Trump's Limited Hangout- By Steve Brown 1
Analysis

Trump’s Limited Hangout- By Steve Brown

A Limited Hangout is the deliberate revelation of some information to try to confuse and/or prevent discovery of other information; a Statecraft technique, using information and disinformation together, to try to suppress the revelation of true information, orchestrated by a State entity, or special interest or group. In George Orwell’s book ‘1984‘ the tyranny of the State was opposed by its arch-foe, Emmanuel Goldstein.

tryit

Goldstein was a bin Laden-like character, a fallen former Elitist who founded “The Brotherhood”. Like Osama bin Laden, Goldstein had unbridled access to the media, and his message of opposition to the State was ubiquitous.

uyouy5

In the book 1984, Winston joins “The Brotherhood” and finally learns that Goldstein is a fictional entity created by the State, so that the resistance may be identified and controlled.

1984.jpg

But the “1984” comparison to modern politics is uncanny on another count, where the Goldstein “threat” is used to justify billions in warfare expenditures. The militarist ‘threat’ here is as close to the portrayal of Saddam Hussein, as Emmanuel Goldstein was close to Osama bin Laden. When a propaganda figure like Goldstein is so useful to promulgate Empire, then why quit with a comparison to the now-deceased OBL or Saddam?

Why not create an entirely new limited hangout and then find its “leader” later on?

Since the blowback of 911 https://en.wikipedia.org/wiki/Blowback_(intelligence) many Americans have come to question the central government and its aims. During the Iraq war, antiwar sentiment and a crashed economy annoyed the establishment enough to allow nebulous ‘change’, with the eventual election of Barak Obama.

Obama’s election was a concession to Hamilton’s “Great Beast” to the same extent that the far right was marginalized by it; namely by the end of the Bush-Cheney era. By the end or the Obama regime, the rudderless right constituted a vast disenfranchised segment of the electorate, with some fluent associations.

In a time of high unemployment, bank failures, and a collapsed economy, the Minuteman Project emerged to target immigrants, with much media exposure. The media success of the Minuteman Project led to Tea Party-themed protests in 2009, and an expanded platform to include all sorts of ideology. Railing versus Big Government, against deficit spending, and against hegemonic war.

The Tea Party’s original goal of returning to honest government and to the Founder’s governing principles represented a lot of great working people. But powerful billionaires saw this movement as an opportunity, and bankrolled Tea Party candidates https://www.nytimes.com/2010/08/29/opinion/29rich.html all across the country, long before Trump.

And since “Big Government” produces big money profits, those billionaires had no intention to challenge military spending — they needed a candidate to champion warfare state spending. Thus the grass root Tea Party movement – originally of noble intent – presented big corporations and their media https://mediadecoder.blogs.nytimes.com/2010/04/15/at-tea-party-rallies-a-fox-news-presence/ with an opportunity to incorporate a corporate-owned propaganda vehicle to control anti-corporate forces, within a movement under corporate control https://www.bloomberg.com/news/articles/2010-09-26/tea-party-takes-control-of-u-s-elections-agenda-albert-r-hunt eventually finding candidate Trump.

Early in his campaign, populist Trump mouthed many Tea Party memes. Trump said he was opposed to the war in Iraq and foreign intervention; he said that McCain and Kissinger were bad guys, that we should have good relations with Russia, penalize corrupt banks, reign in Fed easing and spending, and tax China to save American jobs. The Tea Party had found its candidate.

Trump railed against taxation, against immigration, against Big Government. Trump advocated a radical cut to social spending programs, while encouraging and reinforcing the need for increased military spending, just as his corporate controllers advocated.

And so, we have the Trumpian Limited Hangout. On behalf of its wealthy patrons https://consortiumnews.com/2011/07/21/tea-partys-misguided-love-of-the-rich/ the Tea Party has morphed into the GOP of Donald J Trump.

Trump’s Limited Hangout works when he denounces fake news (which the corporate media truly does promulgate for him) so we believe that the actual propaganda we are exposed to is not truly propaganda. Trump’s fake news is thus a Hegelian dialectic moment; we are led to believe that the party he represents is not owned by mega-Corporations pushing their own agenda https://www.globalresearch.ca/why-are-corporate-groups-funding-the-tea-party/18677

Trump says he “loves Wikileaks” then later on has Julian Assange arrested. He talks about the ‘deep state’ while filling his cabinet with the most heinous and debauched murderers and war criminals presently stalking the earth… at least in terms of their militaristic capability.

Trump calls out the fake media and we believe it; Trump talks about the Deep State and we believe that; Trump professes to oppose the Elites we know have robbed and cheated us, without ever suspecting that Trump himself is the foulest of that class.

Trump’s ideologues call for a return to secure borders, for a “safe” America… an America they knew or their parents knew in the 1950’s, when Central Government was smaller and less inclined to interfere in people’s lives. But instead, Trump – like his predecessor Barak Obama – delivered the party of Wall Street, of hedge fund managers, of military contractors and their subcontractors, and the military itself.

Qui bono? Who benefits? Wall Street wins with share buybacks, and corporate perks and higher dividends; while mega-Corporations pay reduced taxes. The military wins, and their contractors and subcontractors win, while the Beltway Swamp grows ever larger, daily. Israel wins. Saudi wins. It’s the ideal Limited Hang-out in a Trumpian World, the logical corporate takeover of the Tea Party movement. And all the while the “deplorables” believe Trump is doing their bidding.

By this means, the true extent of popular resistance will never be understood by the population at large. We are presented with our new “gatekeepers” … whether fake news, Fox news, or alternative news, the level of disinformation is beyond staggering. To a point where the citizen is either with the State and its propaganda masters, or against it… just as George W Bush said.

And, what of the opposition? One point of this essay is to point out that there is no effective opposition. Liberals are no better. They call for the same incessant, pointless wars for the same reasons that Trump’s cabinet does… profit and power. Corporate welfare and public hand outs to the wealthy and their banks cannot be checked under either party and cannot be ascribed to one party. Or their corporate candidates. Left or right. Indeed, it is the political class itself that is the true avowed enemy of the people.

Now the political class holds absolute power – at least in the west. Along with their endless incessant and pointless wars for profit, power and control, the weaponization of the US financial system is essentially complete too, expanding sanctions to all and sundry who fail to yield to the iron jackboot of hegemonic whim.

Under corporate control, the Trumpian Limited Hangout does not represent any ideal of the Republic, or honesty in government, or non-intervention in pointless provocations. So long as Trump’s Limited Hangout reigns supreme, of whatever flavor* reinforcing a now totally corrupt system, there will be no meaningful change or reform in the west, ever. Only slow inexorable decline as more reasonable states challenge US – Israeli – Saudi hegemony.

Steve Brown

Steve Brown is the author of “Iraq: The Road to War” (sourcewatch) editor of “Bush Administration War Crimes in Iraq” (sourcewatch) “Trump’s Limited Hangout” and “Empire By Terror” (Duran, Strategika51 contributor) antiwar activist and monetary system historian.

Exclusively for Strategika 51 Intelligence

* One could also say Biden, however his methods must appear to be different than Trump’s.

Publicités



');

10 Replies to “Trump’s Limited Hangout- By Steve Brown

  1. 50 shades of gatekeepers in the Usa-england-australia information war!

    freshly, we have ‘democracynow’ (amy goodman) and ‘theintercept’ which do disinformation regarding the staged chemical attack of April 7, 2018 in Syria, who did war propaganda about the false flag chemical attacks in Syria of august 2013 and april 2017.
    plus, amy goodman do not speak about the assassinations of the 1960s: JFK, RFK, MLK.

    and the ones (vanessa beesley, eva bartlett) who denounce them on one hand, do not say anything regarding 9/11. they surely don’t want to touch that.

    don’t forget caitlin johnson who has emerged since 2016 as, by her own words, a ‘rogue journalist’ but who has dared to say that: ”I often get conspiracy buffs asking/telling me to write about this or that theory of 9/11 or the JFK assassination or whatever, and I’m just like, dude, have you seen the stuff they’re doing in broad daylight??”

    well, 9/11 false flag operation / PsyOP enabled all that has happened since that 2001 so 9/11 truth does matter..

    and so many others that people ‘think’ they tell them the truth yet that’s just limited hangout, without them doing it purposely which is even worse. like juan branco in france..

  2. désolé mais pour moi cette analyse est l’oeuvre de quelqu’un qui regarde le monde par le gros bout de la lorgnette !
    il a tord on le vois beaucoup mieux par le petit bout !
    rien dans cette analyse sur la guerre NSA/CIA, celle nationaliste/mondialiste qui est pourtant la base de tout ce qui se passe aux USA !
    Q : pourquoi Trump a t il fait agrandir Guantánamo, pourquoi Obama vient il de prendre un avocat . . .
    analyse bidon et totalement a coté de la plaque donc !

    1. ne nous dis pas que tu picores à la PsyOp ‘Qanon’ qui a commencé en octobre 2017? et alors, ils sont où ces tribunaux militaires d’exception qui devaient advenir en janvier 2018 pour baraque-à-frites, killary et compagnie? nyet.
      il ne s’est rien passé.

      trust the plan, roc! trust the plan..

      la bagarre CIA/NSA? Strategika en a parlé il y a quelques temps, avec un ‘accident’ à l’entrée de la NSA.
      mais tu sur-estimes la bagarre entre ces deux agences, jusqu’à preuve du contraire, elles roulent toutes les deux pour l’État nord-américain.

      qui est nationaliste aux Usa? TheDummy? dans la communication, oui, dans les actes, non.

      1. Mince ! La dernière fois que j’ai évoqué la petite bisbille entre les deux cocos, je me suis levé le lendemain (et exactement le lendemain) matin à 7000 km de là où je créchais à l’époque.
        Ça m’apprendra à ne plus me mêler de ce qui nous regarde point !

      2. ” ils sont où ces tribunaux militaires d’exception ”
        1°) ils n’ont jamais été prévus pour janvier il fallait avant tout nettoyer tout l’appareil judiciaire !
        2°) ils arrivent Trump a autorisé aujourd’hui son secrétaire d’état a déclassifier les documents !

        les 15 prochains jour risque d’être rok and roll pour les démocrates !
        a surveiller il doit faire une petite capsule demain a 21h00 quebec ou 02h00 UTC !
        https://www.youtube.com/channel/UCxLJZvb6-tlvk5Lq_vyETOQ

      3. https://www.foxnews.com/politics/trump-gives-ag-barr-authority-to-declassify-documents-related-to-2016-campaign-surveillance

        traduction :
        Il y a une grande peur et des tremblements dans le marais Deep State ce soir.

        Le président Trump a publié un mémorandum donnant au procureur général William Barr le pouvoir de déclassifier tout document lié à la surveillance de la campagne Trump en 2016.
        “Les mesures prises aujourd’hui aideront à faire en sorte que tous les Américains apprennent la vérité sur les événements qui se sont produits et les mesures prises lors de la dernière élection présidentielle et rétabliront la confiance dans nos institutions publiques”, lit-on dans le mémorandum.

        Le président a également demandé aux services de renseignement de coopérer avec le procureur général Barr.
        «Les chefs des éléments de la communauté du renseignement… et les chefs de chaque ministère ou agence qui comprend un élément de la communauté du renseignement fourniront rapidement l’assistance et les informations que le procureur général pourrait demander à l’occasion de cet examen», lit-on dans le mémorandum.

        1. oups voila le lien de la traduction du dessus :
          https://www.toddstarnes.com/politics/judgement-day-trump-gives-okay-to-declassify-russia-probe-documents/

          pour :
          https://www.foxnews.com/politics/trump-gives-ag-barr-authority-to-declassify-documents-related-to-2016-campaign-surveillance
          Trump donne à AG Barr le pouvoir de déclassifier les documents liés à la surveillance de la campagne de 2016
          Le président Trump a publié jeudi soir une note de service donnant au procureur général William Barr le pouvoir de déclassifier tout document lié à la surveillance de la campagne Trump en 2016.

          Trump a également ordonné à la communauté du renseignement de coopérer avec Barr. Le mémo se lisait comme suit: “Les chefs d’éléments de la communauté du renseignement (…) et les responsables de tout ministère ou agence qui comprend un élément de la communauté du renseignement fournissent sans délai l’assistance et les informations que le procureur général peut demander à la suite de cet examen. . ”

          “Aujourd’hui, à la demande et à la demande du procureur général des États-Unis, le président Donald J. Trump a demandé à la communauté du renseignement de coopérer rapidement et pleinement avec l’enquête du procureur général sur les activités de surveillance menées lors de l’élection présidentielle de 2016”, a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders a déclaré dans un communiqué.

          “Le procureur général a également été investi du pouvoir de déclassifier les informations relatives à cette enquête, conformément aux normes établies de longue date pour le traitement des informations classifiées. Les mesures prises aujourd’hui aideront à faire en sorte que tous les Américains apprennent la vérité sur les événements qui se sont produits, et les mesures qui ont été prises lors de la dernière élection présidentielle et qui permettront de rétablir la confiance dans nos institutions publiques. ”

          Dans un message Twitter jeudi soir, l’avocat de Trump, Rudy Giuliani, a défendu l’action du président.

          “Le président @realDonaldTrump a pris la sage décision de laisser AG Barr consulter les documents”, a écrit Giuliani. “Je n’en suis pas certain, mais je doute fort qu’il y ait des problèmes de sécurité nationale, mais certains d’entre eux pourraient avoir une incidence sur les enquêtes en cours. Je suis sûr que le Procureur général et le MJ prendront une décision très appropriée.”

  3. traduction :
    Un hangout limité est la révélation délibérée de certaines informations pour essayer de confondre et/ou d’empêcher la découverte d’autres informations ; une technique de Statecraft, utilisant l’information et la désinformation ensemble, pour essayer de supprimer la révélation de la vraie information, orchestrée par une entité de l’Etat, ou un intérêt spécial ou groupe. Dans le livre de George Orwell’1984′, la tyrannie de l’Etat fut combattue par son ennemi juré, Emmanuel Goldstein.

    Goldstein était un personnage comme Ben Laden, un ancien élitiste déchu qui a fondé “The Brotherhood”. Comme Oussama ben Laden, Goldstein avait un accès débridé aux médias et son message d’opposition à l’État était omniprésent.

    Dans le livre 1984, Winston rejoint “The Brotherhood” et apprend enfin que Goldstein est une entité fictive créée par l’Etat, pour que la résistance soit identifiée et contrôlée.

    Mais la comparaison de “1984” avec la politique moderne est étrange sur un autre plan, où la “menace” de Goldstein est utilisée pour justifier des milliards en dépenses de guerre. La ” menace ” militariste est ici aussi proche du portrait de Saddam Hussein qu’Emmanuel Goldstein l’était d’Oussama ben Laden ( OBL ). Quand un personnage de propagande comme Goldstein est si utile pour promulguer l’Empire, alors pourquoi partir avec une comparaison avec l’OBL ou Saddam qui est maintenant mort ?

    Pourquoi ne pas créer un lieu de rencontre entièrement nouveau et limité et trouver son “leader” plus tard ?

    Depuis l’explosion du 911 https://en.wikipedia.org/wiki/Blowback_(intelligence), de nombreux Américains en sont venus à remettre en question le gouvernement central et ses objectifs. Pendant la guerre en Irak, le sentiment anti-guerre et l’effondrement de l’économie ont suffisamment agacé l’establishment pour permettre un ” changement ” nébuleux, avec l’élection 0 terme de Barak Obama.

    L’élection d’Obama était une concession à la ” grande bête ” de Hamilton au même titre que l’extrême droite était marginalisée par elle, à savoir à la fin de l’ère Bush-Cheney. À la fin du régime Obama, la droite sans gouvernail constituait un vaste segment de l’électorat privé de ses droits, avec quelques associations courantes.

    À une époque de chômage élevé, de faillites bancaires et d’effondrement de l’économie, le projet Minuteman a vu le jour pour cibler les immigrants, avec une grande couverture médiatique. Le succès médiatique du projet Minuteman a donné lieu à des manifestations sur le thème du Tea Party en 2009, et à une plate-forme élargie pour inclure toutes sortes d’idéologies. La raillerie contre le grand gouvernement, contre les dépenses déficitaires et contre la guerre hégémonique.

    L’objectif initial du Tea Party de revenir à un gouvernement honnête et aux principes directeurs du Fondateur représentait beaucoup de grands travailleurs. Mais de puissants milliardaires ont vu dans ce mouvement une opportunité et ont financé des candidats au Tea Party https://www.nytimes.com/2010/08/29/opinion/29rich.html dans tout le pays, bien avant Trump.

    Et comme le “Grand Gouvernement” produit de gros profits, ces milliardaires n’avaient pas l’intention de contester les dépenses militaires – ils avaient besoin d’un candidat pour se faire les champions des dépenses de guerre de l’Etat. Ainsi, le mouvement populaire du Tea Party – à l’origine de nobles intentions – a présenté aux grandes entreprises et à leurs médias https://mediadecoder.blogs.nytimes.com/2010/04/15/at-tea-party-rallies-a-fox-news-presence/ l’occasion d’incorporer un véhicule de propagande appartenant à des entreprises pour contrôler les forces anticorporatives, au sein d’un mouvement sous contrôle corporatif https://www.bloomberg.com/news/articles/2010-09-26/tea-party-takes-control-of-u-s-elections-agenda-albert-r-hunt qui a finalement trouvé le candidat Trump.

    Au début de sa campagne, le populiste Trump a mis dans ses discours de nombreux thèmes du Tea Party. M. Trump s’est dit opposé à la guerre en Irak et à l’intervention étrangère ; il a dit que McCain et Kissinger étaient des méchants, que nous devrions avoir de bonnes relations avec la Russie, pénaliser les banques corrompues, régner dans la détente et les dépenses de la Fed, et imposer la Chine pour sauver les emplois américains. Le Tea Party avait trouvé son candidat.

    Trump s’est prononcé contre les impôts, contre l’immigration, contre le grand gouvernement. Trump préconisait une réduction radicale des programmes de dépenses sociales, tout en encourageant et en renforçant la nécessité d’augmenter les dépenses militaires, tout comme le préconisaient ses contrôleurs corporatifs.

    Nous avons donc le Trumpian Limited Hangout. Au nom de ses riches mécènes https://consortiumnews.com/2011/07/21/tea-partys-misguided-love-of-the-rich/, le Tea Party s’est transformé en GOP de Donald J Trump.

    Trump’s Limited Hangout fonctionne lorsqu’il dénonce de fausses nouvelles (ce que les médias d’entreprise promulguent vraiment pour lui) et nous croyons que la propagande à laquelle nous sommes exposés n’est pas vraiment de la propagande. La fausse nouvelle de Trump est donc un moment dialectique hégélien ; nous sommes amenés à croire que le parti qu’il représente n’appartient pas à des méga-entreprises qui poussent leur propre agenda https://www.globalresearch.ca/why-are-corporate-groups-funding-the-tea-party/18677

    Trump dit qu’il “aime Wikileaks”, puis plus tard il fait arrêter Julian Assange. Il parle de ” l’État profond ” tout en remplissant son cabinet des meurtriers et des criminels de guerre les plus odieux et les plus débauchés qui s’attaquent actuellement a la terre… au moins en termes de capacité militariste.

    Trump nome les faux médias et nous le croyons ; Trump parle de l’état profond et nous le croyons ; Trump prétend s’opposer aux élites que nous connaissons qui nous ont volés et trompés, sans jamais soupçonner que Trump lui-même est le plus immonde de cette classe.

    Les idéologues de Trump appellent à un retour aux frontières sûres, à une Amérique ” sûre “… une Amérique qu’ils connaissaient ou que leurs parents connaissaient dans les années 1950, lorsque le gouvernement central était plus petit et moins enclin à s’ingérer dans la vie des gens. Mais au lieu de cela, Trump – comme son prédécesseur Barak Obama – a livré le parti de Wall Street, des gestionnaires de fonds spéculatifs, des entrepreneurs militaires et leurs sous-traitants, et l’armée elle-même.

    Qui bono ? Qui en bénéficie ? Wall Street gagne avec des rachats d’actions, des avantages sociaux et des dividendes plus élevés, tandis que les méga-entreprises paient des impôts réduits. Les militaires gagnent, et leurs entrepreneurs et sous-traitants gagnent, tandis que le marais Beltway s’agrandit de jour en jour. Israël gagne. L’Arabie Saoudite gagne. C’est le lieu de rencontre limité idéal dans un monde trumpien, la prise de contrôle logique du mouvement Tea Party par les entreprises. Et pendant ce temps, les “déplorables” croient que Trump obéit à leurs ordres.

    Ainsi, l’ampleur réelle de la résistance populaire ne sera jamais comprise par l’ensemble de la population. Qu’il s’agisse de fausses nouvelles, de nouvelles de la Fox ou de nouvelles alternatives, le niveau de désinformation est plus qu’ahurissant. Au point où le citoyen est soit avec l’État et ses maîtres de la propagande, soit contre lui… comme George W Bush l’a dit.

    Et qu’en est-il de l’opposition ? Un point de cet essai est de souligner qu’il n’y a pas d’opposition efficace. Les libéraux ne valent pas mieux. Ils réclament les mêmes guerres incessantes et inutiles pour les mêmes raisons que le cabinet de Trump… le profit et le pouvoir. Le bien-être des entreprises et les dons publics aux riches et à leurs banques ne peuvent être contrôlés par l’une ou l’autre partie et ne peuvent être attribués à une seule partie. Ou leurs candidats corporatifs. Gauche ou droite. En effet, c’est la classe politique elle-même qui est le véritable ennemi avoué du peuple.

    Aujourd’hui, la classe politique détient le pouvoir absolu, du moins en Occident. Avec leurs guerres incessantes et inutiles pour le profit, le pouvoir et le contrôle, l’arsenalisation du système financier américain est aussi essentiellement complète, étendant les sanctions à tous ceux qui ne cèdent pas au coup de fer du caprice hégémonique.

    Sous contrôle corporatif, le Trumpian Limited Hangout ne représente aucun idéal de la République, ni l’honnêteté au gouvernement, ni la non-intervention dans des provocations inutiles. Tant que le Hangout Limité de Trump régnera en maître, quelle qu’en soit la saveur*, renforçant un système aujourd’hui totalement corrompu, il n’y aura jamais de changement ou de réforme significative dans l’Ouest. Seul lent déclin inexorable alors que des Etats plus raisonnables contestent l’hégémonie américaine, israélienne et saoudienne.

    Steve Bruce

    Exclusivement pour Strategika 51 Intelligence

    * On pourrait aussi dire que Biden, cependant ses méthodes doivent paraître différentes de celles de Trump.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.