Depuis les élections de mi-mandat, le 6 novembre 2018, le président Trump subit une pression extrêmement forte.

Les administrations fédérales ont été fermées le 22 décembre (shutdown), du fait de l’opposition parlementaire au projet de budget qui incluait le financement d’un Mur à la frontière mexicaine.

La crise n’a trouvé son dénouement que 35 jours plus tard, le 25 janvier 2019. Le président Trump s’est incliné provisoirement devant les exigences du Parti démocrate.

Selon S&P Global Ratings, le shutdown aurait coûté plus de 6 milliards de dollars, soit plus cher que le Mur qu’il était censé économiser [1].

Durant cette période, l’administration Trump a multiplié les signes d’abandon de sa politique étrangère et de Défense et de ralliement à l’impérialisme états-unien. Compte tenu du mode de gouvernance du promoteur immobilier, il est possible que ce revirement complet ne soit qu’apparent et destiné à être remis en question le 15 février, date de la fin de l’accord sur le budget. Quoi qu’il en soit, pour le moment, de nombreux éléments laissent à penser que Donald Trump aurait renoncé à apporter le changement qu’il avait promis.

 Le 13 décembre 2018 à la Heritage Foundation, le conseiller de sécurité nationale John Bolton exposait la nouvelle stratégie US en Afrique [2] : 
• (1) développer le commerce, 
• (2) lutter contre le terrorisme islamique, 
• (3) vérifier l’usage de l’aide états-unienne. 
Rien de très nouveau, sauf que les objectifs commerciaux furent longuement exposés non plus comme une rivalité face aux anciennes puissances coloniales (France et Royaume-Uni), mais comme un violent combat contre la Chine et la Russie.

 Le 20 décembre, le secrétaire à la Défense, le général James Mattis, adressait une lettre publique de démission au président Trump [3]. Contrairement à ce qu’en disait la presse, il s’accordait pour le retrait des troupes de Syrie, mais s’inquiétait du message donné aux Alliés de la Coalition anti-Daesh et, partant de là, de la possible fin du leadership états-unien [4]. Considérant qu’il n’avait pas de leçon à recevoir en public, Trump révoqua immédiatement Mattis sans le laisser exercer ses responsabilités le temps de lui trouver un successeur.

Toutefois, cédant à ses critiques, le président Trump revenait en arrière et admettait que le retrait des troupes serait plus long que prévu.

 Le 3 janvier 2019, à l’ouverture de la 116ème session du Congrès, le représentant démocrate Eliot Engels et le sénateur républicain Marco Rubio déposaient deux propositions de loi (H.R. 31 [5] et S. 1 [6]) dont un passage quasi-identique vise à édicter des sanctions empêchant la reconstruction de la Syrie. Par la suite, Engels (déjà auteur du Syria Accountability Act de 2003) était élu président la Commission des Affaires étrangères de la Chambre, tandis que James Rich était élu à la Commission équivalente du Sénat. Ce dernier se ralliait immédiatement à la proposition de loi contre la Syrie.

Les deux textes arguent que la République arabe syrienne, et non les jihadistes, aurait torturé les victimes photographiées dans le « rapport César », ce qui justifierait d’empêcher la reconstruction du pays. Le texte du Sénat va plus loin en soutenant l’aide militaire à Israël au moment où l’État hébreu a admis mener une intense campagne de bombardement de la Syrie.

 Le 10 janvier 2019, le secrétaire d’État Mike Pompeo délivrait la nouvelle stratégie pour le Moyen-orient élargi lors d’une conférence à l’Université américaine du Caire [7]. Il s’agissait : 
• (1) de lutter contre le terrorisme islamique, 
• (2) de lutter contre l’Iran et ses alliés, 
• (3) de se retirer militairement de la région au profit d’une « Otan » israélo-arabe.

Cependant, outre que diviser la région entre arabes et perses est encore plus dangereux que la situation actuelle, il semble improbable de créer une alliance militaire israélo-arabe, certes en s’appuyant sur des gouvernements qui collaborent déjà secrètement, mais contre l’avis des populations. Simultanément, le conseiller de sécurité nationale John Bolton mettait sur pied une internationale terroriste contre l’Iran, incluant des éléments arabes sunnites de Daesh et perses chiites des Moujahidines du Peuple [8].

 Le même jour, 10 janvier, le secrétaire d’État Mike Pompeo rendait publique une déclaration contre le Venezuela donnant le signal à Juan Guaido de s’autoproclamer président par intérim [9]. Il s’ensuivait la crise constitutionnelle que l’on connaît.

Alors que la presse occidentale et les Vénézuéliens interprétaient le conflit comme la mise en cause du gouvernement bolivarien, nous annoncions un peu avant les événements que le Pentagone allait appliquer au Bassin des Caraïbes la même stratégie que celle qu’il appliqua auparavant aux Grands lacs africains, puis au Moyen-Orient élargi [10]. Après de longues discussions en interne, le ministère russe des Affaires étrangères adoptait la même position [11]. Moscou déclarait notamment : « La création délibérée et manifestement bien orchestrée d’un double pouvoir et d’un centre de décision alternatif au Venezuela ouvre la voie au chaos et à l’érosion de l’État vénézuélien ».

Le 22 janvier, le Parti démocrate fait adopter par la Chambre des Représentants une loi interdisant au président Trump de se retirer de l’Otan [12]. Le texte avait été co-rédigé par Eliot Engels.

Bien que cette loi n’ait pas été discutée durant la campagne des élections de mi-mandat, elle a été considérée par le Parti démocrate comme prioritaire par rapport à ses engagements sur l’Obamacare. Eliot Engels avait co-rédigé avec le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, une tribune libre en juillet 2018 en faveur de l’Alliance [13].

 Le 26 janvier, Mike Pompeo annonçait que le néo-conservateur Elliott Abrams serait son envoyé spécial pour le Venezuela. Or Abrams était, il y a deux ans, le candidat des impérialistes au secrétariat d’État. Son nom reste associé aux pires actions secrètes des États-Unis en Amérique latine durant la Guerre froide.

Le néo-conservatisme est une forme du trotskisme, donc idéologiquement d’extrême-gauche, ralliée à l’appareil d’État US lors de l’administration Reagan. Ses partisans n’ont cessé de basculer de gauche à droite et vice-versa à chaque alternance politique. Toutefois, ils se sont opposés à l’élection de Donald Trump qu’ils rejoignent pourtant maintenant.

Il y a donc eu un recadrage de l’Africom, du CentCom et du SouthCom, les autorisant tous les trois à défendre les intérêts non plus du Peuple états-unien, mais de sociétés transnationales et d’Israël. Toujours associés à cette politique, les néo-conservateurs, tout au moins l’un des plus illustres d’entre eux, sont de retour.

Ces éléments tendent à attester que le Parti républicain et l’administration Trump changent radicalement de politique et reviennent —à l’exception du refus de laisser des organisations terroristes administrer des États— à la politique du Parti démocrate, du président Barack Obama et d’Hillary Clinton : l’impérialisme militaire au service des transnationales.

Ce renoncement semble acté par les principaux donateurs du Parti républicain. Ainsi les Frères Koch viennent d’annoncer qu’ils ne soutiendront pas la réélection de Donald Trump [14].

Thierry Meyssan
Voltairenet.org
Lien direct vers l’article :  Donald Trump a-t-il été contraint de renoncer ?, par Thierry Meyssan.

Notes: 
 “US economy lost at least $6 billion to government shutdown : S&P”, Reuters, January 26, 2019.

[2] « Allocution de John R. Bolton sur la nouvelle stratégie de l’administration Trump en Afrique », par John Bolton, Réseau Voltaire, 13 décembre 2018.

[3] “Resignation letter from James Mattis”, by James Mattis, Voltaire Network, 20 December 2018.

[4] « Les États-Unis refusent de se battre pour des financiers transnationaux », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 25 décembre 2018.

[5] “Caesar Syria Civilian Protection Act of 2019”, Eliot Engels, US House of Representatives, January 3, 2019.

[6] “Strengthening America’s Security in the Middle East Act of 2019”, Marco Rubio, US Senate, January 3, 2019.

[7] “Mike Pompeo’s Remarks at the American University in Cairo”, by Mike Pompeo, Voltaire Network, 10 January 2019. Résumé en françaisRéseau Voltaire.

[8] « L’usage du terrorisme selon John Bolton », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 22 janvier 2019.

[9] « Actions des États-Unis à l’encontre du régime vénézuélien corrompu », par Mike Pompeo, Réseau Voltaire, 10 janvier 2019.

[10] « Les États-Unis préparent une guerre entre latino-américains », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 18 décembre 2018.

[11] “Russian Foreign Ministry statement on the developments in Venezuela”, Voltaire Network, 24 January 2019.

[12] “House aims to prevent Trump from withdrawing from NATO”, Karoun Demirjian, Washington Post, January 22, 2019.

[13] “President Trump, you need NATO more than ever”, Eliot L. Engel & Anders Fogh Rasmussen, CNN, July 10, 2018.

[14] “Koch network tells donors it plans to stay out of 2020 race, once again declining to back Trump”, Josh Dawsey and Michelle Ye Hee Lee, The Washington Post, January 24, 2019.

Donald Trump a t-il été contraint de renoncer ? (Voltairenet)
Publicités

Vous pourrez aussi aimer

15 commentaires sur “Donald Trump a t-il été contraint de renoncer ? (Voltairenet)

  1. Bonjour,
    D’abord merci pour vos réponses.

    Je rappelle que je parle d’intuitions et d’une lecture personnelle des évènements du 11 septembre 2001.
    J’apprécie les articles de Stratégika51 et mon but n’est pas de faire de la division.

    Je vais essayer de reprendre point par point les questionnements posés sur l’implication d’Israel dans ces évènements.

    Odigo est un service de messagerie, dont la particularité est d’offrir des sélections par communauté.

    Mais il y a aussi ZIM qui déménage une semaine avant les attentats,

    Le PNAC n’est pas apparut par hasard. il a eut des précédents, et ils ont tous pour origine des “israéliens”, au moins de coeur. Securing the Realm de Richard Perle a été un des épisodes de la mise en place de ce qui deviendra par la suite “la guerre à la terreur”. Mais nous pouvons remonter plus loin avec le plan Oded Yinon qui est un peu le carnet de commande, mais aussi le livre “le choc des civilisations qui porte le nom de Samuel Huntington mais qui était issu idéologiquement de son maître Bernard Lewis.

    dans un livre de 1981 Natanyahu prédit cette guerre à la terreur et les attentats qui devraient d’après lui la provoquer. https://books.google.fr/books?id=s8Pm37gg5JkC&hl=fr&source=gbs_book_other_versions
    et il explique ce qui doit être fait.

    Pour moi tout pointe vers Israel et partie de sa diaspora consentante, les Sayanims et autres agents médiatiques innombrables qui monopolisent le débat dans la quasi totalité de l’occident.

    Ensuite il y a le contrôle par des agents israéliens des pseudo 19 terroristes, le contrôle de l’espace aérien US par le lancement d’innombrables “jeux de guerre” ce jour là.
    Il y a Silverstein,
    les responsables de la Port authority qui lui ont “cédé” les immeubles
    Les néoconservateurs qui sont quasiment tous des Israéliens avant tout
    il y a John O’Neil
    la tour 7 et son contenu (Dossiers ENRON, CIA, Or, etc) et qui sert de tour de contrôle pour les autres attentats avions équipés de mécanismes de pilotage à distance
    il y a les “danseurs israéliens” et les 200 espions Israéliens relâchés sans enquête sérieuse
    et tant d’indices qui peuvent conduire la justice vers des pistes et des preuves. il manque juste la “volonté” ou “capacité” à chercher. il faut dire que le pouvoir est immense, tentaculaire.

    Donc je trouve bizarre que Meyssan réussisse l’exploit de faire disparaitre l’éléphant qui a dévasté la boutique de porcelaine et à ne voir que les autres clients.

    Nous avons tous remarqué que Laurent Guyenot n’a écrit que 3 ou 4 articles sur le réseau Voltaire, et qu’il a finit par aller ailleurs pour développer le reste de sa pensée qui elle remonte à l’origine du terrorisme international et ses origines idéologiques voir théologiques. je ne présume pas d’une dispute, mais il y a au moins rupture.

    Christopher Bollyn a largement documenté ces évènement et fourni des centaines de preuves indirectes et indices qui si la justice US n’était pas inféodée aux intérêts israéliens auraient été traités et des enquêtes conduites qui auraient immanquablement mené à Israel.

    ces attentats sont la mèche du choc des civilisations et de la guerre à la terreur, ils vont permettre de créer de toutes pièce DAESH. Pour cela il faut 2 versions avec de petites variantes.

    1 Ben Laden et l’islam politique ont fait ces attentats (version officielle) qui elle sert à élever l’animosité des occidentaux envers l’islam et les musulmans

    2 Bush et les “étasuniens” l’ont fait, ou laissé faire suivant le public auquel cela s’adresse. (version officieuse) que Meyssan a largement contribué à diffuser et qui a un rôle particulier dans l’animosité qui atteindra son apothéose par la création de DAESH. cette version sert à élever l’animosité inverse, c’est à dire celle des musulmans de plus en plus conscients que des prétextes de guerres sont mis en place pour les diaboliser et les agresser. Bush parlant de Croisades, implique sur les conseils de la fine équipe qui le téléguide les Chrétiens et donc l’Occident.

    Mais c’est une troisième version qui semble la plus probable, Israel a fait ça. de plus en plus partagée, et dont Thierry ne parle jamais sinon pour la discréditer. Il va même jusqu’à attribuer l’origine du sionisme aux anglais. Lutte contre (ce qui est faussement appelé) l’antisémitisme à de nombreuses occasions.

    Autant de raisons qui me permettent de douter et de m’interroger. Cette dissimulation ne permet elle pas de faire perdurer cette guerre voulue par Israel ? si le véritable protagoniste était montré du doigt et jugé celle ci n’apparaitrait elle pas comme une mystification et ses ressorts démontés et rendus inopérants ?

    Les attentats suivants suivent tous cette ligne d’implication. Israel est toujours quelque part derrière les crimes commis par le soit disant terrorisme islamique. voir Panamza vétéran today etc

    Il ne faut pas oublier que par cette tromperie les deux parties impliquées devraient finir par s’entretuer, soit l’orient et l’occident. un beau carnage ralenti par Vladimir Poutine mais ne connaitra pas de fin tant que le grand Israel ne règnera pas sur le monde

    à mon avis l’attentat du Pentagone sur lequel nous a focalisé Thierry, sert à impliquer les militaires US ainsi que d’outil de coercition contre le département de La Défense US et ses divers bras voir les articles de Laurent Guyenot sur le net à ce propos

    en nous maintenant dans la version inside job et en nous empêchant d’investiguer la version Israélienne (sous couvert d’antisémitisme) il limite notre compréhension globale des évènements géopolitiques.

    c’est peut être le rôle qu’il joue en conseillant Assad, et d’autres. j’ai déjà rappelé son jeu trouble en Libye qu’il reconnait en tant qu'”erreur” d’appréciation.

    Nous avons connu deux guerres mondiale, toutes deux contre “l’axe”, de la part des “alliés”

    et innocemment son mouvement s’appelle Axis for Peace, qui développera l’appellation “Axe de la résistance” un peu comme s’il mettait les mots de l’histoire en place. mais quelle histoire ?

    1. personnellement je ne nie pas l’implication d’Israel dans les attentats du 11/09/2001, beaucoup plus crédible que celle du fait de son niveau de développement technologique de l’Arabie Saoudite et si je me souvient Meyssan parle bien des danseurs israélien dans son livre ” sous nos yeux ” .
      ce que je remet en cause c’est plutôt l’implication de Meyssan dans une opération consistant a blanchir Israel de tout lien avec cet attentat .
      il serait si cela s’avérait exacte le plus mauvais des agents Israélien en activité !

    2. bonjour,

      le document Securing the Realm est disponible sur le site internet informationclearhouse
      http://www.informationclearinghouse.info/article1438.htm

      c’est surprenant, l’article de 1982 qui révéla l’existence de ce projet sioniste est disponible sur la base de donnée universitaire Cairn.info

      https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2007-2-page-149.htm

      à propos de christopher bollyn, trois choses,

      la première, c’est que bollyn exagère certaines de ses affirmations et que cela peut endommager sa crédibilité globale. lisez cet article pour mieux comprendre de quoi il retourne:
      https://www.veteranstoday.com/2017/09/29/kissin-bollyn/

      la deuxième, c’est que bollyn a nommé son livre ‘Solving 9/11’, se qui se traduit par ‘la résolution du 11-septembre’, le message est donc que bollyn a la prétention de ‘dire la vérité’ sur 9/11, sauf qu’il se trompe sur une partie, que chacun jugera secondaire ou décisive dans l’établissement de la vérité sur l’opération sous faux drapeau du 11 septembre 2001:

      le modus operandi pour détruire les tours Nord (numéro 1), Sud (numéro 2), la tour numéro 7 et la tour numéro 6 qui est toujours oubliée (sa structure est comme ‘dévorée de l’intérieur.

      bollyn défend l’hypothèse de l’utilisation de thermite et/ou nanonthermite alors que la source d’énergie utilisée ce jour-là est nucléaire : le 11 septembre 2001 est une attaque nucléaire asymétrique

      enfin, recherchez la ‘dispute’ entre Michael Collins Piper et christopher bollyn, vous apprendrez surement des choses.

      cela étant, les informations de bollyn sur 9/11 sont intéressantes et utiles, donc à intégrer dans le schéma global de ce qu’il s’est passé cette journée, les liens entre les acteurs, leurs réseaux, et caetera.

      à propos de l’origine du sionisme qui serait anglaise, regardons les faits:

      la famille bouclier-rouge (rothschild, red shield) vivait en angleterre, réalisait ses manoeuvres financières à la city de londres.

      balfour a écrit la ‘déclaration de balfour’ de 1917 à son ami bouclier-rouge, qui vivait à londres.

      bouclier-rouge-succursale-londres était membre de la Round Table créée par Cecil Rhodes, avec Lord Milner. la Round Table est le réseau oligarchique anglais, dont l’objectif était de défendre les intérêts de l’empire britannique.

      la Round Table a créé
      le RIIA en 1920 (Royal Institute of International Affairs, réseau anglais),
      le Council of Foreign en 1921 (CFR, qui est d’après certains, le lieu de pouvoir où se décide véritablement la politique étrangère des états-ounis d’américou),

      et il faudrait voir les liens avec Bilderberg et la Commission Trilatérale.

      (des sites soit-disant ‘conspirationnistes’ parlent de la Round Table, Council of Foreign Relations, Bilderberg, mais la plupart se contredisent entre eux! 🙂

  2. révélations surprenantes sur les connexions entre Russia Today et l’armée israélienne.

    http://www.panamza.com/040219-rtfrance-israel/

    il est bien loin le temps où Russia Today diffusait Daniele Ganser et Kevin Barrett pour expliquer l’attaque sous faux drapeau (Gladio B) du 11.09.2001.
    oui, mais cela c’était avant!

    1. l’épisode du TruthSeeker sur 9/11 et le Gladio, avec Daniel Ganser et Kevin Barrett, c’est celui là..

    2. c’est le 23e épisode, mais forcément youtube remet le premier..
      (@Strategika, vous pouvez supprimer le doublon, cela évite l’effet spam 🙂

      voilà le bon épisode:

    3. c’est inexact ce que j’ai écrit sur Russia Today: le fait est que la société Spot.IM, chargée de modérer les nombreux commentaires des internautes sur Russia Today, est basé en Palestine-occupée et a été fondée par un dénommé Ishay Green, issu du renseignement militaire israélien…

  3. Bonjour, J’aimerais partager une analyse sur ce que je considère comme un infiltration monumentale du mouvement pour la liberté, comme tant d’autres. Il ne s’agit pas d’attaques Ad Hominem mais de points répétés dans les actes de Thierry Meyssan.
    Le fil directeur des articles de Thierry Meyssan c’est de minimiser le rôle et l’influence d’Israel, qu’il traite toujours comme la queue du chien et non la tête. Le chien étant les USA, la France, l’Angleterre etc… De par ce biais intrinsèque il est un danger pour l’humanité car il sert de GateKeeper à Israel et empêche le monde de comprendre le rôle réel au niveau mondial de cette entité xénophobe.
    Si on observe ses articles, il vient toujours faire diversion pour que nous regardions ailleurs. Il faut noter qu’il est le seul autorisé à parler du 11 septembre à la télé, et qu’il donne ses conclusions en accablant les “étasuniens” et en refusant de voir l’influence juive sur quoi que ce soit.
    Il avait “lavé” Sarkozy des attaques du corbeau qui l’accusait d’être un agent d’Israel
    parlé du rôle de “sous traitant” d’israël pour le 11 septembre alors qu’il en est le maitre d’oeuvre
    son jeu de carte des responsables du 11 septembre ignore la majorité des néoconservateurs
    son rôle flou en Libye ou cette fois ci il utilise des liens supposés de Kadhafi avec Israel pour aider à le discréditer.
    Article après article il vient au secours d’israël en faisant disparaitre son influence au profit d’autres motivations comme le pétrole, le complexe militaro-industriel, US, la route de la soie, le néo colonialisme européen, inventant mille concepts pour ce faire.
    Il a tenté de dissuader Vladimir Poutine d’entrer dans le jeu en Syrie, sans succès heureusement et participe à la diabolisation de l’Iran dans de nombreux articles, toujours de façon insidieuse et détournée.
    Personnellement j’éprouve une gène chaque fois que je le lis, et tente d’en comprendre le sens.

        1. J’ai toujours eu le réflexe de m’interposer pour séparer deux protagonistes surtout si la lutte était inégale.
          Au désespoir de mes parents car un de mes oncles a été assassiné en 1962 par traîtrise alors qu’il tentait d’intervenir pour mettre fin à une bagarre.
          Je n’ai pas eu à intervenir. J’ai assisté à des populations entières en train de se prendre une branlée sans même le savoir…

    1. j’ai lu votre post et il m’amène a me poser plusieurs questions !
      1°) qui êtes vous pour condamner Thierry Meyssan ? qu’avez vous apporter comme preuve sourcés d’une implication plus grande d’Israel dans les faits dont il est question ?
      je ne considère pas au vue de vos argument que Thierry Meyssan ai minimiser en quoique ce soit le rôle d’Israel !
      quand a l’accusation d’avoir tenter de dissuader Vladimir Poutine d’entrer dans le jeu en Syrie, je n’ai pas eu connaissance d’une rencontre d’icelui avec Thierry Meyssan !

    2. dans ce débat du 21 mars 2002

      à partir de 7minutes30 il est question de l’affaire dite ‘odigo’ (faites des recherches là-dessus, ce n’est pas le coeur )

      l’article sur odigo publié par haaretz:
      https://www.haaretz.com/1.5410231

      à 10minutes30: Thierry Meyssan dédouane israel de toute responsabilité dans les attaques de 9/11, il va jusqu’à dire qu’israel a essayé d’empêcher les attentats et qu’on ‘devrait leur en être reconnaissant’ (sic).

      en 2002, qui suspectait israel d’avoir participé à l’organisation des attaques de 9/11?

      ce 21 mars 2002,
      soit Meyssan protège l’entité sioniste comme vous avez choisi de le croire,
      soit il ne connaissait pas à l’époque suffisamment le dossier 9/11, et donc Meyssan n’imaginait même pas la participation de l’entité sioniste dans les attaques sous faux drapeau de 9/11.

      vous dites que Thierry Meyssan protège l’entité sioniste, et qu’il n’a jamais rien dit sur la participation évidente et démontrée, d’israel dans les attaques de 9/11?

      Réseau Voltaire a publié cet article de Laurent Guynéot en 2013: 9/11 inside job ou maussade job?
      https://www.voltairenet.org/article179106.html

      dans cette vidéo de 2009, Thierry Meyssan explique à partir de 10minutes40 ce qui a été, d’après lui, le rôle et l’implication des israéliens dans la préparation des attaques du 11 septembre:

      beaucoup de choses ont été dites et notamment des choses érronnées, volontairement, à dessein afin d’exagérer le rôle d’israel: la bonne méthode de désinformation c’est de mélanger un peu de vérité et un peu de choses in-croyables et farfelues dans le but de discréditer les éléments factuels.
      exemple: la rumeur / fakenews selon laquelle ‘des juifs’ (sic) auraient été prévenus à l’avance des attaques, alors que la réalité tient plutôt aux messages envoyés via la société israélienne odigo.
      le rôle des israéliens aura été de fabriquer l’histoire du 11 septembre,

      sur le 11 septembre, je vous rappelle, foi de conspiracy nuts, qu’il n’existe aucune preuve irréfragable, irréfutable, sans équivoque quant à l’identité de la personne, des personnes qui ont pris un jour, la décision d’organiser des attaques terroristes sous-faux drapeau le 11 septembre 2001 à Nuked York City.

      le document du PNAC (project for a new american century) qui parle de la nécessité d’un nouveau Pearl Harbor (catastrophic and catalyzing event, page 62 du fichier ou page 50, au tout début du chapitre 5 Creating tomorrow dominant force) ce n’est pas une preuve indiscutable, a minima une coïncidence, mais on peut s’aventurer et affirmer que les néocons ont publiquement, sous nos yeux, indiqué le mobile de leurs crimes: invasion Afghanistan, Iraq pour le projet pseudo ‘grand israel’.

      http://www.informationclearinghouse.info/pdf/RebuildingAmericasDefenses.pdf

      à 11minutes44secondes: Meyssan peut se tromper, de bonne foi, à propos du missile, il affirme que le israéliens ne sont pas intervenus, sauf si le missile (récupéré dans le Koursk en aout 2000?) tiré sur le Pentagon est parti d’un sous-marin israélien au large de l’Atlantique.

      à 12minutes40secondes: Meyssan affirme que shetanyahu est ‘retiré’ de la politique au moment du 11 septembre. curieuse coïncidence avec le ‘retrait’ de ben gourion du poste de premier ministre de l’entité sioniste peu avant l’assassinat de Kennedy..

      13minutes52: Meyssan explique que le maussade avait le contrôle sur les 19 soit-disant pirouates de l’air, les types que les media ont fait passer pour les ‘terroristes’ de 9/11, en réalité des bouc-émissaires médiatiques.
      Meyssan parle des agents du maussade qui habitaient à côté des soit-disant pirouates de l’air (surveillance).

      15minutes34secondes: Meyssan précise que le président de la commission, pilipe zelikow, ‘très impliqué dans le mouvement sioniste’ et ‘double nationalité américano-israélien’.

      le rapport de la commission été rédigé par ben rhode, américano-israélien, qui a été l’un des conseillers stratégie de baraque-à-frittes (obomber), de janvier 2009 à janvier 2017.

      conclusion

      Alkali, vos accusations à l’encontre de Thierry Meyssan, d’être, en réalité, un agent d’influence sioniste, ne tiennent pas.

      peut être que cette interview de 2009 ne vous convaincra pas.
      (Meyssan a oublié de parler des ‘dancing israelis’ du New Jersey arrêtés le 11.09.2001)

      je vous rappelle que Meyssan a publié un bouquin sur la guerre israel-Hezbollah de juillet-aout 2006,
      qu’il est réfugié à Damas,
      qu’il a des contacts avec les Iraniens et est plutôt du côté de la faction Iranienne anti-impérialiste plutôt que de celui de rouhani, impliqué dans l’affaire IranContra(+israel, toujours oubliés..) des années 1980.

      intéressez-vous plutôt au cas de julian assange et de ce que wikileaks a publié sur le 11 septembre 2001: les transcriptions des appels téléphoniques depuis les avions soit-disant détournés, qui renforcent (sic) la narrative des media occidentaux sur les soit-disant pirouates de l’air.

      là où vous avez raison c’est que Thierry Meyssan ne cible pas particulièrement l’entité sioniste, et dans son bouquin Sous nos yeux, israel est le grand absent, oui.

      dans cet article, Thierry Meyssan explique sa position sur le conflit israélo-palestinien et plus largement sur ‘qui est l’ennemi’:
      https://www.voltairenet.org/article184968.html

      je vous rappelle quand même que Laurent Guyénot suspecte d’abord et surtout israel comme responsable principal des attaques de 9/11, sans apporter de preuve décisive qui clôturerait le débat quant à la responsabilité première d’israel dans les attaques du 11/09;

      Ron Unz, qui a franchi le Rubicon en 2018, accuse, comme Laurent Guyénot, uniquement israel pour 9/11, dédouanant ainsi de toute responsabilité la faction nord-américaine qui a participé aux attaques de 9/11:
      http://www.unz.com/runz/american-pravda-911-conspiracy-theories/

      or, dick cheney n’est pas sioniste, mais lié à l’État profond (Deep State) depuis les années 1970, et c’est bien lui qui a activé la procédure, toujours active, de Continuity of Government (COG), procédure d’urgence qui institue une structure de pouvoir parallèle à l’administration ‘visible’.

      si le mystère reste quant à savoir qui a décider, un jour, de préparer ces attaques terroristes,
      il parait quand même irréaliste d’affirmer que les israéliens aient imposé de force aux dirigeants nord-américains de l’administration bush une telle attaque terroriste sur leur propre sol, sans qu’ils en soient les complices.

      jusqu’à preuve du contraire, les généraux du Pentagon (qui sont complices de ce qu’il s’est passé au Pentagon, quoiqu’il se soit passé) roulent d’abord pour les Usa,
      la CIA roule d’abord pour les Usa.

      1. la vidéo du débat du 21 mars 2002 sur une télévision fronssaise.

        éric denécé participe au débat, défend l’histoire dite ‘officielle’ digne de celle des 3 petits cochons (3 tours qui sont transformées en poussière dans le ciel de Manhattan), il a même écrit deux bouquins sur ‘alqaeda’ et le terrorisme..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.