Analysis

2019 ou presque, le mot de Strategika51

Le commandement stratégique US Stratcom a diffusé une étrange vidéo sensée nous transmettre les voeux de la nouvelle année 2019 avant de la retirer, en raison de sa violence symbolique extrême.


En place et lieu de voeux de bonne santé, de bonheur et de prospérité, les petits gars chargés de la communication au Stratcom nous souhaitent une bonne année létale 2019 pleine d’engins hyper-explosifs tombant du ciel et délivrés par des bombardiers furtifs.

En termes clairs, ils nous souhaitent une mort violente en feu d’artifice. Rien d’étonnant que la vidéo ait été retirée très vite.

Ils n’ont rien de mieux à nous souhaiter que la destruction et la mort ? Mince alors !

Cela contraste avec le message de voeux 2019 très philosophique du président chinois Xi Jinping. Il évoque la marche du temps et le changement de saisons dans la pure tradition chinoise :

Mais au fait, en quelle année sommes-nous réellement ? Nul ne le sait. 2019 est une date totalement arbitraire ne correspondant à rien. Jésus-Christ avait 6 ou 7 ans en l’An 0 et le passage au calendrier grégorien quinze siècles plus tard a totalement faussé les calculs…

Peu importe, la vie continue.

Ce premier janvier 2019 comporte déjà son lot de petites surprises.

A commencer par l’arrêt de l’excellent site helvétique de dépêches en continu  » Romandie.com »

Ces quelques lignes pour vous informer que Romandie.com a cessé définitivement son service d’informations depuis le 1er janvier 2019. Notre messagerie gratuite reste quant à elle opérationnelle.

L’équipe du site précise ceci :

Bien qu’ayant toujours été équilibré sur le plan financier grâce à un modèle 100% automatisé, une certaine lassitude nous incite à orienter notre énergie vers des projets plus stimulants et disposant de potentialités plus importantes.

Nous ne pouvons que leur souhaiter bonne chance.

L’année 2018 n’a pas été facile pour beaucoup d’entre-nous et c’est le moins que l’on puisse dire.

Dans quelques jours, la sonde New Horizons va approcher un objet de la ceinture de Kuiper, bien au delà de la PLANÈTE (oui c’est bien une planète ! ) Pluton.

Il s’agit du planètoïde 2014MU69 et je parierai que la petite sonde passera devant une dixième planète qu’elle ne verra rien. L’univers est vaste, notre esprit trop petit.

Je vous souhaite tous mes voeux de santé (c’est le plus important), de quiétude (sur une île déserte), de vitalité (sans produits chimiques), de bonheur (s’il existe), de joie (il faut rire Sacrebleu !), et de prospérité (même virtuelle ! ) et vous informe que Strategika 51 vous accompagnera tant bien que mal en cette année 2019.

Soyez éveillés !


Publicités

Catégories :Analysis

56 réponses »

  1. @ Anonyme du 2 janvier à 19h46

    En bon gaulois cartésien-et volontiers furieux à la folie- je suis imperméable au sens du sacré que tu m’invites à percevoir au-delà des choses tangibles.
    j’ai été comme programmé -ou déprogrammé- pour cela.
    Pour moi il y a des faits en eux-mêmes -comme la musique- qui relève de quelque chose que je perçois comme sacré.
    Je suis donc dans l’immanence.
    Une dérive qui frappe sans doute l’ensemble du monde occidental mais que peu de gens perçoivent.
    Techniquement (et oui!) je me demande si la gamme pentatonique -celle qui me saute aux oreilles en écoutant le très beau morceau que tu m’as invité à écouter- n’est pas de ces invariants culturels de l’humanité qui expriment le mieux la nostalgie de la vie simple dont tu parles.
    Ce n’est en tout cas pas un hasard si cette gamme reste au cœur de nos musique industrielles.
    Merci pour ton aimable attention.

    • Le sacré s’oppose au profane, le premier relève de la transcendance, du surnaturel, de l’irrationnel, le second relève de l’immanence, du naturel, du rationnel, de l’entendement. Les modernes depuis — au mons Erasme et son Eloge de la folie — , qui ramènent tout à l’Homme et refusent la Transcendance (le Dieu des religions monothéistes ou le Moteur Immobile d’Aristote …) — tels Descartes — et élisent à sa place l’immanence, ont mené le Monde à la ruine et la trivialité. Une pierre ou une musique sacrées ne le sont pas en tant que pierre ou musique, mais en tant que manifestation (hiérophanie) de quelque chose d’autre (ni humain ni cosmique ) qui ne leur est pas immanent ( mais appartient au numen).

Leave a Comment/Laisser un commentaire