Analysis

Les forces US restent en Irak pour surveiller l’Iran…et la Syrie !

Vidéo de la chaîne des forces armées des États-Unis d’Amérique montrant des largages de véhicules militaires (des Humvee) à partir d’avions cargo militaires C-17 Globemaster III et C-130 Hercules.

Les scènes de cette vidéo n’ont pas été prises en Irak.

Le nombre de bases militaires US en Irak est gardé secret mais depasserait, selon des sources régionales, le cap de 23 camps et aérodromes militaires, disséminés de la province d’Al-Anbar jusqu’à l’extrême est du Kurdistan irakien près de la frontière iranienne.

Outre les frappes aériennes et l’envoi de forces spéciales dans des opérations clandestines, les largages de matériels militaires par les forces US dans la région sont réguliers.

Entre 2015 et 2017, les forces US auraient largué des milliers de tonnes d’équipements, de munitions et de vivres au dessus des zones occupées par Daech en Syrie-Irak sous couvert de lutter contre cette même organisation.

Le retrait des forces US de Syrie est en fait un redéploiement en Irak voisin.

Officiellement, Washington a affirmé maintenir une présence militaire en Irak pour surveiller l’Iran.

Et la Syrie évidemment!

Le gouvernement de Baghdad et les autorités du Kurdistan irakien engrangent des milliards de dollars par an des méandres de la corruption générées en partie par cette situation.

Publicités

2 Replies to “Les forces US restent en Irak pour surveiller l’Iran…et la Syrie !

  1. Indignation unanime des dirigeants irakiens suite aux propos de Trump : ils disent grosso modo que les forces américaines sont présentes en Irak dans le cadre d’un accord irako-américain et que leur mission est de combattre le terrorisme et non de surveiller ou d’attaquer les pays voisins de l’Irak. Quant à la résistance, un de ses porte paroles (Al-Hosseyni ? je ne sais plus) a déclaré à Al-Mayadeen que le Hachd Al-Chaebi a donné au parlement irakien un délai qui se compte en mois et non en années afin qu’il vote une loi stipulant le retrait des forces américaines d’Irak — forces qu’il considère à juste titre comme occupantes –, et que passé ce délai, il expulsera par la force les forces américaines. Nous verrons bien ce que feront ces vantards d’américains, le nombre de leurs retraits, en fait des fuites, ne cesse de croître. N’est pas exceptionnel et indispesable qui veut.

  2. Je ne vois pas ce qu’on peut garder secret d’une base vue de l’espace , qui émet des ondes et en reçoit, et où il y a du mouvement régulier terrestre et aérien.
    Je pense même que ce n’est plus militairement une base mais bien une cible !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.