Analysis

Sept Rafale M font un détour à Sumatra

Selon une source militaire indonésienne citée par l’agence d’information Associated Press, les forces armées indonésiennes ont procédé, dimanche 19 mai 2019, à l’inspection complète et minutieuse de sept (07) avions de combat français de type Dassault Rafale M (Aéronavale) ayant effectué un atterrissage d’urgence sur la base aérienne du Sultan Iskander Muda (province d’Aceh, Sumatra)  en raison de mauvaises conditions météorologiques.

Les appareils français ont atterri en Indonésie 90 minutes après leur décollage du porte-avions Charles de Gaulle à 100 milles marins à l’ouest de l’île indonésienne de Sumatra selon une source française.

De source indonésienne, les sept avions de combat français ont été vérifiés “boulon après boulon” et “rivet après rivet” et des experts venus d’un grand pays asiatique ont participé à l’inspection. On évoque la prise de dizaines de milliers de photographies ainsi que l’usage d’appareils à rayons X.

Le porte-avions français Charles de Gaulle est en mission dans l’océan indien après deux années d’immobilisation. Il a quitté Toulon le 05 mars dernier et il fera escale à Singapour du 31 mai au 02 juin 2019.

 

Publicités

33 Replies to “Sept Rafale M font un détour à Sumatra

  1. Ꮋellо tһere! This is kind of оff topic but I neeⅾ some
    guidance from an established blog. Iѕ it dirficult
    to sset ᥙp yօur oown blog?І’m not very techincal Ƅut I can figure thingѕ out pretty quick.

    І’m thinking aƄout setting up my own bᥙt Ι’m not surе ԝhеre to start.
    Do үou һave any ideas or suggestions? Cheers

  2. Bonjour à tous

    Je travaille pour un centre de recherche sur le havre pour les moteurs et le carburant des avions. Je peux vous confirmer que les moteurs sont differents entre les différentes versions du rafale. Il s’agit souvent de différences de dimensionnement dans les chambres de réaction ou de programmation sur les cerveaux-moteurs (pneumovanne d’injection)
    Les differences dans l’architecture n’existe pas sur les rafales (mais sur les mirages oui).

  3. Les Américains veulent la mort de Dassault (disons dans le militaire) depuis tellement longtemps qu’il serait franchement douteux que les Rafale utilisent des logiciels US….

    A la place, ce sont les US qui utilisent des logiciels Dassault Systèmes (CATIA) pour toute leur conception assistée par ordinateur, logiciels développés par Dassault pour son propre compte comme l’entreprise ne pouvait pas se permettre de dépenser les fortunes dépensées par ses concurrents en personnel moyennement qualifié chargé de mener des opérations routinières mais indispensables de dessin technique, spécification des pièces,… sous la supervision d’ingénieurs hautement qualifiés, eux, et capables de penser toute la conception des appareils.

    Toujours pour ne pas gaspiller de précieuses ressources, Dassault s’est lancé dans les avions d’affaires (les Falcon) parce que sinon, ses ingénieurs auraient été sous-employés, et toujours pas ne pas gâcher, les ingénieurs Dassault ont historiquement toujours fait la navette entre l’atelier et les bureaux de R&D. Or, la conception assistée par ordinateur c’est bien gentil mais si on n’a pas une petite idée des contraintes d’industrialisation, ce n’est pas gagné. Dassault a encore conçu ses propres robots pour “tisser” les ailes des Rafale, toujours ce souci d’économiser sur tout.

    Aujourd’hui, Dassault réalise autant de chiffre d’affaires dans les logiciels de CAO que les avions (4 milliards d’euros dans chacune des deux activités, et 50/50 entre les Falcon et les Rafale pour les avions), et sait toujours concevoir des avions de A à Z tandis que les Américains se sont noyés dans les méandres des systèmes de conception entièrement pilotée par ordinateur (et la totalité des constructeurs aéronautiques utilisent CATIA, en particulier Boeing et Lockheed), cf. les déboires des 737 Max et de F-35.

    Je ne dis pas que CATIA est piégé, je dis juste que CATIA a fait miroiter la possibilité de créer un avion de A à Z en recourant exclusivement à du personnel n’ayant aucune compétence technique particulière, sauf que ce genre de logiciels exigent qu’il y ait de vrais pilotes dans l’avion tant ils facilitent la concentration des fonctions décisionnaires sur une poignée d’ingénieurs, et si jamais ils ne sont pas au niveau, les conséquences seront et sont bien plus graves que s’ils en étaient restés à la règle à calcul… Là se trouve le piège.

    1. Les Catia et SolidWorks ne sont pas des logiciels “piégés” effectivement.
      Mais si ils sont utilisés sur des stations reliées à internet, Dassault sait exactement qui utilise quel logiciel et comment, où et quand et dans quel but.

      Côté purement personnel, ceux qui ont sur leur PC des versions non-officielles de Catia ou de SolidWorks ne risquent rien car ce n’est pas la politique de Dassault d’aller à la chasse au particulier. (quoi que… je ne tenterais pas le coup tout de même) Mais en tant que professionnel, je met au défit quiconque d’utiliser ces logiciels sur un Pc connecté, sans payer la licence. Les courriers d’avocat arrivent très très vite ! Et en cas de litiges, les logiciels ne fonctionnement plus assez rapidement…

  4. Aucun recoupement possible pour les photos pour le moment. 2 des 7 rafales sont toujours dans la zone militaire de l’aéroport, c’est ce qui pose soucis on dirait… Les 5 autres ont pu repartir après inspection et dédouanement, procédure standard dans ce genre de cas apparemment. Pour les 2 encore cloués au sol et leur pilotes, la diplomatie est entree en action…

  5. Atterrissage d’urgence 90 minutes après le décollage “en raison de mauvaises conditions météorologiques.” C’est bizarre. Cela voudrait dire qu’une des plus puissantes armées au monde n’est pas capable de prévoir le temps 90 minutes avant un engagement et ce en temps de paix !!!!!!??

    1. sauf si les avions français étant dotés d’une avionique US les chinois ont les codes de désactivation .
      dans ce cas atterrissage d’urgence sous peine de crash !

      1. Les rafales ne sont pas équipés en logiciels US…

        Les pilotes en exercices étant encore en formation, ils ont été derouted car ils ne maîtrisaient pas l’appontage avec un tel vent…

        1. Les rafales ne sont pas équipés en logiciels US….
          En es tu sur ? Avec les gouvernements qu’on a eu à ta place je prendrai des pincettes…si tu vois ce que je veux dire.
          Déja à l’époque où je travaillais pour un prestataire d’un groupe français -1996- il était question de vendre la SNECMA à la General Electric. Y a pas trés longtemps j’ai appris qu’une partie des munitions de l’armée française était made in ….USA bien sur. Je ne suis meme pas sur que nos sous marins, les fameux SNLE n’aient pas sur eux des puces qui attireraient sur eux des torpilles de nulle part, un peu comme le miel attire les mouches. Merci qui ? La ‘Gauche’ bien sur, on dra surtout la goche caviar.
          Concernant les Rafale je ne suis malheureusement pas aussi sur que toi, parce que pour les américains c’est trop stratégique. Ils ne peuvent pas laisser passer ça! J’espere de tout mon coeur me tromper!

          1. On est jamais sur de rien. Mais passant mes journées chez les safran & co j’ai le loisir de discuter avec les gens qui conçoivent, étudient et mettent au point les moyens de productions pour le rafale. Je ne parle pas des armes du rafale, mais bien de ses systèmes, moteur, train, structures, etc. En termes de sécurité et de discretion ils sont très bon. Ce qui est sous traité l’est mais uniquement auprès de partenaires, qui sont en France.
            Je suis plus sur la mécanique que l’avionique, mais si ils suivent les mêmes protocoles que pour les moteurs, il n’y a aucune chance que les logiciels soient conçu et développé ailleurs que dans un bureau d’assaut en France…

          2. Une chose est sur, les données précises sur le m88 sont bien a l’abris et seul les moyens de production français y ont accès, en France et en réseau fermé…

            Bon, ok, on connais la robustesse des réseaux fermés sous windob!

          3. Cher ami Foxhound.
            Je me permet de te reprendre sur un lapsus que tu as commis.
            Les abeilles sont attirées par le pollen qui est leurs nourriture et l’élément indispensable à la fabrication de l’excellent miels.
            Cependant les mouches sont attirées par la merde et tout ce qui est en état de putréfaction.
            S’agissant des armements tu es incontestablement le spécialiste qui nous apprends énormément.

        2. @Benjman
          J’espere sincerement que tu as raison et moi tord. Simplement j’ai des doutes, comme David l’a dit plus haut, pour les américains, l’Italie, la France et l’Allemagne sont les + redoutables ennemis, des ennemis à neutraliser en toute priorité. Et je pense que la France avec son industrie d’armement performante en menace passe avant la Chine et la Russie. Vois tu, je me souviens d’une intervention, c’était il y a trés longtemps, sur la régretée emission Droit de Réponse du regretté Michel Polac-on en fait plus des journalistes comme ça, encore moins des emissions du genre-. L’Amiral Sanguinetti y était invité, et il avait dit que les sous marins chasseurs tueurs US étaient plus entrainés à détruire des sous marins français que soviétiques. Le seul soucis, c’est qu’on s’est farci l’abonimable Valls en tant que premier ministre -il a meme pas le niveau pour etre secretaire de mairie-, durant 5 ans qui a duré pour moi comme 50 ans, et pendant ce temps il a du en faire des dégats. Avant il y avait Sarko Président, comme ministres des afffaires étrangères on a du ingurgiter du Kouchner, et du Fabius, avec en prime Hollande et comme President, et inutile de te parler de la bande de guignols à Macron. Ces personnages ont été au plus hautes responsabilités de l’etat français. Et comme si ça ne suffisait pas, le general de Villiers -chef d’état major de l’armée française- travaille pour un Think Tank US. Si le chef pense US, qu’es ce que ça doit etre l’entourage ? Tu comprends mon sceptisisme ?

          1. Il y a beaucoup de chose à dire à ce sujet.
            La seule chose que je peux dire dans un commentaire est que l’État profond US se méfie d’une certaine France qu’il a identifié comme ennemie.

          2. J’espère aussi être dans le vrai, avec les bribes d’infos que je constates sur les sites…

            Ce que je constate aussi, nous en parlions dans un autre post ici, au sujet de la joint venture GE-Safran, les échanges d’infos techniques sur les moyens de fabrication (le seul sujet sur lequel j’ai accès à des infos et des personnes fiables, dans le sens où j’interviens directement sur les moyens de production) sont très partielles et ne permettent pas de copier l’autre, dans un sens comme dans l’autre.

            Le groupe Safran reste “craintif” envers GE, l’inverse doit être de même je suppose.

            Un exemple concret, les moteurs LEAP sont fabriqués par Safran ET par GE. Chacun à sa version, mais les deux groupes produisent chaque version. En France, en Chine, en UK, au Bresil, etc. Safran produit des pièces pour les versions du LEAP 1A (A pour Airbus) ET du LEAP 1B (B pour Boeing). GE, fait de même sur ses propres sites de production, du LEAP 1A et du LEAP 1B.
            Sauf que GE et Safran n’utilisent pas les mêmes moyens, ni les mêmes méthodes pour réaliser les pièces. Ce qui implique que les pièces produites par Safran et par GE, n’ont pas tout à fait les mêmes caractéristiques.
            Ceci à des conséquences directes sur la qualité et la fiabilité des moteurs…

            Il y a peut, l’ensemble des versions des LEAP 1B ont été cloués au sol (l’histoire des Boeing 737 MAX, version 6 et plus, interdits de vol) soit disant pour des histoire de logiciels Boeing auto-certifiés. Ce n’est pas du tout une simple histoire de logiciel, je ne peut en dire plus par commentaires, mais les méthodes de fabrications sont en cause.

            Pour en revenir au sujet de ton commentaire précèdent, effectivement les US aimeraient couler l’europe et ses gros groupes industriels, mais le groupe Safran reste très prudent de son côté et la division Dassault encore plus. C’est pourquoi j’ai bon espoir que nos industriels de poids s’en gardent sous le pied et ne jouent pas forcément le jeu des politiques, ou du moins que partiellement et ce même sous la contrainte.
            Après, d’autres anecdotes me font aussi dire cela, par exemple les résultats fréquents de “jeux de guerre” organisés entre pays de l’OTAN, où régulièrement les équipements Français mettent à mal les équipements US : porte avion us virtuellement coulé, F35 virtuellement à la ramasse contre le Rafale, etc.
            J’ai d’autres exemples en tête au sujet d’Airbus hélicoptère, l’industrie US est très intéressée par ce qui sort de Marignan…

            Concernant la R&D, là aussi Safran et consorts mettent le paquet. Même si de loin on à l’impression que rien ne bouge, la R&D avance vite sur les moyen de production pour permettre la production de nouveaux moteurs civils avec des techniques issues du militaire (principalement du M88), tout en mettant en place des moyens de production adaptés au civil, donc peut couteux comparé au militaire. Je suis actuellement sur les projets d’industrialisation de pièces moteur en impression 3D. Nous validons petit à petit toutes les étapes de réalisation et de traitement, ca pose de gros soucis, mais nous sommes les seuls pour le moment à envisager ce genre de moyen de production de pièce de contraintes (habituellement pièces de fonderie ou usinées intégralement d’un brut.), car nous avons une certaines “avance” (ou méthodes différentes dirons nous) pour toutes les étapes de production qui peuvent nous permettre ce genre de recherche…

          3. @Strategika 21.29

            est-ce que la France dont se méfie l’État profond US c’est le courant gaullo-communiste, qui a défendu les intérêts d’une France indépendante, souveraine, rebelle contre l’hégémonie anglo-américaine?

          4. @ Benjman

            Chapeau en tout cas pour l’industrialisation des pièces en impression 3D. J’étais resté sceptique à l’idée qu’on puisse faire aussi bien voire mieux en 3D qu’en fonderie “traditionnelle” où il s’agit de faire des pièces “monocristallines” càd sans le moindre défaut jusqu’au niveau arrangement des atomes qui doivent tous être positionnés les uns par rapport aux autres de la même manière.

            Après, pour ce qui est du partage des tâches entre Safran et GE, l’une et l’autre entreprise assurent “pareillement” l’assemblage final des moteurs CFM/LEAP mais pour ce qui est de la conception et de la fabrication des parties ou pièces de moteurs, effectivement, elles se sont soigneusement partagé le travail, et ce dont s’occupe Safran, GE ne le fait pas, et réciproquement.

            (En ce qui me concerne, j’ai une formation d’ingénieur et quelques notions de cristallographie ; dans le cadre de mon boulot, je m’intéresse pas mal à l’aéronautique)

          5. Catia…j’avais une version pirate du logiciel quand l’internet n’était pas trop répandu.
            Je suis heureux qu’il y ait des techniciens aéro ici.

        3. Pour ma par la réponse la plus sensé et probable et celle de :

          Benjman sur 20/05/2019 à 1400
          Le reste fait parti des procédures de contrôle propres à chaque pays.
          Chacun est souverain chez lui et dicte ces règles.
          Faute de quoi il passe pour un pays faible .

  6. ? ? ?
    que dois je comprendre ?
    7 avion rafale ont été obligé d’atterrir sous un prétexte inconnu et les indonésien les ont forcé a se soumettre a un contrôle totale “boulon après boulon” et “rivet après rivet” !
    quelle est cette grande puissance asiatique ? la chine ?

  7. Curieux …. Dans la presse, il est question d’avions ‘déroutés’, un certain Hendro Arief satisfait de ‘l’inspection de sécurité’ et de la coopération des équipages ajoutant qu’aucun d’entre eux ne ‘portait d’armes’ [⁉️]
    – Ce sont-ils déroutés ou ont-ils été déroutés ?
    – Une inspection de sécurité dans cette circonstance es-ce normale … anormal … inhabituel ?
    – Pourquoi préciser que les équipages ne portaient pas d’armes ?

    1. Je ne suis pas expert en la matière militaire, loin de là, mais de ce que j’ai pu glaner sur divers site calés sur le sujet :

      – Ce sont-ils déroutés ou ont-ils été déroutés ?
      Ils se seraient dérouté, rien de forcé apparemment. Lors de cet exercice, les équipages n’étaient pas suffisamment formés pour se poser sur le pont du porte avion avec les conditions climatiques soudaines. La soudaineté des conditions climatique à cet endroit semble être très courante. Ils ont temporisé un certain temps, mais on du trouvé un endroit plus calme pour se poser, faute de carburant.

      – Une inspection de sécurité dans cette circonstance es-ce normale … anormal … inhabituel ?
      Apparemment, cette inspection ce nomme dans le jargon diplomatique un “dédouanement”. Il faut imaginer que 7 avions militaire en exercice demandent à être accueillis sur une zone militaire, de manière urgente et non prévue. Que transportent ils, ont ils des armes, quelles armes, peuvent ils représenter un danger, etc? Pour lever ces questions, une inspection digne de ce nom est donc de rigueur, le tout dans un cadre militaire.

      – Pourquoi préciser que les équipages ne portaient pas d’armes ?
      D’après les commentaires des gens bien plus compétent que moi sur le site Opex360, un pilote porte une arme de poing lors d’opérations, histoire d’être un minimum armé en cas de besoin. Mais il est désarmé lors d’exercice et en cas de soucis, la diplomatie entre en action. Dans le cas qui nous concerne, les avions n’étaient équipés que de missiles factices et les pilotes non-armé, ce qui confirme qu’il s’agissait bien d’un exercice et non d’une opération, camouflée par un exercice officiel. (tactique classique apparemment…)
      En fait la précision exacte et que ni les avions, ni les pilotes n’étaient armés.

      Pour en revenir aux photos prises par “des experts asiatiques”… c’est l’info le fait d’en parler que je trouve étrange. C’est du classique de sauter sur l’occasion pour glaner des infos, mais pourquoi le fanfaronner alors ? Surtout que “inspection boulon après boulon et rivet après rivet” + Photo par millier n’apporte pas grand chose. C’est bien de voir les boulons et les rivets, mais ca ne donne strictement aucune information sur les logiciels, les moteurs, les structures et encore moins sur comment on assemble et fabrique le tout.
      Mon avis est que le but de cette inspection poussée et criée sur les toits avait pour but de dire aux Français : On à bien pris le temps de comparer vos Rafales (les Rafales de l’armée Française) aux divers versions de Rafale d’export. (les Rafales Qataris, Egyptiens et Indiens) Ce qui permettra aux Malaisiens (qui semblent de plus en plus intéressés pas cet avion) de négocier en connaissance de choses, les options et technologies vendues…

      1. Les structures externes sont identiques ( exportations/ armee fr ) donc inutile de le faire

        1. Les moteurs des versions Indiennes ne sont pas tout a fait les mêmes que les versions qatarie et égyptienne. Je suppose que les experts de la chose trouveraient moults différences entre telle et telle version.

          Mais je suis bien de votre avis, cela me semble inutile…

          1. Pas vraiment inutile ni fastidieux car j’ai eu l’occasion de passer des dizaines d’heures à comparer entre les variantes à l’export ou sur commande de plusieurs systèmes. Cela dépend des fournisseurs et parfois du client. Pour le Rafale, je crois savoir que la version livrée au Qatar est meilleure que celle équipant l’Armée de l’Air Fr.
            La plus dépouillée étant celle livrée à l’Égypte en passant par Ryad.

            Dassault se montre très discret à ce sujet et ça se comprend aisément. Ce sujet très sensible dans l’industrie de defense a déterminé l’issue de plusieurs conflits récents (cf. Les variantes export et celles fabriquées sous licence du T-72 russe durant la guerre du Golfe 2)

        2. Je pense que c’est psychologique. Chaque État veut démontrer qu’il maîtrise tout chez lui. Dans le cas des Rafale Marine, l’occasion s’est présentée d’elle même. Seuls deux appareils ont fait l’objet d’une inspection de la part de deux experts venus d’un consortium privé chinois. Les cinq autres Rafale M n’ont fait l’objet que de procédures fort simples et d’usage.
          L’appareil per se interesse pas mal de pays de la région, notamment la Malaisie et Singapour (attention ça ne veut pas dire que ces deux États vont l’acquérir). Les chinois le connaissent assez bien (et même plus) tandis que les Indiens seraient enchantés de voir comment ils pourront modifier leur Rafale pour leur aéronavale spécifique.
          Bref, la marine devrait améliorer sa communication d’une autre ère.

          1. Effectivement la version qatarie est plus puissante que la version Egyptienne. Raison officielle: pour compenser l’usage en climat chaud et sec. Et la version Indienne est encore différente.
            La Malaisie est fort intéressée mais pour sa marine. Pas d’export de rafale m, car compatible aux procédures us. Je pense que l’intérêt des clichés est sur la version m. Et si l’Inde souhaite adapter ses rafales a sa marine, ils vont devoir s’inspirer de l’existant.

            De ce point de vue, c’est effectivement intéressant de prendre quelque photos et quelque côtes, mais ça ne fait pas tout, loin de là…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.