Analysis

Libye: Haftar poursuit son offensive sur Tripoli en dépit du mois sacré du Ramadan

En Libye, la guerre continue. Le maréchal Khalifa Haftar semble avoir perdu le sens de la mesure sinon la raison en ordonnant à ses milices, dénommées “l’Armée Nationale Libyenne” ou LNA, de poursuivre leur offensive sur la Tripolitaine durant le mois musulman sacré du Ramadhan.

Soutenu par l’Arabie Saoudite, l’Égypte, les Émirats Arabes Unis, les États-Unis d’Amérique, la France et la Russie, Khalifa Haftar tente depuis quelques semaines à prendre d’assaut la capitale Tripoli où siège le Gouvernement d’Entente Nationale du premier ministre Fayaz Al-Serraj, le seul reconnu internationalement. Ce dernier bénéficie du soutien ou de l’appui de l’Algérie, de l’Italie, du Qatar, de la Tunisie et de la Turquie.

fs3
Le président du Conseil présidentiel de Libye, Fayaz Al-Serraj (Gauche),  avec le président turc Tayep Reçep Erdogan.

Les forces de Haftar bombardent depuis des jours des zones peuplées de civils à Tripoli avec des avions de combat locaux mais également avec des appareils loués pilotés par des mercenaires issus de certains pays d’Amérique du Sud et d’Europe de l’Est. Des drones d’attaque émiratis et des avions de combat français et égyptiens offrent sporadiquement un support feu aux forces de Haftar.

Les forces de Haftar viennent d’annoncer avoir bombardé et détruit le quartier général des forces du Gouvernement d’Entente Nationale à Tripoli et Haftar lui même vient de déclarer que le mois sacré du Ramadan, qui débute ce lundi 06 mai 2019 en Libye et dans les pays du voisinage, est un mois de guerre sainte (Djihad)… contre des compatriotes et des musulmans!

fs1
Fayaz Al-Serraj au milieu de ses troupes à Tripoli. Tout sépare ce descendant de la grande bourgeoisie libyenne d’origine Ottomane et Andalouse du maréchal Haftar, un fils de la tribu turbulente des Ferjan d’Ajdabya.

Le gouvernement du président Fayaz Al-Serraj, enfermé à Tripoli et qui continue à bénéficier du soutien des milices de Misrata et celles de la puissante confédération tribale occidentale des Zentene, n’a cessé d’appeler à l’aide l’Organisation des Nations Unies puis tour à tour la Turquie et l’Algérie. Pour l’instant, les Nations Unies jouent un jeu très trouble, influencées par les manœuvres de pays comme la France, l’Égypte et les Émirats Arabes Unis. Cependant, deux pays semblent soutenir concrètement le Gouvernement d’Entente de Tripoli : l’Italie, le Qatar et la Turquie. l’Algérie et la Tunisie ont exprimé leur rejet total des attaques sur Tripoli et l’Algérie a affirmé qu’elle ne restera pas les bras croisés face au bombardement d’une capitale maghrébine voisine. De rares informations jamais confirmées avancent que des avions de guerre algériens ont fait partie des mystérieux avions fantômes bombardant de temps en temps des positions de groupes terroristes en Libye. Un sujet que ni Alger et encore moins Tripoli n’ont jamais évoqué. Seul Haftar avait menacé de porter la guerre au Sud-Est de l’Algérie si les forces algériennes continuaient leurs incursions dans le Fezzan et jusqu’en Cyrénaïque. Ce qui a conduit à une série d’interprétations plus ou moins invraisemblables. A Alger, on soutient que Haftar n’a jamais constitué une quelconque menace et que ce sont les pays qui le poussent à guerroyer dans son propre pays qui représentent un réel problème.

Selon un bilan partiel fourni par l’Organisation Mondiale de la Santé, les combats autour de Tripoli entre les deux gouvernements rivaux en Libye ont causé la mort de près de 400 personnes et des blessures à 1700 autres.

vtr
Les combats se poursuivent près de Tripoli

La guerre en cours en Libye est accentuée par le profond clivage historique entre la Cyrénaïque (Libye orientale) et la Tripolitaine (Libye occidentale). La première a pour capitale Benghazi mais un gouvernement virtuel siège un plus à l’est, à Tobrouk, non loin des frontières égyptiennes. Il bénéficie naturellement du soutien militaire de l’Égypte du maréchal Al-Sissi, lui même sous-traitant pour de riches États du golfe. Ce gouvernement virtuel non reconnu est en guerre ouverte avec le gouvernement de Tripoli, qui demeure reconnu par l’ONU.

hftr
Le maréchal Khalifa Haftar, devenu un véritable seigneur de la guerre, tente de prendre le pouvoir en Libye avec l’aide de Washington, Paris, Riyad et Moscou.

Khalifa Haftar est un ancien compagnon du colonel Gaddafi avant sa défection en pleine guerre du Tchad et son asile aux Etats-Unis où il obtint la nationalité US. De retour en Libye après la chute du régime de la Jamahirya (gouvernement des masses, un concept paradoxal pour un pays peu peuplé), Haftar retourne en Libye pour y devenir un des seigneurs de la guerre. Des puissances occidentales et arabes voient en lui un projet d’un autocrate militaire fort capable de faire régner l’ordre en Libye et protéger leurs intérêts, notamment dans le secteur pétrolier. La Libye étant l’un des pays les plus riches en pétrole du continent africain et de la mer méditerranée. Ce que l’Italie, ancienne puissance occupante et la Turquie, qui a grandement bénéficié du brut libyen à un prix défiant toute concurrence ces dernières années, refusent en soutenant un gouvernement d’entente assez imparfait mais croyant encore en une forme de démocratie.

Publicités



');

3 Replies to “Libye: Haftar poursuit son offensive sur Tripoli en dépit du mois sacré du Ramadan

  1. Soutenu par l’ONU?

    Dans mon livre l’ONU prône un nouvel ordre mondial et s’attaque à la Souveraineté des peuples!

    Que les USA et la France entres autres, s’alignent avec la Russie, qui a été le premier pays à choisir son camp, est nouveau!

    Peut-être y voyons nous l’effet d’un rapprochement des visées de Poutine et Trump?

    La situation dans ce pays est vraiment un capharnaüm!

    La guerre de tous contre tous!

    Comment concilier maintenant la situation en Syrie, les alliances, et ce qui se passe en Libye…?

    Et la France là-dedans…un coq sans tête qui cavale on ne sait où…

  2. Depuis octobre 1973, le Ramadan n’a jamais empêché les musulmans de passer à l’offensive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.