Opinion

American Imperialism and China’s 4th May Movement

Six days after China celebrated the 70th anniversary of the founding of the Peoples’ Liberation Army Navy with an impressive parade of its ships, including the now operational Liaoning aircraft carrier, the new type 055 destroyers and a new type of nuclear submarine, a parade in which Russia, Vietnam, and India took part, and on the same day as Russian naval ships arrived in Qingdao to begin the joint Russian-Chinese naval Joint Sea Exercise 2019, two American destroyers entered the Taiwan Straights that lie between the coast of China proper and its island province of Taiwan thereby provoking an already tense situation.

The series of Chinese and Russian naval exercises are designed to test the ability of the two nations to operate together to counter common security threats. Both Russia and China claim no other nation is identified as a threat but everyone knows the threat is the United States and its allies. And the threat is real. For not only have the Americans been continually harassing China in the South China Sea by sending naval vessels with hostile intent into Chinese territorial waters around the Spratly Islands under the claim of free right of passage, they are also doing the same against Russia. The Kerch incident in which the Ukrainian navy was used as a proxy by the US to test a Russian response to an incursion into Russian waters near Crimea is part of a pattern shown again in December 2018 when they sent a destroyer into Peter the Great Bay near Vladivostok, entering Russian territorial waters, and threatening the Russian naval base there under the same pretext.

American ships have stepped up their show of strength in the Taiwan Straights from once a year before October to almost every month since October and they vow to keep up the pressure against Russia in the Baltic, Black Sea and Pacific and against China all along its coasts. The Americans recently committed an amphibious marine unit to Australia which has the purpose of “patrolling,” that is threatening to control, the Malacca Straights through which a large volume of Chinese shipping passes. The French have joined in the provocations by sending one of their war ships through the Straight on April 6, an action which China declared to be illegal. The Chinese, rightly convinced the US instigated the incident revoked France’s invitation to the PLA Navy celebrations. Britain has also rattled its sabres by stating its intention to send its aircraft carrier and support ships to the region to support the American threat.

The harassment of China by the US and its allies continues in other spheres with Trump’s trade war against China continuing, with the attempt to cut off Iranian oil supplies to China, and with the continued illegal detention by Canada of Huawei’s Chief Financial Officer, Meng Wanzhou, seized by Canadian authorities last December on a bogus US extradition request. She next appears in a Vancouver court on May 8 to set a date for the extradition hearings to take place. In retaliation China has stepped up its response to Canada’s action by blocking not only imports of Canadian canola, which has caused several billion dollars in export losses to Canadian farmers this winter, but this week, in advance of the May 8th hearing, has blocked imports of Canadian soybeans, peas and other agricultural products. The ban on these Canadian products is clearly timed to send a signal ahead of the court appearance by Meng, and it will not be the end.

The Global Times of China reported on April 30th that,

There are growing calls in China for the government to take tough measures against Canada”

Wang Jun, deputy director of the Department of Information at the China Center for International Economic Exchanges stated, “If we start imposing sanctions on each other, I think it will hurt Canada more than it will China.”

Mei Xinyu, a research fellow at the Chinese Academy of International Trade and Economic Cooperation said, “I think Canadians have only themselves to blames. China wants to resolve disputes without causing any turbulence. But if forced, China will take action. I think Canadians have misjudged the whole thing. They thought they would do the US a favor by arresting Meng. But they have found themselves increasingly forced to the wall because China and the US are now resolving their disputes and further escalation would not be in Canada’s interest because China is capable of taking more action, especially after we resolve the trade tensions with the US.”

There are now calls for the Chinese government to prohibit Chinese students from attending Canadian universities and private schools that depend on Chinese students for revenue.

But the Canadian government and opposition parties, instead of trying to solve the issue, to do the right thing, by releasing Meng Wanzhou and apologizing, are pushing for more confrontation with China, stating that they will search for measures to counter China, though what the Trudeau government can do is not clear. The Canadian Conservative Party leader Andrew Scheer has called for the Canadian government to take China before the World Trade Organisation and to withdraw from the Asian Infrastructure Investment bank. Other Canadian diplomats have called for cessation of all bilateral trade talks and for kicking out Chinese athletes training in Canada for the 2022 Winter Olympics in Beijing. All of these would hurt Canada more than China and the suggestions reveal the complete moral and intellectual bankruptcy of the Canadian leadership.

The American pressure on China in the economic and military spheres, the French and British threats to add to it by sending their war ships to the South China Sea, the Canadian action in arresting Meng Wanzhou, these are all expressions of the neo-colonial mindset of the western leaders and what Chinese leaders referred to as “white racism.” Their actions signal that they still see China as nation to be brought under their control and exploited instead of respected and treated as an equal.

But they forget that China threw off the colonial straight jacket with the May 4thMovement that began on May 4th 1919 in response to the Versailles negotiations after World War I at which the western leaders, led by US President Wilson, handed former German occupied lands of China to Japan instead of restoring them to Chinese sovereignty. Chinese students and intellectuals rose up and protested this act of colonialism, called for resistance to all forms of colonialism and imperialism and to the sellout government that allowed it to happen. A series of general strikes followed. Out of this movement arose a tide of nationalism and cultural and political renewal that has made China the great nation it is today. The 4th of May Movement was the manifestation of the refusal of the Chinese people to ever again be controlled by foreigners. It gave birth to both the Chinese Communist Party that succeeded in throwing off the yoke of colonialism and capitalism, as well as the Kuomintang nationalists who, locked in the past, ended by selling themselves to the interests of the United States and whose counter-revolutionary remnants are contained in Taiwan.

But as the 100th anniversary of the May 4th Movement is being celebrated across China to encourage the young generation to connect their own destiny with the destiny of China and contribute their share to social development, the west seems to have forgotten that it took place or acts like it never took place. But the China of 2019 is not the China of 1919. American gunboats can no longer sail up the Yangtze and impose their will. China is a nuclear power, a world economic power. Yet the United States and Canada act as if they are living in the past, as if history has passed them by, as if they have learned nothing and forget everything, for the American and Canadian provocations leading up to the May 4th celebration must be seen as a slap in the face to the Chinese people, as a denial of their aspirations and achievements.

The act of sending American ships through the Taiwan Straights is seen by China, not as an “exercise in right of passage through international waters,” as the Americans claim, but as an act of colonialism and imperialism by which the American ships, acting as a floating wall of steel, declare Taiwan to be there protectorate. The illegal arrest of Meng Wanzhou by Canada is a throwback to the Canadian anti-Chinese racism of the 19thcentury. Both nations are on the wrong side of history. They are aging anachronisms in a multipolar world, bereft of ideas, or of a future except what they can steal from others. But they don’t seem to learn except the hard way and if they keep pushing, China will teach them a very hard lesson indeed.

Christopher Black
Source : New Eastern Outlook

Direct link : Here !

Publicités



');

14 Replies to “American Imperialism and China’s 4th May Movement

  1. Ping : llentown pa
  2. Ping : forum
  3. Ping : festival
  4. Ping : URL
  5. Merci à toi cher Roc pour cette énième traduction d’un article on ne peut plus primordiale, c’est aussi pour ça qu’on *aime Strategika51, bon 8ème anniversaire Strategika51, j’adore ce site, notre site, où règne la vérité et l’honnêteté sans partage…
    *le verbe aimer parcequ’on t’aime sans restriction cher Strategika51

  6. L’impérialisme américain et le mouvement chinois du 4 mai

    Six jours après que la Chine ait célébré le 70e anniversaire de la fondation de la Marine de l’Armée populaire de libération du peuple avec un défilé impressionnant de ses navires, y compris le porte-avions Liaoning, les nouveaux destroyers de type 055 et un nouveau type de sous-marin nucléaire, un défilé dans lequel la Russie et le Vietnam ont participé, et l’Inde y ont participé, et le même jour que les navires de la marine russe arrivaient à Qingdao pour commencer l’exercice naval conjoint russo-chinois Joint Sea Exercise 2019, deux destroyers américains sont entrés dans le détroit de Taiwan, situé entre la côte de la Chine et sa province insulaire de Taiwan, provoquant dans une situation déjà tendue.

    La série d’exercices navals chinois et russes vise à tester la capacité des deux pays à opérer ensemble pour contrer les menaces communes à la sécurité. La Russie et la Chine prétendent qu’aucune autre nation n’est identifiée comme une menace, mais tout le monde sait que la menace vient des États-Unis et de leurs alliés. Et la menace est réelle. Car non seulement les Américains n’ont cessé de harceler la Chine dans la mer de Chine méridionale en envoyant des navires de guerre à dessein hostile dans les eaux territoriales chinoises autour des îles Spratly sous le couvert du droit de libre passage, mais ils font de même contre la Russie. L’incident de Kertch, au cours duquel la marine ukrainienne a été utilisée par procuration par les États-Unis pour tester une réponse russe à une incursion dans les eaux russes près de la Crimée, fait partie d’un scénario qui s’est reproduit en décembre 2018 lorsqu’ils ont envoyé un destroyer à Pierre la Grande Baie près de Vladivostok, dans les eaux territoriales russes, et menacé la base navale russe dans ces eaux sous le même prétexte.

    Les navires américains ont intensifié leur démonstration de force dans le détroit de Taiwan, passant d’une fois par an avant octobre à presque tous les mois depuis octobre, et ils s’engagent à maintenir la pression contre la Russie dans la Baltique, la mer Noire et le Pacifique et contre la Chine le long de ses côtes. Les Américains ont récemment dépêché en Australie une unité maritime amphibie qui a pour mission de “patrouiller”, ce qui menace de contrôler les détroits de Malacca, par lesquels passe un grand nombre de navires chinois. Les Français se sont joints aux provocations en envoyant un de leurs navires de guerre dans le détroit le 6 avril, une action que la Chine a déclarée illégale. Les Chinois, convaincus à juste titre que les Etats-Unis étaient à l’origine de l’incident, ont révoqué l’invitation de la France aux célébrations de la Marine de l’APL. La Grande-Bretagne a également secoué ses sabres en déclarant son intention d’envoyer son porte-avions et ses navires de soutien dans la région pour soutenir la menace américaine.

    Le harcèlement de la Chine par les États-Unis et leurs alliés se poursuit dans d’autres domaines, la guerre commerciale de Trump contre la Chine se poursuivant, avec la tentative de couper l’approvisionnement pétrolier iranien à la Chine et la détention illégale par le Canada du directeur financier de Huawei, Meng Wanzhou, saisi par les autorités canadiennes en décembre dernier sur une fausse demande d’extradition américaine. Elle comparaîtra ensuite devant un tribunal de Vancouver le 8 mai pour fixer la date des audiences d’extradition. En représailles, la Chine a intensifié sa réaction à l’action du Canada en bloquant non seulement les importations de canola canadien, ce qui a causé des pertes de plusieurs milliards de dollars en exportations pour les agriculteurs canadiens cet hiver, mais cette semaine, avant l’audience du 8 mai, elle a bloqué les importations de soja, de pois et autres produits agricoles canadiens. L’interdiction de ces produits canadiens est clairement programmée pour envoyer un signal avant la comparution en cour de Meng, et ce ne sera pas la fin.
    ———————————————–
    Le Global Times of China a rapporté le 30 avril que,

    “En Chine, on demande de plus en plus au gouvernement de prendre des mesures sévères contre le Canada.”

    Wang Jun, directeur adjoint du Département de l’information du China Center for International Economic Exchanges, a déclaré : “Si nous commençons à nous imposer mutuellement des sanctions, je pense que le Canada en souffrira plus que la Chine.
    ————————————————
    Mei Xinyu, chercheur à l’Académie chinoise de commerce international et de coopération économique, a déclaré : ” Je pense que les Canadiens n’ont qu’eux-mêmes à blâmer. La Chine veut résoudre les différends sans causer de turbulences. Mais si elle y est contrainte, la Chine prendra des mesures. Je pense que les Canadiens ont mal jugé toute cette affaire. Ils pensaient faire une faveur aux États-Unis en arrêtant Meng. Mais ils se sont trouvés de plus en plus forcés de s’effondrer parce que la Chine et les États-Unis règlent maintenant leurs différends et qu’une escalade supplémentaire ne serait pas dans l’intérêt du Canada parce que la Chine est capable de prendre davantage de mesures, surtout après que nous aurons réglé les tensions commerciales avec les États-Unis.

    On demande maintenant au gouvernement chinois d’interdire aux étudiants chinois de fréquenter les universités et les écoles privées canadiennes dont les revenus dépendent des étudiants chinois.

    Mais le gouvernement canadien et les partis d’opposition, au lieu d’essayer de résoudre le problème, de faire ce qui s’impose en libérant Meng Wanzhou et en s’excusant, font pression pour qu’il y ait davantage de confrontations avec la Chine, en disant qu’ils vont chercher des mesures pour contrer la Chine, mais ce que le gouvernement Trudeau peut faire n’est pas clair. Le chef du Parti conservateur canadien, Andrew Scheer, a demandé au gouvernement canadien de traduire la Chine devant l’Organisation mondiale du commerce et de se retirer de la banque asiatique d’investissement en infrastructures. D’autres diplomates canadiens ont demandé la cessation de toutes les négociations commerciales bilatérales et l’expulsion des athlètes chinois qui s’entraînent au Canada pour les Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Beijing. Tout cela nuirait davantage au Canada qu’à la Chine, et ces suggestions révèlent la faillite morale et intellectuelle totale du leadership canadien.

    La pression américaine sur la Chine dans les domaines économique et militaire, les menaces françaises et britanniques d’y ajouter en envoyant leurs navires de guerre en mer de Chine méridionale, l’action canadienne pour arrêter Meng Wanzhou, sont autant d’expressions de la mentalité néocoloniale des dirigeants occidentaux et ce que les dirigeants chinois ont qualifié de “racisme blanc”. Leurs actions indiquent qu’ils considèrent toujours la Chine comme une nation qu’ils doivent contrôler et exploiter au lieu d’être respectée et traitée comme une nation égale.

    Mais ils oublient que la Chine a jeté sa veste coloniale avec le Mouvement du 4 mai 1919 en réponse aux négociations de Versailles après la Première Guerre mondiale au cours desquelles les dirigeants occidentaux, menés par le président américain Wilson, ont remis au Japon d’anciennes terres occupées par les Allemands au lieu de les restaurer à la souveraineté chinoise. Des étudiants et des intellectuels chinois se sont levés et ont protesté contre cet acte de colonialisme, appelé à la résistance à toutes les formes de colonialisme et d’impérialisme et au gouvernement de vendus qui l’a permis. Une série de grèves générales ont suivi. De ce mouvement est née une vague de nationalisme et de renouveau culturel et politique qui a fait de la Chine la grande nation qu’elle est aujourd’hui. Le mouvement du 4 mai a été la manifestation du refus du peuple chinois d’être à nouveau contrôlé par des étrangers. Elle a donné naissance à la fois au Parti communiste chinois qui a réussi à renverser le joug du colonialisme et du capitalisme, et aux nationalistes du Kuomintang qui, enfermés dans le passé, ont fini par se vendre aux intérêts des États-Unis et dont les restes contre-révolutionnaires sont contenus à Taiwan.

    Mais alors que le centenaire du Mouvement du 4 mai est célébré dans toute la Chine pour encourager les jeunes générations à relier leur propre destin à celui de la Chine et à apporter leur contribution au développement social, l’Occident semble avoir oublié qu’il a eu lieu ou agit comme il n’a jamais eu lieu. Mais la Chine de 2019 n’est pas la Chine de 1919. Les canonnières américaines ne peuvent plus remonter le Yangzi et imposer leur volonté. La Chine est une puissance nucléaire, une puissance économique mondiale. Pourtant, les États-Unis et le Canada agissent comme s’ils vivaient dans le passé, comme si l’histoire les avait dépassés, comme s’ils n’avaient rien appris et tout oublié, car les provocations américaines et canadiennes qui ont mené à la célébration du 4 mai doivent être considérées comme une gifle au visage du peuple chinois, comme une négation de ses aspirations et réalisations.

    L’envoi de navires américains dans le détroit de Taiwan est considéré par la Chine, non pas comme un “exercice du droit de passage dans les eaux internationales”, comme le prétendent les Américains, mais comme un acte de colonialisme et d’impérialisme par lequel les navires américains, agissant comme un mur flottant en acier, déclarent Taiwan comme un protectorat. L’arrestation illégale de Meng Wanzhou par le Canada est un retour en arrière sur le racisme anti-chinois canadien du XIXe siècle. Les deux nations sont du mauvais côté de l’histoire. Ce sont des anachronismes vieillissants dans un monde multipolaire, dépourvu d’idées ou d’avenir, sauf ce qu’ils peuvent voler aux autres. Mais ils ne semblent apprendre que par la force et s’ils continuent à pousser, la Chine leur donnera une leçon très dure.

    Christopher Black
    Source : Nouvelles perspectives pour l’Est

    Lien direct : Ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.