Afrique du Nord Algérie cartels kosovo mafia

Algérie: des produits d’Israël et du Kosovo inondent les marchés sous label turc

Bien que l’Algérie n’entretient pas officiellement des relations diplomatiques avec Israël et n’a pas reconnu l’indépendance du Kosovo, des produits de ces deux pays inondent depuis un certain temps les marchés de ce pays sous divers labels. Notamment le label turc.

L’Algérie qui dispose d’une économie basée essentiellement sur l’industrie des hydrocarbures se trouve de facto sous la coupe réglée de puissants clans affairistes ayant réussi à démanteler tous les secteurs productifs locaux au profit d’une politique effrénée d’importation. Certains de ces cartels y ont même instauré, avec l’aide des législateurs acquis moyennant prébendes et privilèges mais surtout grâce à leurs nombreux appuis au sein des services de renseignement,  une sorte de monopole qui ne dit pas son nom. Sans orientation politique ou idéologique, bien que beaucoup d’entre les barons autoproclamés de l’import se sentent proches de l’islamisme à la mode du Golfe arabo-persique tandis que d’autres vouent une admiration sans borne au néolibéralisme sauvage, les cartels d’importations en sont venus à influencer le rapport de forces assez complexe qui caractérise la politique obscure et ambigüe de l’Algérie. Au point où il purent mettre gravement en danger l’État même en y fomentant des émeutes soutenues et d’une violence inouïe comme ce fut le cas le 5 janvier 2011.

L’importation de produits alimentaires et d’artefacts israéliens et kosovars en Algérie est l’une des conséquences de la turcophilie ambiante des milieux d’affaires, lesquels non seulement adhèrent totalement à  la politique étrangère de la Turquie d’Erdögan mais soutiennent la reconfiguration géopolitique en cours dans le monde arabe.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.