Opinion

The Enduring Quest for Übermensch: From Renaissance Humanism to Silicon Valley’s Posthumanism

Science without conscience is nothing but ruin to the soul
(François Rabelais)

Lately, the world famous business magazine, The Economist, has received quite a bit of international media attention; and understandably so.

Indeed, close to the end of each year, going back decades, it publishes an eagerly awaited special edition, which predicts the major political, business and social trends and events of the year to come. But unlike in the past, the December 2018 issue titled “The World in 2019” distinguished itself by the most unique and interesting characteristic of having had two successive and enigmatic covers. In the span of a few days, the cover photo of the 33rd edition of this magazine—partly-owned by the Rothschild family and reputed mouthpiece for the world’s elite and its global agenda[2]—went from all black color to almost black magic!

And since the magazine’s official website is of no help in deciphering the enigmas of these two covers—more particularly the second version which displays a broad spectrum of cryptic images and symbols—one is left with the uncomfortable need to have recourse to esoteric, occult and Masonic readings. Happily enough, an illuminating description of those mostly apocalyptic and Illuminati symbols has been provided in an eye-opening article[3] on the website of The Vigilant Citizen whose motto is the quote attributed to Confucius: “Signs and symbols rule the world, not words nor laws.”

At the center of the cover stands the “Vitruvian Man”, one of the most important artistic masterpieces—besides the Mona Lisa painting—of Leonardo da Vinci, a genius albeit mysterious figure of the Renaissance era, whose 500th death anniversary is expected to be commemorated, with all pomp and circumstance, in numerous Western countries in 2019 precisely.

x8

In describing this main feature as posted by The Economist, the website explains that the “modern” Vitruvian Man “wears night-vision goggles, or maybe a VR headset […] In his hands, he holds a leaf of cannabis, a baseball, and a Smartphone. One could argue that all of these things are used to distract and pacify the modern man through drug companies, big tech, and entertainment. The Vitruvian Man also has two tattoos. On his forearm is a double-helix, the symbol representing DNA. This is most likely a reference to the intense research in DNA modification happening in the private sector. Was the Vitruvian Man’s DNA altered?”

The article concludes with key observations from which two crucial questions are raised: “Overall, the modern Vitruvian Man appears to be blinded, weakened, distracted, and repressed. The circle around him that once symbolized the spiritual realm is now the Earth. Did the Vitruvian Man lose his soul? Is he now concerned only with Earthly matters?”

It is worth noting that this Da Vinci’s drawing (circa 1490) was largely inspired by the works of Marcus Vitruvius Pollio, a famous ancient Roman architect, civil and military engineer, and author. In his treatise[4], translated from Latin as “Ten Books On Architecture”, Vitruvius showed that the “ideal” human body fitted precisely into a circle and a square—two fundamental geometric patterns of the cosmic order—thus illustrating the link that he believed existed between perfect geometric forms and the perfect body. More significantly, Vitruvius is considered to be among the most important “Grand Masters” and a central character—in addition to King Solomon of Israel, King Hiram of Tyre, and Hiram Abif, three Biblical figures closely associated with the construction of King Solomon’s temple—of an allegory said to be presented during the third degree in Freemasonry[5] whose single most identifiable logo combines two instruments used in architecture: a square and a set of compasses joined together, often with the letter “G” in the center.

In Masonic symbolism[6], the compass, as a tool, draws a circle; being with no beginning and no end, it signifies the soul (spirit or eternity). As for the square, it draws a four-sided square; it is an age-old symbol of the body (physical and temporary) which epitomizes the material world with its four cardinal points, four seasons, four elements and four states of matter. When placed together, however, they symbolize what is purportedly the ultimate goal of Freemasonry. That is, by squaring the circle—or harmonizing the opposite physical and spiritual world—to create the “perfect man”, and thus achieving godhood! It is no wonder then that Freemasonry is “open to men of any faith, but religion may not be discussed at Masonic meetings.”[7]

Isn’t The Economist’s new Vitruvian Man the same imaginary man as Friedrich Nietzsche’s Übermensch? The same “Beyond-man”, “Overman”, or “Superman” who was nowhere to be found neither by Zarathustra nor by his German philosopher disciple, and who ultimately drove the latter to insanity and death?[8] And is it not that exact same foolish, if not suicidal, quest that is still being sought—with yet more stubbornness and infinitely deeper scientific knowledge and more powerful technological means—in many laboratories across the “Silicon Valleys” of the “developed” world?

x9

In his particularly frightening book—“highly recommended” by Bill Gates—Nick Bostrum[9], a Swedish philosopher and founding director of the Future of Humanity Institute at the University of Oxford, points out that if some day we build machine brains that surpass human brains in general intelligence, then this new superintelligence could become very powerful. And “as the fate of the gorillas now depends more on us humans than on the gorillas themselves, so the fate of our species would depend on the actions of the machine superintelligence”. He and many other Transhumanists view transhumanism as an extension of humanism, from which it is partially derived, and wish to follow life paths, which would, sooner or later, require growing into posthuman persons. They yearn “to reach intellectual heights as far above any current human genius as humans are above other primates; to be resistant to disease and impervious to ageing; to have unlimited youth and vigor; to exercise control over their own desires, moods, and mental states; to be able to avoid feeling tired, hateful, or irritated about petty things; to have and increased capacity for pleasure, love, artistic appreciation, and serenity; to experience novel states of consciousness that current human brains cannot access.”[10]

In such a wondrous techno-geeking world wholly and exclusively devoted to the pursuit of individual leisure, sensual impulses and musings, Posthumans “could be completely synthetic artificial intelligences, or they could be enhanced uploads, or they could be the result of making many smaller but cumulatively profound augmentations to a biological human. The latter alternative would probably require either the redesign of the human organism using advanced nanotechnology or its radical enhancement using some combination of technologies such as genetic engineering, psychopharmacology, anti-aging therapies, neural interfaces, advanced information management tools, memory enhancing, drugs, wearable computers, and cognitive techniques.”[11] Nevertheless, the changes required to make us posthuman are deemed too profound to be achievable by merely altering some aspects of psychological theory or the way we think about ourselves; that is why, radical technological modifications to our brains and bodies are needed.

Obviously, Transhumanists are well aware that the coming technological transitions may be the most important challenge that humanity will ever face. They even admit that the entire future intelligent life on Earth may depend on how such transitions will be handled. If we do the right things, they say, a “wonderful posthuman future with limitless opportunities for growth and flourishing may lie ahead”. Yet, they warn that if we handle them badly, “intelligent life may go extinct”. Bostrom believes that, in principle, we could build a kind of superintelligence that would protect the human values. But in practice, he hastens to add, the control problem—the problem of how to control what superintelligence would do—looks quite difficult, although it seems we will only get one chance. Be it as it may, he warns that once “unfriendly” superintelligence exists, it would prevent us from replacing it or changing its preferences. As a result, “our fate would be sealed”![12]

To all those who are inclined to dismiss out of hand an “artificial takeover” as mere science fiction, Transhumanists retort that it is likely that it will happen sometime in this century. And as a way of further persuading us of the correctness of their viewpoints and predictions, they consistently and conspicuously exhibit the data provided by Derek Price[13] according to whom at least since the late 19th century, science and technology, as measured by a wide range of indicators, have doubled about every 15 years. Extrapolating this exponential rate of progress, absent an abrupt reversal of current trends or an unexpected deceleration, Transhumanists foresee dramatic changes in the relatively near future, and no longer hesitate to proclaim Urbi et Orbi the advent, at last, of the Modern Prometheus!

As a matter of fact, the countdown—tantamount to the point of no return—to Mary Shelley’s Frankenstein is on. Unsurprisingly, it has begun in Bostrum’s native Sweden where tech company BioHax International has already “microchipped” many of its employees.[14] The future has also arrived for employees of Wisconsin-based tech company Three Square Market (32M). The tiny chip, the size of a grain of rice—the same chip used in a credit card or mobile phone—is inserted between their thumb and index finger. It uses Radio-Frequency Identification or RIFD technology and allows employees to operate copy machines, open doors, login to computers and more, simply with the wave of a hand, without the traditional pass card.[15]

And as the saying goes, the “best” is yet to come, on two fronts: Firstly, on the corporate level, a fierce competition is underway in the different “Silicon Valleys” around the world. It is more often than not fueled by the unbridled imagination, material greed and will to power that motivate some executives like Mark Zuckerberg and Elon Musk.[16] In the United States, considered the world leader in Artificial Intelligence (AI) and machine learning, engineers and neuroscientists have been working quietly, for over two decades, to build a revolutionary technology called BrainGate that wirelessly connects the human mind to computers by means of chipping people’s brains. They are already in the process of digitally mapping the human brain. And they are experimenting with, and changing in a significant way, human behavior and brain function.[17] Secondly, on the global level, relentless efforts are being made and considerable financial resources poured into the race for world leadership in AI, with a particular emphasis on its military applications, of which the development of Lethal Autonomous Weapon Systems. The latter issue is so acute and challenging that it prompted the United Nations to initiate a debate on a treaty banning such nightmarish weapons.[18] Russian President Vladimir Putin put it bluntly when he declared that “Artificial intelligence is the future, not only for Russia, but for all humankind. It comes with colossal opportunities, but also threats that are difficult to predict. Whoever becomes the leader in this sphere will become the ruler of the world.”[19] Reacting to Putin’s remarks, Elon Musk said that competition for AI superiority at national level will be the “most likely cause of WW3”. He clarified that he believes the war would be started not by a world leader, but by an AI as a preemptive strike.[20]

This dramatic evolution and its deep impact on the sustainability of modern civilization will be the main topic of a forthcoming analysis.

Amir Nour

This analysis was initially published on 31 Jan 2019 For the Saker Blog and it can be found here.

Amir Nour is an Algerian Researcher in International Relations, author of the book “L’Orient et l’Occident à l’heure d’un nouveau Sykes-Picot” (“The Orient and the Occident in time of a New Sykes-Picot”), Editions Alem El Afkar, Algiers, 2014: downloadable free of charge, by clicking on the following link: http://algerienetwork.com/blog/lorient-et-loccident-a-lheure-dun-nouveau-sykes-picot-par-amir-nour/ (French)

Notes:

  1. The magazine’s former Editor-in-Chief (2006-2015) is none other than John Micklethwait who has attended several times the secretive Bilderberg Conferences and contributed to their publicly undisclosed discussions and outcomes. See the list of participants to (https://bilderbergmeetings.org.participants.html) and main topics of (https://cnbc.com/2018/06/06/bilderberg-meeting-elite-focuses-on-politics.html) the 2018 Bilderberg meeting, held in Turin (Italy) in June 2018. 
  2. Read: https://vigilantcitizen.com/vigilantreport/the-economists-the-world-in-2019-is-full-of-cryptic-messages/ 
  3. Marcus Vitruvius Pollio, De Architectura Libri Decem, written circa 20-30 BC and “rediscovered” in 1414 by the Italian “humanist” Poggio Bracciolini in the Abbey of St Gallen, Switzerland. 
  4. A Masonic lodge called Vitruvius Lodge # 145 was established in 1860 and still operates in Bloomfield, CA. 
  5. Richard Cassaro, What Does the Freemason’s ‘Square&Compass’ Symbol Really Stand For?richardcassaro.com, November 28, 2009. 
  6. See Statement on Freemasonry and Religion, Masonic Service Association of North America. 
  7. According to a study published in Acta Psychiatrica Scandinavia, in December 2006, Nietzsche’s death was not due to General Paralysis of the Insane (GPI), as commonly thought for a long time, but rather to Frontotemporal Dementia (FTD) which is a chronic dementia. 
  8. Nick Bostrum, Superintelligence: Paths, Dangers, Strategies, Oxford University Press, 2014. 
  9. Read Transhumanist FAQ, version 3.0 in https://whatistranshumanism.org 
  10. Idem, Op.cit. 
  11. Nick Bostrom, Op.cit. 
  12. Derek J. de Solla Price, Little Science, Big Science…and Beyond, Columbia University Press, 1988. 
  13. Jonathan Margolis, I am microchipped and have no regrets, The Financial Times, May 8, 2018. 
  14. Haley Weiss, Why You’re Probably Getting a Microchip Implant Someday, The Atlantic, Sept. 21, 2018. 
  15. Co-founder of American neurotechnology company Neuralink, which is reported to be developing implantable Brain-Computer Interfaces (BCIs). 
  16. Jeff Stibel, Hacking The Brain: The Future Computer Chips In Your Head, Forbes.com, July 10, 2017. 
  17. See 2017 UN report: https://daccess-ods.un.org/TMP/6036958.69445801.html 
  18. RT, Whoever leads in AI will rule the world: Putin to Russian children on Knowledge Day, Sept. 1, 2017. 
  19. Karla Lant, Elon Musk: Competition for AI Superiority at National Level Will Be the “Most Likely Cause of WW3”, Futurism, September 4, 2017.
Publicités

6 Replies to “The Enduring Quest for Übermensch: From Renaissance Humanism to Silicon Valley’s Posthumanism

  1. @Roc,

    Grand merci pour cette traduction qui est très éclairante et confirme Néom, la 5G et le “Meilleur des Mondes”.
    NB, la Suède souvent prise en exemple connait et connaîtra encore bien des revers de médaille que ce soit économique (suppression de l’argent liquide puis révolte car ils semblent comprendre le danger des paiement sans contact et de la démonétisation), écologique ( super au niveau énergies renouvelables mais grand consommateur de ressources planétaire), sociologique (sexualité, drogues, taux de suicides,…). Cependant, il reste intéressant d’avoir différents “laboratoires in vivo” pour se forger de solides opinions et se tracer des trajectoires de vie personnelle!

    Bien à Vous,

    Marc Edmond

  2. traduction :
    La quête durable pour Übermensch ( surhomme ): De l’humanisme de la Renaissance au posthumanisme de la Silicon Valley

    Dernièrement, le magazine d’affaires de renommée mondiale, The Economist, a reçu beaucoup d’attention de la part des médias internationaux, et c’est compréhensible.

    En effet, vers la fin de chaque année, depuis des décennies, il publie une édition spéciale très attendue, qui prédit les grandes tendances et événements politiques, économiques et sociaux de l’année à venir. Mais contrairement au passé, le numéro de décembre 2018 intitulé “The World in 2019” s’est distingué par la caractéristique la plus unique et la plus intéressante d’avoir eu deux reprises successives et énigmatiques. En l’espace de quelques jours, la photo de couverture de la 33e édition de ce magazine, appartenant en partie à la famille Rothschild et réputé porte-parole de l’élite mondiale et de son agenda mondial[2], est passée de tout noir à presque noir !

    Et comme le site officiel du magazine ne permet pas de déchiffrer les énigmes de ces deux couvertures, en particulier la seconde version qui présente un large spectre d’images et de symboles cryptiques, on se retrouve avec l’inconfortable besoin d’avoir recours à des lectures ésotériques, occultes et maçonniques. Heureusement, une description éclairante de ces symboles pour la plupart apocalyptiques et Illuminati a été fournie dans un article révélateur[3] sur le site Web du Citoyen Vigilant dont la devise est la citation attribuée à Confucius : “Les signes et les symboles gouvernent le monde, pas les mots ni les lois.”

    Au centre de la couverture se trouve l'”Homme de Vitruve”, l’un des plus importants chefs-d’œuvre artistiques – à côté de la peinture de la Joconde – de Léonard de Vinci, figure géniale mais mystérieuse de la Renaissance, dont le 500e anniversaire de la mort devrait être commémoré, en toute pompe et circonstance, précisément en 2019 dans plusieurs pays occidentaux.
    —————————————————————————————–
    En décrivant cette caractéristique principale telle qu’affichée par The Economist, le site explique que l’homme “moderne” de Vitruve “porte des lunettes de vision nocturne, ou peut-être un casque VR […] Dans ses mains, il tient une feuille de cannabis, une balle de baseball et un téléphone intelligent. On pourrait soutenir que toutes ces choses sont utilisées pour distraire et pacifier l’homme moderne à travers les compagnies pharmaceutiques, les grandes technologies et le divertissement. L’homme de Vitruve a aussi deux tatouages. Sur son avant-bras se trouve une double hélice, le symbole représentant l’ADN. Il s’agit très probablement d’une référence à l’intense recherche sur la modification de l’ADN menée dans le secteur privé. L’ADN de l’homme de Vitruve a-t-il été altéré ?”

    L’article se termine par des observations clés qui soulèvent deux questions cruciales : “Dans l’ensemble, l’homme vitruvien moderne semble aveuglé, affaibli, distrait et réprimé. Le cercle autour de lui qui symbolisait autrefois le monde spirituel est maintenant la Terre. L’homme de Vitruve a-t-il perdu son âme ? Il ne s’occupe plus que des affaires terrestres ?”

    Il est à noter que ce dessin de Léonard de Vinci (vers 1490) s’inspire largement des œuvres de Marcus Vitruvius Pollio, célèbre architecte romain, ingénieur civil et militaire et auteur. Dans son traité[4], traduit du latin “Dix livres sur l’architecture”, Vitruve a montré que le corps humain “idéal” s’insérait précisément dans un cercle et un carré – deux motifs géométriques fondamentaux de l’ordre cosmique – illustrant ainsi le lien qu’il croyait exister entre les formes géométriques parfaites et le corps parfait. Plus important encore, Vitruve est considéré comme l’un des “Grands Maîtres” les plus importants et un personnage central – avec le roi Salomon d’Israël, le roi Hiram de Tyr et Hiram Abif, trois figures bibliques étroitement associées à la construction du temple du roi Salomon – d’une allégorie qui serait présentée au troisième degré en franc-maçonnerie[5], dont le logo le plus identifiable combine deux instruments utilisés en architecture : une place et un ensemble de compas réunis, souvent avec au centre la lettre “G”.

    Dans le symbolisme maçonnique[6], la boussole, en tant qu’outil, dessine un cercle ; étant sans commencement et sans fin, elle signifie l’âme (esprit ou éternité). Quant au carré, il dessine un carré à quatre côtés ; c’est un symbole séculaire du corps (physique et temporaire) qui incarne le monde matériel avec ses quatre points cardinaux, quatre saisons, quatre éléments et quatre états de la matière. Une fois placés ensemble, cependant, ils symbolisent ce qui est soi-disant le but ultime de la franc-maçonnerie. C’est-à-dire, en quadrillant le cercle – ou en harmonisant le monde physique et spirituel opposé – pour créer “l’homme parfait”, et ainsi atteindre la divinité ! Il n’est donc pas étonnant que la franc-maçonnerie est “ouverte aux hommes de toute foi, mais la religion ne peut être discutée dans les réunions maçonniques”[7].

    Le nouvel homme de Vitruve de The Economist n’est-il pas le même homme imaginaire que l’Übermensch de Friedrich Nietzsche ? Le même “Au-delà de l’homme”, “Overman” ou “Superman” qui n’a été trouvé nulle part ni par Zarathoustra ni par son disciple philosophe allemand, et qui a finalement conduit ce dernier à la folie et à la mort[8] Et n’est-ce pas cette même quête insensée, sinon suicidaire, qui est toujours recherchée – avec encore plus de ténacité et une connaissance scientifique infiniment approfondie et des moyens technologiques plus puissants – dans plusieurs laboratoires des “Silicon Valleys” du monde “développé” ?

    —————————————————————

    Dans son livre particulièrement effrayant – “fortement recommandé” par Bill Gates-Nick Bostrum[9], philosophe suédois et directeur fondateur du Future of Humanity Institute de l’Université d’Oxford, souligne que si un jour nous construisons des cerveaux mécaniques qui dépassent les cerveaux humains en intelligence générale, alors cette nouvelle superintelligence pourrait devenir très puissante. Et “de même que le sort des gorilles dépend maintenant plus de nous les humains que des gorilles eux-mêmes, de même le sort de notre espèce dépendrait des actions de la superintelligence de la machine”. Comme beaucoup d’autres transhumanistes, il considère le transhumanisme comme un prolongement de l’humanisme, dont il dérive en partie, et souhaite suivre des chemins de vie qui, tôt ou tard, nécessiteraient de devenir des personnes posthumaines. Ils aspirent à “atteindre des sommets intellectuels aussi élevés que le génie humain actuel est supérieur à celui des autres primates ; à être résistants aux maladies et imperméables au vieillissement ; à avoir une jeunesse et une vigueur illimitées ; à exercer un contrôle sur leurs propres désirs, humeurs et états mentaux ; à être capables d’éviter de se sentir fatigués, haineux ou irrités par des petites choses ; à avoir et augmenter leurs capacités de plaisir, d’amour, de valorisation artistique et de sérénité ; à connaître de nouvelles formes de conscience auxquelles le cerveau humain actuel ne peut accéder”[10].

    Dans un monde aussi merveilleux de techno-geeking entièrement et exclusivement consacré à la poursuite de loisirs individuels, d’impulsions et de réflexions sensuelles, les posthumains “pourraient être des intelligences artificielles entièrement synthétiques, ou ils pourraient être des téléchargements améliorés, ou ils pourraient être le résultat de nombreuses augmentations plus petites mais cumulativement profondes à un humain biologique. Cette dernière solution nécessiterait probablement soit une refonte de l’organisme humain à l’aide de la nanotechnologie de pointe, soit son amélioration radicale à l’aide d’une combinaison de technologies comme le génie génétique, la psychopharmacologie, les thérapies anti-âge, les interfaces neuronales, les outils avancés de gestion de l’information, les techniques de mémoire, les médicaments, les ordinateurs portables, les techniques cognitives “[11] Néanmoins, les changements nécessaires pour nous rendre posthumes sont considérés trop importants pour être réalisés simplement en modifiant certains aspects de notre théorie psychologique ou la façon dont on pense à notre sujet ; voilà pourquoi des changements radicaux à nos corps et à notre cerveau sont requis.

    De toute évidence, les transhumanistes sont bien conscients que les transitions technologiques à venir pourraient être le défi le plus important auquel l’humanité aura jamais à faire face. Ils admettent même que toute la vie intelligente future sur Terre pourrait dépendre de la façon dont ces transitions seront gérées. Si nous faisons ce qu’il faut, disent-ils, “un avenir posthume merveilleux, avec des possibilités illimitées de croissance et d’épanouissement, pourrait se présenter”. Pourtant, ils avertissent que si nous les manipulons mal, “la vie intelligente peut s’éteindre”. Bostrom croit qu’en principe, nous pourrions construire une sorte de superintelligence qui protégerait les valeurs humaines. Mais dans la pratique, il s’empresse d’ajouter que le problème du contrôle – le problème de savoir comment contrôler ce que ferait la superintelligence – semble assez difficile, bien qu’il semble que nous n’aurons qu’une seule chance. Quoi qu’il en soit, il prévient qu’une fois que la superintelligence “inamicale” existerait, elle nous empêcherait de la remplacer ou de changer ses préférences. En conséquence, “notre destin serait scellé”[12] !

    A tous ceux qui sont enclins à rejeter d’emblée une “prise de contrôle artificielle” comme de la science-fiction, les transhumanistes rétorquent qu’il est probable qu’elle interviendra au cours de ce siècle. Et pour nous persuader de la justesse de leurs points de vue et de leurs prédictions, ils présentent de manière cohérente et visible les données fournies par Derek Price[13], selon lequel, au moins depuis la fin du XIXe siècle, la science et la technologie, mesurées par un large éventail d’indicateurs, ont doublé environ tous les 15 ans. En extrapolant ce rythme exponentiel de progrès, en l’absence d’un renversement brutal des tendances actuelles ou d’un ralentissement inattendu, les transhumanistes prévoient des changements dramatiques dans un avenir relativement proche, et n’hésitent plus à proclamer Urbi et Orbi l’avènement, enfin, du Prométhée moderne !

    En fait, le compte à rebours, qui équivaut au point de non-retour au Frankenstein de Mary Shelley, est lancé. Comme on pouvait s’y attendre, elle a commencé dans le pays natal de Bostrum, la Suède, où la société de technologie BioHax International a déjà ” pucé ” bon nombre de ses employés[14] L’avenir est également arrivé pour les employés de la société technologique Three Square Market (32M) basée au Wisconsin. La minuscule puce, de la taille d’un grain de riz – la même puce utilisée dans une carte de crédit ou un téléphone portable – est insérée entre leur pouce et leur index. Il utilise la technologie de l’identification par radiofréquence ou RIFD et permet aux employés de faire fonctionner des photocopieuses, d’ouvrir des portes, de se connecter à des ordinateurs et plus encore, d’un simple geste de la main, sans la carte d’accès traditionnelle[15].

    Et comme le dit l’adage, le “meilleur” est encore à venir, sur deux fronts : Tout d’abord, au niveau des entreprises, une concurrence féroce est en cours dans les différentes “Silicon Valleys” à travers le monde. Aux États-Unis, considérés comme le leader mondial de l’intelligence artificielle (IA) et de l’apprentissage machine, les ingénieurs et les neuroscientifiques travaillent discrètement, depuis plus de deux décennies, à construire une technologie révolutionnaire appelée BrainGate qui relie sans fil l’esprit humain aux ordinateurs par le biais d’une puce dans le cerveau des gens[16]. Ils sont déjà en train de cartographier numériquement le cerveau humain. Deuxièmement, au niveau mondial, des efforts acharnés sont déployés et des ressources financières considérables sont investies dans la course au leadership mondial de l’IA, en particulier dans ses applications militaires, dont le développement de systèmes d’armes autonomes mortels. Cette dernière question est si aiguë et si difficile qu’elle a incité les Nations Unies à lancer un débat sur un traité interdisant de telles armes cauchemardesques[18] Le président russe Vladimir Poutine l’a dit sans ambages en déclarant que ” l’intelligence artificielle est l’avenir, non seulement de la Russie, mais de l’humanité entière. Elle s’accompagne d’opportunités colossales, mais aussi de menaces difficiles à prévoir. Réagissant aux remarques de Poutine, Elon Musk a déclaré que la concurrence pour la supériorité de l’intelligence artificielle au niveau national sera “la cause la plus probable de la troisième guerre mondiale”[19]. Il a précisé qu’il croyait que la guerre serait déclenchée non pas par un dirigeant mondial, mais par une IA à titre préventif[20].

    Cette évolution dramatique et son impact profond sur la durabilité de la civilisation moderne seront le sujet principal d’une prochaine analyse.

    Amir Nour

    Cette analyse a été initialement publiée le 31 janvier 2019 pour le Blog Saker et peut être trouvée ici.

    Amir Nour est chercheur algérien en relations internationales, auteur du livre “L’Orient et l’Occident à l’heure d’un nouveau Sykes-Picot”, Editions Alem El Afkar, Alger, 2014 : téléchargeable gratuitement, en cliquant sur le lien suivant : http://algerienetwork.com/blog/lorient-et-loccident-a-lheure-dun-nouveau-sykes-picot-par-amir-nour/ (français)

    notes :
    L’ancien rédacteur en chef du magazine (2006-2015) n’est autre que John Micklethwait qui a assisté à plusieurs reprises aux conférences secrètes de Bilderberg et a contribué à leurs discussions et résultats non rendus publics. Voir la liste des participants à (https://bilderbergmeetings.org.participants.html) et les principaux sujets de (https://cnbc.com/2018/06/06/bilderberg-meeting-elite-focuses-on-politics.html) la réunion Bilderberg 2018, tenue à Turin (Italie) en juin 2018. ↑
    Lire : https://vigilantcitizen.com/vigilantreport/the-economists-the-world-in-2019-is-full-of-cryptic-messages/ ↑ ↑
    Marcus Vitruvius Pollio, De Architectura Libri Decem, écrit vers 20 à 30 av. J.-C. et “redécouvert” en 1414 par l'”humaniste” italien Poggio Bracciolini dans l’Abbaye de Saint-Gall, Suisse. ↑
    Une loge maçonnique appelée Vitruvius Lodge # 145 a été établie en 1860 et opère toujours à Bloomfield, CA. ↑
    Richard Cassaro, à quoi sert vraiment le symbole de trahison’Square&Compass’ ? richardcassaro.com, 28 novembre 2009. ↑
    voir déclaration sur la franc-maçonnerie et la religion, masonic service association of north america. ↑
    Selon une étude publiée dans acta psychiatrica scandinavia, en décembre 2006, le décès de Nietzsche n’était pas dû à une paralysie générale des fous (GPI), comme on le pense depuis longtemps, mais plutôt à une démence frontotemporale (FTD) qui est une démence chronique. ↑
    Nick Bostrum, superintelligence : paths, dangers, strategies, Oxford University Press, 2014. ↑
    lire la FAQ transhumaniste, version 3.0 sur https://whatistranshumanism.org ↑ ↑
    Idem, op.cit. ↑
    Nick Bostrom, op.cit. ↑
    Derek J. de Solla Price, Little Science, Big Science…and Beyond, Columbia University Press, 1988. ↑
    Jonathan Margolis, je suis équipé d’une micropuce et je n’ai aucun regret, The Financial Times, 8 mai 2018. ↑
    Haley Weiss, pourquoi vous vous faites probablement implanter une puce électronique un jour, The Atlantic, 21 septembre 2018. ↑
    cofondateur de la société américaine de neurotechnologie Neuralink, qui développerait des interfaces cerveau-ordinateur implantables (BCIs). ↑
    Jeff Stibel, hacking the brain : the future computer chips in your head, Forbes.com, 10 juillet 2017. ↑
    Voir le rapport 2017 de l’ONU : https://daccess-ods.un.org/TMP/6036958.69445801.html ↑ ↑
    RT, celui qui mènera l’IA régnera sur le monde : Poutine aux enfants russes lors de la journée du savoir, le 1er septembre 2017. ↑
    Karla Lant, Elon Musk : la compétition pour une supériorité au niveau national sera la ” cause la plus probable de la troisième guerre mondiale “, Futurism, 4 septembre 2017.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Leave a Comment/Laisser un commentaire