Analysis

France : qui cache la vérité sur les cas d’enfants nés mutilés dans des zones rurales

Que cache l’affaire des cas rapportés d’enfants nés mutilés dans des régions rurales de France et pourquoi cette affaire fait-elle l’objet d’un mutisme officiel ? 

Pourquoi a t-on censuré ou du moins officiellement reporté sine die la publication de rapports établis par des organismes chargés de la santé publique sur cette affaire ? 

Poser de simples  questions de bon sens est devenu passible de l’accusation assez commode de “complotisme”. Et les enfants nés sans certains de leurs organes, ils sont conspirationnistes aussi ? 

Ou est-ce parce que leurs parents de la France profonde n’ont pas le droit de s’exprimer ?

Si c’est les pesticides ou des rejets chimiques ou des essais secrets près des zones où ces cas ont été rapportés, qui a peur de la vérité ? 

Assez de mensonges ! 

 

Publicités

18 Replies to “France : qui cache la vérité sur les cas d’enfants nés mutilés dans des zones rurales

  1. Concernant les 7 cas recensés dans l’Ain, mettre en cause les produits phyto-sanitaires et sachant que la formation des membres supérieurs s’effectue sur une courte période lors de la grossesse, il aurait fallu que les 7 cas naissent à une période similaire de l’année, proches de cultures identiques pour être moissonnées ou récoltées à mêmes dates et traitées avec sinon les mêmes produits du moins avec des produits ayant les mêmes molécules comme produit actif, le tout sur plus de 900 km² et à mêmes dates d’une année sur l’autre. En clair, on est pas rendus.

  2. Avec tout l’aluminium qui est quotidiennent pulvériser dans le ciel par les avions, il fallait etre naif pour penser qu’il n’y aurait aucune conséquence sur nous. Déja que ces trainées chimiques et non de condensation comme on essaie de nous le faire croire, réduisent la luminosité, ça ne m’étonnerait pas qu’il y’ait en plus, un lien avec ces malformations, néanmoins ça reste à confirmer avec des analyses.

  3. Très inquiétant. La semaine dernière, on a également lancé un nouveau rappel pour du lait pour bébés présentant des risques sanitaires, de deux marques différentes cette fois.

    On pourrait également s’interroger sur le nombre important de femmes de moins de 30 ans qui sont obligées d’avoir recours aux techniques de la médecine moderne (PMA, FIV, etc…) pour tomber enceintes ou essayer de l’être. J’en fait partie, ainsi que plusieurs de mes connaissances, alors qu’aucune cause sérieuse n’a été détectée chez l’une d’entre nous et que nous sommes toutes en bonne santé et avec une hygiène de vie saine. A force, on finit par s’interroger…

    1. Un bébé ne peut être en bonne santé physique et mentale s’il n’est allaité par sa mère ; si en plus le lait industriel — inadapté au petit d’homme — est empoisonné, je ne sais où nous allons. Par ailleurs, cette incapacité des femmes à engendrer peut être due aux hommes : depuis de nombreuses annés,les études se suivent et se : la quantité (concentration) et la qualité (anomalies) des spermatozoïdes dans tous les pays industrialisés sont en chute libre. Un article pris au hasard :
      https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/la-sante-reproductive-des-francais-en-mauvais-etat_2022489.html
      On ne peut se moquer indéfiniment des lois de la nature. Le Dieu vivant, tel celui de la Bible, est un Dieu jaloux.

      1. Récemment, il a été fait état de 3 enfants nés avec des malformations des membres supérieurs dans les Bouches du Rhône. Pour ces cas, c’est la zone industro-chimico-pétrolière de Fos-su-Mer qui est visée.

  4. Connaissez-vous la légende du tireur d’élite texan ? Les études n’ont pas déterminé de cause identifiable telle que l’a été la thalidomide.

    1. Connaissez-vous la légende de l’augmentation de l’espérance de vie dans le monde moderne ? Légende qui se prouve par sa répétition indéfinie. Le docteur Louis de Brouwer, dans une étude chiffrée publiée en avril 1991, a prouvé que :
      1) « L’espérance de vie des français n’a pas augmenté depuis 1965. »
      2) « Le taux de mortalité parmi les gens agés de quinze à vingt ans s’accroit actuellement de 2 p. cent par an. »
      3) « Pour les hommes agés de quarante à cinquante ans, le taux de mortalité a augmenté ces dernières années dans toutes les nations industrialisées. »
      4) « L’espérance de vie d’un homme de cinquante ans n’a que peu changé depuis le début du siècle et se trouve en fait en régression malgré les affirmations du corps médical. »
      Mais naturellement, conformément à votre nature spéciale, vous venez innocenter les mafias médicales, agro-alimentaires, pharmaceutiques, nucléaristes et médiatiques : on ne connait pas avec certitude les causes de ces malformations jamais advenues dans nul endroit dans le monde avec une telle incidence. Mais les temps commencent à changer, et la vérité a trouvé ses porte-paroles jaunes. L’usurpateur et ses porte-voix croyaient qu’ils occuperaient indéfiniment la maison des véritables propriétaires (les gueux, les gens de peu, les sans-dents, les déplorables, ceux qui ne sont rien, les réfractaires, les jojo jaunes, …), comme dit le poète :
      « Ah ! chiens, vous pensiez donc que du pays de Troie jamais je ne devais rentrer en ce logis ! vous pilliez ma maison ! et vous faisiez la cour, moi vivant, à ma femme ! » (Homère)

      1. Sur les 7 cas recensés dans l’Ain, 2 sont enfants d’agricultrices, 5 de coiffeuses et ce sont les pesticides qui sont soupçonnés. N’avez-vous pas l’impression qu’il y a un problème ?

        1. Jusqu’à l’âge de dix-huit ans, je passais mes vacances d’été dans un petit village marocain située sur le côté ouest des montagnes du rif, entre Ouazanne et Chaoun. Ce village comptait environ trois-cent âmes et les services de l’état y étaient inexistants. Je n’y ai jamais vu un enfant malformé y naître, ni aucune personne y mourir de cancer. L’âge moyen de la mort devait y être de quatre-vingt ans, on y mourrait comme un feu qui s’éteint. Dans un quartier particuliérement insalubre de ce village, mal-ensoleillé qui plus est, il y eut une fois une épidémie qui emporta tous les nouveau-nés. Sinon, à part les caries dentaires, les piqures de sorpions ou de serpents, tout le monde était en bonne santé de la naissance à la mort.
          Maintenant,être fils ou fille de coiffeur ou coiffeuse n’empêche nullement d’être exposé aux effets dévastateurs de certains pesticides systémiques commes ceux organo-phosphorés qui ont fait leurs preuves il y a longtemps en Espagne avec ce soi-disant syndrome de l’huile toxique mais en fait véritable empoisonnement aux pesticides. Donc, au lieu de parler de coiffeurs ou autres, ce qui est important est :
          1) On n’a jamais observé de tels phénomènes.
          2) Les autorités y compris sanitaires nient ou cachent les faits et ne veulent pas en déterminer la cause.
          3)Les scandales sanitaires ou d’empoisonnement de la population de l’amiante au sang contaminé en passant par la vaccination contre l’hépatite B se suivent et se ressemblent : incurie des services de l’état vendu à divers loobys et attitude criminelle du corps médical dans sa quasi-totalité.

      2. Dés que je dépasse la mesure et que je vocifère aux oreilles sourdes à la vérité quelques faits désagréables, le S.A me rappelle à l’ordre par quelque signe, donc, je dis à ce tyran qu’il a beau me débaptiser, je ne changerai pas et que ses tentatives pour m’intimider sont ridicules. Le léopard meurt avec ses taches et je ne me suis jamais proposé de m’améliorer, compris ?

    1. pas de précipitation !
      la France pratique aussi depuis l’interdiction des essaie nucléaire souterrain en métropole avec des fuites radioactive a gogo !

  5. Quand les pauvres petits échappent au massacre moderne des innocents (200 000 avortements par an en France, le diable est aux anges si je puis dire), ils subissent au ventre même de leur mères un nombre inouï d’agressions : exposition à des substances toxiques chimiques ou nucléaires et à des rayons électromagnétiques ou ionisants …. Si, malgré tout cette grosse artillerie à nuisances, ils naissent sains, on s’empresse de les empoisonner (onze vaccins obligatoires depuis janvier 2018), on les prive du lait maternel qui seul peut les protéger puisque leur immunité encore immature met deux ans à se former.
    Pour en revenir à ces malformations (naissances sans bras, avant-bras ou jambes) advenues dans des villages, tout semble indiquer qu’elles sont dues à une exposition aux pesticides. Ainsi les péchés des pères retombent sur leurs fils, comme dit la Bible : «Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent. »(Exode, 20,5). Quelle justice injuste ! C’est à désespérer de Dieu et des hommes.
    Un article parmi tant d’autres :

    https://www.nouvelobs.com/sante/20181009.OBS3637/bebes-malformes-on-ne-veut-pas-la-verite-dans-cette-affaire.html

Leave a Comment/Laisser un commentaire