Afghanistan Analysis Asie Asie centrale Chine Collier de perles Conflit au Moyen-Orient Conflits crise syrienne Energie Energie fossiles Eurasie Géopolitique Géostratégie Politique Chinoise Route de la soie Stratégie Strategy

Un nouveau monde se crée en Asie: la Chine veut ressusciter la route de la soie…

Bichkek-(Strategika51)   Pendant que les Etats-Unis et leurs alliés ameutaient le monde sur l’affaire syrienne, se heurtant de plein front à une Russie jusque-boutiste, la Chine gardait un profil bas mais avançait à pas de géant.

Pourtant, depuis l’affaire Edward Snowden, Pékin est furieux. Dérogeant à leur traditionnel sens de la mesure et de la discrétion,  les dirigeants actuels de la Chine ne peuvent plus évoquer Washington sans une longue bordée de mots fort injurieux. Mais contrairement aux Russes, ils gardent un silence fort inquiétant. D’autant plus qu’ils connaissent  mieux que quiconque, y compris les plus proches alliés de Washington, la véritable nature de la politique étrangère américaine et ses objectifs réels.

Le treizième Sommet de l’Organisation de Coopération de Shanghai, tenu cette année à Bishkek au Kyrgystan, nous a permis de dégager quelques aspects de la stratégie chinoise et la nature de la rétroaction de la Chine face aux bouleversements géopolitiques et géostratégiques “provoqués” par les Etats-Unis afin d’y consacrer et maintenir leur hégémonie.

Tandis que Washington menaçait la Syrie d’une intervention de fin du monde, la Chine étendait son collier de perles jusqu’en Mer Rouge et tentait une incursion en Méditerranée orientale. Petite surprise, ce collier de perles que l’on croyait d’Est en Ouest, tente une ramification au delà du Détroit de la Pérouse et esquisse une entrée, pour l’instant timide, dans les eaux du Pacifique Nord. Soit à quelques milles nautiques de l’Alaska…

La grosse surprise est celle évoquée par le Président chinois Xi Jinping lors du Sommet de Bishkek lorsqu’il n’a pas manqué de rappeler que sa province natale, le Shaanxi a été le point de départ de l’ancienne a route de la soie et que son pays est déterminé à créer une “ceinture économique tout le long de cette ancienne route” en coopération avec l’Asie centrale et la Russie. Autrement dit, Pékin n’ambitionne pas moins de réaliser une méga intégration eurasienne comprenant un marché de trois milliards d’individus, soit le plus grand marché du monde.

L’ancienne route de la soie traversait l’Afghanistan actuel. Pékin ne décide jamais à la légère. Cela veut dire que les Chinois attendent le retrait américain de ce pays pour s’y positionner.  Pékin a pris acte de la défaite des armées de la première puissance militaire mondiale et celles de ces alliés de l’Otan et de l’ISAF en Afghanistan où ils n’ont pu parvenir à bout d’une guérilla paysanne et montagnarde.

En parallèle avec l’expansion du collier de perle sur les mers du Sud, la Chine poursuivra donc la création d’un corridor stratégique s’étendant de la Mer de Chine à la Mer Baltique que les invasions US de l’Afghanistan et de l’Irak ont tenté de retarder. Pékin a désormais le soutien total de la Russie et de puissances régionales comme l’Iran.

De toute évidence, la Chine ne pourra atteindre ces objectifs sans pouvoir au préalable se débarrasser du “terrorisme” et les velléités séparatistes utilisées par Washington pour semer le chaos et l’anarchie. L’enjeu est immense. C’est un grand jeu géostratégique d’envergure mondiale. Une mainmise chinoise sur l’Eurasie ou du moins une grande partie du croissant s’étendant entre Urumqi et Bagdad en ayant la  courbe convexe passant par les anciennes républiques d’Asie centrales feraient perdre aux grandes multinationales US une dizaine de projets de pipelines et de gazoducs.

Le Sommet de Bishkek a consacré également l’adoption d’une posture unifiée de la Chine, la Russie et de l’Iran dans l’affaire syrienne qui a failli très mal tourner.  Certes, la contre-offensive diplomatique russe, de très haute facture- a permis de sauver et la face du Président US et la paix mondiale menacée par une guerre dont personne ne savait sur quoi elle allait déboucher. On retiendra que les américains et les israéliens ont lancé deux missiles de nature inconnue sur la Syrie à partir des côtes espagnoles mais que ces derniers ont été interceptés en vol par la défense balistiques russe. Mais tout le monde à Bichkek sait que ce n’est là que partie remise. Et que l’hyper-puissance US n’est prête à aucune concession sans déclencher un cataclysme mondial. D’où la démarche soft d’une Chine silencieuse mais dont les ambitions ne souffrent d’ambigüité aucune.

Contrastant avec les interminables conflits dans lesquels se débat l’hégémonie US, un nouveau monde est en création en Asie…

Publicités

6 Replies to “Un nouveau monde se crée en Asie: la Chine veut ressusciter la route de la soie…

  1. bonjour, le projet chinois va se heurter aux projets russe et turque en asie centrale. la chine a récemment exclu de participer au projet russe, est ce que ca signifie qu’a long terme le clash est ineluctable? très bon article.

  2. A reblogué ceci sur raimanet and commented:
    Afghanistan, Analysis, Asie, Asie centrale, Chine, Collier de perles, Conflit au Moyen-Orient, Conflits, crise syrienne, Diplomatie, Energie, Energie fossiles, Eurasie, Géopolitique, Géostratégie, Hégémonie, Politique Chinoise, Route de la soie, Stratégie, Strategy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.