Analysis

Yes, You Should Delete Facebook

image

I deleted my Facebook a few weeks ago, but it started scaring me last March.

A friend and I ran into one of his investors in a café in San Francisco, and the investor asked if we’d heard of a Soylent competitor, Ample. He was curious what we thought of it, and of meal replacement companies in general.

I hadn’t heard of Ample, but I shared my concerns with Soylent, and why I personally would never put my money into one of those companies. My friend, for the most part, agreed.

The conversation ended and we left. I didn’t think about Ample again, look it up, or talk about it online with anyone. But less than 24 hours later, there were ads for it in my Instagram feed.

It was spooky, to say the least. I was used to getting ads for products whose sites I’d visited, and for products I’d mentioned on Facebook, but products that I’d only talked about? That was weird.

After a bit of digging, I discovered I wasn’t alone. There were dozens of stories online about people getting freaked out by ads that seem like they only could have come from Facebook eavesdropping on their conversations.

Now to be clear, this probably isn’t happening. It would be a massive amount of work and data processing for marginally better ad targeting. Like the Wired article says, Facebook doesn’t need to listen to your conversations.

They can target you well enough without it.

Cause for Concern

That’s meant to be reassuring: they’re not listening to you because they don’t have to. But if anything, that should be even scarier. Facebook knows so much about you they can make you believe they’re listening to your personal conversations. They have so much data about you they can send you ads that have an uncanny relevance to what is going on in the real world.

Imagine, for a moment, that you had a friend with this level of knowledge about you. Someone who knows everywhere you go, what you like, what you fear, what you want, who you hang out with, how happy you are at any given moment.

They could be an amazing boon to your life. Or they could be a nightmare. It all depends on what they do with the information, and how well you can trust them with it.

Now imagine the friend can use their information about you to make money, say by manipulating your decisions to benefit them. And imagine they’re the kind of morally bankrupt person who would take advantage of their friend this way.

What would their incentives look like?

Since they can make money by manipulating your decisions, they’ll try to manipulate your decisions. And since they can better manipulate your decisions by learning more about you, the more they’ll want to learn. If they want the greatest success for themselves, they will necessarily have to manipulate you as much as possible and collect as much data on you as possible.

This seems to be the situation Facebook has gotten itself into:

1.They make money on ads.

2.Which means they need you to click on ads.

3. Which means they need to know more about you to send you better ads.

4. And they need you to spend more time on the site so you click on more ads.

5. So they’re motivated to get you addicted to spending time on the platform while collecting as much information about you as possible.

Facebook’s product is not the platform, it’s us. If the product is what a business sells to make money, then Facebook’s product is our attention and data. We are the product. And Facebook’s customers are the companies buying ads based on that attention and data.

If our time and our attention are Facebook’s true product, then their long-term goal becomes clear: to influence (and tax) how we communicate in the 21st century.

Every product they’ve launched and company they’ve acquired is related to this goal in some way:

– Facebook (app) is the asynchronous, community-focused communication platform

– Messenger / Whatsapp are the more instant, smaller group communication platforms

– Instagram is the visual communication platform

– Oculus can be the future immersive version of all of these platforms

Facebook wants to own how we communicate because it means more data and more attention, which means more ads revenue. Simple enough.

But that idea should be a little frightening: a company wants to control how you interact with other humans so that they can make money off of you. This isn’t some secret, evil motivation driving the company behind closed doors. It’s a necessary consequence of the incentives that shape it.

Compare this model to Netflix. You pay Netflix a flat monthly fee, and in return, you get unlimited streaming movies and TV shows from their platform. Netflix doesn’t make more money the more time you spend on it (they make less, actually), so they have no incentive to addict you to the platform (beyond keeping you from switching to a competitor). With Netflix, we’re the customers.

This isn’t to say that all free, ad-financed apps are bad and all pay-to-play apps are good. I’ve used Foursquare and Swarm consistently for 7+ years. These are apps where I volunteer my location, travel, eating, and shopping habits, and I’ve never had the slightest sense that Foursquare was using this data in a way that made my life worse.

The ads in Foursquare tend to be useful. Their goal for the product is to be the place consumers go to find the next restaurant or café to try. They don’t need you to spend tons of time in the app, and they don’t need you to buy products from vendors unrelated to your in-app goals. They just want you to stay in the habit of checking in places and finding places through them, so they serve you ads related to the kinds of foods and stores you tend to like.

If Foursquare started using that data in a way that made me uncomfortable, I’d stop using it. If every time I checked into a restaurant I started getting emails from them afterwards, I’d know Foursquare was selling my email address to places I checked in and I wouldn’t be cool with that. I’d delete it, and switch to an app I had more trust in.

The problem with Facebook is that its managed to gain such a monopoly on our digital presence that we worry about quitting it. Switching from Foursquare to Yelp doesn’t give anyone anxiety, but deleting Facebook does.

The Fear of Quitting

How did Facebook get so ingrained in our lives that people who lived without it for thirty years are suddenly concerned about losing it?

Partially for the same reason people joined in the first place: information. We want to know what’s going on in the lives of our friends and acquaintances, and Facebook has become the go-to source for doing that.

But in the process, Facebook has changed friendship from an active to a passive process. You can sit back and wait for some update to appear from a friend or acquaintance and then respond to it. You don’t have to put in any effort to reach out and ask what’s going on, you get it fed to your by the magical friend algorithms.

How often do you reach out to your friends to ask them how it’s going? Or to see if there are any big updates in their lives? There’s hardly any need anymore, since Facebook has automated the process. We don’t have to put in the work, the information comes to us, and so we’ve lost the muscles we used to use for staying updated on our social circle.

It’s similar to the problem I outlined in my article on the switch from search to social. As we moved away from actively looking for things on the Internet, having them fed to us instead, we became more passive informational consumers. And as we move more towards passive Facebook-style friendships, we lose our old abilities to stay in touch with people.

This would be fine if Facebook relationships were as meaningful as in-person ones, but they aren’t. Conversations through chat apps and getting up to date on your friends through the newsfeed is the relationship equivalent of Soylent. A technological pseudo-improvement over an ancient human process, and one that falls dramatically short of the value it’s trying to recreate.

And since we’ve been sipping the Facebook friend juice for so long, it’s legitimately scary to quit. How will you know what events are going on? How will you know if something big happens in your friend’s life? How will you stay in touch with people?

And since we’ve been sipping the Facebook friend juice for so long, it’s legitimately scary to quit. How will you know what events are going on? How will you know if something big happens in your friend’s life? How will you stay in touch with people?

The simple answer is… all the ways we did for the last 100,000 years. Talking to people. Being an active consumer of information and knowledge about your friends’ lives instead of letting it passively wash over you.

But it would still be fair to ask: why bother. Yes, quitting Facebook does make it more likely that you’ll miss events, updates, and messages, since other people are on it. And yes, it can be a little inconvenient to not have it at times, depending on your friend group.

So why is it worth it to delete the social network instead of begrudgingly continuing to use it?

Why Bother Deleting Facebook ?

Someone observing the digital landscape a couple years from now could see Facebook continuing its dominance and deduce that it’s fine to play fast and loose with customer data in the name of growth, to optimize your product around addictiveness, and to sell information on your users.

Or, in a couple years, they could see the massive consequences Facebook faced for behaving that way. They could see people chose to give their attention to products they trust, and left Facebook in droves.

Which is why quitting Facebook matters: it sends the message that companies can’t, and shouldn’t, try to have that much power over our lives. That if other companies try in the future, they’ll get punished for it.

If someone in our social circle deceives us or lies to us, we tell our friends. We use gossip to spread information about who is and isn’t trustworthy, partially so there are consequences for not being trustworthy. If businesses aren’t subject to the same consequences for not being trustworthy, they’ll have no motivation to think before they do something that could break their users’ trust.

If Facebook thinks they can keep focusing on addiction, ad revenue, and data collection with no consequences, they’ll keep doing it.
Reflecting on how Facebook has become such a dominant force in our lives the last five to ten years, and the consequences of that dominance, I think there are a few key lessons from it that we can apply to other technologies:

Don’t rely on a product for a natural human process

Facebook can’t replace socialization and face-to-face communication. Soylent can’t replace food. Porn can’t replace sex. Tinder can’t replace dating. It’s tempting to try to technologize everything in our lives, but it won’t work for these more old-school processes, and we should stop believing that four guys in their Harvard dorm room can really make a better social network than the one we have IRL.

Be the customer, not the product.

Opt for services you pay for instead of services that sell your information. Pay to remove ads whenever possible. When you’re using a product for free, you’re still paying for it in some way, typically through the data and attention you’re giving it. Watch out for the incentives of companies and products you use, and don’t expect that they’ll all be benevolent masters of your information.

Most importantly: treat companies like people

If a company can’t be trusted, ditch them, and let them feel the consequences. If a product can get away with mistreating its users to make money, it will keep doing it until they feel the consequences.

Facebook has become the abusive partner in many people’s lives. They’ve carved out such a seemingly important role in your life that even though you want to leave, you’re scared of the consequences.

But I can’t stress enough how little impact quitting has on your life. I was almost entirely off it for a year before deleting it, and in that time I’ve never missed it. Have I missed an event or two? Probably, but that’s a small price to pay.

And as for staying up to date on my friends lives… well I just do it the old fashioned way. Talking to them. Which is wonderful since we actually have something to talk about when we meet in person, instead of sitting on our phones looking at Facebook to get up to date on all our other friends’ lives.

Imagine going back 10 years and being told that if you signed up for Facebook, they were going to collect a disturbing amount of information on you, manipulate your emotions, store your conversations, and try to control how you communicate with people online. Would you sign up? Would you let your kid sign up?

I wouldn’t, and I don’t think you would either.

Nat Eliason
Founder of Growth Machine

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

Advertisements
avatar
15000
3 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Air ForceonerocDominique Recent comment authors
  Subscribe  
Notify of
Air Forceone
Guest
Air Forceone

@Roc,

Merci pour cette longue traduction car ma tentative en ligne était illisible!

Bien à Vous,

Marc Edmond

Dominique
Guest
Dominique

J’attends que ROC traduise…. 😉

roc
Guest
roc

J’ai supprimé mon Facebook il y a quelques semaines, mais cela a commencé à me faire peur en mars dernier.

Un ami et moi-même avons rencontré l’un de ses investisseurs dans un café de San Francisco, et l’investisseur nous a demandé si nous avions entendu parler d’un concurrent de Soylent, Ample. Il était curieux de savoir ce que nous en pensions et des entreprises de remplacement de repas en général.

Je n’avais pas entendu parler d’Ample, mais j’ai partagé mes préoccupations avec Soylent et expliqué pourquoi je n’investirais jamais personnellement dans l’une de ces sociétés. Mon ami, pour la plupart, a accepté.

La conversation s’est terminée et nous sommes partis. Je ne pensais plus à Ample, ne le consultais pas et n’en parlais en ligne avec personne. Mais moins de 24 heures plus tard, il y avait des publicités pour cela dans mon flux Instagram.

C’était effrayant, c’est le moins qu’on puisse dire. J’avais l’habitude de recevoir des annonces pour les produits dont les sites que j’avais visités et pour les produits que j’avais mentionnés sur Facebook, mais des produits dont je n’avais que parlé ? C’était bizarre.

Après avoir creusé un peu, j’ai découvert que je n’étais pas seul. Il y avait des dizaines d’histoires en ligne sur des personnes paniquées par des annonces qui semblaient provenir uniquement de Facebook qui écoutait leurs conversations.

Soyons clairs, cela ne se produira probablement pas. Cela représenterait une charge de travail et un traitement de données considérables pour un ciblage légèrement meilleur des annonces. Comme le dit l’article de Wired, Facebook n’a pas besoin d’écouter vos conversations.

Ils peuvent vous cibler assez bien sans cela.

– Source de préoccupation

C’est pour être rassurant: ils ne vous écoutent pas parce qu’ils ne sont pas obligés de le faire. Mais si quelque chose, cela devrait être encore plus effrayant. Facebook connaît tellement de vous sur vous, il peut vous faire croire qu’il écoute vos conversations personnelles. Ils ont tellement de données sur vous qu’ils peuvent vous envoyer des annonces qui ont une étrange pertinence par rapport à ce qui se passe dans le monde réel.

Imaginez un instant que vous ayez un ami avec ce niveau de connaissance sur vous. Quelqu’un qui sait partout où vous allez, ce que vous aimez, ce que vous craignez, ce que vous voulez, avec qui vous sortez, quel bonheur vous êtes à un moment donné.

Ils pourraient être un avantage incroyable pour votre vie. Ou ils pourraient être un cauchemar. Tout dépend de ce qu’ils font avec les informations et de la confiance que vous leur accordez.

Maintenant, imaginez que l’ami puisse utiliser ses informations vous concernant pour gagner de l’argent, en manipulant vos décisions par exemple. Et imaginez qu’il s’agit du genre de personne moralement en faillite qui tirerait avantage de son ami de cette façon.

Quelles seraient leurs motivations?

Puisqu’ils peuvent gagner de l’argent en manipulant vos décisions, ils essaieront de les manipuler. Et comme ils peuvent mieux manipuler vos décisions en apprenant plus sur vous, plus ils voudront en apprendre. S’ils veulent le plus grand succès pour eux-mêmes, ils devront nécessairement vous manipuler le plus possible et collecter le plus de données possible sur vous.

Cela semble être la situation dans laquelle Facebook s’est mis:

1.Ils gagnent de l’argent sur les annonces.

2.Ce qui signifie qu’ils ont besoin de vous pour cliquer sur les annonces.

3. Ce qui signifie qu’ils doivent en savoir plus sur vous pour vous envoyer de meilleures annonces.

4. Et ils ont besoin que vous passiez plus de temps sur le site pour pouvoir cliquer sur davantage d’annonces.

5. Ils sont donc motivés à vous rendre dépendant du temps passé sur la plateforme tout en collectant le plus d’informations possible sur vous.

Le produit de Facebook n’est pas la plate-forme, c’est nous. Si le produit est ce qu’une entreprise vend pour gagner de l’argent, alors le produit de Facebook est notre attention et nos données. Nous sommes le produit. Et les clients de Facebook sont les entreprises qui achètent des publicités basées sur cette attention et ces données.

Si notre époque et notre attention sont les véritables produits de Facebook, leur objectif à long terme devient alors clair: influencer (et imposer) notre façon de communiquer au XXIe siècle.

Tous les produits qu’ils ont lancés et les entreprises qu’ils ont acquises sont liés à cet objectif:

– Facebook (app) est la plate-forme de communication asynchrone axée sur la communauté

– Messenger / Whatsapp sont les plateformes de communication de groupe les plus instantanées et les plus petites

– Instagram est la plateforme de communication visuelle

– Oculus peut être la future version immersive de toutes ces plateformes

Facebook veut posséder notre façon de communiquer car cela signifie plus de données et plus d’attention, ce qui signifie plus de revenus publicitaires. Assez simple.

Mais cette idée devrait être un peu effrayante: une entreprise veut contrôler la façon dont vous interagissez avec les autres humains afin qu’ils puissent gagner de l’argent avec vous. Ce n’est pas une motivation secrète, perverse, qui conduit l’entreprise à huis clos. C’est une conséquence nécessaire des incitations qui le façonnent.

Comparez ce modèle à Netflix. Vous payez à Netflix des frais mensuels fixes et, en retour, vous obtenez des films et des émissions de télévision en streaming illimités à partir de leur plate-forme. Netflix ne gagne pas d’argent avec le temps que vous y consacrez (ils gagnent moins, en fait), ils n’ont donc aucun intérêt à vous rendre dépendant de la plate-forme (à part vous empêcher de passer à un concurrent). Avec Netflix, nous sommes les clients.

Cela ne veut pas dire que toutes les applications gratuites financées par une annonce sont mauvaises et que toutes les applications payantes sont bonnes. J’ai utilisé Foursquare et Swarm de manière cohérente pendant plus de 7 ans. Il s’agit d’applications dans lesquelles je consens volontairement mon lieu de résidence, mes voyages, mes habitudes de restauration et mes habitudes d’achat. Je n’ai jamais eu le sentiment que Foursquare utilisait ces données de manière à aggraver ma vie.

Les annonces dans Foursquare ont tendance à être utiles. Leur objectif pour le produit est d’être le lieu où les consommateurs vont trouver le prochain restaurant ou café à essayer. Ils n’ont pas besoin de vous pour passer beaucoup de temps dans l’application, ni pour acheter des produits auprès de fournisseurs n’ayant aucun lien avec vos objectifs intégrés. Ils veulent juste que vous gardiez l’habitude de vérifier des lieux et de trouver des lieux à travers eux, afin de vous diffuser des annonces relatives aux types d’aliments et de magasins que vous aimez.

Si Foursquare commençait à utiliser ces données d’une manière qui me mettait mal à l’aise, je cesserais de les utiliser. Si à chaque fois que j’enregistrais dans un restaurant, j’en recevais des courriels par la suite, je savais que Foursquare vendait mon adresse e-mail à des endroits où j’étais arrivée et que je ne serais pas cool avec ça. Je le supprimerais et basculerais vers une application en laquelle j’avais plus confiance.

Le problème avec Facebook est qu’il a réussi à obtenir un tel monopole sur notre présence numérique que nous craignons de le quitter. Passer de Foursquare à Yelp ne suscite aucune inquiétude, mais supprimer Facebook le fait.

-La peur de cesser de fumer

Comment Facebook s’est-il tellement enraciné dans nos vies que les personnes qui en ont été privées pendant trente ans craignent soudainement de le perdre?

Partiellement pour la même raison, les gens ont rejoint en premier lieu: l’information. Nous voulons savoir ce qui se passe dans la vie de nos amis et connaissances, et Facebook est devenu la source incontournable pour le faire.

Mais dans le processus, Facebook a changé l’amitié d’un processus actif à un processus passif. Vous pouvez vous asseoir et attendre qu’une mise à jour apparaisse d’un ami ou d’une connaissance, puis que vous y répondiez. Vous n’êtes pas obligé de vous efforcer de demander ce qui se passe, vous le faites nourrir par les algorithmes des amis magiques.

À quelle fréquence contactes-tu tes amis pour leur demander comment ça se passe? Ou pour voir s’il y a de grandes mises à jour dans leur vie? Il n’y a pratiquement plus besoin de rien puisque Facebook a automatisé le processus. Nous n’avons pas à travailler, les informations nous parviennent et nous avons donc perdu les muscles dont nous avions l’habitude de rester à jour sur notre cercle social.

C’est similaire au problème que j’ai exposé dans mon article sur le passage de la recherche au social. Au fur et à mesure que nous nous éloignions de la recherche active d’informations sur Internet, nous sommes devenus des consommateurs d’informations passifs. Et à mesure que nous évoluons vers des amitiés passives de type Facebook, nous perdons notre ancienne capacité à rester en contact avec les autres.

Ce serait bien si les relations avec Facebook étaient aussi significatives que celles en personne, mais ce n’est pas le cas. Les conversations via des applications de chat et la mise à jour de vos amis via le fil d’actualité sont l’équivalent d’une relation de Soylent. Une pseudo-amélioration technologique par rapport à un ancien processus humain, qui est radicalement en deçà de la valeur qu’il essaie de recréer.

Et depuis que nous buvons le jus de l’ami Facebook depuis si longtemps, il est légitimement effrayant de cesser de fumer. Comment saurez-vous quels événements se déroulent? Comment saurez-vous si quelque chose de grand se passe dans la vie de votre ami? Comment allez-vous rester en contact avec les gens?

La réponse simple est… tous les moyens que nous avons utilisés au cours des 100 000 dernières années. Parler aux personnes. Consommez activement des informations et des connaissances sur la vie de vos amis au lieu de les laisser vous envahir passivement.

Mais il serait toujours juste de demander: pourquoi déranger. Oui, si vous quittez Facebook, vous manquerez probablement d’événements, de mises à jour et de messages, car d’autres personnes y participent. Et oui, cela peut être un peu gênant de ne pas l’avoir parfois, en fonction de votre groupe d’amis.

Alors, pourquoi vaut-il la peine de supprimer le réseau social au lieu de continuer à l’utiliser à contrecœur?

Pourquoi se préoccuper de supprimer Facebook?

Quelqu’un observant le paysage numérique d’ici quelques années pourrait voir Facebook conserver sa position dominante et en déduire qu’il est acceptable de jouer rapidement avec les données des clients au nom de la croissance, d’optimiser votre produit et de vendre des informations sur vos utilisateurs.

Ou, dans quelques années, ils pourraient voir les énormes conséquences auxquelles Facebook a été confronté pour s’être comporté de cette manière. Ils pouvaient voir les gens choisir d’accorder leur attention aux produits en lesquels ils avaient confiance et laisser Facebook en masse.

C’est pourquoi il est important de quitter Facebook: cela envoie le message que les entreprises ne peuvent pas et ne devraient pas essayer d’avoir autant de pouvoir sur nos vies. Que si d’autres entreprises essaient à l’avenir, elles seront punies pour cela.

Si quelqu’un de notre cercle social nous trompe ou nous ment, nous le disons à nos amis. Nous utilisons les commérages pour diffuser des informations sur les personnes qui ne sont pas dignes de confiance, en partie, de sorte que le fait de ne pas être digne de confiance a des conséquences. Si les entreprises ne subissent pas les mêmes conséquences pour ne pas être dignes de confiance, elles n’auront aucune motivation pour réfléchir avant de faire quelque chose qui pourrait briser la confiance de leurs utilisateurs.

Si Facebook pense pouvoir continuer à se concentrer sur la toxicomanie, les revenus publicitaires et la collecte de données sans aucune conséquence, il continuera à le faire.
En réfléchissant au fait que Facebook est devenu une force dominante dans nos vies au cours des cinq à dix dernières années et aux conséquences de cette domination, je pense que nous pouvons en tirer quelques enseignements clés que nous pouvons appliquer à d’autres technologies:

Ne comptez pas sur un produit pour un processus humain naturel

Facebook ne peut pas remplacer la socialisation et la communication face à face. Soylent ne peut pas remplacer la nourriture. Le porno ne peut pas remplacer le sexe. Tinder ne peut pas remplacer la datation. Il est tentant d’essayer de tout technologiser dans nos vies, mais cela ne fonctionnera pas pour ces processus plus classiques, et nous devrions cesser de croire que quatre mecs dans leur dortoir de Harvard peuvent vraiment créer un meilleur réseau social que celui que nous avons. IRL.

-Soyez le client, pas le produit.

Optez pour des services que vous payez au lieu de services qui vendent vos informations. Payer pour supprimer les annonces chaque fois que possible. Lorsque vous utilisez un produit gratuitement, vous le payez toujours d’une manière ou d’une autre, généralement à travers les données et l’attention que vous lui donnez. Méfiez-vous des incitations des entreprises et des produits que vous utilisez, et ne vous attendez pas à ce qu’elles soient toutes des maîtres bienveillants de vos informations.

Plus important encore: traitez les entreprises comme des personnes

Si vous ne pouvez pas faire confiance à une entreprise, abandonnez-la et laissez-la ressentir les conséquences. Si un produit peut maltraiter ses utilisateurs pour gagner de l’argent, il le fera jusqu’à ce qu’ils en ressentent les conséquences.

Facebook est devenu le partenaire violent de nombreuses personnes. Ils ont joué un rôle apparemment si important dans votre vie que, même si vous voulez partir, vous avez peur des conséquences.

Mais je ne saurais trop insister sur le peu d’impact de votre démarche pour cesser de fumer. J’étais presque complètement hors tension pendant un an avant de le supprimer, et pendant ce temps, je ne l’ai jamais manqué. Ai-je manqué un événement ou deux? Probablement, mais c’est un petit prix à payer.

Et pour rester au courant de la vie de mes amis… eh bien, je le fais simplement à l’ancienne. En leur parlant. Ce qui est merveilleux, car nous avons quelque chose à discuter lorsque nous nous rencontrons en personne, au lieu de rester au téléphone et de regarder Facebook pour se tenir au courant de la vie de tous nos autres amis.

Imaginez-vous remonter 10 ans en arrière et vous dire que si vous vous inscrivez sur Facebook, ils vont collecter une quantité inquiétante d’informations sur vous, manipuler vos émotions, stocker vos conversations et essayer de contrôler votre façon de communiquer avec les gens en ligne. Voulez-vous vous inscrire? Voulez-vous laisser votre enfant s’inscrire?

Je ne le ferais pas et je ne pense pas que vous le feriez non plus.

Nat Eliason
Fondateur de Growth Machine