Analysis

La mise à mort de Huawei par Google et la Maison Blanche

Suivant de très près la décision de la Maison Blanche d’interdire l’accès au marché américain à la compagnie chinoise Huawei, Google vient de suspendre ses accords de licences et de partage de produits. C’est un évènement qui fera date dans l’histoire des nouvelles technologies de l’information et des communications.

A la suite de cette décision inédite, Huawei ne dispose plus que du libre accès à la version Open Source (source publique) du système d’exploitation Android, utilisé sur la totalité de ses appareils. Cela veut dire que non seulement les systèmes Android des appareils Huawei ne pourront plus être mis à jour et donc vulnérables à des failles sécuritaires mais seront dans l’incapacité d’installer des applications propriétaires de Google comme Gmail, Google Play Store et assimilés.

Cela veut dire que Washington veut tuer Huawei.

Officiellement, les États-Unis accusent le géant technologique chinois d’espionnage et le perçoivent comme un danger pour leur sécurité nationale. En réalité, ils cherchent à l’anéantir. D’une part pour éliminer la compétition d’un rival devenu insupportable et d’autre part pour damer le pion à Beijing dans le domaine des infrastructures de la technologie 5G.

Cette mesure extraordinaire aura pour effet de pousser ou plutôt forcer les chinois à se lancer dans l’élaboration de leur propre écosystème d’exploitation et à ne plus compter sur les logiciels US. Une substitution chinoise au système Android n’est point une option impossible mais cela aura pour conséquence d’éloigner Huawei de la majorité des pays occidentaux.

Il est quasiment certains que les dizaines de millions d’ordinateurs chinois fonctionnant sous des versions modifiées de Microsoft Windows XP et Windows NT (ceux de la défense en particulier) changeront très bientôt de logiciels d’exploitation.

Après la mésaventure de Huawei, presque aucun pays au monde ne pourra continuer à faire confiance à des géants de la technologie qui se présentent comme des firmes privées mais qui travaillent pour les intérêts d’une oligarchie ayant une réelle influence sur un ou deux gouvernements d’États visant l’hégémonie mondiale.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

Advertisements
avatar
15000
13 Comment threads
27 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
10 Comment authors
samotorocStrategika51The Donald ratatine aussi la Chine aussi maintenant, estiment les antisystèmes. Il soumet tout le (petit et bien minable, il est vrai) monde sans tirer un coup de feu. Et s’il était un dieu vivant et bidonnant à la fois ? – nicolasbonnal.cosergio Recent comment authors
  Subscribe  
Notify of
samoto
Guest
samoto

Maintenant Huawei produit ses propres puces et remplace windows puis google. Les Cies chinoises produisant les puces sont au 7e ciel pour damner les pions à Intel et les autres Cies ricaines. Un mal pour un bien. Comme les chinois voulaient acheter un Canada-arm spacial, le Canada valet des ricains ont reçu l’ordre de leurs maîtres ricains de ne pas faire la vente aux chinois. Cela n’a pas pris que deux ans seulement aux chinois d’en inventer en mieux. Rien n’est impossible aux chinois si les valets des ricains ne veulent pas faire de l’argent. Les chinois veulent acheter la technologie pour sauver deux- trois ans pour l’inventer, sinon ils les fairont eux-mêmes avec ses 6 millions de diplômés universitaires annuels. Il ne manque pas de main d’oeuvre qualifiés en Chine qui attire les autres cerveaux étrangers. Trump se trompe en voulant pénaliser les marchandises chinoises de 25%. En réalité, il pénalise ses propres Cies, Wal Mart et ses autres Cies. qui doivent payer les 25% en récupérants les marchandises à la douane étatsuniennes, et Wal Mart les refile aux consommateurs ricains eux-mêmes. Ce que l’on appelle ´´Se tirer sur son sex’´. Pauvre Trump d’enfants espiègle, riche grâce aux héritages sans impôt. Ce ne sont pas les chinois qui paient les 25%, mais eux-mêmes leurs consommateurs. Trump clame qu’il a un déficite de 500 milliards, il veut le beurre et garder l’argent du beurre aussi? Si vous achetez un pain à deux dollars, c’est sûr que vous donnez vos deux dollards, donc vous êtes en déficit de deux dollars, mais vous oubliez que vous avez le pain dans les mains. Les chinois aussi veulent acheter les choses dont ils ont besoin, exemple: les papiers recyclés, mais on leur livre des ballots de papiers recyclés dont le centre des ballots contiennent des détritus de construction, donc les chinois n’en veulent plus commander. Et on recommence encore avec les Phillipines en leur livrant des poubelles. Duarte n’est pas chinois et il ne se laisse pas faire, il a mentionné que si vous venez pas récupérer vos poubelles, je vais vous les faire domper (déposer) sur vos plages. Au moins, il dit haut et fort ce qu’il pense.