How Russia and China Defeated Washington in Western Hemisphere 1

If evidence of how Eurasia is challenging the post-Cold War unilateral world order was needed, the Chinese and Russian handling of the US’ Venezuela adventure may be a fine example.

77.jpg

The US agenda of overthrowing a regime in the name of ‘democracy’ is, of course, nothing new, but the way these two Eurasian powers have thrown the gauntlet down is certainly something new and quite revealing about the way the centre of global power is shifting from ‘the West’ to ‘the East.’ As such, just when the U.S. was building ‘all options on the table’ pressure upon Venezuela’s elected government, Moscow made it clear that Russian “specialists” were in Venezuela under the conditions of a 2001 military-technical cooperation agreement with Caracas. This was followed by the arrival of 120-strong group of Chinese military personnel on Margarita Island in the Caribbean Sea off the Venezuelan mainland on March 28 to deliver humanitarian aid and military supplies to government forces. After delivering humanitarian supplies, the Chinese PLA troops were apparently transferred to a Venezuelan military facility.

The presence of Chinese military personnel is an unprecedented move in terms of directly challenging the US’ traditional hegemonic moves vis-à-vis targeted countries like Venezuela along America’s periphery. But the fact that Russia and China are both supporting Venezuela not just diplomatically but actually on the ground means that not only are they closely coordinating their foreign policy moves, but are also not worried about stretching their military reach far beyond their own shores. The moves, as such, is global and is bound to have global consequences.

500

The mainstream Western media has, as could be expected, under-reported the arrival of Chinese troops to purportedly hide how the US has already lost in Venezuela.

For the US, Venezuela is important not just because it wants to dominate its periphery, but also because Venezuela is one country in the Americas where the Chinese and the Russians have made a lot of investment and have deep economic relations with. According to some recent reports, since at least 2006 and up to 2016, China has provided Venezuela loans of up to US$62 billion. A huge bulk of these loans is, of course, to be repaid with oil supplies to China. Russia, similarly, has given US$17 billion over the years plus a new deal signed in December 2018 according to which Russia would invest about US$6 billion in the country’s various sectors, including oil.

In this context, a US. sponsored regime in Venezuela, turning Venezuela into a vassal, would have certainly meant a major setback for Russian and Chinese interests. While both Russia and China don’t have exactly identical interests in the country, as Russia sees its influence in the country as more of a counter-balancing move vis-à-vis the U.S. and NATO moves in Russia’s backyard, and China sees Venezuela as an important source of oil and investment, both countries still seem to agree that a US. adventure, after all the havoc the U.S. has sown in Iraq, Afghanistan, Syria, Libya and Yemen, cannot be simply allowed even if this adventure happens to be in the U.S.’ own backyard; hence, their closely coordinated deployment of military personnel, preemptively thwarting a possible U.S. military intervention.

The result of this presence of military specialists has had a deep impact on Washington. John Bolton’s strongly worded statement reflects the anguish and the challenge that Eurasia is posing to US domination: “We strongly caution actors external to the Western Hemisphere against deploying military assets to Venezuela, or elsewhere in the Hemisphere, with the intent of establishing or expanding military operations. We will consider such provocative actions as a direct threat to international peace and security in the region.”

While the US would typically continue to frame its inability to act militarily in terms of a ‘Russian provocation’, the nature of Russian and Chinese relations with Venezuela is already turning into a strategic defeat. The presence of military personnel is one indication. President Maduro recently announced in an interview that they will be signing at least 20 new agreements with Russia in April to deepen their already strong relationship.

Therefore, US = talk of ‘all options on the table’ notwithstanding, it is quite obvious that the U.S. won’t commit to a direct military intervention now to overthrow the regime in a way that would pit it directly against Russia and China and thus really escalate hostilities at a time when a) it is struggling to end its longest war in Afghanistan, b) has suffered a defeat in Syria, and c) its closest ally, Europe, has major disagreements over NATO spending and over ths Iran Deal and may not support such a move.

Some, however, in the US do seem to have read the writing on the wall and advised the US president to chart an alternative course, advice President Donald Trump seems to have listened to and said that he would probably ‘talk’ to Putin and Xi about Venezuela, meaning thereby that the U.S., too, in reality sees that the option of engineering a coup through a limited military intervention is off the table; hence, a major Eurasian victory in the Americas. The question then is: is the US reading that very writing on the wall that clearly says the world is no longer for the US to ‘manage’?

Salman Rafi Sheikh

Source: https://journal-neo.org/2019/04/05/how-china-and-russia-defeated-washington-in-western-hemisphere/

How Russia and China Defeated Washington in Western Hemisphere
Publicités

Vous pourrez aussi aimer

5 commentaires sur “How Russia and China Defeated Washington in Western Hemisphere

  1. Le programme américain de renversement d’un régime au nom de la ” démocratie ” n’est évidemment pas nouveau, mais la manière dont ces deux puissances eurasiennes ont jeté le gant est certainement quelque chose de nouveau et révélateur de la manière dont le centre du pouvoir mondial passe de “l’Occident” à “l’Orient”. Ainsi, au moment même où les États-Unis exerçaient des pressions sur le gouvernement élu du Venezuela, Moscou a clairement indiqué que des ” spécialistes ” russes se trouvaient au Venezuela en vertu d’un accord de coopération militaro-technique conclu en 2001 avec Caracas. Le 28 mars, 120 militaires chinois sont arrivés sur l’île de Margarita, dans la mer des Caraïbes, au large du continent vénézuélien, pour acheminer l’aide humanitaire et les fournitures militaires aux forces gouvernementales. Après avoir livré des fournitures humanitaires, les troupes chinoises de l’APL auraient été transférées dans une installation militaire vénézuélienne.

    La présence de personnel militaire chinois est une initiative sans précédent en ce sens qu’elle remet directement en question les mesures hégémoniques traditionnelles des États-Unis à l’égard de pays ciblés comme le Venezuela, à la périphérie des États-Unis. Mais le fait que la Russie et la Chine soutiennent toutes deux le Venezuela non seulement sur le plan diplomatique, mais aussi sur le terrain, signifie non seulement qu’elles coordonnent étroitement leurs actions de politique étrangère, mais qu’elles ne s’inquiètent pas non plus d’étendre leur portée militaire bien au-delà de leurs propres côtes. En tant que tel, ce mouvement est mondial et aura forcément des conséquences à l’échelle mondiale.

    Comme on pouvait s’y attendre, les grands médias occidentaux ont sous-estimé l’arrivée des troupes chinoises pour cacher ce que les Etats-Unis ont déjà perdu au Venezuela.

    Pour les États-Unis, le Venezuela est important non seulement parce qu’il veulent dominer leur périphérie, mais aussi parce que le Venezuela est un pays des Amériques avec lequel les Chinois et les Russes ont fait beaucoup d’investissements et avec lequel ils entretiennent de profondes relations économiques. Selon certains rapports récents, depuis au moins 2006 et jusqu’en 2016, la Chine a accordé au Venezuela des prêts pouvant atteindre 62 milliards de dollars américains. Une grande partie de ces prêts doit, bien entendu, être remboursée par des livraisons de pétrole à la Chine. De même, la Russie a donné 17 milliards de dollars américains au fil des ans, plus un nouvel accord signé en décembre 2018 selon lequel la Russie investirait environ 6 milliards de dollars américains dans les divers secteurs du pays, dont le pétrole.

    Dans ce contexte, un régime parrainé par les Etats-Unis au Venezuela, transformant le Venezuela en vassal, aurait certainement signifié un revers majeur pour les intérêts russes et chinois. Bien que la Russie et la Chine n’aient pas exactement les mêmes intérêts dans le pays, puisque la Russie considère son influence dans le pays comme un contrepoids par rapport aux fait que États-Unis et l’OTAN se déplace dans le jardin de la Russie, et que la Chine considère le Venezuela comme une source importante de pétrole et d’investissement, les deux pays semblent toujours d’accord contre les États-Unis. Après tous les ravages que les États-Unis ont semés en Irak, en Afghanistan, en Syrie, en Libye et au Yémen, l’aventure ne peut être tout simplement autorisée, même si cette aventure se déroule dans la cour arrière des États-Unis, d’où leur déploiement étroitement coordonné de personnel militaire, contrecarrant par anticipation une éventuelle intervention militaire des États-Unis.

    Le résultat de cette présence de spécialistes militaires a eu un impact profond sur Washington. La déclaration ferme de John Bolton reflète l’angoisse et le défi que l’Eurasie pose à la domination américaine : “Nous mettons fortement en garde les acteurs extérieurs à l’hémisphère occidental contre le déploiement de moyens militaires au Venezuela, ou ailleurs dans l’hémisphère, avec l’intention d’établir ou d’étendre des opérations militaires. Nous considérerons ces actes de provocation comme une menace directe à la paix et à la sécurité internationales dans la région.”

    Alors que les Etats-Unis continueraient typiquement à qualifier leur incapacité à agir militairement de ” provocation russe “, la nature des relations de la Russie et de la Chine avec le Venezuela est déjà en train de se transformer en une défaite stratégique. La présence de personnel militaire en est une indication. Le président Maduro a récemment annoncé dans une interview qu’ils signeront au moins 20 nouveaux accords avec la Russie en avril pour approfondir leurs relations déjà solides.

    Par conséquent, les États-Unis peuvent parler de ” toutes les options sur la table ” nonobstant, il est tout à fait évident que les États-Unis ne s’engageront pas dans une intervention militaire directe maintenant pour renverser le régime d’une manière qui le dresserait directement contre la Russie et la Chine et ainsi intensifier les hostilités à un moment où a) ils luttent pour mettre fin à leurs plus longue guerre en Afghanistan, b) ont subi une défaite en Syrie, et c) son plus proche allié, l’Europe, a de graves désaccords sur les dépenses de l’OTAN, et l’accord avec l’Iran, et ne soutient peut-être pas une telle décision.

    Certains, cependant, aux Etats-Unis, semblent avoir lu l’écriture sur le mur et conseillé au président américain de tracer une autre voie, conseil que le président Donald Trump semble avoir écouté et dit qu’il ” parlerait ” probablement à Poutine et Xi du Venezuela, ce qui signifie que les Etats-Unis, eux aussi, voient en réalité que l’option de préparer un coup par une intervention militaire limitée est hors jeu ; donc une victoire importante en Eurasie aux Etats-Unis. La question qui se pose alors est la suivante : les États-Unis lisent-ils cette même écriture sur le mur qui dit clairement que ce monde il n’appartient plus aux États-Unis de le ” gérer ” ?

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.