Actualités crise syrienne Géopolitique Géopolitique des coups d'Etat Géostratégie Guerre mondiale Intelligence Stratégie Strategy

Conflit au Moyen-Orient: Moscou ne permettra pas une No-fly zone au-dessus de la Syrie

La russie  ne permettra pas l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Syrie, hypothèse proposée selon la presse américaine par des responsables militaires à Washington, a déclaré,  lundi 17 juin 2013, le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères. “Nous avons vu avec l’exemple de la Libye la manière dont une telle zone est mise en place et la façon dont de telles décisions sont appliquées. Nous ne voulons pas la répétition d’un tel scénario en ce qui concerne le conflit en Syrie. Je pense qu’en principe nous ne permettrons pas un tel scénario”, a dit Alexandre Loukachevitch lors d’une conférence de presse.

Des médias américains ont affirmé la semaine dernière que le Pentagone avait proposé à l’administration du président Barack Obama de mettre en place une zone d’exclusion aérienne limitée, pour notamment protéger les camps d’entraînements des rebelles en Syrie.

La défaite stratégique de l’opposition à Al-Qussayr a affolé les saoudiens. Ces derniers sortent t le grand jeu. Le prince Bandar Ben Sultane Ben Abdelaziz Al Saud, surnommé le prince des ténèbres par ses (très nombreux) détracteurs a réussi en une tournée à Paris et à Londres à obtenir que les Etats-Unis revoient les termes de leurs négociations avec les russes et  superviser le transfert initial de plus d’un million et demi de pièces d’armes  produites par les manufactures européennes vers les bases secrètes de soutien logistique de la rébellion syrienne établies depuis des mois en Turquie méridionale et en Jordanie septentrionale. Ce n’est pas tout, le prince Bandar, très proches des néoconservateurs US, pousse les Etats-Unis à imposer une No Fly zone à partir du Nord de la Jordanie où ont été déployés des batteries de missiles ABM de type Patriot, des chasseurs bombardiers et des éléments du 24e corps expéditionnaire des Marines.

Ex-ambassadeur aux Etats-Unis, le Prince Bandar est un ami personnel de la dynastie des Bush et de Dick Cheney. Il est à la tête des renseignements du royaume d’Arabie Saoudite depuis juillet 2012. Il possède un réseau d’influence très puissant dans les milieux les plus conservateurs et militaristes des Etats-Unis d’Amérique. Il aurait été le principal architecte des lignes de soutien logistique de la guérilla afghane contre l’armée soviétique lors de la guerre d’Afghanistan (1979-1989) et serait derrière le marketing d’Al-Qaïda. Son passage à Paris où il aurait été reçu par Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères; que le prince surnomme le fils du drapier,  a été étrangement  passé sous silence par les médias français.

Le Prince Bandar et l'ex-Président Us George Bush junior. Très lié à la famille Bush et à Dick Cheney et leurs intérêts pétroliers, le prince saoudien dispose d'une redoutable influence. C'est lui qui a permis à la famille Benladen d'être rapatriée des Etats-Unis alors que le ciel américain était fermé au lendemain des attentats du 11 septembre 2001.
Le Prince Bandar et l’ex-Président Us George Bush junior. Très lié à la famille Bush et à Dick Cheney et leurs intérêts pétroliers, le prince saoudien dispose d’une redoutable influence. C’est lui qui a permis à la famille Benladen d’être rapatriée des Etats-Unis alors que le ciel américain était fermé au lendemain des attentats du 11 septembre 2001.
Publicités



');

7 Replies to “Conflit au Moyen-Orient: Moscou ne permettra pas une No-fly zone au-dessus de la Syrie

  1. Bonjour Strategika 51

    J’ai rarement envie de commenter sur le net. Mais je le fais ici pour vous faire part de ma solidarité pleine et entière. Vous vous êtes heurté à la raison d’Etat d’un gouvernement faible, servile et corrompu. Ne vous inquiétez pas, ils ne font qu’accroître votre réputation.
    Salutations

  2. Bonjour,

    Merci pour cet article et l’excellente nouvelle qui se confirme : le ferme soutien des Russes à la Syrie ne se dément pas.

    Ce qui suit me paraît inquiétant :
    [[[ Le prince Bandar Ben Sultane Ben Abdelaziz Al Saud, surnommé le prince des ténèbres par ses (très nombreux) détracteurs a réussi en une tournée à Paris et à Londres à obtenir que les Etats-Unis revoient les termes de leurs négociations avec les russes …]]] …
    Ce Bandar aurait donc obtenu que les “Etats-Unis revoient les termes de leurs négociations avec les russes”?
    Que cela peut-il signifier ?
    Quel marché pensent-ils proposer à la Russie pour lâcher la Syrie, trahir Bachar Al-Assad ?

    N’ont-ils pas encore compris, qu’au-delà de ses propres intérêts, la Russie a le beau rôle (avec la Chine) dans la guerre de Syrie : la défense du Droit International de non ingérence dans les affaires intérieures d’un État souverain.
    Nous saurons bientôt ce qu’il en est de ces tentatives US auprès de Vladimir Poutine, Sergueï Lavrov et la diplomatie russe.
    Le Président Poutine a commencé à “remettre les pendules à l’heure” avec Cameron, en n’hésitant pas à lui rappeler les douteux exploits de ses protégés :”Je pense que tout le monde sera d’accord sur le fait que ça ne vaut pas la peine de soutenir des personnes qui non seulement tuent leurs ennemis mais mangent aussi leurs organes en public et devant les caméras” !!!

    Aujourd’hui et demain au G8, Poutine va continuer avec Obama, Hollande et ses minables preuves “bidon” d’utilisation de sarin par l’armée syrienne…

    En Syrie l’AAS gagne du terrain et remporte de grands succès sur le terroristes tous les jours.Les USA s’agitent à la frontière jordanienne : quid de leurs intentions réelles ? Tsahal campe dans le Golan occupé, mais côté Turquie Erdogan s’embourbe dans les manifestations hostiles, il parle de faire intervenir l’armée et dommage pour son allié US, le problème syrien va passer au second plan.

    Les média français n’évoquent qu’un allié des Syriens, La Russie, en oubliant sciemment que la Chine, l’Iran les pays du BRICS et la majorité des pays d’Amérique du Sud (hormis la Colombie), l’Algérie et d’autres pays du monde soutiennent Bachar Al-Assad et le droit des Syriens à choisir eux-mêmes leurs dirigeants.. Cela participe de leur constante désinformation et de leur propagande.

    Cordialement – mvL17

  3. Merci pour cet article. La Russie de Poutine – et la Chine – ont-ils d’autres moyens de pression que le droit de véto? Que se passerait-il si un pays frontalier de la Syrie (la Turquie, la Jordanie) venait à lui déclarer ouvertement la guerre sous un pretexte ou un autre…mais crédible, bien sur. D’ailleurs, la Jordanie pourrait jouer se rôle, elle a sur son territoire quelques armées qui, comme par hasard, pourraient donner un coup de main.

    Dans ce cas-là, et si le prétexte était crédible, et irréfutable, que pourraient faire la Chine et la Russie?

    Salutations…

    1. Bonjour Caligula,

      Quel prétexte pourrait-il être crédible, et irréfutable, pour la Chine et la Russie ?

      Les ennemis de Bachar Al-Assad ont déjà tout essayé, semble-t-il… Que pourraient-ils inventer d’autre ?

      En effet la Jordanie pourrait décider d’attaquer la Syrie, vu les forces US qui s’y sont installées ces dernières semaines sous prétexte de manœuvres communes, ce serait alors sous la pression US.
      Erdogan a pour le moment fort à faire avec l’agitation intérieure qui ne faiblit pas et le peuple turc n’approuvait pas en général son bellicisme envers la Syrie.

      Depuis plus de deux ans que dure cette guerre, Russes et Chinois ont dû élaborer des plans, y compris militaires en cas d’échec de la diplomatie pour faire face à toute éventualité.

      L’issue de cette guerre déterminera un nouvel équilibre entre les trois grandes puissances qui mettent leurs intérêts et leur influence en jeu.

      Que force reste enfin au Droit International défendu, en l’occurrence ici, par la Chine et la Russie et leurs alliés !

      Je souhaite, pour ma part et le bien d’un plus grand nombre, que l’hégémonie des USA régresse : un peu partout où ils ont implanté leurs bases militaires : que ce soit “US Go Home”, idem pour l’Otan et leurs outils financiers FMI et Banque Mondiale qui appauvrissent les peuples.

      Cordialement – mvL17

      1. Bonsoir mvL17,

        Vous parlez de droits internationaux, j’ai appris que la Syrie n’a jamais signé la charte sur les armes chimiques. Donc, en théorie, ils ont le droit de les utiliser. C’est un peu comme si on décidait d’armer les doux rêveurs d’Occupy Wall Street, sous prétexte que les USA rejettent trop de CO2, bien qu’ils n’aient pas signé le traité sur les rejets…

        Et en ce qui concerne le US GO HOME!, j’aurais tendance à me méfier d’un étât guerrier et trop sûr de lui quand il est obligé de rentrer chez lui, la queue entre les jambes (pardonnez l’expression). Mais sinon, je suis d’accord.

        Salutations…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.