Analysis

Crash du F-35A Nippon : Washington utilise l’avion espion U-2 pour surveiller d’éventuelles tentatives de recherches chinoise ou russe

Un avion de reconnaissance Lockheed U-2 de l’US Air Force participe aux operations de recherche du pilote du F-35A Nippon qui s’est écrasé dans l’océan pacifique le 09 avril 2019. L’intervention de ce type d’appareil viserait avant tout la surveillance des activités chinoise et russe près de la zone du crash.

Lockheed U-2 Dragon Lady
Le Lockheed U-2 Dragon Lady est un avion de reconnaissance évoluant en haute altitude

Le F-35A Lightning II (JSF) des forces d’autodéfense aériennes japonaises avait disparu des radars le 09 avril 2019 lors d’un vol d’entraînement au combat nocturne en compagnie de trois autres appareils du même type à l’est de la base aérienne de Misawa, leur base de rattachement.

Les autorités japonaises ont affirmé que le F-35A s’est écrasé en mer.

Le pilote, identifié comme étant le commandant Akinori Hosomi, 41 ans, accumulant 3200 heures de vol dont 60 sur le F-35A, est toujours porté disparu.

Le Japon a deployé des navires, des hélicoptères et un submersible de secours pour tenter de retrouver le pilote et les restes de l’appareil.

Les États-Unis participent activement à ces opérations avec des avions de reconnaissance maritime P-8 A Poseidon, le destroyer Stethem (7e Flotte US), des satellites espions et un avion de reconnaissance de haute altitude U-2.

P8 Poseidon flying over a Japanese navy vessel
Un P-8 Poseidon US survole un navire des Gardes-côtes japonais dans la zone présumée du crash du F35 A japonais.

Interrogé par la presse sur les craintes relatives à une éventuelle récupération de l’épave ou des restes du F-35A par la Chine ou la Russie, le ministre japonais de la défense, Takeshi Iwaya, s’est contenté de souligner vendredi dernier que son pays n’avait détecté aucune activité inhabituelle. Il a surtout tenu à réaffirmer l’engagement du Japon a acquérir 105 F-35A et 42 F-35B en dépit du tollé que cette décision suscite au sein d’une partie de l’opinion nipponne, laquelle considère ces acquisitions comme un marché de dupes, voire une véritable escroquerie.

La zone océanique où s’est écrasé le F-35A est assez profonde (1500 mètres) et seuls des pays disposant de certains moyens pourront accéder à cette profondeur. A Washington, on ne veut surtout pas entendre parler d’une offre d’assistance de la part de la Chine ou de la Russie, soupçonnées de vouloir mettre la main sur les restes du F-35 à des fins d’espionnage technologique.

Le crash du F-35A nippon dans l’océan pacifique suit celui du F-35B US en Caroline du Sud. Ce sont les deux crashs reconnus officiellement par le Pentagone et Lockheed. Les incidents ayant affecté les F-35 israéliens, dont un touché “officiellement” par un pauvre volatile migrateur de retour d’une mission de combat en Syrie (jamais confirmé) demeurent des sujets tabous.

Dans tous les cas et en dépit du coût exorbitant de son développement, le F-35 n’inspire aucune confiance quant à ses capacités extraordinaires supposées telles que véhiculées par les campagnes de marketing et les films d’action ou de science-fiction hollywoodiens visant à l’écouler à des pays alliés ayant des économies assez solides pour s’offrir le luxe rarissime de se doter d’un avion de combat fort onéreux en termes de service et de maintenance sans la moindre preuve de son efficacité opérationnelle.

Publicités

12 Replies to “Crash du F-35A Nippon : Washington utilise l’avion espion U-2 pour surveiller d’éventuelles tentatives de recherches chinoise ou russe

  1. Hello Benjman, bien entendu que DES pièces sont fabriquées en France, vu que c’est une JV où l’on partage le travail. Vous citez le M88 qui est 100% safran, alors que j’évoque la JV GE + Safran (CFM). La france est en effet l’un des acteurs des turbines, on peut citer alstom pour les turbines heavy duty, vous avez raison. Cependant GE reste devant en terme de techno. Le leap dont vous parlez et qui est un succès CFM, a sa partie turbine haute pression faite par GE, safran n’y touche pas. Si elle est faite en France (après tout GE est implanté chez nous), dîtes nous en plus… perso j’ai un gros doute!!!!

    Au fait je viens de voir le site de Lisi sur vos intéressants conseils, je ne connaissais pas. Mais ils ne fabriquent pas des pales de turbine, du moins celles de la partie haute pression.

    1. Bonjour hcop,
      je ne peu hélas pas dévoiler d’informations très précises, que ce soit sur le civil ou le militaire, les lieux et les techniques, les noms des sous-traitants, etc…

      Vous comprendrez qu’il en est de ma sécurité personnelle et professionnelle…

      Cependant, sur le site internet de Lisi, par exemple, l’ensemble des sites de l’entreprise ne sont pas inscrits, l’ensemble de leur production non plus.
      Par exemple, un site Lisi fabrique certaines aubes du M88. (on pourrait penser que seul Snecma les fabrique, mais non…)

      Idem, pour les CFM. Rien qu’en région parisienne, quelques sites Safran suffisent à concevoir, fabriquer, assembler, tester les CFM (les 5 versions les plus courantes) et les 2 versions du Leap. Idem côté militaire.
      Une bonne partie des petits moteurs n’est effectivement plus faite par chez nous…

      Et vous parlez de joint venture, mais par exemple le CFM58, dont sont issus les version récentes CFM en JV Safran / GE, sont de conception 100% Snecma. (pas Safran, j’ai bien dit Snecma…) Ca ne date donc pas d’hier.
      Et techniquement parlant, en étant dans le milieu quotidiennement et des 2 côtés de la barrière, GE et Safran, je constate que GE est grandement gagnant sur le transfert de technologie, que ce soit sur la fabrication, le montage, les essais…

      La France à encore plusieurs wagon d’avance, pour ne pas parler de trains d’avance. Quand je vois ce qu’ils ont sortis en puissance sur le M88, qui date sérieusement en terme de conception mais qui a aussi été sérieusement revu, lorsqu’ils en ont péniblement vendu aux Indiens… Lockeed Martin en est bien loin, c’est une chose sure !

      Mais cette avance ne saurait durée, tout est bradé, les ingés qui sortent des écoles sont des bons à rien, tout part à volo dans ces structures “étatiques” et monstrueuse…

  2. Les chinois, nord coréens, et russes disponsent de trés nombreux sous marins, et dans le cas où ils decideraient de récuperer des epaves du F-35, les Etats Unis peuvent dffiiclement les en empecher. Sauf que les dernières perf. du F-35 ne les incitent guère à en savoir plus qu’ils ne le savent sur cet avion, surtout le coup des “oiseaux migrateurs”. Cependant pour les Etats Unis il faut absolument maintenir le battage médiatique autour du fait que les adversaires des Etats Unis n’ont qu’une seule “obssession”, celle de récupérer les “secrets” du F-35, y compris des débris. Cependant personne n’est dupe, si le Japon achete 150 F-35, les autorités nipponnes savent qu’elles ne peuvent se passer du marché occidentale. Les japonnais sacrifient plusieur milliards $ mais vont en récupérer d’autres. De toute façon les japonnais n’ont aucune confiance envers les jets US ils developpent leur propre avion de combat le F-3.
    https://nationalinterest.org/blog/buzz/meet-mitsubishi-f-3-japans-6th-generation-fighter-jet-52277
    Outre le spectaculaire exemple turc où Erdogan a décidé d’opter pour les S-400 avec SU-35 et SU-57 au détriment du F-35, au grand desespoir des Etats-Unis, l’Allemagne et le Canada ont décidé de se passer du F-35. Si le UK a des F-35, ils ont en revanche une flotte considérable de Typhoons et de Tornado en reserve, de sorte qu’au cas où les F-35 feraient défaut ils ont des alternatives. Il en va de meme pour l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne. La Belgique et les Pays Bas ont des F-16 en reserve. Quand à Israèl, comme l’US Air Force ont misé sur les F-15 X et la modernisation des F-18. Et l’US Army parle maintenant d’upgrader à ses vieux A-10. Au final trés peu de pays ont décidé de tout miser sur le F-35.

    1. L’un des éléments les + intéressants est le réacteur de l’appareil, le Pratt & Whitney F135. Le domaine des réacteurs et des turbines (notamment leurs pales) est celui dans lequel les US sont plus avancés que leurs concurrents, Europe incluse.

      1. ….. le réacteur de l’appareil, le Pratt & Whitney F135… domaine des réacteurs et des turbines (notamment leurs pales) est celui dans lequel les US sont plus avancés que leurs concurrents….
        C’est pas du tout evident ce que tu dis. Les américains pour commencer se vantent beaucoup, et meme énormement, de plus le réacteur F-135 c’est bien connu, n’est qu’une copie, certes amérliorée des reacteurs soviétiques R-79V-300, et autres RKBM RD-41 du prgramme Yak-141. Et il semble que l’avion US ne fait que trainer des problèmes, et il n’est meme pas évident que l’avion puisse etre operationnel dans un avenir prévisible.

        1. Hello Fox, prends l’exemple de CFM, la JV qui fait les réacteurs civil,entre GE et Safran, les français n’ont pas accès au processus de fabrication de la partie turbine du turboreacteur; Ces pales de turbine sont très complexes à fabriquer: formage, métallurgie etc.. Leur vitesse de rotation les échauffe, elles se déforment et peuvent finir par se détruire. C’est ce qui est observé dans les réacteurs russes (et chinois sans doute), à moins qu’ils ne limitent leur vitesse de rotation justement. D’ailleurs, qui est capable de faire des turbines dans le monde? C’est un club très fermé!

          1. @Hcop
            ….turbine sont très complexes à fabriquer: formage, métallurgie etc.. Leur vitesse de rotation les échauffe,…
            Mon cursus à la base c’est une MST on dira comme ça s’appellait à l’époque Genie Mecanique. C’était tout ce qui relevait de la résistance des matériaux, les processus de fabrication, l’optimisation, et toutes les contraintes thermo dynanimques , physico-chimiques etc…j’en passe et des meilleurs. Ne t’inquiète surtout pas pour la France, dans ce domaine là on est encore au moins parmi les premiers.
            Sinon pour ce qui est des russes et chinois faut pas croire tout ce qui se dit. Ce qui avait cours dans le passé c’est fini. Aujourd’hui ces deux pays sont dans une autre dimension, les processus de fabrication et les nouvelles turbines qui sont montées sur le WS-15 moteur à TVC 3D qui propulse le J-20 dépasse ceux des USA. Qui dit WS-15 dit forcément que le I-117S est encore + sophistiqués. Ce domaine comme bien d’autres n’est qu’une question d’investissement dans la Recherche et Developpement. En l’état actuel, une chose est absolument certaine russes et chinois du fait des énormes sommes englouties sont entrain de larguer les USA dans ces technologies aérospatiales. Le fait que D. Trump, et donc l’administration US aient demandé trés recemment au premier ministre chinois un gel de la course aux armements en dit long sur l’état du desaroi à Washington.

            Juste une mise au point, il est bon de se rappeller qu’ avant la seconde guerre mondiale USA, Allemagne, Japon, France, Japon, URSS et l’Italie -on l’oublie un peu trop vite- étaient aux coudes à coudes question inovations techniques. On connait la suite l’Europe ruinée, à genoux aprés une guerre dévastatrice a laissé le leadership aux USA. Leadership, ne veut pas dire suprematie, parce que ces pays -Allemagne et Japon exceptés- avaient gardé leur savoir-faire techniques. Pendant la guerre du Vietnam presque tous les pays ouest- européens étaient arrivés à la conclusion que le matériel de guerre étaient surrévelués et ne tiendrait pas le choc en cas de confrontation avec les armées du pacte de Varsovie. L’ensemble des pays du marché commun s’étaient reveillés de leur torpeur et avaient tous lançé des programmes ambitieux, comme les Mirage, Rafale, Panavia Tornado, EAF Typhoon.
            En réponse les objectifs du F-35 étaient multiples dont le demantelement de l’industrie aeronautique de defense européenne, et donc la fin de l’autonomie européenne.
            Malgrés des responsables politiques abjectes, les pays européens ont encore du répondant, et heureusement…. Pour ce qui est de la Chine et Russie ils seront les leaders dans la prochaine decennie. Dernière info, le moteur WS-19 du future FC-31 vient d’etre exhibé. Le FC-31 aura le meme avenir que les Mig-15, 17, et le fameux Mig-21, il va changer la carte géopolitique mondiale. Le FC-31 est une co-production sino-russe qui va faire parler de lui. Ce moteur WS-19 est à poussées vectorielles 3 axes.

          2. @hcop : “les français n’ont pas accès au processus de fabrication de la partie turbine du turboreacteur”

            Ha première nouvelle…

            Professionnellement, je me ballade dans plein de boites différentes, qui fabriquent, mises bout à bout, des moteur d’avions civiles et militaires.
            Et en France, on fabrique l’ensemble des pièces constituant le CFM, les LEAP, le M88…. pour ne parler que des gros porteur et du militaire, mais aussi tellement d’autre moteur. (On produit pour GE aussi… et on se récupère toutes les malfaçons Chinoises des usines que l’on a monter là-bas, pour qu’au final ce soit assemblé chez nous…)
            On fais les pales (Lisi par exemple), on fait les arbre de transmission (SAE, par exemple), on fait les compresseurs, les commandes, l’électro de régulation, etc, etc. Bref on fait tout et ce sur seulement quelques sites en France (plus à l’étranger pour la quantité de production) mais le gros de la qualité et du savoir-faire reste bien au chaud chez nous !

            Du coup, j’ai pas bien compris le : ” les français n’ont pas accès au processus de fabrication de la partie turbine du turboreacteur”…

        2. Oui Fox, les réacteurs russes ont une grosse puissance, c’est connu, et ils ont un gros savoir faire sur la poussée vectorielle. Mais il faut reconnaître qu’ils nécessitent une plus grosse maintenance que les autres. J’ignore la raison, mis je mettrai bien une pièce sur l’usure du réacteur notamment cette fameuse partie turbine. Pour la nouvelle génération de leurs moteurs, je ne connais pas, merci pour les références. En effet investissement et excellence académique peuvent combler le retard et prendre de l’avance

          Pour le fait que les us ont tendance à se vanter, je pense que c’est tout a fait exact mais c’est aussi répandu partout ailleurs chez les autres!

          Petit HS, en traînant sur les blogs et forums us, j’ai lu que les français ont une sacré réputation dans le vol de techno (d’origine us) et l’espionnage indus. J’avoue que ça m’a surpris, je nous voyais plus victime du système que bénéficiaire.

          1. Pour le F-35A les chinois seraient intéressés par un nouveau système complexe de transmissions de données: le MADL ou Multifonction Advanved Data Link.

            Pour le HS, ben dans le domaine de l’espionnage industriel et technologique, la France est ex-aequo avec la Chine. Numéro 1 mondial. Les Allemands en savent un très long bout sur ça.

          2. Effectivement, on est pas mauvais pour se qui est espionnage et boites noires…

            En même temps, nous avons de bons copains qui font de même, alors nous ne nous privons pas non plus. Déjà il y 30 ans, mon père, déjà dans l’aéro, trouvait tout cela très Maussad…

Leave a Comment/Laisser un commentaire