At face value – the notion that the US occupation of Syria is key to preventing the return of the so-called “Islamic State” (ISIS) to Syrian territory is unconvincing. 

Regions west of the Euphrates River where ISIS had previously thrived have since been permanently taken back by the Syrian Arab Army and its Russian and Iranian allies – quite obviously without any support from the United States – and in fact – despite Washington’s best efforts to hamper Damascus’ security operations.

Damascus and its Russian and Iranian allies have demonstrated that ISIS can be permanently defeated. With ISIS supply lines running out of NATO-territory in Turkey and from across the Jordanian and Iraqi border cut off – Syrian forces have managed to sustainably suppress the terrorist organization’s efforts to reestablish itself west of the Euphrates.

The very fact that ISIS persists in the sole region of the country currently under US occupation raises many questions about not only the sincerity or lack thereof of  Washington’s efforts to confront and defeat ISIS – but over whether or not Washington is deliberately sustaining the terrorist organization’s fighting capacity specifically to serve as a pretext for America’s continued – and illegal – occupation of Syrian territory. 

The US Department of Defense Says It Best 

A recent report (entire PDF version here) published by the US Department of Defense (DoD) Inspector General himself would claim: 

According to the DoD, while U.S.-backed Syrian forces have continued the fight to retake the remaining ISIS strongholds in Syria, ISIS remains a potent force of battle-hardened and well-disciplined fighters that “could likely resurge in Syria” absent continued counterterrorism pressure. According to the DoD, ISIS is still able to coordinate offensives and counter-offensives, as well as operate as a decentralized insurgency.

The report also claims: 

Currently, ISIS is regenerating key functions and capabilities more quickly in Iraq than in Syria, but absent sustained [counterterrorism] pressure, ISIS could likely resurge in Syria within six to twelve months and regain limited territory in the [Middle Euphrates River Valley (MERV)].  

By “continued counterterrorism pressure,” the report specifically means continued US occupation of both Syria and Iraq as well as continued military and political support for proxy militants the US is using to augment its occupation in Syria.

The report itself notes that the last stronghold of ISIS exists specifically in territory under defacto US occupation or protection east of the Euphrates River where Syrian forces have been repeatedly attacked – both by US-backed proxies and by US forces themselves. 

The very fact that the report mentions ISIS is “regenerating key functions and capabilities more quickly in Iraq than in Syria” despite the US planning no withdrawal from Iraq seems to suggest just how either impotent or genuinely uninterested the US is in actually confronting and defeating ISIS. As to why – ISIS serves as the most convincing pretext to justify Washington’s otherwise unjustified and continued occupation of both Syria and Iraq. 

US DoD’s Own Report Exposes Weakness, Illegitimacy of “Kurdish Independence” 

The report is all but an admission that US-backed militants in Syria lack the capability themselves to overcome the threat of ISIS without constant support from Washington. That the report claims ISIS is all but defeated but could “resurge” within a year without US backing – highlights the weakness and illegitimacy of these forces and their political ambitions of “independence” they pursue in eastern Syria. 

A Kurdish-dominated eastern Syria which lacks the military and economic capabilities to assert control over the region without the perpetual presence of and backing of US troops – only further undermines the credibility of Washington’s Kurdish project east of the Euphrates. 

The Syrian government – conversely – has demonstrated the ability to reassert control over territory and prevent the return of extremist groups – including ISIS. 

Were the United States truly dedicated to the destruction of ISIS – it is clear that it would support forces in the region not only capable of achieving this goal – but who have so far been the only forces in the region to do so. 

ISIS as a Pretext for Perpetual US Occupation 

In reality – the US goal in both Syria and Iraq is to undermine the strength and unity of both while incrementally isolating and encircling neighboring Iran. The US itself deliberately created ISIS and the many extremist groups fighting alongside it.

It was in a leaked 2012 US Defense Intelligence Agency (DIA) memo that revealed the US and its allies’ intent to create what it called at the time a “Salafist principality” in eastern Syria. The memo would explicitly state that (emphasis added):

If the situation unravels there is the possibility of establishing a declared or undeclared Salafist principality in eastern Syria (Hasaka and Der Zor), and this is exactly what the supporting powers to the opposition want, in order to isolate the Syrian regime, which is considered the strategic depth of the Shia expansion (Iraq and Iran). 

On clarifying who these supporting powers were, the DIA memo would state:

The West, Gulf countries, and Turkey support the opposition; while Russia, China, and Iran support the regime.

The “Salafist” (Islamic) “principality” (State) would indeed be created precisely in eastern Syria as US policymakers and their allies had set out to do. It would be branded the “Islamic State”and be used first to wage a more muscular proxy war against Damascus – and when that failed – to invite US military forces to intervene in the conflict directly.

image

Several years onward, and with the abject failure of the US proxy war in Syria all but complete, the shattered remnants of ISIS are sheltered exclusively in regions now under the defacto protection of US forces and are being used as a pretext to delay or altogether prevent any significant withdrawal of US forces. 

While many see the announcement of a US troop withdrawal from Syria by US President Donald Trump and attempts to backtrack away from the withdrawal as a struggle between the White House and the Pentagon – it is much more likely the result of a collapsing foreign policyvacillating between bad options and worse options. 

The inability – so far – of Israeli airstrikes to evenpenetrate Syrian air defenses let alone cause any significant damage on the ground in Syria has further highlighted Western impotence and complicated Washington’s plans moving onward into the future. 

Turkey’s teetering policy regarding Syria and the prospects of it being drawn deeper into Syrian territory to “take over” the US occupation – as described by the DoD  Inspector General’s report – will only further overextend and mire Turkish forces, creating vulnerabilities that can be easily exploited by everyone sitting at the negotiation tables opposite Ankara. 

It is still uncertain what Ankara will do, but as an initially willing partner in US-engineered proxy war in Syria – it is now left with its own unpalatable options of bad and worse. 

It is interesting that even the DoD Inspector General’s report mentions ISIS’ continued fighting capacity depends on foreign fighters and “external donations” – yet never explores the obvious state sponsorship required to sustain both. The DoD report and US actions themselves have all but approached openly defending the remnants of ISIS.

While the prospect of violently overthrowing the Syrian government seems to have all but passed, the US is still trying to justify its presence in Syria at precisely the junctions ISIS and other terrorist organizations are moving fighters and weapons into the country through – in northern Syria, in southeast Syria near the Iraqi border, and at Al Tanf near the Iraqi-Jordanian border.

Were the US to seek to consolidate its proxies and initiate a “resurge” of ISIS – the very scenario it claims it seeks to prevent – its control of these vital entry points into Syria and Iraq would be paramount. Allowing them to fall into Syrian and Iraqi forces’ hands to be secured and cut off would – ironically – spell the end of ISIS in both nations. 

While Washington’s words signal a desire to defeat ISIS – its actions are the sole obstruction between ISIS and its absolute defeat. 

Tony Cartalucci
Neo Eastern Outlook
Read the source : Here !

The US Syria Withdrawal and the Myth of the Islamic State’s “Return”
Publicités



');

Vous pourrez aussi aimer

2 commentaires sur “The US Syria Withdrawal and the Myth of the Islamic State’s “Return”

  1. traduction :
    le retrait des États – Unis de Syrie et le mythe du «retour» de l’État islamique
    par Strategika51
    À première vue – l’idée que l’occupation américaine de la Syrie est essentielle pour prévenir le retour du soi-disant « Etat islamique » (ISIS) sur le territoire syrien est peu convaincant.

    la régions ouest du fleuve Euphrate où ISIS avait déjà prospéré ont depuis été définitivement repris par l’armée arabe syrienne et ses alliés russes et iraniens – bien évidemment sans aucun soutien des États-Unis – et en fait – malgré tous les efforts de Washington pour entraver «l’opérations de sécurité >> de Damas .

    Damas et ses alliés russes et iraniens ont démontré que ISIS peut être définitivement vaincu. Avec les lignes d’approvisionnement d’ISIS fonctionnant sur territoire de l’OTAN en Turquie et à travers la frontière jordanienne et irakienne qui ont été coupée – Les forces syriennes ont réussi à supprimer durablement les efforts de l’organisation terroriste de se rétablir à l’ouest de l’Euphrate.

    Le fait que ISIS persiste dans la seule région du pays actuellement sous l’occupation américaine soulève de nombreuses questions au sujet non seulement la sincérité ou l’absence des efforts de Washington pour affronter et vaincre ISIS – mais plus si Washington maintien délibérément les capacité de combat de l’organisation terroriste spécifiquement pour servir de prétexte à la poursuite de l’occupation -illégale – par l’Amérique du territoire syrien.

    Le département américain de la Défense dit mieux

    Un rapport récent (toute version PDF ici ) publié par le département américain de la Défense (DoD) Inspecteur général lui – même revendiquerait:

    Selon le Département de la défense, alors que les forces américaines soutenues par la Syrie ont continué la lutte pour reprendre les bastions ISIS en Syrie, ISIS reste une force puissante de combattants aguerris et bien disciplinés qui « pourrait resurgir probablement en Syrie » en l’ absence de pression de lutte contre le terrorisme continue . Selon le Département de la défense, ISIS est encore capable de coordonner des offensives contre-offensives, ainsi que de fonctionner comme une insurrection décentralisée.

    Le rapport affirme également:

    À l’ heure actuelle, ISIS est en train de régénérer ses fonctions et capacités clés plus rapidement en Irak qu’en Syrie, mais en l’ absence soutenue de pression [contre le terrorisme], ISIS pourrait resurgir probablement en Syrie dans les six à douze mois et retrouver un territoire limité dans la [moyenne vallée du fleuve Euphrate (MERV) ].

    Par « pression de lutte contre le terrorisme continue », le rapport signifie spécifiquement la poursuite de l’ occupation américaine de la Syrie et de l’ Irak, ainsi qu’un soutien militaire et politique continue pour les militants de procuration aux États – Unis utilisés pour augmenter son occupation en Syrie.

    Le rapport lui-même note que le dernier bastion de l’ISIS existe spécifiquement dans le territoire sous occupation américaine ou defacto est de la protection de la rivière Euphrate où les forces syriennes ont été attaqués à plusieurs reprises – à la fois par des force.par procurations US soutenues par les USA .

    Le fait que le rapport mentionne ISIS est « en train de régénérer ses fonctions et capacités clés plus rapidement en Irak qu’en Syrie » malgré la planification d’aucun retrait des Etats – Unis de l’ Irak semble indiquer à quel point les Etats – Unis sont impuissant ou véritablement désintéressés pour faire face réellement et vaincre ISIS . Quant à savoir pourquoi – ISIS sert de prétexte le plus convaincant pour justifier l’occupation par ailleurs injustifiée et continue de Washington de la Syrie et de l’Irak.

    Rapport propre de DoD Expose La faiblesse, l’ illégitimité de « l’ indépendance kurde »

    Le rapport est tout sauf un aveu que les militants soutenus par les Américains en Syrie ne disposent pas eux-mêmes la capacité de surmonter la menace d’ISIS sans le soutien constant de Washington. Que le rapport affirme ISIS est tout sauf vaincu mais pourrait « ressurgissent » dans un an , sans le soutien des États – Unis – met en évidence la faiblesse et l’ illégitimité de ces forces et leurs ambitions politiques de « l’ indépendance » qu’ils poursuivent en Syrie orientale.

    Une Syrie kurde dominée par l’Est, qui ne dispose pas des capacités militaires et économiques d’exercer un contrôle sur la région sans la présence perpétuelle et le soutien et des troupes américaines – ne fait que fragiliser encore davantage la crédibilité du projet kurde de Washington a l’est de l’Euphrate.

    Le gouvernement syrien – à l’inverse – a démontré la capacité de reprendre le contrôle sur le territoire et empêcher le retour des groupes extrémistes – y compris ISIS.

    si les Etats-Unis étaient vraiment dédié à la destruction d’ISIS – il est clair qu’il soutiendrait dans la région les forces non seulement capable d’atteindre cet objectif – mais qui ont été jusqu’à présent les seules forces de la région à le faire.

    ISIS comme Prétexte pour une perpétuelle occupation américaine

    En réalité – l’objectif des États-Unis envers la Syrie et l’Irak est de saper la force et l’unité des deux pays tout en isolant progressivement et encerclant l’Iran voisin. Les États-Unis ont eux-même délibérément créé ISIS et les nombreux groupes extrémistes qui se battent à ses côtés.

    Il était dans une fuite de l’Agence américaine du renseignement de défense (DIA) en 2012 unenote qui a révélé l’intention des États-Unis et de ses alliés pour créer ce qu’il appelait à l’époque une « principauté salafiste » en Syrie orientale. La note indiquerait explicitement que (nous soulignons):

    Si la situation se dénoue , il y a la possibilité d’établir une principauté salafiste déclarée ou non dans l’ est de la Syrie (Hasaka et Der Zor), ce qui est exactement ce que veulent les pouvoirs de soutien à l’opposition, afin d’isoler le régime syrien, dans ce qui est considéré comme la profondeur stratégique de l’expansion chiite ( l’ Irak et l’ Iran).

    Sur clarifient qui ces pouvoirs de soutien ont été, la note de service DIA précisait:

    L’Occident, les pays du Golfe et la Turquie soutiennent l’opposition; tandis que la Russie, la Chine et l’ Iran soutiennent le régime.

    Le « salafiste » (islamique) « principauté » (Etat) serait en effet créé précisément en Syrie orientale que les décideurs américains et leurs alliés avaient décidé de faire. Il serait stigmatisé l ‘ « Etat islamique » et serait utilisé d’ abord pour mener une guerre par procuration plus musclée contre Damas – et quand cela a échoué – d’inviter les forces militaires américaines à intervenir directement dans le conflit .

    image

    plusieurs années plus tard, et avec l’échec abject de la guerre par procuration des États-Unis en Syrie tous, mais restes complet, les restes fracassés d’ISIS sont abrités exclusivement dans les régions maintenant sous la protection de facto des forces américaines et sont utilisées comme prétexte pour retarder ou tout à fait éviter tout retrait significatif des forces américaines.

    Alors que beaucoup voient l’annonce d’un retrait des troupes américaines de la Syrie par le président américain Donald Trump et tente de revenir en arrière loin du retrait comme une lutte entre la Maison Blanche et le Pentagone – il est le résultat beaucoup plus probable d’une politique étrangère vacillante s’effondrant entre de mauvaises options et de pires options.

    L’incapacité – à ce jour – des frappes aériennes israéliennes pour même pénétrer les défenses aériennes syriennes et encore moins causer des dommages importants sur le terrain en Syrie a encore mis en évidence l’impuissance occidentale et des plans complexes de Washington concernant l’avenir.

    La politique chancelante de la Turquie en ce qui concerne la Syrie et les perspectives d’icelle en cours d’ élaboration plus profondément dans le territoire syrien à « prendre » l’occupation américaine – comme décrit par le rapport de l’ inspecteur général du DoD – ne fera que pousser trop loin et embourber forces turques, ce qui créera des vulnérabilités qui peuvent être facilement exploitées par tout le monde assis aux tables de négociation et opposés a Ankara.

    Il est encore incertain ce que Ankara va faire, mais en tant que partenaire d’abord disposé dans la guerre de proxy d’ingénierie des États-Unis en Syrie – il est maintenant laissé avec ses propres options de mauvais goût et du pire.

    Il est intéressant de noter que même le rapport de l’ inspecteur général DoD mentionne la capacité continue de combat « ISIS dépend de combattants étrangers et des « dons extérieurs » – mais Le rapport DoD n’explore jamais le parrainage des état et des États-Unis évidement nécessaire pour maintenir à la fois ses actions elles-mêmes , pressentis pour défendre ouvertement les restes d’ISIS.

    Alors que la perspective de renverser violemment le gouvernement syrien semble être définitivement passée, les États-Unis tentent encore de justifier sa présence en Syrie par précisément les jonctions ISIS et d’autres organisations terroristes qui déplacent des combattants et des armes dans le pays à travers – dans le nord de la Syrie, dans le sud Syrie près de la frontière irakienne, et à Al Tanf près de la frontière irako-jordanienne.

    ou les Etats-Unis de cherche à consolider ses mandataires et de lancer un « re-surgissement » d’ISIS – le scénario qu’il prétend qu’il cherche à empêcher – le contrôle de ces points d’entrée essentiels en Syrie et en Irak serait primordiale. Ce qui leur permettrait de tomber entre les mains des forces syriennes et irakiennes à sécuriser et coupé serait – ironiquement – la fin de ISIS dans les deux pays.

    Alors que les mots de Washington signalent un désir de vaincre ISIS – ses actions sont l’obstacle unique entre ISIS et sa défaite absolue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.