de Trump a été suralimenté par la démission du secrétaire à la Défense Jim Mattis , qui est venu après qu’il ai échoué à convaincre le président d’annuler so ordre. Mattis ne mentionne pas la Syrie ou l’Afghanistan dans sa lettre de démission, mais il fait clairement son désaccord avec l’orientation générale de la politique étrangère de Trump à ne pas faire face à la Russie et la Chine et en ignorant les alliés traditionnels et les alliances.

    La démission de Mattis a suscité des commentateurs de prévisibles lamentations qui traitent son départ comme si elle était l’équivalent du Kaiser se débarrassant de Bismarck. La surutilisation de la description de Mattis comme « le dernier des adultes dans la salle » est une nouvelle fois ressassées, bien que quelques exemples de son comportement adulte sont donnés en dehors de son souhait – ainsi que d’autres soi – disant « adultes » – de rester en Syrie jusqu’à ce que divers objectifs impossibles à obtenir ont été atteints: l’extinction de l’ influence iranienne; le déplacement de Bashar al-Assad; et la défaite catégorique d’Isis (sont – ils vraiment susceptibles de signer des termes de cession?).

    En d’ autres termes, cela devait être un engagement américain ouvert sans objectifs réalisables dans une partie isolée et dangereuse du monde où il joue déjà un jeu perdant.

    cela vaut la peine de noter l’état d’avancement en Syrie parce que cela est masqué par la rhétorique anti-Trump, recommandant des politiques qui peuvent sembler bénignes , mais sont très loin et détachés de la réalité politique. Cette réalité peut être très méchante : il est juste d’être consterné par les perspectives pour les Kurdes syriens qui sont terrifiés à l’idée d’une armée turque qui se concentre déjà au nord de la frontière turco-syrienne.

    Il y a un caractère inévitable d’horrible dans tout cela parce que ni la Turquie ni la Syrie n’ont jamais vouluent permettre à un mini-Etat kurde à prendre racine de façon permanente en Syrie au nord-est. Il existait en raison de la guerre civile syrienne où Assad a retiré ses forces des régions peuplées de kurdes en 2012 afin de les concentrer dans la défense des routes et des villes stratégiquement vitales . Isis a attaqué l’enclave kurde en 2014 ce qui a conduit à une alliance de fait entre les Kurdes et la force aérienne américaine dont la puissance de feu dévastatrice a permis aux Kurdes de capturer une grande bande de l’est de l’Euphrate du territoire contrôlé par Isis .

    La Turquie a été ne va jamais accepter ce résultat . Erdogan a dénoncé les forces politiques et militaires kurdes qui contrôlent ce coin de la Syrie comme des « terroristes » appartenant à la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui combat l’État turc depuis 1984.

    Ceci est un bon moment pour faire un point sur cet article: il est une explication ne justifie pas les choses terribles qui peuvent arriver bientôt. J’ai visité la partie kurde de Syrie contrôlée à plusieurs reprises et j’ai estimé qu’il était la seule partie de la Syrie , où le soulèvement de 2011 avait produit une société qui était mieux que ce qui était allé avant, compte tenu des contraintes de la lutte dans une guerre.

    J’ai rencontré les hommes et les femmes des unités de protection du peuple (GPJ et YPJ) qui ont combattu héroïquement contre Isis, la souffrance des milliers de morts et de blessés. Mais j’ai toujours eu un sentiment vouée à l’ échec quand on parle d’eux comme je ne voyais pas comment leur mini – Etat, qui avait été mis en existence par des circonstances temporaires, allait durer au – delà de la fin de la guerre civile syrienne et la défaite d’Isis. Un jour , les Américains doivent choisir entre 2 millions de Kurdes en Syrie crénelées et 80 millions de Turcs en Turquie et Dd pas prendre beaucoup de sens politique de prévoir ce qu’ils décideraient.

    La Turquie a intensifié sa pression sur les États – Unis pour mettre fin à la protection des Kurdes et cela a finalement payé. Une conversation téléphonique avec Erdogan il y a une semaine aurait convaincu Trump qu’il devait obtenir des soldats américains et la puissance aérienne sur la Syrie. Gardez à l’ esprit qui a besoin Trump – mais il ne peut pas obtenir autant qu’il veut – la Turquie comme un allié plus que jamais au Moyen – Orient. Son pari sur le prince héritier Mohammed bin Salman et l’ Arabie Saoudite en tant que leader d’une coalition sunnite pro-américain et anti-iranienne au Moyen a visiblement et honteusement échoué. Le meurtre bizarre de Jamal Khashoggi par une équipe d’ Arabie Saoudite à Istanbul était la dernière d’une série d’Arabie pratfalls montrant l’ ineptie comique ainsi que la violence excessive et sans esprit.

    Les critiques de Trump soulèvent plusieurs questions importantes pour s’opposer a sa décision de retrait: n’est – il pas laissant Isis sur le métier en annonçant prématurément leur défaite et ce qui leur permettra de faire un retour? Il y a un peu de cela , mais pas beaucoup. L’Etat islamique, ce territoire qu’il purent une fois tenir s’étirait de la rivière Tigre en Irak à la côte méditerranéenne de la Syrie, n’est plus et ne peut pas être ressuscitée parce que les circonstances qui ont conduit à sa croissance spectaculaire entre 2013 et 2015 ne sont plus là.

    Isis s’est fait trop d’ennemis à cause de sa violence aveugle quand il était à l’apogée de sa puissance. Trump a juste de supposer dans un tweet que « la Russie, l’Iran, la Syrie et beaucoup d’autres … devront combattre ISIS et d’autres, qui qu’ils détestent, sans nous ». Isis peut chercher à tirer profit du chaos en Syrie orientale dans les prochains mois, mais il n’y aura pas de vide de puissance pour eux d’exploiter. Le vide sera rempli par la Turquie ou la Syrie ou une combinaison des deux.

    Une autre critique du retrait des États – Unis est qu’il remet inutilement une victoire à Vladimir Poutine et Assad. Mais là encore, la manœuvre de Trump est plus d’une reconnaissance du fait que les deux hommes sont déjà gagnants dans la guerre syrienne.

    Est – il pas non plus tout à fait clair que la Russie et l’ Iran ont une plus grande influence en Syrie et dans la région après le retrait des États – Unis. Certes , ils sont sortis du côté des vainqueurs, mais comme l’État syrien devient plus puissant , il aura moins besoin d’alliés étrangers. La coopération étroite entre la Russie et la Turquie a été rendue possible par la coopération américaine avec les Kurdes et une fois que que cela auras changer, la Turquie peut changer – même si elle ne fera pas tout le chemin – retour vers les États – Unis.

    En dénonçant la décision de Trump de se retirer de la Syrie, ses adversaires font une nouvelle fois l’erreur de sous – estimer ses compétences politiques instinctives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.