Analysis Drones

Des drones d’attaque Wing Loong II émiratis bombardent Tripoli en soutien aux forces de Haftar

Des drones d’attaque de fabrication chinoise appartenant aux forces aériennes des Émirats Arabes Unis continuent à bombarder la capitale libyenne Tripoli en soutien aux forces du maréchal Khalifa Haftar.

Certaines de ces attaques ayant visé des troupes loyales au gouvernement de Tripoli, reconnu par les Nations Unies, ont été particulièrement meurtrières.

Il s’agirait de drones chinois de type CAIG Wing Loong II, une version amélioré du drone MALE (Medium Altitude Long Endurance) Wing Loong dotée de douze points d’emport, une vitesse de croisière de 280 kilomètres par heure et pouvant lancer des missiles Air-Sol, des bombes guidées par laser ou des bombes miniatures guidées (charges de 50 kgs).

Wing Loong II
Un drone d’attaque chinois Wing Loong II lors d’une exposition à Paris.

Les attaques de drones surviennent le plus souvent la nuit en support aux forces du maréchal Haftar, un seigneur de guerre qui a établi son contrôle sur la Libye orientale et qui mène depuis un mois une offensive visant à prendre d’assaut Tripoli où officie un gouvernement reconnu internationalement. Haftar dispose du soutien de multiples pays comme les Émirats Arabes Unis, l’Égypte, les États-Unis, la France et même la Russie.

Les drones Wing Loong II des Émirats Arabes Unis sont utilisés au Yémen en coordination avec les États-Unis dans le cadre de la guerre que mène la coalition internationale dans ce pays. Il semble également exister un type de coordination pour l’acquisition des objectifs en Libye entre les émiratis et des pays comme la France (imagerie satellite, etc.) mais très peu d’informations sont disponibles à ce sujet.

Sur le terrain, les drones d’attaque chinois ont fait preuve d’une redoutable efficacité et rivalisent avec succès avec des drones d’attaque américains de la même catégorie. Des analystes soulignent à cet égard les restrictions du Congrès des États-Unis concernant la vente des drones de combat à des pays tiers, lesquelles ne sont pas du tout liées à de quelconques considérations humanitaires ou de respect de droits humains mais inhérentes à la défense des intérêts stratégiques prioritaires de pays alliés comme Israël. La procédure d’acquisition de drones d’attaque US pour un pays allié comme les Émirats Arabes Unis peut être longue et procédurière. A cela s’ajoute un autre élément comparatif favorable aux fournisseurs chinois: le prix unitaire et le coût de la maintenance pour un rapport qualité/prix fort avantageux. Il n’est dès lors pas étonnant que des pays comme le Pakistan, l’Indonésie, l’Arabie Saoudite, le Nigeria ou l’Égypte se bousculent acquérir des drones chinois.

Il est à noter que les forces du maréchal Haftar ne sont pas parvenues à exploiter l’impetus de l’offensive initiale sur Tripoli, qualifiée par certains observateurs comme un Blitzkrieg. Cete guerre-éclair stagne en dépit de la mobilisation de mercenaires soudanais et étrangers et la situation demeure fort confuse aux abord de Tripoli.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

Advertisements
avatar
15000
2 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Le modéréStrategika51Moh35 Recent comment authors
  Subscribe  
Notify of
Le modéré
Guest
Le modéré

On sait que le général Haftar s’est réfugié aux USA où il avait acquis la nationalité américaine. Or rien que ce fait le rend sa proposition illégitime à n’importe quelle haute fonction gouvernementale à fortiori celle de la haute autorité. qu’à cela ne tienne. Aprés l’assassinat de Kadhafi, Washington l’a envoyé en Libye avec une mission déterminée. Le Général à la retraite continue de porter l’uniforme et s’était autoproclamé Maréchal. Il est devenu l’homme fort, reçu comme un président dans différentes chancelleries du nord comme celle du sud.
Le soutien qui lui est apporté renferme une signification claire: Pas de gouvernement issu des urnes. Un gouvernement démocratique n’est pas dans l’interet ni des pays régionaux qui craignent des revendications similaires, ni des occidentaux qui seront privés d’un interlocuteur unique et confrontés aux débats parlementaires locaux

Moh35
Guest
Moh35

pas parvenus
ParvenuEs