Chine Stratégie Strategy

Mer de Chine Orientale: une flotte chinoise quitte son port d’attache de Qingdao

Le Liaoning, l’unique porte-avions de la République populaire de Chine a quitté son port d’attache de Qingdao, accompagné de deux destroyers lance-missiles, le Shenyang et le Shijiazhuang, ainsi que deux frégates pour une patrouille en Mer de Chine Orientale.

Ce mouvement intervient moins de 48 heures après le survol de la zone d’identification aérienne mise en place la semaine dernière par la Chine dans la région par deux bombardiers stratégiques US de type B52 sans en aviser les autorités chinoises.

L’armée chinoise a commenté l’incident en soulignant que le vol des deux appareils a été suivi de très près par ses systèmes de défense. Geng Yansheng, porte-parole du ministère chinois de la défense a confirmé des informations faisant état du suivi des deux B52 US par près d’un millier de radars de la défense antiaérienne chinoise:

“Nous avons suivi et surveillé tout le processus et assuré l’identification instantanée des deux appareils américains”

Avant d’ajouter tout aussi laconiquement que la Chine dispose des moyens nécessaires pour assurer un contrôle effectif sur son espace aérien.

Les médias sont allés un peu vite en besogne en présentant la décision de Pékin d’instaurer une zone d’identification aérienne comme une zone d’exclusion aérienne (No Fly Zone). Ce qui n’est pas le cas.

Ce petit jeu cache un autre. Infiniment plus grand. Plus que la Russie, la Chine inquiète au plus haut point Washington. Ce dernier est en train de mobiliser ses pions dans la région dans une sorte de coalition anti-chinoise. Au Japon, la Corée du Sud et les Philippines, les américains tentent de rallier par divers moyens le Vietnam et la Thaïlande. Sur un autre plan, les américains disposent en réserve de leurs outils Ouïghours et Tibétains. Ces deux fronts sont gelés pour l’instant.

Pour sa part, la Chine reste silencieuse. Contrairement à la Russie. Mais paradoxalement c’est à la Chine que Washington en veut le plus. La NSA et le Prentagone en savent quelque chose. La banque fédérale US également.

Photographie du porte-avions chinois Liaoning. Crédits médias officiels chinois.
Photographie du porte-avions chinois Liaoning. Crédits médias officiels chinois.
Publicités



');

One Reply to “Mer de Chine Orientale: une flotte chinoise quitte son port d’attache de Qingdao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.