Analysis

En Macronie, les sondages sont faux et pressions sur les médias pour détruire les preuves compromettantes

Les pressions subies par Mediapart visaient la restitution du septième enregistrement audio de Benalla, inédit et impossible à diffuser dans l’état actuel des choses en France.

Après les médias, Macron mobilise les instituts de sondage pour des sondages bidons selon laquelle la côte de popularité du président est en hausse perpétuelle jusqu’aux Européennes et au delà.

Des sondages trafiqués. C’est trois fois rien. On en a l’habitude.

Avant c’était le taux officiel de la croissance qu’on gonflait en France comme au bon vieux temps de Khroutchev et vérification faite, cette pratique est toujours en vigueur.

Croissance, chômage, emploi, bonheur, tout est sujet à manipulation. Les statistiques sont politisés et font partie du système-problème et non pas la solution.

Par contre, pour éliminer un enregistrement audio, il faut un gang agissant sous couvert de la loi et donc d’une perquisition.

La manipulation en Macronie est devenue grossière.

Mediapart aurait du diffuser le dernier enregistrement. 

Les gens auraient apprécié à sa très juste valeur l’étrange personnage à la tête de la maison France ainsi que le langage fort fleuri et imagé de ses sbires.

L’affaire est devenue trop grave. On est face à de véritables crapules.

Que l’on s’y trompe pas :  on ne s’acharne nullement sur l’individu mais un petit clan de voyoux parvenu à la tête de la République et agissant encore avec les mêmes réflexes qu’une bande de dealers des banlieues Nord de Marseille.

Bientôt ils vont augmenter les péages et y mettre des Kapos issus du milieu. Tiens pourquoi pas les Tchadiens de Déby pendant qu’on y est ?

Et les 400 milliards d’euro issus de la rente africaine ?  Sujet tabou !

Mediapart a subi d’immenses pressions, des menaces et des conseils d’amis pour céder. Mais je persiste à croire qu’ils aurait du balancer cet enregistrement au grand public. Oui cela n’aurait servi à rien vu le conservatisme d’une frange de la société (disons-le sans détours :  celles et ceux qui profitent légalement ou illégalement du système et bien évidemment les nantis) Cependant, cela aurait provoqué un séisme à l’étranger.

Faux et usage de faux, usurpation de fonction, menaces et intimidation, complot, délit d’initiés, conspiration, instrumentation de la justice, mobilisation de relais, mensonges, manipulations, association de malfaiteurs, mais où va donc ce régime ?

Les historiens parleront pendant longtemps de cette époque lamentable dans l’histoire de France. 

  

Publicités

57 Replies to “En Macronie, les sondages sont faux et pressions sur les médias pour détruire les preuves compromettantes

  1. Regardez donc les commentaires de Dimezanov sur http://lachute.over-blog.com/2019/02/recession-et-effondrements-ii.html

    “Selon des informations fiables parvenues jusqu’à moi et que j’ai toute raison de trouver fort crédibles, il est plus que probable qu’un service de renseignement étranger, et très probablement les services de renseignement russes soit à l’origine des révélations magiques de Médiapart concernant aussi bien Sark$k$ et la Libye que Foutriquet, le si mignon Bel-anal et consorts … jusque et y compris le piège Искандар Кахрамонович Махмудов (dont il faut noter entre autres les connexions avec le monde arabe et en particulier la Libye) …. comble de raffinement dans la manipulation, les services russes auraient réussi à intoxiquer leurs homologues français et à leur faire perdre la raison en leur laissant croire qu’existerait en leur sein une organisation clandestine, probablement au sein de la DCRI, organisation qui alimenterait Médiapart en informations hautement sensibles et confidentielles…”

    La spirale de la folie quotidienne fait son travail…
    J’attends le burn-out de Foutriquet avec impatience. Quoique.

  2. Cet énième episode de l’affaire Benalla, pardon, Macron, a toujours la même vertu à mrs yeux que les précédents : il fait tomber les masques de la fausse démocratie, révèle la confusion des pouvoirs judiciaire et exécutif (je ne parle même plus du législatif, qui a rendu les clefs et éteint la lumière dès le départ). La presse est effarouchée (enfin un peu, à la marge…) mais reste prête à soutenir ce régime dont elle a bien compris, sans ordre explicite, que sa survie même dependait tant elle s’est decrédibilisée toute seule comme une grande. La Pravda Kosomolskaïa du bon temps soviétique, des amateurs à côté de nos quotidiens nationaux et chaînes TV.

  3. Les Juifs constituent aujourd’hui en Allemagne une véritable puissance […].
    Inquiets, nerveux, curieux, indiscrets, bavards, remuants, intriguants, exploitants, comme le sont les Juifs partout, agents de commerce, belletristes, politiciens, journalistes, courtiers en littérature en un mot, en même temps que courtiers de finance, ils se sont emparés de toute la presse de l’Allemagne, à commencer par les journaux monarchistes les plus absolutistes et, depuis longtemps ils règnent dans le monde de l’argent et des grandes spéculations financières et commerciales : ayant ainsi un pied dans la Banque, ils viennent de poser ces dernières années l’autre pied dans le socialisme, appuyant ainsi leur postérieur sur la littérature quotidienne de l’Allemagne.[…]

    Eh bien, tout ce monde juif qui forme une seule secte exploitante, une sorte de peuple sangsue, un parasite collectif dévorant et organisé en lui-même, non seulement à travers les frontières des États, mais à travers mêmes toutes les différences d’opinions politiques, ce monde est actuellement, en grande partie du moins, à la disposition de Marx d’un coté, et des Rothschild de l’autre.

    Mikhail Aleksandrovitch BAKOUNINE – Lettres aux internationaux de Bologne, 1872.

  4. Voulez-vous nous donner plus d’information sur la rente africaine de 400 milliards. Merci

    1. cf https://mondafrique.com/?s=CFA
      voir https://mondafrique.com/le-franc-cfa-sur-le-banc-des-accuses/

      Le site ivoirien, ivoirebusiness.net, ainsi que Médiapart citent un journal économique allemand qui accuse en effet la France de piller chaque année la bagatelle 440 milliards d’euros aux africains à travers le Franc CFA. « Cet esclavage économique est important pour l’essor de l’économie française. À chaque fois que ce trafic est susceptible de faillir, la France est prête à tout pour le reconquérir. », précise le site ivoirien, avant d’ajouter d’une manière très explicite : « Si un dirigeant de la zone CFA ne répond plus aux exigences de la France, Paris bloque ses réserves de devises et plus encore, la France ferme les banques dans ce pays jugé de «rebelle». Ce fut le cas de la Côte d’Ivoire avec Laurent Gbagbo. »

      L’occasion est trop belle pour l’Allemagne qui réactive ses thèmes favoris :

      Le transfert à l’Union Européenne le statut de la France en tant que membre permanent au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies ; un statut lui procurant le droit de veto pour bloquer toute résolution ou décision, quelle que soit l’opinion majoritaire du Conseil.
      La fin au pacte immoral du franc CFA qui empêche 14 pays africains d’avoir leur indépendance de politique monétaire tout en assurant annuellement à la France, sans raison, une manne financière estimée à plus de 400 milliards d’euros.

      Le Général De Gaulle disait, « Le nationalisme consiste à affirmer sa propre nation au détriment des autres». Et pourtant, ceci ne l’a pas empêché d’imposer, comme condition pour l’indépendance, à plus de 14 pays africains le franc CFA.

    2. Je suis plus que sceptique envers cette affirmation. Cette somme représente plus du double du PIB de l’ensemble des 14 pays de la zone CFA. C’est aussi 1,5 fois les ressources du budget de l’état français (IRPP + TVA + IS …) !

      Par quel miracle les économies de ces pays pourraient-elles fournir une telle somme ? Et sous quelle forme ? Où apparaît cette somme énorme dans la comptabilité nationale et si cette somme n’apparaît pas, qui en sont les destinataires et qu’en font-ils ?

      Par ailleurs, ces pays peuvent abandonner librement le franc CFA. Cela a été le cas du Mali au début des années 1960. Devant les conséquences, le Mali est revenu dans la zone CFA au début des années 1980.

      1. pour ce qui est de la tentative du Mali de sortir du franc CFA les autorités française ont déversées des tombereaux de fausse monnaie malienne qui dans un pays très faiblement bancarisé ont eu les conséquence que l’on sait !

        1. roc, auriez-vous des références qui prouveraient ce déversement de fausse monnaie malienne car je n’en ai jamais entendu parler. Merci par avance.

  5. « un petit clan de voyoux parvenu à la tête de la République et agissant encore avec les mêmes réflexes qu’une bande de dealers des banlieues Nord de Marseille. »
    On ne peut mieux dire. C’est un résumé exact et suffisant de la situation présente, l’énigme résolue de cette démocratie de gangsters. Le vers était dans le fruit et la terreur révolutionnaire ne pouvait qu’accoucher de ce monstre froid : « L’État, c’est le plus froid de tous les monstres froids : il ment froidement et voici le mensonge qui rampe de sa bouche : « Moi, l’État, je suis le Peuple. »

  6. Chers Vous,

    Les supers élites et décideurs ne connaissent ou pire encore, ne veulent pas connaitre les “genèses du mal”.
    Au lieu de formater des petits pédants hors sol, l’ENA et autres grandes écoles devraient instruire leurs futurs clones. A force de leur faire pousser des œillères et des dents à rayer les parquets (de Police aussi), Cette engeance n’est plus capable d’avoir la vision globale nécessaire à toute carrure politique.

    Deux sources de réflexions:
    La série de films “Le secret des sept sœurs” et l’incontournable livre “Pétrole, une guerre d’un siècle : L’ordre mondial anglo-américain”

    Tout y est dit, même une immense pointure comme Christophe de Margerie connaissant les arcanes et les pipelines a eu un accident…

    Bien à Vous et aux Vôtres,

    Airforceone

    1. Ben, euh, quand la politique, ça se résume à :

      ― je fous le bordel, je casse tout et je prends ce que je veux ;

      ― tu me donnes tout ce que tu as et même ce que tu n’as pas ; s’il n’y a plus rien tu te décarcasses, t’inventes et je te le pique ;

      ― si tu n’es pas d’accord, je te bute et tu crèves ;

      ― si tu es d’accord, je ne te bute pas, mais tu travailles à l’œil pour moi jusqu’à ce que tu passes l’arme à gauche ;

      ― je suis plus que l’univers, Dieu se prosterne, toi tu la fermes ; mais comme ce n’est pas assez, alors j’enrage et je tire dans le tas. Merde à la fin ! Et puis refile moi ta femme…

      (― Codicille pour le répugnant gamin de la mémé grabataire : « Ouvre les yeux que je t’éborgne ».)

      Franchement, pas besoin d’avoir ― je cite ― « la vision globale nécessaire à toute carrure politique ».

      C’est même ça le paradoxe : on trouve des bacs plus vingt-cinq dix exposant l’infini qui ont, en définitive, beaucoup moins de cervelle et d’intelligence in situ qu’une mygale arboricole. Comme disait l’autre : des petits caïds de banlieue. À la limite, si ces types n’étaient pas des ordures sanguinaires, ce serait à se tordre de rire.

    1. Le cannabis n’est pas une drogue, c’est Jésus-Christ qui me l’a dit.
      Merci de votre compréhension.

      Sérieusement, étudiez donc un peu mieux les psychotropes, sinon on ne s’en sortira jamais. Le problème de Macron n’est pas qu’il se drogue, mais qu’il fasse tout de travers, y compris au niveau psychotropes.

      1. Ce n’est pas mon propos, je cible les produits rendus illicites (à tort ou à raison), pour le plus rapidement possible exfiltrer des postes régaliens les jeans-foutres grassement payés à nous pourrir la vie.

      2. « Deux caractéristiques de l’opium sont parfaitement applicables au haschisch ; dans l’un comme dans l’autre cas, l’intelligence, libre naguère, devient esclave ; mais le mot rapsodique, qui définit si bien un train de pensées suggéré et commandé par le monde extérieur et le hasard des circonstances, est d’une vérité plus vraie et plus terrible dans le cas du haschisch. Ici, le raisonnement n’est plus qu’une épave à la merci de tous les courants, et le train de pensées est infiniment plus accéléré et plus rapsodique. C’est dire, je crois, d’une manière suffisamment claire, que le haschisch est, dans son effet présent, beaucoup plus véhément que l’opium, beaucoup plus ennemi de la vie régulière, en un mot, beaucoup plus troublant.
        J’ignore si dix années d’intoxication par le haschisch amèneront des désastres égaux à ceux causés par dix années de régime d’opium ; je dis que, pour l’heure présente et pour le lendemain, le haschisch a des résultats plus funestes ; l’un est un séducteur paisible, l’autre un démon désordonné. »
        « Mais il faut voir les résultats. Voici une liqueur qui active la digestion, fortifie les muscles, et enrichit le sang. Prise en grande quantité même, elle ne cause que des désordres assez courts. Voilà une substance qui interrompt les fonctions digestives, qui affaiblit les membres et qui peut causer une ivresse de vingt-quatre heures.
        Le vin exalte la volonté ; le haschisch l’annihile. Le vin est support physique ; le haschisch est une arme pour le suicide. Le vin rend bon et sociable ; le haschisch est isolant. L’un est laborieux pour ainsi dire, l’autre essentiellement paresseux. À quoi bon, en effet, travailler, labourer, écrire, fabriquer quoi que ce soit, quand on peut emporter le paradis d’un seul coup ? Enfin le vin est pour le peuple qui travaille et qui mérite d’en boire. Le haschisch appartient à la classe des joies solitaires ; il est fait pour les misérables oisifs. Le vin est utile, il produit des résultats fructifiants. Le haschisch est inutile et dangereux. »
        « Jamais un État raisonnable ne pourrait subsister avec l’usage du haschisch. Cela ne fait ni des guerriers ni des citoyens. En effet, il est défendu à l’homme, sous peine de déchéance et de mort intellectuelle, de déranger les conditions primordiales de son existence et de rompre l’équilibre de ses facultés avec les milieux.
        S’il existait un gouvernement qui eût intérêt à corrompre ses gouvernés, il n’aurait qu’à encourager l’usage du haschisch. »
        (Baudelaire)

          1. « L’ignorance a toujours tort de faire connaître son avis. » (Debord, Cette mauvaise réputation)

            «Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt » (Prooverbe)

            « Les ignorants, comme les philosophes du jour, sont tombés dans une sorte de délire.Quel autre nom donner à ces ouvrages dont nous sommes accablés, d’où le raisonnement et la vérité sont proscrits, et qui ne contiennent que des sarcasmes, des railleries (…) » (Abbé Dinouart, L’Art de se taire)

          2. Justement, en parlant d’ignorance…

            Je me suis permis ce commentaire en connaissance de chose.
            Donc justement ce chapitre comparant l’alcool et le haschisch, d’un temps tout autre, m’a fait pensé à un discours d’ignorant…

          3. Impudent fils de garce, vous vous connaissez mieux que Baudelaire en paradis artificiels ? Ah ! ces fripons maniérés, ces drôles qui voudraient bien faire le maquereau en guise de bons offices, ces couards et coquins, ces bâtards et entremetteurs du monde moderne, viennent maintenant déblatérer contre le sublime poète ! Non, tant que je serai vivant, je défenderai le Poète contre les philistins tels que vous, quidam de merdre.

          4. Le LSD offre des perspectives intéressantes mais dangereuses.
            Certains ont tenté de forcer la porte de mondes parallèles avec le LSD.
            Ils ont vu des choses. Des hallucinations selon des experts. Une autre réalité si l’on veut.
            De drôles de créatures grimaçantes et hostiles, toujours laides…

          5. Vous pouvez insulter qui vous voulez, ma mère, moi et le monde entier si il vous plait, monter sur vos grand chevaux et crier à l’esclandre lorsque l’on contredit vos citations de nos ancêtres, il n’en est pas moins que la description de Baudelaire sur l’alcool et le haschisch est tout à fait à côté de la plaque.

            Et ce ne sont pas vos vociférations qui pourrai nous montrer l’inverse…

            Sur ce, je constate que vous êtes bien obtus et bien incapable d’une discutions ouverte sur ce sujet, que je clos donc et ce sans insulte, ce qui je trouve est préférable à votre précédent et pitoyable commentaire.

          6. Pas tellement, j’ai lu que le cannabis faisait énormément baisser le QI si consommé pendant des années. Ce type de drogues rend apathique, ce qui pourrait être une excellente raison pour nos gouvernements de les légaliser.

          7. C’est vrai. Cette drogue détruit les neurones et rend totalement apathique après des années.
            Je connais une personne qui d’adonne à cette substance depuis un peu plus de vingt ans. Il est devenu schizophrène et très lent. Aucune émotion. Un air hébété et comme frappé de stupeur.
            Ce qui arrange le gouvernement.

          8. Strategika 51, connaissant cela, vous venez appuyez le vil énergumène qui ose insulter le poète mort sans aucun argument. Expliquez-moi cela je vous prie.

          9. Appuyer dans le sens de soutenir, venir en aide, renforcer, s’allier, prendre position ?

            Mon cher Bartleby, je prefère lire les commentaires même si je rate une bonne moitié par la faute d’un mécanisme de notification définitivement défaillant. La modération, c’est mon métier.

            Les joutes oratoires s’amusent. Les belles références également.
            J’apprécie souvent le débat. Parfois moins quand il y a l’insulte. Mais ce désagrément est inévitable notammment lorsqu’on est un passionné un peu irascible et un brin perfectionniste.

            C’est le forum et le niveau ici est à deux crans au dessus des meilleurs fora ailleurs.

            Ce qui m’inquiète par contre est la censure qui commence à prendre une forme inédite.
            Le site est bloqué dans un nombre croissant d’endroits et il y a un sérieux problème pour publier.

          10. Permettez-moi, je vous prie, de faire un petit résumé succinct de cette petite histoire parce que personne ne semmble choqué par l’infâmie :
            1) Notre cher DKSCP et d’autres estimés commentateurs donnent leur avis sur le haschisch. J’estimai à ce propos qu’il serait intéressant de donner l’avis de l’auteur des paradis artificiels, sans donner mon propre avis, beaucoup plus négatif,à cause des désastres que sa culture a partout produits.
            2) Un quidam déclare ce qui suit comme réaction à ma longue citation du poète :
            « Qu’est ce qu’il a pu raconter comme âneries ce Baudelaire ! »
            Ni argument, ni rien, mais Baudelaire est un un âne.
            3) Devant un tel excès, j’ai su raison garder et j’ai répondu au décervelé par citations interposées. Cela a amené de sa part une réponse encore plus fantaisiste et illogique. Jugez, chers lecteurs par vous mêmes en quoi ce taré discute ce que écrit non votre serviteur mais mon cher Baudelaire :
            « Donc justement ce chapitre comparant l’alcool et le haschisch, d’un temps tout autre, m’a fait pensé à un discours d’ignorant… »
            Pour ce soudard, donc, Baudelaire est un ignorant, sans toujours nous dire pourquoi. Une pensée si décomposée et si injuste m’a fait sortir de mes gonds : son auteur méritait et mérite encore le mépris public et naturellement la lettre d’injures d’hier (l’âne confond insultes et injures).
            Quant à la censure, je contunuerai à dire ce que je pense et votre site m’en offre l’occasion (ce dont je vous remercie), les micromégasistes n’ont qu’à nous liquider.

          11. Chers Vous,

            Personnellement, j’ai pu constater que la totalité des consommateurs de cannabis que j’ai pu fréquenter durant ma carrière étaient incapables de s’appliquer et de s’impliquer au travail, d’autodiscipline et de discipline.

            Le travail, au sein d’une structure où la vie des collègues mais également de la population et directement mise en jeu par un manque de vigilance, d’attention et de discipline, requière une santé physique et mentale sans faille.
            Il suffisait d’une simple analyse comportementale pour être alerté d’une consommation de cannabis. Bien évidemment, à la question consommez-vous des substances tels que cannabis, amphétamines, la réponse était toujours NON!
            Bien évidemment aussi, lorsque le chien renifleur marquait les effets personnels c’était le grand étonnement. Et, une fois les tests positifs sous le nez ainsi que le licenciement pour faute grave, ce n’était jamais la responsabilité de l’individu.

            De plus, ces personnes étaient de grands dangers pour leur employeur car malgré un bon salaire, la majorité finissait par fréquenter des personnes dangereuses et devenaient, ipso facto, un danger pour la sécurité.

            Il n’y a pas de petite ou de grosse addiction, c’est une règle fondamentale dans de nombreuses entreprises où la vie de centaines voire de milliers de personne est en jeu.

            Les psychotropes et stupéfiants entraînent, au-delà des lésions cérébrales, le ralentissement de l’influx nerveux qui conduit à la perte de vitesse de réflexe. Cela couplé à une prise de risque inconsidérée procède aux drames quotidiennement relatés dans les média.

            Pour les “penseurs” qui prônent une meilleure créativité par l’usage de psychotropes ou stupéfiants, même si la vitesse nulle de leur chaise longue ne constitue pas de danger, le fruit de leur réflexion est vicié car hors sol.

            Hors sol, tient une locution qui me rappelle quelque chose !

            Un lien pour pousser le réflexion intéressant dans les sous rubriques:

            https://www.stop-cannabis.ch/la-consommation-de-cannabis/la-dependance

            Bien à Vous,

            Marc Edmond

          12. Airforceone, heing, ben ça promet. Vous êtes donc à la hauteur de votre pseudo. A vous entendre parler on dirait un DRH qui ne parlera jamais d’addiction au travail mais se préoccupe du comportement de ses employés, de son troupeau, de sa “population” (sic de RH) jusque dans son intimité. On n’est pas des alcooliques car on sabre le champagne entre gens de bien qui sont au fait de l’œnologie, par contre les fumeurs de oinjs sont des cas sociaux, et on finira de même les fumeurs de pur tabac, ces salopards. Votre hygiénisme tient du totalitarisme. De plus en visant le produit plutôt qu’analyser la raison de la prise vous tapez à coté. Vous ne distinguez pas la consommation au travail d’en dehors : personne ne pourra jamais défendre quel-qu’ivresse que soit dans le cadre du travail ou sur la voie publique, mais ce qu’on fait chez nous ne vous regarde pas, vous n’avez pas l’age de comprendre. Vous ne distinguez pas les drogues dites douces, qui sortent de la pharmacopée du shaman, des drogues dures, qui sont des drogues de synthèse et qui ont été conçues par les mêmes industries pharmaceutiques que vos zanax & co. Si c’est remboursé par la sécu, c’est bon! Ben non. Vous ne distinguez pas les consommations récréatives ou stimulantes des besoins de répondre à des situations indicibles. Un psychotrope n’est qu’un outil, et vous préférez obéir à la loi et aux ordonnances d’hommes en blouses blanches plutôt qu’étudier puis maitriser ces outils.

            Je vous condamne à relire nos classiques : http://www.alalettre.com/emile-zola-oeuvres-assommoir.php
            Et à retrouver la recette de l’huile d’onction. Cherchez bien, elle est bien sur Internet.
            Et à m’expliquer ceci également : https://www.vidal.fr/actualites/18759/commercialisation_bloquee_de_sativex_les_patients_experts_sep_interpellent_marisol_touraine/

            Cela dit ma préférence personnelle, et comprenez bien que j’ai été un parfait cartésien dans ma jeunesse, un matheux qui suit la méthode scientifique, va désormais aux plantes et uniquement aux plantes. Les drogues qui ravagent la société sont toutes des molécules de synthèse industrielle et qui relèvent de la chimie organique. Les plantes sont bien plus subtiles que du simple chimique, les effets du cannabis sont le résultat de millénaires de coexistence, de sélection des variétés. J’aime à penser cette plante comme le pendant végétal du chat, parfois sauvage souvent domestiqué, une histoire commune depuis la nuit des temps.

            Si j’en crois par ailleurs d’autres commentaires, je suis donc schizophrène avec un QI en dessous de zéro. Je ne devrais même pas être capable d’écrire ici. Ben si :p

            A propos du LSD, c’est la seule exception que j’accorde aux labos, vu que l’ergot de seigle est un truc quand même un peu spécial. Mais il ne faut le consommer qu’une seule fois dans sa vie, et une demi-dose suffit. C’est une initiation, et comme toute initiation ne doit pas être répétée.

            Sur la pureté du shit, le coupage est un mythe. Le produit n’est jamais pur, vous croyez qu’on extrait les trichomes à la pince à épiler ? Comme l’azur se dépose sur le grain de raisin, les plants récoltés sont pleins de poussière, de terre aux racines. Il faut que la coupe soit faite au bon moment etc. Au final il est très difficile de produire de la qualité en quantité. On ne coupe plus, on produit en masse en tamisant le vrac.

            Franchement, j’aurais préféré parler avec vous de choses telles que l’influence kushtique versus sinsemilla, mais bon, on fait avec ce qu’on a.

            Ailleurs ils rattrapent le temps perdu à toute vitesse : https://www.cannafarms.ca/

            Mais la vraie question était celle-ci : Foutriquet tourne-t-il oui ou non à la coke ?

          13. Sur l’accusation d’induire la schizophrénie, il faut se rappeler le mouvement de lobbying américain au sortir de la WWII contre le chanvre en général au profit du nylon et des benzodiazépines etc.

            2 phrases extraites de https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychotrope:
            “La décolonisation place les pays européens dans un contexte dans lequel, ne profitant plus des revenus des ventes de ces produits, ils rejoignent la position des États-Unis visant à imposer une prohibition de ces substances.”
            “Dans les années 50, les premiers neuroleptiques commencent à être utilisés dans les hôpitaux psychiatriques.”

            Aux USA, les afro-américains sont stigmatisés en tant que fumeurs d’herbe, herbe qui rend fou et faignant comme tout le monde le sait, surtout chez les DRH qui savent mieux que tout le monde.
            Depuis il faut savoir qu’on a ensuite introduit le principe de comorbidité, autrement dit si les schizophrènes fument un produit illicite c’est aussi parce que la transgression fait partie de cette pathologie. C’est d’abord un signe d’appel.

            Au plan neurologique, on est émerveillé de découvrir que le THC a ses propres neurorécepteurs dans notre cerveau. Probablement pas chez tous, après tout quand on a parcouru le monde on a bien vu que chaque région a ses us et coutumes : tabac, thé, café, coca, khat, cannabis, maté, muscade, gingembre etc. Donc il n’y a pas de frontière claire entre aliments neutres et psycho-actifs, vous en consommez sans le savoir et reconnaissez l’aspect psycho-actif uniquement quand il est indéniable. Mais il y a aussi en nous une adaptabilité génétique aux ressources locales, et donc nous n’avons pas tous la même expérience d’une même molécule, ni les mêmes intentions. Et l’intention est primordiale, le pilote importe plus que le véhicule.

          14. @ DKSCP

            Bonsoir, il n’est pas nécessaire d’être DRH ou un quelconque chef pédant hors sol pour expliquer que certaines fonctions dans la société obligent à ce que vous qualifiez d’hygiénisme totalitaire.
            Les pilotes de lignes civils, les pilotes militaires, les chauffeurs de cars, le personnel des tours de contrôle, contrôleurs et liaison au sol, le personnel des laboratoires manipulant radio éléments ou virus mortels et encore une longue liste non exhaustive de personnes.
            Vous avez le choix pour m’attribuer un étiquette, j’ai été, ma carrière durant, au sein d’équipes où l’inattention, le manque de réflexe coûte des vies.

            J’ai aussi été sous l’influence de psychotropes, strictement encadré, dans le cadre de soins médicaux suite à de graves accidents. Une fois rétabli, il y a un contrôle strict afin de récupérer ses qualifications.
            Si vous pouvez admettre cette réalité, vous m’en trouvez très heureux.

            Ce qui est appliqué pour ces personnes, je ne dis pas qu’il faut le généraliser, ni qu’elles sont meilleures que les autres, je ne fais pas de jugement de valeur.

            Si d’un côté il y a une acceptation totale pour des raisons évidentes de sécurité, d’un autre il doit aussi y avoir la conscience qu’un pilote ou d’autres fonctions sous psychotropes représente un réel danger inacceptable.

            Il en va de même pour les postes à responsabilité politique où je rejoins Hectorscamandrio et ses tests.
            Prendre des décisions pour des millions de personnes nécessite d’être ancré et en pleine conscience.

            Bien à Vous,

            Marc Edmond

          15. @Airforceone
            Merci pour votre réponse. Effectivement la voie du shaman n’est pas compatible avec la voltige aérienne je vous l’accorde bien volontiers.

          16. Petite mise au point :
            Prière aux lecteurs à ne pas confondre l’hygiénisme dont les commentateurs ci-dessus parlent (grosso modo un excès d’hygiène, bref une sorte de puritanisme) d’avec la théorie hygiéniste, mouvement d’abord apparu en Amérique (ce qui ‘est pas un hasard, la falsification de tous les aspects de la vie y ayant atteint des sommets indépassables dans ce pays indispensable et exceptionnel) qui est un courant médical qui prône de rétablir la santé des malades par des méthodes naturelles dont le jeùne.

          17. Vous semblez ignorer que le prix réel de la culture de cannabis est en réalité très faible. C’est la pénalisation qui rend son trafic rentable pour tous les acteurs. Légalisé, son prix serait divisé par 10, 100 voir 1000. Donc la prohibition est le système qui offre le meilleur rendement. Alors il y a bien un mouvement mondial de dépénalisation, mais la France va probablement y résister jusqu’au bout.

            Pourquoi en chaque fin de mandat le président sortant se fait offrir une villa au Maroc ? http://www.slateafrique.com/87661/villa-de-sarko-marrakech-un-cadeau-du-roi-du-maroc

          18. Je dois préciser que le cannabis circulant en Europe n’est pas pure. Il est mélangé avec des résidus de cafards et du charbon entre autres.

          19. Les consommateurs, amateurs de cannabis, cultivent eux même leurs plantes en France.
            C’est bien plus simple, bien plus tranquille, bien moins chère et surtout de bien meilleur qualité.

            Cette résine de cannabis coupé avec toute sorte de chose, appelé chit, elle ne sert que cette mafia politico-médicale.

          20. Cher DKSCP,
            ce que vous dites est vrai en termes financiers, mais le véritable prix que paie la nature pour la production de cette drogue est incalculable. J’en connais personellement les ravages au nord du Maroc : ruisseaux asséchés, terres empoisonnées et minéralisées, culture vivrière détruite, mode de vie paysan ancestral vaporisé. Les lézards, poules d’eau, camélléons, certains oiseaux, rivières où je me baiggnai enfant, tout a disparu. Vive le Progrès. Le poète a vu l’effet du poison sur l’Esprit, et il avait parfaitement raison. Les paysans dont je parle, naguère robustes et vigoureux, passent les trois-quart de l’année à dormir, et le dernier quart à regarder la télévision et surveiller leur production de kif. Ils étaient libres et beaux, ils sont devenus esclaves de leurs crédits et laids.Tout se paie au comptant dans ce monde moderne de merdre.

          21. Les soufis attribuent la déchéance des pharaons à leur usage immodéré des psychotropes de toutes sortes. Ils avaient besoin de vivre intimement la présence de tous leurs dieux. Mais Moïse lui même allait bruler son chanvre sous la tente de fumigation, ce qui ne l’empêcha pas de faire une belle carrière par la suite. Dérives sur le Nil, voila le bouquin qui illustre le piège https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9rive_sur_le_Nil
            L’astucieux saura trouver dans cet autre film plus que dans sa fiche https://fr.wikipedia.org/wiki/Mort_sur_le_Nil_(film,_1978)

          22. C’est ce que affirme Baudelaire et que l’inculte doublé d’un moderne ne comprend pas. Merci Alicia pour votre commentaire.

          23. Cher Bartleby, vous semblez outré par le fait que je n’argumente pas et que j’ose critiquer.
            Soit…

            Vous ne fournissez qu’insultes et sitations et vous trouvez que ce sont des arguments ?

            Alicia, viens quand a elle avec son expérience de lectrice sur le sujet; sans insulte et en parfait respect. Je l’en remercie.

            Avec certitude (études médicales, qui valent ce qu’elles valent, mais elles ont le mérite d’exister…) la consommation de cannabis diminue la quantité de neurones. Mais plus ou moins que la consommation d’alcool?
            Par contre, pour la schizophrénie et la paranoïa, il est aussi prouvé par études médicales, que pour les personnes qui y sont naturellement sensible, le cannabis peut être un éléments activant voir accélérant. Tout comme un état de stress ou de choc.
            Les même études médicales affirment que la consommation de cannabis, sur certaines personnes améliore les capacités de concentrations, les facultés d’écoute et d’empathie.

            Concernant sa culture, encore une fois mon chère Bartleby, vous vivez et affirmez sur vos acquis. Donc oui, d’où vous venez, la culture est faite d’une bien mauvaise manière. Mauvaise espèce assez mal adaptée, grande consommation d’eau et pour augmenter le rendement de cette espèce mal adaptée, on ajoute des engrais.
            Pour notre blé, nous faisons exactement les mêmes erreurs sur les plateaux de Brie et de la Beauce…

            Ce n’est pas lié à la plante, mais aux méthodes utilisées par ceux qui les cultivent.

            Concernant le cout de cette plante, en fonction de l’espèce et si elle est adaptée à son climat de culture, effectivement elle ne coute rien, ca pousse plus vite que des orties et ne demande aucun entretient. Certaines variétés plus lente à la croissance, ne consomment qu’assez peut d’eau.

            Donc oui, la fabrication et le commerce de cette plante est menée par une mafia mondiale, qui l’a décrété comme étant une drogue. Mais c’est tellement peut crédible qu’ils ont été obligé d’ajouté douce à la fin. Mais comment diable une drogue peut elle être douce ? Drogue qui quelques temps auparavant était cultivée et commercialisée pour ses propriété médicales…

            Donc oui, cette plante médicinale est devenue illégale et une drogue à la volontée de certains…
            L’alcool, lui est une drogue, légalisée par les mêmes, le tabac aussi…

            En suivant vos raisonnements lu plus haut, le canabis existerait pour abrutir les gens. Mais il reste illégale dans bon nombre de pays. L’alcool (qui détruit tout autant les neuronnes, rends tout autant schiso et paranoïac consommé avec abus…) lui par contre n’est pas illégale, sauf dans certains pays…
            C’est ce que j’appelle une logique bancale cette histoire !

            Bref, mon cher Bartleby, j’ai tout de même bien l’impression que ce bon vieux Baudelaire, ne vous en déplaise, se soit bien fourvoyé sur ce sujet ! Mais en même temps, c’est bien normal, c’est le point de vue d’un colonialisme ancien, dont les pratiques et les connaissances sont bien loin des nôtres aujourd’hui.
            Et je vous serais gré de bien vouloir me répondre, si il vous en dit de continuer cette discussion, sans insulte cette fois ci et sans citations également, car citer des avis d’un autre âge, d’autres mœurs et d’autres valeurs tant à vous décrédibiliser à certains moment, ce qui je trouve est fort dommage…

          24. Bartleby : “son auteur méritait et mérite encore le mépris public et naturellement la lettre d’injures d’hier (l’âne confond insultes et injures).”

            Bartleby : “Impudent fils de garce”, “quidam de merdre”

            Mais qui est l’âne ?

  7. Pour info mais sans garantie :
    “Le lendemain d’une tentative de perquisition dans les locaux de Mediapart, ce média d’investigation a remis sept enregistrements, dont un inédit à la justice. Publiée sur leur site, est audible sur cette nouvelle bande-son d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase des discussions portant sur la suppression des données de leurs téléphones.

    Suite à l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet de Paris, Mediapart, qui a publié jeudi six enregistrements de conversations entre l’ancien chargé de mission à l’Élysée Alexandre Benalla et l’ancien gendarme Vincent Crase, a remis lundi une copie des bandes-son en question à la justice. Outre ces six enregistrements déjà connus, le média en a ajouté un septième qu’il partage sur son site Web.

    «Ce septième enregistrement est capital: le tandem Alexandre Benalla-Vincent Crase y discute de détruire des preuves intéressant l’enquête ouverte quelques jours plus tôt sur les violences du 1er mai, mais aussi d’autres enquêtes éventuelles», écrit le média.

    Voici un extrait de l’échange:

    — Alexandre Benalla: «Et on efface tout à chaque fois. T’as effacé tout ce qu’il y avait dans ton téléphone?»

    — Vincent Crase: «Bah, tout ce qui concerne Velours… Bien sûr, bien sûr… Chez les flics, ils ont pas pu regarder mon téléphone parce que je l’éteignais et je le rallumais à chaque fois. Ils n’ont pas mon code, hein. Pis, franchement, les trois flics, les trois flics n’étaient pas contre moi, loin de là même, le major qui a tenu l’enquête me disait que ça le faisait vraiment ch**r de faire ça.»

    Benalla et Crase avaient discuté d’une possible perquisition dans les locaux de La République en marche. Vincent Crase avait alors indiqué que comme toutes ses affaires étaient là, il voudrait y aller la nuit, évoquant le problème des «flics devant». Comme l’indique Mediapart, il s’agirait d’aller faire discrètement le ménage dans les locaux.

    D’après Mediapart, cet enregistrement permet de confirmer la date de la discussion: le 26 juillet, alors que leur contrôle judiciaire leur interdisait de se rencontrer.

    Après la divulgation la semaine dernière de six enregistrements de discussions entre Benalla et Crase par Mediapart, une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris pour «atteinte à l’intimité de la vie privée» et «détention illicite d’appareils ou de dispositifs techniques de nature à permettre la réalisation d’interception et de télécommunications ou de conversations». Mediapart souligne que s’il a accepté de remettre une copie des enregistrements à la justice, il a refusé lundi à deux procureurs et aux policiers les accompagnant de perquisitionner ses locaux, expliquant que cela risquait de «permettre de voir et récupérer des documents et informations confidentielles dans cette enquête au cœur du pouvoir mais aussi dans d’autres dossiers en cours».

    Source http://echelledejacob.blogspot.com/2019/02/destruction-de-preuves-nouvel.html#more

      1. si l’Egypte n’y pèse rien elle doit bien le savoir que vaut alors sa position ?

        MBS dirige cette organisation et qu’il y réintègre la Syrie ce ne sera qu’un camouflet de plus pour Paris et si en plus MBS fait pression sur l’Égypte pour qu’elle demande officiellement pour ne pas dire supplie la Syrie de bien vouloir réintégrer la Ligue arabe là c’est une baffe pour la France !

        après l’affaire Kashogie MBS pourrait vouloir s’amuser . n’avait il pas dit lors de la conférence de développement qui avait suivi le dépeçage en constatant l’absence des occidentaux et la présence des officiels Russes : << on sait qui sont vraiment nos amis >>
        c’en est a se demander si il y a encore un diplomate digne de ce nom au quai d’Orsay !

    1. C’est bô.

      Quand on se rappelle le pan-arabisme et l’Histoire commune de l’Égypte et de la Syrie, on ne peut qu’être admiratif quant à la puissance et la maitrise de nos diplomates qui sont désormais capables de décider qui est arabe et qui ne l’est pas, et ceci depuis Paris. Quel exploit! Le summum de la bêtise réside au quai d’Orsay.

      Ne parlons même pas de Mashreq et Maghreb, ne rappelons pas que seule la péninsule est arabique…

      On est dirigé par des incultes. Et les béotiens étaient des gens très biens, l’histoire officielle n’étant qu’un mille-feuille de propagandes moisies.

      1. Le Quai d’Orsay n’est qu’un ramassis de bras cassés, de parasites, d’affairistes et de vrais salopards ne pensant qu’à leurs intérêts personnels et uniquement personnels.
        De Lattre en est un exemple vivant. Il s’est recyclé dans le pseudo business néocon sans aucun complexe.

        1. De Lattre, c’est pas lui qui etait ambassadeur a l’ONU et mari de la bettancourt?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.