Actualités Armement Chaos chaos crise syrienne cyberguerre Défense Géopolitique Géopolitique des coups d'Etat Géopolitique du gaz Géostratégie Guerre asymétrique Guerre mondiale Sommaire troisième guerre mondiale Troisième guerre mondiale

Conflit au Moyen-orient: un épilogue fin Août, début septembre?

Des informations persistantes et concordantes indiquent qu’une opération militaire régionale d’envergure contre la Syrie est en préparation au Nord de la Jordanie pour la période succédant à la fin du mois sacré du Ramadan pour les musulmans, coïncidant avec la fin du mois d’août et le début du mois de septembre.

a l’opposé de ses  déclarations officielles sur la conférence G2 (Genève 2), Washington aurait renforcé les ponts aériens avec Israël et la Jordanie. officiellement 300 marines américains et un nombre indéterminé de membres des forces spéciales de huit pays de l’OTAN (parmi eux la Grande-Bretagne, la France et les Pays-Bas) se trouvent actuellement au Nord du royaume Hachémite dirigé par le Roi Abdallah II.

Cependant, d’après des correspondances locales, le nombre d’instructeurs US ne cesse de croître depuis trois semaines. au cours de la semaine écoulée, des dizaines de “volontaires” en provenance de ces  camps d’entraînement spéciaux en Jordanie ont vainement tenté des intrusions au Sud de la Syrie, plus précisément dans la province de Deraa, berceau de la révolte ayant conduit à la guerre civile syrienne.

Dans le même contexte, nos sources indiquent que selon des rapports établis par des diplomates syriens loyalistes, les forces spéciales de l’Otan seraient sur le point de déclencher une opération visant à décapiter la direction syrienne.

Sur le terrain, les unités de l’armée syrienne continuent de progresser, notamment dans la province centrale de Homs et au Nord.  Sur les hauteurs du Golan, une source proche de l’UNDOF  a révélé que l’armée et les innombrables services spéciaux israéliens sont bel et bien impliqués aux côtés de certaines factions de la rébellion dans la guerre contre le gouvernement syrien. Parmi les services spéciaux impliqués figurent ceux connus sous le nom de Musta’ravim. Ces derniers sont composés essentiellement d’Arabes israéliens portant des barbes et criant à tue-tête “Allah Akbar!” (Dieu est Grand!). Ils auraient des connaissances religieuses étendue en Islam et seraient, de par leur maîtrise apparente de la jurisprudence islamique, derrière la plupart des avis religieux ordonnant le massacre de civils innocents.

Sur le plan diplomatique, les négociations sur la tenue de la Conférence de Genève  achoppent sur le refus absolu de l’Arabie Saoudite et de ses alliés ainsi qu’Israël de l’éventualité de la survie du régime syrien actuel. Cette convergence des objectifs ne coincide pas avec les motivations de chacun: pour Ryad, pas question de voir un “croissant chiite s’étendre de Bagdad à la Méditerranée en menaçant l’ordre établi en péninsule arabique; pour Tel-Aviv, le régime syrien actuel doit être détruit pour des raisons d’hégémonie régionale: cela isolera le Hezbollah au Liban et surtout l’Iran, unis dans un axe stratégique pour le meilleur et pour le pire.

L’Arabie Saoudite et Israël sont les deux principaux leviers de la politique étrangère US et, par ricochet, celle de l’ensemble des pays européens suivistes. L’ influence de ces deux pays  sur la politique étrangère américaine  est énorme et sans équivalent dans l’histoire politique et diplomatique contemporaine.

Que fera Moscou en cas de décapitation brutale du gouvernement syrien et le chaos général qui en résulterait avec un risque certain de partition en micro-Etats au Moyen-Orient?

Echecmat

Publicités



');

3 Replies to “Conflit au Moyen-orient: un épilogue fin Août, début septembre?

  1. DEUX ÉTÉS, LA BOULE DE CRISTAL N’A PAS LE BON ÉCLAIRAGE.
    IL FAUX BRISER LES OEUFS POUR FAIRE L’OMELETTE.

  2. Bonsoir Strategika51,

    J’ai vu passer une info sur les forces Onusiennes sur le Golan, je vous la donne, elle ne fait que confirmer – pour ceux qui lisent entre les lignes – le risque d’escalade militaire en Syrie:

    http://www.romandie.com/news/n/_Golan_le_Conseil_de_securite_autorise_un_meilleur_armement_des_Casques_bleus83270620132133.asp

    D’aprés ce que j’ai pu lire à droite et à gauche, il se pourrait que l’Irak ait pris position aux côtés de Téhéran et de Damas, au grand dam de Washington. Car si la Syrie et l’Iran sont sous le coup d’un embargo – aussi bien pour les matières premières, que (et surtout) pour l’armement – il n’en va pas de même pour Bagdad. En voici (peut-être) une preuve ou pour le moins, un indice:

    http://www.dedefensa.org/article-h_licos_russes_et_fili_re_russie-irak-syrie_29_06_2013.html

    Alors, même en tenant compte des conflits intra-communautaires qui secouent se pays, il se pourrait qu’il joue les troubles fête. D’autant plus, que j’ai l’impression qu’ils ont définitivement tourné la page US:

    http://www.2000watts.org/index.php/energytrend/petrole/938-les-usa-se-font-piquer-le-petrole-irakien-par-les-chinois.html

    On peut toujours objecter que la deuxième guerre du golfe n’avait pas pour objectif de récupérer l’or noir, et que les USA s’auto-approvisionnent avec leur gaz/pétrole de schiste, cela doit les faire enrager un peu…Ou alors, ils ont une autre stratégie pour la Chine, non basée sur les ressources, d’autant plus que la Chine vient de signer un contrat/partenariat avec la Russie pour la modique somme de 270 milliards de $ sur 25 ans.

    Bonne lecture, et merci pour toute cette bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.