Actualités Géopolitique Géostratégie

Nouvelle stratégie au Moyen-Orient?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela bouge pas mal du côté du Moyen-Orient. Alors que le monde regarde du côté de l’Ukraine, les évènements se précipitent dans les pays du Golfe.

Tout a commencé avec la déclaration du premier ministre turc – Recep Tayyip Erdogan – qui disait qu’il démissionnerait en cas de défaite de son parti lors des prochaines élections (municipales, le 30 Mars). Ce qui est étonnant, dans un sens, puisque malgré les manifestations et les suspicions de corruption qui ont secoué le gouvernement depuis quelques mois; le retrait de la vie politique ne faisait pas partie de ses options. On peut même aller jusqu’à dire qu’il s’accrochait au pouvoir.

Cette semaine, l’Arabie Saoudite, le Bahreïn et les Emirats Arabes Unis ont décidé de rappeler leurs diplomates respectifs du Qatar. Leur reproche? Le fait que Doha s’ingère dans les affaires internes de leurs pays. Ce n’est pas aussi innocent que ça en a l’air. Cela ressemble même à une crise assez grave. Le Qatar est le grand défenseur des Frères Musulmans, Frères Musulmans qui sont la bête noire de l’Arabie Saoudite. Ryad avait applaudit des deux mains lors du putsch du général al-Sissi en Egypte, ce que Doha n’avait pas apprécié. Cependant, il ne faut pas oublier que le Qatar a été écarté de la crise syrienne l’an dernier. Serait-ce une vengeance de Doha?

Et aujourd’hui, pour couronner le tout, Ryad vient de classer les Frères musulmans comme organisation terroriste, appelant les autres pays arabes à faire de même. Le premier pays à réagir a été l’Egypte, qui vient de saluer l’initiative.

Nous nous félicitons de la décision saoudienne, qui témoigne de l’importante coopération et de la profonde solidarité entre les deux pays, a déclaré à l’AFP le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères, Badr Abdelatty.

Donc, la chasse au FM continue. Le prochain sur la liste semble tout désigné: Erdogan. Mais au delà des luttes intestines que se livrent les pays du Golfe, assiterions nous à une redistribution des cartes au Moyen-Orient? Le soudain “rapprochement” USA/Iran serait-il en train de faire changer la donne? Rien n’est moins sûr. Mais il semblerait que l’Arabie Saoudite commence à s’inquiéter du possible retour – sur ses terres – des islamistes déployés en Syrie.

Dernière minute: Erdogan menace d’interdire Youtube et Facebook après les élections municipales. On peut donc en déduire qu’il reste serein quand au résultat du vote…

Publicités

One Reply to “Nouvelle stratégie au Moyen-Orient?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.