Analysis

US Withdrawal from NATO Would Benefit Americans Most of All

Alleged discussions between US President Donald Trump and his aides about a US withdrawal from NATO have been making headlines recently.

The New York Times in an article titled, « Trump Discussed Pulling U.S. From NATO, Aides Say Amid New Concerns Over Russia, » would claim:

There are few things that President Vladimir V. Putin of Russia desires more than the weakening of NATO, the military alliance among the United States, Europe and Canada that has deterred Soviet and Russian aggression for 70 years. 

Last year, President Trump suggested a move tantamount to destroying NATO: the withdrawal of the United States.

And while the division or dissolving of NATO most certainly would benefit Russia – removing a malignant and aggressive rogue institution from its borders and the toxic atmosphere of perpetual confrontation it creates – it would also most certainly benefit each and every NATO member many times more.

Despite the many myths surrounding NATO’s role in « protecting » its individual members, nothing has undermined the security of NATO member states more than NATO itself.

The Myth of NATO’s Purpose 

The reality-show that is American politics has increasingly depended on institutionalized reverse psychology – where a notion that fundamentally appeals to Americans of all political persuasions is passed through « Trump » to create automatic and irrational aversion in at least some segments of the public.

A US withdrawal from an expensive, antiquated, and repeatedly abused military alliance allegedly created to keep in check a Soviet Union that no longer exists is one such universal notion. To polarize debate around the otherwise clear-cut benefits of reducing or dissolving America’s role in NATO, « Trump’s » alleged desire to withdraw from the alliance has been emphasized, and specifically within the context of « Trump » being an alleged agent of « Russian » influence.

But the truth of NATO’s actual purpose and the very real threats it poses to global peace and stability is independent of one’s like or dislike of US President Donald Trump.

Far from confronting a Soviet – or now « Russian » threat – NATO instead is used to leverage and abuse Europe’s collective political and military power to augment US wars of aggression far beyond the North Atlantic where NATO was supposedly created to protect.

According to NATO’s own website, NATO exists to:

…guarantee the freedom and security of its members through political and military means.

Considering this stated purpose, one must wonder what the now 17 year-long US-led NATO occupation of Afghanistan has to do with the freedom and security of  NATO’s American and European members – who must cross oceans and seas just to reach Afghanistan – a nation that poses no threat to any of NATO’s members nor possesses the means even if it sought to.

The ongoing occupation of Afghanistan has seen the rise of terrorist organizations previously unheard of in Afghanistan, including the emergence of the so-called « Islamic State » (ISIS) who use the nation as a springboard to spread across Central Asia. The conflict has bled NATO members of billions in funds and has claimed the lives of NATO member soldiers.

NATO atrocities including the bombing of civilians with manned aircraft and unmanned aerial vehicles (UAVs), torture, and other abuses have further tarnished NATO’s reputation as well as consumed the political legitimacy of many individual NATO members involved.

The fact that the numerous goals NATO supposedly seeks to achieve in Afghanistan have gone unmet for now nearly two decades also undermines the legitimacy and credibility of NATO and its member states.

Another recent NATO action was in Libya in 2011. The destruction of Libya triggered a refugee tidal wave that swept Europe, compromising socioeconomic stability and domestic security within the very heart of NATO’s supposed area of responsibility.

Libya itself has been reduced to a failed state where terrorism now runs rampant, threatening security across North Africa and serving as a springboard for militancy and terror both regionally and globally.

Foreign Policy in a 2015 article titled, « The New Pirates of Libya: Why the rise of the radical Islamists in North Africa threatens America directly — and how to stop it, » would admit (emphasis added):

Over the last four years, Libya has become a key node in the expansion of Islamic radicalism across North Africa, West Africa, and the Sahel, and into Europe. Arms and fighters have crossed Libya’s porous borders, feeding radical organizations from al Qaeda in the Islamic Maghreb to Boko Haram and reinforcing radical trends in the heart of the Middle East. If events in Libya continue on their current path, they will likely haunt the United States and its Western allies for a decade or more. 

The current situation in Libya is the product of a series of significant mistakes, erroneous assumptions, and myths that date back to NATO intervention in 2011.  

NATO is revealed as a geopolitical wrecking ball – knocking down – not upholding regional or global security. The resulting chaos is then used as a pretext to further expand its mandate. Its actions have repeatedly compromised its many member states in ways even the most tenacious outside threat could not.

The beneficiaries of NATO’s actions are few. Taxpayers across NATO member states have contributed trillions of dollars to the Afghan occupation alone – $5.9 trillion according to a Brown University study. This money has not simply disappeared into a fiscal blackhole. It ended up in the hands of arms manufacturers and military contractors. This is money that regardless of political persuasions – the public of NATO member states would likely want either spent elsewhere – especially domestic social programs, or not drawn from the public through taxes in the first place.

The handful of corporate-financier interests benefiting from NATO’s continued existence have leveraged the massive gains they’ve received from the many unending wars and security threats the alliance has created around the globe to manipulate public perception – just as it’s doing now in regards to the « Trump-NATO withdrawal » narrative through compromised newspapers like the New York Times.

Ironically, those along the left-hand side of America’s political spectrum – generally inclined to seek public funds shifted from foreign wars toward domestic social programs, have been recruited in this latest and crude propaganda ploy to actually defend NATO and the immense waste and abuse it represents.

NATO Seeks to Destroy Russia – Not Defend Against it 

The basic premise behind NATO is sound – a collective military alliance that creates a credible deterrence against foreign aggression. Were NATO to actually put this premise into action – it would create a balance of power within which better ties could be cultivated with nations like Russia.

The notion that Russia is a looming threat seeking to swallow up Europe is at face value an absurdity. Russia heavily depends on trade with Europe – according to the European Commission itself. Moscow has eagerly sought to improve ties with European nations collectively and individually to further expand its own economic prospects.

A credible military deterrence coupled with attempts to cultivate economic cooperation rather than military confrontation would benefit the economies of both Russia and the European Union – but not American corporate-financier interests – including big-oil struggling to compete with Russian gas exports to Western Europe – and especially not America’s massive military industrial complex. Such Russo-European cooperation would also obstruct the hegemonic designs of US policymakers who have for decades sought to carve up and conquer Russia militarily and economically.

It is an irony among ironies that while NATO rhetoric points at Russia as a foreign aggressor seeking Europe’s conquest – it is American forces finding themselves on the soil of a growing list of European nations – up to Russia’s borders – in order to « protect » NATO’s interests – interests increasingly revealed to be Wall Street and Washington’s rather than Europe’s.

The New York Times links « Trump’s » alleged desire to withdraw from NATO to allegations that US President Donald Trump is somehow an agent of Russian influence. The article repeatedly iterated that a US withdrawal from the alliance would be a « gift for Putin. » 

Despite such rhetoric – the end of NATO’s many wars of aggression, ending its role in destabilizing nations and demonstrably compromising global peace and stability as well as undermining European security itself, and ending its pilfering of trillions in public funds from individual member states falls well within the best interests of Americans and Europeans – left and right of the political spectrum.

Only trough crude propaganda ploys citing « Trump » and « Russian meddling » could people be convinced otherwise.

NATO seeks to aggressively encircle, contain, and eventually overthrow the political order in Moscow – not because Moscow poses a threat to the security of NATO or any of its individual member states – but because it constitutes competition for the actual corporate-financier interests driving NATO’s agenda. Far from speculation – this is precisely what the US and UK attempted to do in the wake of the Soviet Union’s collapse – a process of pilfering and commandeering Russia’s sovereign institutions only brought to an end by the rise of Russian President Vladimir Putin.

If NATO’s division or dissolution benefits Russia – it also benefits the nations Russia will be able to deepen constructive and sustainable diplomatic and economic ties with outside the atmosphere of confrontation NATO seeks to perpetuate.

It is a win-win for all – all save for corporate-financier interests attempting to not only assert themselves over Russian economic competition – but also over European economic competition.

The New York Times – a tool of American corporate-financier interests and central to selling the American public the many fruitless – and criminal wars – fought under the auspices of NATO – could not be expected to approach NATO’s proposed division or dissolution with anything other than hysteria. For the New York Times and the interests its represents – it truly is a matter of self-preservation. But for vast majority of people and businesses in NATO member states – a serious reevaluation of NATO’s necessity and the need to eliminate this antiquated alliance is also a matter of self-preservation.

Tony Cartalucci

Land Destroyer Report

Publicités

Catégories :Analysis

3 réponses »

  1. traduction :
    États – Unis Le retrait de l’ OTAN des Américains leurs permettraient d’en tirer un grand bénéfice
    par Strategika51

    les discussions qui existeraient entre le président américain Donald Trump et ses collaborateurs au sujet d’un retrait des troupes américaines de l’OTAN ont fait les manchettes récemment.

    Le New York Times dans un article intitulé, « Trump a discuté du retrait des aides américaine a l’ OTAN, parmi de nouvelles préoccupations que la Russie , » réclamerait:

    Il y a peu de choses que le président Vladimir V. Poutine de la Russie désire plus que l’affaiblissement de l’ OTAN, l’alliance militaire entre les Etats-Unis, l’ Europe et le Canada qui a dissuadé soviétique et l’ agression russe depuis 70 ans.

    L’ an dernier, le président Trump a proposé un mouvement qui reviendrait à détruire l’ OTAN : le retrait des États-Unis.

    Et tandis que la division ou la dissolution de l’OTAN certainement profiteraient a la Russie – la suppression d’une institution voyou maligne et agressive de ses frontières et l’atmosphère toxique de la confrontation perpétuelle crée – cela bénéficierait aussi certainement beaucoup plus a chaque membre de l’OTAN .

    Malgré les nombreux mythes entourant le rôle de l’ OTAN dans « la protection » de ses membres, rien n’a porté atteinte à la sécurité des membres de l’ OTAN plus que l’ OTAN elle même .

    Le mythe des objectifs de l’ OTAN

    La réalité montre que la politique américaine a de plus en plus dépendu de la psychologie inverse institutionnalisée – où une notion qui fondamentalement fait appel aux Américains de toutes obédiences politiques est passé à travers « Trump » pour créer l’aversion automatique et irrationnelle dans au moins certains segments du public.

    Un retrait américain d’une alliance militaire coûteuse, vétuste, et à plusieurs reprises prétendument abusé, créé pour tenir en échec une Union soviétique qui n’existe plus est une telle notion universelle. Pour polariser le débat autour des autre des avantages évidents de coupe, de réduction ou de la dissolution du rôle de l’Amérique dans l’OTAN, le désir présumé de « Trump » de se retirer de l’alliance a été soulignée, et plus particulièrement dans le contexte de « Trump » étant un agent présumé de l’influence « russe » .

    Mais la vérité que l’objet réel et les menaces réelles qu’il pose à la paix et à la stabilité mondiale concernant l’OTAN est indépendante de son aversion ou du président américain Donald Trump.

    Loin de faire face à une union soviétique – ou maintenant a une menace « russe » – l’OTAN au lieu de cela sert à exploiter et abuser du pouvoir politique et militaire collectif de l’Europe pour augmenter les guerres d’agression américaines bien au-delà de l’Atlantique Nord, où l’OTAN avait été créé pour protéger l’atlantique nord .

    Selon le site de l’ OTAN , l’ OTAN existe pour :

    … garantir la liberté et la sécurité de ses membres par des moyens politiques et militaires.

    Compte tenu de cette remise, il faut se demander ce que le maintenant 17 ans d’une longue occupation dirigée par l’OTAN de l’Afghanistan peu avoir a faire avec la liberté et la sécurité des membres américains et européens de l’OTAN – qui doivent traverser les océans et les mers juste pour atteindre l’Afghanistan – une nation qui ne pose aucune menace envers l’un des membres de l’OTAN et n’en possède même pas les moyens si elle le cherchait .

    L’occupation continue de l’Afghanistan a vu la montée des organisations terroristes inconnus auparavant en Afghanistan, y compris l’émergence du soi-disant « Etat islamique » (ISIS) qui utilisent la nation comme un tremplin pour se propager à travers l’Asie centrale. Le conflit a saigné les membres de l’OTAN de milliards de fonds et a coûté la vie à des soldats de l’OTAN.

    atrocités de l’OTAN, y compris le bombardement de civils avec des avions pilotés et les véhicules aériens sans pilote (UAV), la torture et d’autres abus ont encore terni la réputation de l’OTAN, ainsi que la consommation de la légitimité politique de nombreux membres de l’OTAN individuellement impliqués.

    Le fait que les nombreux objectifs de l’OTAN cherchait soi-disant à atteindre en Afghanistan sont pour le moment en partis non satisfaits depuis près de deux décennies, porte atteinte à la légitimité et la crédibilité de l’OTAN et de ses Etats membres.

    Une autre action récente de l’OTAN a été en Libye en 2011. La destruction de la Libye a déclenché un raz de marée de réfugiés qui a balayé l’Europe, compromis la stabilité socio-économique et la sécurité intérieure au cœur même de la zone supposée de la responsabilité de l’OTAN.

    La Libye elle-même a été réduit à un état d’échec où le terrorisme va se généralisant, menaçant la sécurité à travers l’Afrique du Nord et servant de tremplin pour le militantisme et la terreur à la fois au niveau régional et mondial.

    Politique étrangère dans un article intitulé 2015, « Les nouveaux Pirates de la Libye: Pourquoi la montée des islamistes radicaux en Afrique du Nord menace l’ Amérique directement – et comment l’arrêter , » admettrait ( nous soulignons):

    Au cours des quatre dernières années, la Libye est devenue un nœud clé dans l’expansion du radicalisme islamique en Afrique du Nord, en Afrique de l’ Ouest au Sahel, et en Europe. Les bras et les combattants ont traversé les frontières poreuses de la Libye, l’ alimentation des organisations radicales d’Al – Qaïda au Maghreb islamique Boko Haram et renforcant les tendances radicales au cœur du Moyen – Orient. Si les événements en Libye continuent sur leur chemin actuel, ils hanteront probablement les États-Unis et ses alliés occidentaux pendant dix ans ou plus.

    La situation actuelle en Libye est le produit d’une série d’erreurs importantes, des hypothèses erronées et les mythes qui remontent à l’ intervention de l’ OTAN en 2011.

    L’OTAN se révèle comme démolisseurs géopolitique – abattre – ne pas respecter la sécurité régionale ou mondiale. Le chaos qui en résulte est ensuite utilisé comme prétexte pour élargir son mandat. Ses actions ont à plusieurs reprises compromis ses nombreux Etats membres de manière même la menace extérieure la plus tenace ne pouvait pas.

    Les bénéficiaires des actions de l’OTAN sont peu nombreux. Les contribuables à travers les États membres de l’ OTAN ont contribué billions de dollars à l’occupation afghane seule – 5,9 billions $ selon une étude de l’ Université Brown . Cet argent n’a pas simplement disparu dans un trou noir fiscal. Il a fini entre les mains des fabricants d’armes et les entrepreneurs militaires. Cet argent, peu importe les tendances politiques – le public des Etats membres de l’OTAN aurait probablement voulu soit passé ailleurs – en particulier dans les programmes sociaux nationaux, ou non pris au public par l’impôt en premier lieu.

    La poignée d’intérêts-financier des entreprises bénéficiant de l’existence de l’OTAN ont tiré parti des gains massifs qu’ils ont reçu des nombreuses guerres interminables et les menaces de sécurité que l’alliance a créé dans le monde entier pour manipuler la perception du public – comme il fait maintenant en ce qui concerne la récit « retrait Trump-OTAN » dans les journaux comme le compromis New York Times.

    Ironie du sort, ceux le long du côté gauche du spectre politique de l’Amérique – généralement enclins à rechercher des fonds publics déplacé des guerres étrangères vers les programmes sociaux nationaux, ont été recrutés dans cette dernière et stratagème de propagande grossière pour défendre réellement l’OTAN et l’immense gaspillage et des abus que cela représente.

    L’ OTAN cherche à détruire la Russie – ne défendra pas contre elle

    Le principe de base derrière l’OTAN est son – une alliance militaire collective qui crée une dissuasion crédible contre l’agression étrangère. Si l’OTAN mettait effectivement ce principe en action – il créerait un équilibre du pouvoir au sein de laquelle de meilleures relations pourraient être cultivées avec des pays comme la Russie.

    L’idée que la Russie est une menace imminente qui cherche à engloutir l’Europe est à la valeur nominale une absurdité. La Russie dépend fortement du commerce avec l’ Europe – selon la Commission européenne elle – même . Moscou a ardemment cherché à améliorer les relations avec les pays européens collectivement et individuellement pour développer ses propres perspectives économiques.

    Une dissuasion militaire crédible associée à des tentatives de cultiver la coopération économique plutôt que la confrontation militaire profiterait aux économies de la Russie et de l’Union européenne – mais pas aux intérêts-de financiers des entreprises américaines – y compris aux grand du pétrole qui luttent pour concurrencer les exportations de gaz russe vers l’ Europe occidentale – et surtout pas au complexe industriel militaire massif de l’Amérique. Cette coopération russo-européenne serait également obstacle aux desseins hégémoniques des décideurs américains qui ont depuis des décennies ont cherché à se tailler et conquérir militairement et économiquement la Russie.

    Il est ironique parmi les ironies que si les points de la rhétorique de l’OTAN envers la Russie en tant qu’agresseur étranger cherchant la conquête de l’Europe – ce sont les forces américaines se trouvant sur le sol d’une liste croissante des nations européennes – jusqu’aux frontières de la Russie – pour l’OTAN « protéger » les intérêts – intérêts de plus en plus s’être révélé être Wall Street et Washington plutôt que ceux de l’Europe.

    Les liens du New York Times désir présumé que « Trump » va se retirer de l’OTAN conformément aux allégations selon lesquelles le président américain Donald Trump est en quelque sorte un agent d’influence russe. L’article itérer à plusieurs reprises que le retrait des États – Unis de l’alliance serait un « cadeau pour Poutine. »

    En dépit de ces discours – la fin de nombreuses guerres d’agression de l’OTAN , mettant fin à son rôle dans les pays de déstabilisation et manifestement compromission de la paix et la stabilité dans le monde, ainsi que porter atteinte à la sécurité européenne elle-même, et mettre fin à son chapardage de billions dans les fonds publics des Etats membres individuels tombe bien à l’intérieur les meilleurs intérêts des Américains et des Européens – à gauche et à droite du spectre politique.

    S’ils n’étaient les stratagèmes de propagande brut et creux citant « Trump » et « l’ingérence russe ». autrement les gens pourraient être convaincus .

    L’ OTAN cherche à encercler agressivement, contenir, et éventuellement renverser l’ordre politique à Moscou – non pas parce que Moscou constitue une menace pour la sécurité de l’ OTAN ou de ses Etats membres individuels – mais parce qu’elle constitue une concurrence pour les intérêts-de financiers des entreprises réelles de l’ OTAN et la conduite de l’ordre du jour . Loin de la spéculation – c’est précisément ce que les Etats-Unis et au Royaume-Uni a tenté de faire à la suite de l’effondrement de l’Union soviétique – un processus de chapardage et réquisitionnant les institutions souveraines de la Russie ne prenant fin que par l’arrivée du président russe Vladimir Poutine.

    Si la division de l’OTAN ou de dissolution avantages Russie – elle profite aussi aux nations la Russie sera en mesure d’approfondir les relations diplomatiques et économiques constructives et durables avec l’extérieur de l’atmosphère de confrontation OTAN cherche à perpétuer.

    Il est un gagnant-gagnant pour tous – tous, sauf pour les intérêts-financier des entreprises qui tentent non seulement de s’affirmer sur la concurrence économique russe – mais aussi sur la concurrence économique européenne.

    Le New York Times, un instrument des intérêts financiers des entreprises américaines et ayant pour but de vendre au public américain les nombreuses, inutiles et criminels guerres – ont combattu sous les auspices de l’OTAN il ne pouvait pas être prévu d’aborder la division ou la dissolution proposée de l’OTAN avec autre chose que hystérie. Pour le New York Times et les intérêts qu’il REPRÉSENTE c’est vraiment une question de conservation et de survie . Mais pour grande majorité des gens et des entreprises dans les États membres de l’OTAN – une sérieuse réévaluation de la nécessité de l’OTAN et la nécessité d’éliminer cette alliance vétuste est aussi une question de conservation.

    Tony Cartalucci

Leave a Comment/Laisser un commentaire