Analysis

Returning Syrian Refugees Were Fleeing US Proxy War, Not « Assad »

A recent BBC segment titled, « The Syrians returning home after years of fleeing war, » contradicted 8 years of the British state media’s narratives regarding the war in Syria.

A synopsis of the short BBC video segment would read:

After years of people fleeing Syria and its civil war, there are now long queues to enter the country each day. Jordan opened its Jaber border crossing last October after Syrian government troops defeated rebels who had controlled the other side. 

Now several thousand people pass through each day. They include small-scale merchants reviving cross-border trade and returning Syrian refugees who hope to rebuild their lives.

Huge numbers of Syrians have already returned to Syria – specifically to areas government forces have cleared of Western-armed and backed terrorists. This includes Aleppo, Homs, and Daraa.

The flood of returning refugees to government-held areas indicates Syrians were fleeing the US-backed proxy war against the Syrian government – not the Syrian government itself.

What the BBC Has Previously Claimed  

Viewers and readers who invested trust in the BBC’s narratives over the past 8 years will be shocked to hear thousands of Syrians crowding the Jordanian-Syrian border daily to return to the war-ravaged nation.

The BBC has insisted for 8 years, millions of refugees had fled Syria to escape the nation’s « brutal dictator » Syrian President Bashar Al Assad – accused of « gassing his own people, » raining down « barrel bombs » that were both crude and « indiscriminate » but also paradoxically capable of pinpointing elementary schools and children’s hospitals, and whose « Shabiha » death squads lurked around every corner.

In 2016, a BBC article titled, « Syria conflict: Aleppo bombing shuts largest hospital, » uncritically repeated claims made by US-funded fronts operating in Aleppo during security operations to clear it of terrorists.

The BBC would eagerly report:

Russian and Syrian air raids on the rebel-held eastern half of the city of Aleppo have forced the closure of the largest hospital in the area and killed two people, a medical charity says. 

The Syrian American Medical Society, which supports the hospital, said it had been struck by barrel bombs.

The BBC – along with the rest of the Western media – have depicted bombs used by the Syrian military as « barrel bombs, » claiming that because of their crude construction, they could not be aimed and therefore were « indiscriminate » in nature.

A 2013 BBC article titled, « Syria conflict: Barrel bombs show brutality of war, » would claim:

…barrel bombs reportedly used again in Aleppo by Syrian government forces during recent days – are home-made, relatively crude and totally indiscriminate in their impact.

The barrel bomb is essentially a large, home-made incendiary device. An oil barrel or similar cylindrical container filled with petrol, nails or other crude shrapnel, along with explosives. With an appropriate fuse, they are simply rolled out of a helicopter.

The article would also claim such « barrel bombs » were, « in no sense accurate, » except of course – when they needed to be accurate for the sake of war propaganda – such as allegedly pinpointing US-funded « hospitals » in terrorist-held Aleppo.   

A 2017 BBC article titled, « Syria chemical ‘attack’: What we know, » would claim:

More than 80 people were killed in a suspected chemical attack on the rebel-held town of Khan Sheikhoun in north-western Syria on 4 April. 

Hundreds suffered symptoms consistent with reaction to a nerve agent after what the opposition and Western powers said was a Syrian government air strike on the area.

The report – of course – was based entirely on « witness » accounts, with OPCW inspectors unable to investigate the site due to the fact Khan Sheikhoun was – and still is – under Al Qaeda occupation. The BBC article intentionally omits that « samples » the OPCW examined lacked any verifiable chain of custody. In other words – the samples could have come from anywhere, including labs where they were likely fabricated.

 

In this Thursday, Nov. 29, 2012 photo, night falls on a Syrian rebel-controlled area as destroyed buildings, including Dar Al-Shifa hospital, are seen on Sa’ar street after airstrikes targeted the area last week, killing dozens in Aleppo, Syria. (AP Photo/Narciso Contreras)

The BBC has faithfully repeated every claim made by militants regarding chemical weapons throughout the war. The BBC has gone as far as claiming « Assad’s » repeated use of chemical weapons was a key factor in his victory – though failed categorically to explain how.

Why would people – enjoying refugee status in neighboring countries and even in Europe, risk returning to Syria where « brutal dictator » Bashar Al Assad not only still remains in power – but has decisively defeated his opponents through the use of « barrel bombs, » « chemical weapons, » and other forms of indescribable brutality?

The answer is simple – refugees were fleeing the US-backed war and the terrorists it had armed to divide and destroy the country – not the Syrian government. The vast majority of Syria’s displaced remained inside Syria – and simply moved into areas under government protection. Now with many other areas of the country having security restored by government forces with Russian and Iranian backing – hundreds of thousands more are returning from abroad, including from Europe – according to the BBC itself.


Great effort had been put into misrepresenting the refugee crisis the Syrian conflict triggered – specifically because the specifics of the crisis clearly revealed who Syrians were really fleeing and why. Analysis of Syria’s internally displaced refugees was intentionally and systematically omitted by the BBC and other Western media organizations in their reports over the years to obfuscate the fact refugees were fleeing militants, and voluntarily returning once militants were pushed out of various regions across Syria.

Explaining The BBC’s Reversal 

London-based security expert Charles Shoebridge in a short but insightful social media post would note:

When the preferred narrative becomes unsustainable, media manage this by switching to reporting as if for years they hadn’t suggested opposite. Also, UK govt (and BBC) know that UK will again have relations with Assad, which continuing to demonise him may make difficult to sell.


And of course – the BBC knows that any viewer or reader still investing trust in its daily and extensive propaganda efforts – will unlikely notice the sudden, dramatic shift in narrative regarding Syria.

BBC correspondents will claim that their past articles intentionally framing Syrian President Assad as a « madman » « gassing his own people » and raining « barrel bombs » on their heads were « balanced » because in the last paragraph, brief and marginalized statements from the Syrian or Russian governments refuting such accusations were also included.

A similar defense has been mounted since the 2003 US invasion of Iraq failed to turn up weapons of mass destruction after media organizations like the BBC assured the public of the necessity of that war.

The BBC has all but admitted to its 8 years of war propaganda aimed at the destruction of Syria. The very refugees it now reports are returning to Syria suffered the fate they have specifically because of the inability of media organizations like the BBC to honestly inform the public. The cost of the Syrian war helps remind the public why during the Nuremberg trials following World War 2, war propagandists were sent to the gallows alongside the trigger-pullers their lies helped enable.

While the BBC still enjoys vast amounts of impunity with no likelihood in the foreseeable future of ever being held accountable for its actions – it should be remembered at all times that the BBC is in the business of propaganda – and especially war propaganda – not « news. » This fact should be kept in mind whether its correspondents are covering the Middle East, South America, or Southeast Asia.

Tony Cartalucci, Bangkok-based geopolitical researcher and writer, especially for the online magazine New Eastern Outlook”.  

Direct link: Returning Syrian Refugees were Fleeing US Proxy War, Not Assad

Publicités

Catégories :Analysis

3 réponses »

  1. Retour des réfugiés syriens qui fuient les Proxy de guerre des États – Unis , pas « Assad »
    par Strategika51
    Un récent segment de la BBC intitulé « Les Syriens rentrent chez eux après des années fuyant la guerre , » contredit 8 ans des récits des médias de l’ État britannique en ce qui concerne la guerre en Syrie.
    Un synopsis du court segment vidéo BBC se lirait comme suit:

    Après des années des personnes fuyant la Syrie et la guerre civile, il y a maintenant de longues files d’ attente pour entrer chaque jour dans le pays . La Jordanie a ouvert son passage de la frontière Jaber en Octobre dernier après que les troupes gouvernementales syriennes ont vaincu les rebelles qui contrôlaient l’autre côté.

    Maintenant , plusieurs milliers de personnes passent à travers chaque jour. Ils comprennent des petits commerçants ranimant le commerce transfrontalier et le retour des réfugiés syriens qui espèrent reconstruire leur vie.

    Un grand nombre de Syriens sont déjà retournés en Syrie – en particulier dans les zones que les forces gouvernementales ont dégagé des terroristes armés et soutenus par occidentaux . Cela inclut Alep, Homs et Deraa.

    Le flot des réfugiés qui retournent dans des zones contrôlées par le gouvernement Syriens indique fuyant la guerre par procuration soutenue par les Américains contre le gouvernement syrien – et non le gouvernement syrien lui-même.

    Qu’est – ce que la BBC a déjà dit

    Les téléspectateurs et les lecteurs qui ont investi leur confiance dans les récits de la BBC au cours des 8 dernières années seront choqués d’entendre que des milliers de Syriens se pressaient à la frontière syro-jordanienne tous les jours pour revenir dans la nation ravagée par la guerre.

    La BBC a insisté pendant 8 ans, des millions de réfugiés avaient fui la Syrie pour échapper au « dictateur brutal » Le président syrien Bachar Al – Assad de la nation – accusé de « gazage de son propre peuple, » faisant pleuvoir des « bombes de baril » qui étaient à la fois cruel et « sans discrimination « mais aussi , paradoxalement , capable de repérer les écoles primaires et les hôpitaux pour enfants, et dont les « escadrons de la mort » Shabiha rôdaient dans tous les coins.

    En 2016, un article de la BBC intitulé, « conflit Syrie: Alep attentat à la bombe se referme sur le plus grand hôpital , » lors des actions répétées sans discernement fait par le front financé par les États – Unis opérant à Alep au cours des opérations de sécurité pour la débarrasser des terroristes.

    La BBC serait avec impatience le rapport:

    les Raids aériens russes et syriens sur la moitié est tenu par les rebelles de la ville d’Alep ont forcé la fermeture du plus grand hôpital de la région et tué deux personnes, dit un organisme de bienfaisance
    médicale.

    La Société médicale syrienne américaine, qui soutient l’hôpital, a dit qu’il avait été frappé par des bombes baril.

    La BBC – ainsi que le reste des médias occidentaux – ont représenté des bombes utilisées par l’armée syrienne comme « bombes baril » , affirmant qu’en raison de leur construction brute, ils ne pouvaient pas être naturel et donc avait pour but d’être « sans discrimination ».

    Un article de la BBC 2013 intitulé « Syrie conflit : bombes Baril montrent la brutalité que la guerre , » réclamerait:

    … bombes baril qui auraient été utilisé à nouveau à Alep par les forces gouvernementales syriennes au cours des derniers jours – sont faits maison, relativement barbare et totalement sans discernement dans leur impact.

    La bombe baril est essentiellement un grand dispositif incendiaire fait maison. Un baril de pétrole ou d’un récipient cylindrique rempli d’essence similaire, des clous ou d’ autres éclats brut, ainsi que des explosifs. Avec un fusible approprié, ils sont tout simplement roulé d’un hélicoptère.

    L’article revendiquerait aussi ces « bombes baril » étaient « en aucun cas précis, » sauf bien sûr – quand ils avaient besoin d’être précis à cause de la propagande de guerre – telles que la localisation prétendument et financés par les US des « hôpitaux » dans Alep organisé par les terroristes .

    Un article de la BBC 2017 intitulé, « « attaque » chimique Syrie: Ce que nous savons , » clamait:

    Plus de 80 personnes ont été tuées lors d’ une attaque chimique présumé sur la ville rebelle de Khan Sheikhoun en Syrie au nord-ouest le 4 Avril.

    Des centaines de personnes ont souffert des symptômes compatibles avec une réaction à un agent nerveux d’après ce que l’opposition et les puissances occidentales ont dit être une frappe aérienne du gouvernement syrien sur la zone.

    Le rapport – bien sûr – était entièrement basée sur les comptes « témoins », avec les inspecteurs de l’ OIAC qui ne peuvent pas enquêter sur le site en raison du fait que Khan Sheikhoun était – et est toujours – sous l’ occupation d’ Al – Qaïda. L’article de la BBC omet intentionnellement que l’OIAC examinés « échantillons » manquaient dans la chaîne vérification . En d’autres termes – les échantillons auraient pu venir de partout, y compris les laboratoires où ils ont probablement été fabriqués.

    Dans ce jeudi 29 novembre 2012 photo, la nuit tombe sur une zone syrienne contrôlée par les rebelles que des bâtiments détruits, y compris l’hôpital Dar Al-Shifa, sont vus sur la rue Sa’ar après des frappes aériennes ciblées la région la semaine dernière, tuant des dizaines d’Alep , la Syrie. (AP Photo / Narciso Contreras)
    La BBC a fidèlement répété chaque réclamation faite par des militants en ce qui concerne les armes chimiques pendant la guerre. La BBC est allé jusqu’à prétendre l’utilisation répétée « Assad » d’armes chimiques a été un facteur clé dans sa victoire – mais pas catégoriquement d’expliquer comment.

    Pourquoi les gens – bénéficiant du statut de réfugié dans les pays voisins et même en Europe, le risque de retourner en Syrie , où « dictateur brutal » Bachar Al – Assad , non seulement reste encore au pouvoir – mais a remporté une victoire décisive ses adversaires grâce à l’utilisation de « bombes baril »,  » armes chimiques » et d’ autres formes de brutalité indescriptible?

    La réponse est simple – les réfugiés ont fui la guerre soutenue par les Américains et les terroristes qu’il avait armés de diviser et de détruire le pays – pas le gouvernement syrien. La grande majorité des personnes déplacées de Syrie est restée à l’intérieur de la Syrie – et tout simplement déplacé dans les zones sous la protection du gouvernement. Maintenant , avec beaucoup d’ autres régions du pays ayant la sécurité restaurée par les forces gouvernementales avec le soutien russe et iranien – des centaines de milliers d’ autres sont revenus de l’ étranger, y compris de Europe – selon la BBC elle – même .

    Un grand effort a été mis a dénaturer la crise des réfugiés du conflit syrien a été déclenché – en particulier parce que les spécificités de la crise ont clairement révélé que Syriens étaient vraiment a fuire et pourquoi . L’analyse des réfugiés déplacés à l’intérieur de la Syrie a été intentionnellement et systématiquement omis par la BBC et d’autres médias occidentaux dans leurs rapports au cours des années à obscurcir le faits que les réfugiés ont fui les militants, et le retour volontaire, une fois que les militants ont été chassés des différentes régions à travers la Syrie.

    Expliquer le renversement de la BBC

    Expert en matière de sécurité basée à Londres , Charles Shoebridge dans un court mais perspicace après des médias sociaux noterait:

    Lorsque le récit préféré devient insoutenable, les médias gèrent ce en passant à des rapports comme si pendant des années ils n’avaient pas suggéré contraire. En outre, au Royaume – Uni gouv (et BBC) savent que du Royaume – Uni sera de nouveau avoir des relations avec Assad, qui continue à le diaboliser peut rendre difficiles à vendre.

    Et bien sûr – la BBC sait que tout spectateur ou le lecteur investissant encore leur confiance dans ses efforts de propagande quotidienne et vaste – vont probablement remarquer après coup, le changement dans le récit dramatique concernant la Syrie.

    Correspondants de la BBC prétendront que leurs anciens articles décrivant intentionnellement le président syrien Assad comme un « fou » du « gazage de son propre peuple » et qu’il pleuvait « bombes baril » sur leurs têtes étaient « équilibrée » , car dans le dernier paragraphe, de brèves déclarations et marginalisées de la Syrie ou les gouvernements russes réfutent ces accusations ont également été inclus.

    Une défense similaire a été montée depuis l’invasion américaine de l’ Irak 2003 qui n’a pas réussi à mettre en place des armes de destruction massive après que les organisations de médias comme la BBC ont assuré le public de la nécessité de cette guerre.

    La BBC a pratiquement admis ses 8 années de propagande de guerre visant à la destruction de la Syrie. Les réfugiés mêmes maintenant des rapports reviennent en Syrie ont subi le sort qu’ils ont précisément en raison de l’incapacité des organisations de médias comme la BBC d’informer honnêtement le public. Le coût de la guerre syrienne aide rappeler au public pourquoi lors des procès de Nuremberg après la Seconde Guerre mondiale 2, propagandistes ont été envoyés à la potence à côté des gâchettes arracheurs de leurs mensonges ont contribué à permettre.

    Alors que la BBC jouit encore de grandes quantités d’impunité sans risque dans un avenir prévisible de ne jamais être tenu responsable de ses actions – il convient de rappeler à tout moment que la BBC est dans le domaine de la propagande – et en particulier de la propagande la guerre – pas des « nouvelles « . Ce fait devrait être garder à l’esprit que ses correspondants couvrent le Moyen-Orient, Amérique du Sud ou en Asie du Sud-Est.

    Tony Cartalucci, chercheur géopolitique basé à Bangkok et écrivain, en particulier pour le magazine en ligne “New Eastern Outlook”.

Leave a Comment/Laisser un commentaire