Analysis

Staged Chemical Attacks and Other Trends in Modern Propaganda

The scandal regarding the fake hospital video published by the White Helmets as a proof of the Douma chemical attack has reached its peak in the media and has caused reaction on the diplomatic level.

On February 13, BBC Syria’s producer Riam Dalati came out with a statement that “After almost 6 months of investigations” he “can prove without a doubt that the Douma Hospital scene was staged” and “no fatalities had occurred in the hospital.” Dalati added that he believes that “the attack did happen” but no Sarin was used and “everything else around the attack was manufactured for maximum effect.”

“I can tell you that Jaysh al-Islam ruled Douma with an iron fist. They coopted activists, doctors and humanitarians with fear and intimidation. In fact, one of the 3 or 4 people filming the scene was Dr. Abu Bakr Hanan, a “brute and shifty” doctor affiliated with Jaysh Al-Islam. The narrative was that “there weren’t enough drs [doctors]” but here is one filming and not taking part of the rescue efforts. Will keep the rest for later,” he wrote in a tweet chain on the topic.

An interesting fact that despite the confidence that the attack did take place and no Sarin was used, Dalati was not able to name the chemical substance used and said that it is up to the OPCW to make conclusions.

Even this halfway contradiction to the “Assad did it” version caused a wide attention because BBC was among the mainstream media organizations fueling anti-Assad hysteria when the video first appeared in April 2018. This joint propaganda effort became a formal justification of the US-led cruise missile attack on Syria.

Dalati’s statement widely circulated independent media organizations and was even commented by the Russian defense and foreign ministries. Foreign Ministry Spokeswoman Maria Zakharova described the revelation as a “theater of absurd.”

“Over the past years, and not only in Syria, we have seen just a tragic farce performed by the Western community and mass media, which on the one hand, speak about the high democratic goals and how they care about the civilians of a sovereign state, and on the other hand, they just do not give a damn about all laws, the international law, freedoms and rights of a nation and certain people,” Zakharova stressed.

She compared this case with the situation developing around Iraq prior to the start of the US intervention and recalled how then US ambassador to the UN Colin Powell was convincing the international community that there is a need to rescue “Iraq, Iraqi nation and democracy”.

The Russian Defense Ministry also commented on the issue by saying that Russia is not surprised by the appearance of new discrediting details.

“Many of today’s top-ranking politicians in the United States and Europe, then tearing their throats in ‘defending the peaceful Syrians from the terrible chemical attacks of the regime” and sanctioning missile and air strikes on Syria, will try to forget the topic in order to avoid moral, political and criminal liability,” defense ministry spokesman Major General Igor Konashenkov said.

An interesting fact is that mainstream media outlets and Western diplomats in fact ignored this situation. Furthermore, BBC officially stated that its Syria producer acted on his own and his claims are “personal opinions”, distancing itself from his conduct.

The Douma attack was not the first and only case when studio work was presented by the US-led block as a decisive evidence justifying its actions in the conflict. After the April 2017 attack in Khan Shaykhun, experts voiced concern that the video released by the White Helmets as a proof of the chemical attack conducted by the Assad regime was staged.

In fact, weaponized disinformation campaigns, staged videos and fake news are common approaches used by the US military and special services to promote their own agenda around the world. The US was actively using these tools during its intervention in Iraq and after it.

According to the later revelations, the employed programs were varying from placing Pentagon-provided articles in Iraqi newspapers as “unbiased news” to producing footage, which were made to look as if they had been “created by Arabic TV,” and CDs with fake al-Qaeda videos, which then distributed through various channels.

The employed propaganda approaches are constantly evolving. Therefore, propaganda coverage of the conflict in Syria has some differences with those which were observed in Iraq. Now, mainstream media, the Pentagon, the intelligence services and diplomats are actively using Hollywood-style approaches. This style of the coverage is based on providing catchy, even if horrible, pictures and videos influencing the emotions of the audience rather than convincing it with logical conclusions.

Just like with Hollywood movies, the mainstream news has increasingly been turning away from the logical narration of stories with realistic motivations to emotional judgements based on anonymous sources, non-verified images, pocket citizen journalists and even open speculation. The content developed within the framework of this approach is usually based on the results of social and psychological research. This allows results to be maximised by the targetted development of content and appropriate segmentation of the audience. An interesting and successful example of this audience reaction modelling can be seen in the mainstream media coverage of the Salisbury incident, which gave rise to large-scale hysteria in Western countries about Russian spies.

Considering that US defense officials openly admit that the Pentagon, as well as other institutions, are going to develop their influencing tools and irregular warfare capabilities further, it should be expected that the intensity and sophistication of disinformation campaigns waged around the globe will continue to increase.

South Front

Publicités

Catégories :Analysis

4 réponses »

  1. Le scandale concernant la fausse vidéo hospitalière publiée par les Casques blancs comme preuve de l’attaque chimique de Douma a atteint son apogée dans les médias et a provoqué une réaction au niveau diplomatique.

    Le 13 février, le producteur de BBC Syria, Riam Dalati, a déclaré: « Après presque six mois d’enquêtes », il « peut prouver sans aucun doute que la scène de l’hôpital de Douma a été mise en scène » et « aucun décès n’est survenu à l’hôpital ». Dalati Il a ajouté qu’il pensait que « l’attaque avait bien eu lieu » mais que le sarin n’avait pas été utilisé et que « tout le reste autour de l’attaque avait été fabriqué pour un effet maximal ».

    «Je peux vous dire que Jaysh al-Islam a dirigé Douma avec une poigne de fer. Ils ont coopté des militants, des médecins et des humanitaires avec crainte et intimidation. En fait, une des trois ou quatre personnes qui ont filmé la scène était le Dr Abu Bakr Hanan, un médecin «brutal et instable» affilié à Jaysh Al-Islam. Le récit était qu’il n’y avait pas assez de docteurs, mais c’est un film qui ne prend pas part aux efforts de sauvetage. Je garderai le reste pour plus tard », a-t-il écrit dans une chaîne de tweets sur le sujet.

    Fait intéressant, Dalati n’a pas été en mesure de nommer la substance chimique utilisée et a déclaré qu’il incombait à l’OIAC de tirer des conclusions.

    Même cette demi-contradiction avec la version «Assad l’a fait» a suscité une grande attention parce que la BBC faisait partie des principaux médias alimentant l’hystérie anti-Assad lorsque la vidéo a été diffusée pour la première fois en avril 2018. Cet effort de propagande conjoint est devenu une justification formelle des États-Unis. dirigé attaque de missiles de croisière sur la Syrie.

    La déclaration de Dalati a largement circulé dans les médias indépendants et a même été commentée par les ministères de la Défense et des Affaires étrangères russes. La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a qualifié la révélation de «théâtre d’absurde».

    «Ces dernières années, et pas seulement en Syrie, nous avons assisté à une farce tragique de la part de la communauté occidentale et des médias, qui parlent d’une part des objectifs démocratiques élevés et de la manière dont ils se soucient des civils d’un souverain. d’autre part, ils ne se soucient absolument pas de toutes les lois, du droit international, des libertés et des droits d’une nation et de certains peuples », a souligné Zakharova.

    Elle a comparé cette affaire avec la situation autour de l’Irak avant le début de l’intervention américaine et a rappelé comment l’ambassadeur américain à l’ONU, Colin Powell, persuadait la communauté internationale qu’il était nécessaire de sauver « l’Irak, la nation irakienne et la démocratie ».

    Le ministère russe de la Défense a également commenté le problème en déclarant que la Russie n’était pas surprise par l’apparition de nouveaux détails discréditant.

    «Beaucoup de politiciens de premier plan aux États-Unis et en Europe, qui se sont ému en défendant les Syriens pacifiques contre les terribles attaques chimiques du régime» et en sanctionnant les tirs de missiles et de frappes aériennes en Syrie, tenteront d’oublier le sujet dans afin d’éviter toute responsabilité morale, politique et pénale « , a déclaré le général Igor Konashenkov, porte-parole du ministère de la Défense.

    Un fait intéressant est que les principaux médias et les diplomates occidentaux ont en fait ignoré cette situation. En outre, la BBC a officiellement déclaré que son producteur syrien avait agi de son propre chef et que ses affirmations étaient des « opinions personnelles », se démarquant de sa conduite.

    L’attaque de Douma n’était pas le premier et unique cas où le travail en studio a été présenté par le bloc dirigé par les États-Unis comme une preuve décisive justifiant ses actions dans le conflit. Après l’attaque d’avril 2017 à Khan Shaykhun, des experts se sont inquiétés de la mise en scène de la vidéo publiée par les Casques blancs comme preuve de l’attaque chimique menée par le régime d’Assad.

    En fait, les campagnes de désinformation par des armes, les vidéos mises en scène et les fausses informations sont des approches courantes utilisées par l’armée américaine et les services spéciaux pour promouvoir leurs propres objectifs dans le monde entier. Les États-Unis utilisaient activement ces outils pendant et après leur intervention en Irak.

    Selon les révélations ultérieures, les programmes utilisés variaient de placer les articles fournis par le Pentagone dans les journaux irakiens comme des «informations impartiales» à la production de séquences filmées comme si elles avaient été «créées par la télévision arabe» et de faux CD. vidéos d’Al-Qaïda, qui ont ensuite été distribuées par divers canaux.

    Les approches de propagande employées évoluent constamment. Par conséquent, la couverture de la propagande sur le conflit en Syrie présente quelques différences avec celles observées en Irak. Aujourd’hui, les médias grand public, le Pentagone, les services de renseignement et les diplomates utilisent activement des approches à la Hollywood. Ce style de couverture est basé sur la fourniture d’images et de vidéos accrocheuses, même horribles, influençant les émotions du public plutôt que de les convaincre par des conclusions logiques.

    Comme dans le cas des films hollywoodiens, les nouvelles grand public se détournent de plus en plus de la narration logique d’histoires aux motivations réalistes au profit de jugements émotionnels fondés sur des sources anonymes, des images non vérifiées, des journalistes à la poche et même des spéculations ouvertes. Le contenu développé dans le cadre de cette approche est généralement basé sur les résultats de recherches sociales et psychologiques. Cela permet d’optimiser les résultats grâce au développement ciblé du contenu et à la segmentation appropriée du public. Un exemple intéressant et réussi de cette modélisation de la réaction du public peut être vu dans la couverture médiatique de l’incident de Salisbury, qui a provoqué une hystérie à grande échelle dans les pays occidentaux à propos des espions russes.

    Étant donné que les responsables américains de la défense admettent ouvertement que le Pentagone, ainsi que d’autres institutions, vont continuer à développer leurs outils d’influence et leurs capacités de guerre irrégulières, on peut s’attendre à ce que l’intensité et la sophistication des campagnes de désinformation menées dans le monde entier continuent à augmenter .

Leave a Comment/Laisser un commentaire