Actualités Conflits Géopolitique Sommaire

Libye: le chaos se propage

Il est pour le moins déconcertant de constater le mutisme total dont font preuve les médias occidentaux et Arabes sur la véritable guerre qui se déroule en ce moment en Libye où le chaos ne cesse de se propager.

Des villes sont assiégées, des convois officiels sont attaqués à la roquette et des infrastructures sont pilonnées à coups d’obus tandis que les autorités “centrales” (en réalité le pouvoir libyen s’est fractionnés autour de trois pôles) annoncent en grande pompe au monde entier que la Libye s’est débarrassée de la totalité de son arsenal chimique. Legs de la période du colonel Gaddafi.

Comme un mensonge n’est jamais trop gros en Libye, le jour même une milice du Sud-Ouest usa de deux obus de mortier chargés d’une substance chimique contre une milice rivale pour le contrôle d’un point d’eau…

En réalité, les obus chimiques pillés des arsenaux militaires de l’ex-Jamahirya ont fini entre les mains de deux puissantes milices en Libye: celles de Zenten, contrôlant un vaste territoire en Tripiolitaine et celle de ce que l’on serait forcé d’appeler la République armée de Misrata à mi-chemin entre Tripoli et Syrte. Les deux puissances rivales de l’échiquier libyen  n’ont pas hésité un instant à utiliser ces armes contre leurs adversaires. Fort mal toutefois.  Sans susciter la moindre réaction internationale.

Plus au Sud, le gouvernement libyen fait croire à une révolte des anciens partisans du colonel Gaddafi et dont le meneur ne serait autre que Moatassim Gaddafi, l’un des fils rescapés du Guide, réfugié au Niger. Sur le terrain, les combats et les coups de main se sont multipliés ces deux derniers mois. Les colonnes de Misrata, que Tripoli considère sous les ordres du ministère libyen de la Défense, se sont déplacées à Sebha mais craignant une reprise des hostilités avec les puissantes tribus Warflla massées autour de la ville de Bani Walid, la seule encore en Libye qui arbore le drapeau vert de l’ex-régime, ils ont voulu déléguer cette basse oeuvre au Zenten, lesquels ont catégoriquement refusé toute tutelle autre que leur conseil tribal.

Signe du chaos déferlant sur la Libye: une rumeur selon laquelle l’Egypte du général Abdelfattah Al-Sissi, grand pourfendeur des Frères Musulmans, a entrainé et armé les pro-Gaddafistes a été derrière l’attaque des locaux diplomatiques et des intérêts égyptiens dans le pays.

A l’Est, deux acteurs se partagent la vedette: Al-Qaïda et les compagnies privées spécialisées dans la sécurité, dont Academi mais également des compagnies européennes. Enjeu: les installations pétrolières. Derna, la capitale des kamikazes d’Al-Qaïda nouvelle vague dans le monde sera de plus en plus un des lieux d’affrontements entre les différents acteurs de la politique sanglante qui se joue en Libye.

Enfin, la Libye abrite officieusement et semi-officiellement des dizaines de camps de recrutement et d’entrainement destinés à tous ceux qui désirent se rendre en Syrie via la Turquie pour se joindre à la grande cause ou plutôt à la guerre sainte de l’Otan et de la Maison des Saoud contre le pouvoir séculier de Bashar Al-Assad, qualifié d’apostat. Cependant, depuis quelques mois, malgré la prime de 8000 euros offerte à chaque volontaire, on se bouscule plus devant ces camps comme ce fut le cas jusqu’en septembre 2013.Il est vrai que le nombre de combattants portés disparus en Syrie n’est pas loin d’égaler le nombre des nouvelles recrues…

La Libye de 2014 semble dans le chaos. Un chaos qui ne menace pas seulement  le flanc occidental d’une Egypte amoindrie dans ses conflits politiques et ses difficultés économiques, mais surtout la Tunisie, le flanc Sud-oriental de l’Algérie et le Niger. Ce n’est pas pour rien que le Niger a appelé la communauté internationale à intervenir en Libye méridionale (ce que cette “communauté internationale” fait déjà sous couvert) et que l’Algérie a concentré sur ses frontières avec la Libye des hélicoptères d’attaque au sol et des chasseurs-bombardier Sukhoi Su-30 MKA.

A Washington, l’affaire ou plus précisément le scandale de Benghazi est mis en sourdine, pour éviter de porter préjudice à la candidature de Hillary Clinton aux prochaines présidentielles US. Cependant, des forces spéciales US ont opéré et opèrent encore de façon ponctuelles dans certains endroits en Libye. Tant que le pétrole libyen est sous séquestre, inutile de rameuter les médias et les organisations de défense des droits humains…Circulez! Il n’y a rien à voir!

Le dénommé Bernard-Henry Lévy, autoproclamé philosophe d’opérette et muse patentée de la politique étrangère de Nicholas Sarkozy en 2011 devrait faire un tour en Libye en ce moment. Pas sûr qu’il puisse en revenir en un seul morceau…

Publicités

2 Replies to “Libye: le chaos se propage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.