Analysis

Further Evidence US Attacked Syria Based on False Flag

Further evidence has emerged indicating that the alleged 2018 Douma, Syria chemical attack was staged by US-backed militants, not the Syrian government.

With the US plotting war from South America to the South China Sea, understanding how US-backed militants staged the attack, allowing the Western media to sell US military intervention to the global public based on a lie – will help guard against similarly staged attacks in the near future.

Recent revelations mean the US not only falsely accused Damascus of having carried out the attack – but launched military strikes against Syria based on an entirely false pretext. To date, the US has categorically failed to produce any convincing evidence backing their original claims.

Conversely, a subsequent investigation carried out by the Organisation for the Prohibition of Chemical Weapons (OPCW) produced damning evidence suggesting a false flag event was carried out by US-backed militants. This included a chlorine gas cylinder found in a militant weapons workshop inspected by OPCW investigators closely matching the two cylinders allegedly used in the 2018 Douma attack itself.

While US-backed militants insisted two gas cylinders were dropped on Douma by government helicopters, the OPCW noted that the alleged craters caused by the cylinders’ impact matched those on nearby buildings clearly caused by high-explosive ordnance.

The final OPCW report regarding the Douma incident claimed:

The [the OPCW Fact-Finding Mission in Syria] team noted that a similar crater was present on a nearby building. 

The implication is that the cylinders may not have created the craters attributed to them by US-backed militants and the Western media supporting their version of the story. Instead, it implies that the cylinders were manually put into place near preexisting craters created by conventional ordnance.

While the final OPCW report included photographs of damage on the adjacent building, it did not elaborate further or explore the obvious implications of similar craters seen nearby explicitly.

However, more recently, a previously unpublished report by the OPCW titled, “Engineering Assessment of Two Cylinders Obsered at the Douma Incident – Executive Summary” (PDF), did elaborate (emphasis added):

Experts were consulted to assess the appearance of the crater observed at Location 2, particularly the underside. The expert view was that it was more consistent with that expected as a result of blast/energetics (for example from a HE mortar or rocket artillery round) rather than a result of impact from the falling object. This was also borne out by the observation of deformed rebar splayed out at the underside of the crater, which was not explained by the apparent non-penetration and minimal damage of the cylinder. The likelihood of the crater having been created by a mortar/artillery round or similar, was also supported by the presence of more than one crater of very similar appearance in concrete slabs on top of nearby buildings, by an (unusually elevated, but possible) fragmentation pattern on upper walls, by the indications of concrete spalling under the crater, and (whist it was observed that a fire had been created in the corner of the room ) black scorching on the crater underside and ceiling.

The engineering assessment would conclude (emphasis added):

In summary, observation at the scene of the two locations, together with subsequent analysis, suggest thatthere is a higher probability that both cylinders were manually placed at those two locations rather than being delivered from aircraft. 

The assessment further adds weight to what many analysts concluded at the time when the OPCW published its final, official report on the incident – that the event was staged.At face value Damascus lacked any motivation to carry out the 2018 attack. It occurred on the eve of total victory for Syrian forces over US-backed militants dug in around the Syrian capital. Syria had used extensive conventional force to overcome militant positions and even if Damascus believed the use of chemical weapons would expedite victory, it is unlikely it would drop only 2 gas cylinders containing a negligible amount of chlorine toward that end.

Conversely – US-backed militants facing inevitable and complete defeat along with a US government in desperate need of a pretext to use military force to slow down or stop the advance of Syrian troops – had every motivation to stage the attack, blame it on Damascus, and lie about it ever since.

If political analysis of the alleged attack exploring the possible motivations of both sides in carrying out the attack weren’t conclusive enough, this recently published OPCW engineering assessment further lays the issue to rest.

Why Douma Still Matters

Washington’s propensity toward staging provocations as a pretext toward wider war is not confined to Douma, Syria alone. The lead up to the 2003 US invasion of Iraq was predicated entirely on a deliberate lie built atop fabricated evidence.

And the US still seeks to provoke war in Ukraine, in Venezuela, against Iran, and likely again in Syria itself as government forces begin to retake Idlib.

Understanding how US-backed militants staged the Douma attack in 2018, how the Western media lied to the global public in the aftermath to sell subsequent Western military intervention, and how investigators exposed evidence revealing the attack as a false flag operation – will all aid in blunting the political impact of future false flag provocations.

Tony Cartalucci

Tony Cartalucci is a Bangkok-based geopolitical researcher and writer, especially for the online magazine “New Eastern Outlook”.

Source : http://landdestroyer.blogspot.com/2019/05/further-evidence-us-attacked-syria.html?m=1

Publicités



');

5 Replies to “Further Evidence US Attacked Syria Based on False Flag

  1. traduction :
    D’autres éléments de preuve indiquent que l’attaque chimique présumée de 2018 à Douma, en Syrie, a été organisée par des militants soutenus par les États-Unis, et non par le gouvernement syrien.

    Alors que les Etats-Unis préparent la guerre de l’Amérique du Sud à la mer de Chine méridionale, comprendre comment des militants soutenus par les Etats-Unis ont organisé l’attaque, permettant aux médias occidentaux de vendre l’intervention militaire américaine au public mondial sur la base d’un mensonge, aidera à se protéger contre des attaques similaires dans un avenir proche.

    Des révélations récentes signifient que les Etats-Unis ont non seulement accusé à tort Damas d’avoir mené l’attaque, mais qu’ils ont également lancé des frappes militaires contre la Syrie sous un prétexte totalement faux. Jusqu’à présent, les États-Unis n’ont catégoriquement produit aucune preuve convaincante à l’appui de leurs affirmations initiales.

    Inversement, une enquête ultérieure menée par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a produit des preuves accablantes suggérant qu’un événement de faux pavillon a été commis par des militants soutenus par les États-Unis. Il s’agissait notamment d’une bouteille de chlore gazeux trouvée dans un atelier d’armement militant et inspectée par les enquêteurs de l’OIAC qui correspondaient étroitement aux deux bouteilles qui auraient été utilisées lors de l’attaque de Douma en 2018.

    Alors que des militants soutenus par les États-Unis ont insisté pour que deux bouteilles de gaz soient larguées sur Douma par des hélicoptères gouvernementaux, l’OIAC a noté que les cratères présumés causés par l’impact des bouteilles correspondaient à ceux des bâtiments voisins clairement causés par des munitions hautement explosives.

    Le rapport final de l’OIAC concernant l’incident de Douma réclamé :

    L’équipe[de la mission d’établissement des faits de l’OIAC en Syrie] a noté qu’un cratère similaire était présent sur un bâtiment voisin.

    Cela implique que les cylindres n’ont peut-être pas créé les cratères qui leur ont été attribués par des militants soutenus par les États-Unis et par les médias occidentaux qui soutiennent leur version de l’histoire. Au lieu de cela, cela implique que les cylindres ont été mis en place manuellement près de cratères préexistants créés par des munitions conventionnelles.

    Bien que le rapport final de l’OIAC incluait des photographies des dommages subis par le bâtiment adjacent, il n’approfondissait pas la question et n’explorait pas les implications évidentes de cratères similaires observés explicitement à proximité.

    Toutefois, plus récemment, un rapport inédit de l’OIAC intitulé “Engineering Assessment of Two Cylinders Obsered at the Douma Incident – Executive Summary” ( Évaluation technique de deux bouteilles observées lors de l’incident de Douma – Sommaire exécutif ) (PDF), a été élaboré (non souligné dans l’original) :

    Des experts ont été consultés pour évaluer l’apparence du cratère observé à l’emplacement 2, en particulier sur la face inférieure. L’avis des experts était qu’elle correspondait davantage à celle attendue en raison d’une explosion ou d’une explosion d’énergie (par exemple d’un obus de mortier ou d’une roquette) qu’en raison de l’impact de l’objet tombé. Cela a également été confirmé par l’observation de barres d’armature déformées évasées sous le cratère, ce qui ne s’explique pas par l’absence apparente de pénétration et les dommages minimes subis par le cylindre. La probabilité que le cratère ait été créé par un rond de mortier/artillerie ou similaire, était également étayée par la présence de plus d’un cratère d’apparence très similaire dans les dalles de béton sur les bâtiments voisins, par un motif de fragmentation (inhabituellement élevé, mais possible) sur les murs supérieurs, par les signes d’écaillage du béton sous le cratère, et (si on le remarque) un incendie dans l’angle du local, par la rouille noire qui avait été causée dans le fond et le plafond de la cavité.

    L’évaluation technique conclurait (non souligné dans l’original) :

    En résumé, l’observation sur les lieux des deux sites et l’analyse subséquente donnent à penser qu’il est plus probable que les deux bouteilles ont été placées manuellement à ces deux endroits plutôt que d’être livrées par avion.

    L’évaluation ajoute encore plus de poids à ce que de nombreux analystes avaient conclu au moment où l’OIAC a publié son rapport final officiel sur l’incident, à savoir que l’événement était une mise en scène. Elle s’est produite à la veille de la victoire totale des forces syriennes sur les militants soutenus par les Etats-Unis qui se sont retranchés autour de la capitale syrienne. La Syrie a eu recours à la force conventionnelle pour surmonter les positions militantes et même si Damas croyait que l’utilisation d’armes chimiques accélérerait la victoire, il est peu probable qu’elle ne laisse tomber que deux bouteilles de gaz contenant une quantité négligeable de chlore à cette fin.

    A l’inverse – des militants soutenus par les Etats-Unis et confrontés à une défaite inévitable et totale ainsi qu’un gouvernement américain qui a désespérément besoin d’un prétexte pour utiliser la force militaire pour ralentir ou arrêter l’avance des troupes syriennes – avaient toutes les raisons de lancer l’attaque, de la rejeter sur Damas et de mentir à ce sujet depuis.

    Si l’analyse politique de l’attaque présumée en explorant les motivations possibles des deux parties n’était pas suffisamment concluante, cette évaluation technique récemment publiée par l’OIAC met un terme à la question.

    Pourquoi Douma compte toujours

    La propension de Washington à mettre en scène des provocations comme prétexte à une guerre plus large ne se limite pas à Douma, en Syrie. La préparation de l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003 reposait entièrement sur un mensonge délibéré construit sur des preuves fabriquées de toutes pièces.

    Et les États-Unis cherchent toujours à provoquer la guerre en Ukraine, au Venezuela, contre l’Iran, et probablement de nouveau en Syrie même, alors que les forces gouvernementales commencent à reprendre Idlib.

    Comprendre comment des militants soutenus par les États-Unis ont organisé l’attaque de Douma en 2018, comment les médias occidentaux ont menti à l’opinion publique mondiale au lendemain de l’intervention militaire occidentale et comment les enquêteurs ont exposé des preuves révélant que l’attaque était une opération sous faux pavillon, tout cela aidera à atténuer l’impact politique des futures provocations sous faux drapeau.

    Tony Cartalucci

    Tony Cartalucci est un chercheur et écrivain géopolitique basé à Bangkok, notamment pour le magazine en ligne “New Eastern Outlook”.

    1. Merci Roc, comme toujours.

      Je constate que tu as trouvé un traducteur digne de ce nom, ça change des traduction gogol, c’est de suite plus plaisant à lire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.