Nuclear Wasteland in Kazakhstan
Analysis

The Twilight of the Empire Age: Whose World Will It Be? – By Amir Nour

By: Amir NOUR[1]

“We can bomb the world to pieces, but we can’t bomb it into peace” (Michael Franti)[2]

David and Goliath in an upside-down world

President Donald Trump doesn’t seem to share Georges Clemenceau’s view that “war is too serious a matter to be left to the military”. All the more so, perhaps, since the French statesman is also said to have coined the acerbic comment “America is the only nation in history which miraculously has gone directly from barbarism to decadence without the usual interval of civilization”.

Indeed, shortly after his inauguration as the 45th President of the United States, in January 2017, the American President bestowed additional authority upon the Pentagon and the CIA. In so doing, he yielded to the military’s pressure in the hope that this will help it defeat the so-called Islamic State more speedily and confront its other enemies more efficiently.

Trump’s decision quickly translated into a dramatic increase in drone strikes in Yemen, Afghanistan, Pakistan and Somalia—countries against which the U.S. is not officially engaged in a war—and only exacerbated the terribly bungled “War on Terror”. Unsurprisingly, it took Trump only seven months to surpass the number of civilian deaths that occurred during Obama’s entire eight-year presidency, according to non-profit monitoring group Airwars.[3] Another set of documents supplied by a whistleblower and published by The Intercept[4] in 2015, revealed the inner workings of this program in Afghanistan and concluded that these drone strikes caused the deaths of unintended targets nearly nine out of ten times. Heather Linebaugh, a US Army analyst who worked for this program, provided a damning testimony in this regard.[5]

Moreover, on 13 April 2017, the U.S. Air Force dropped America’s most powerful non-nuclear bomb in its arsenal, nicknamed the “Mother of all bombs” (MOAB), on an ISIS cave complex situated in the Afghan Province of Nangarhar, a remote area bordering Pakistan.

While President Trump called the strike “another very, very successful mission”, Afghanistan’s former President and American ally, Hamid Karzai, declared “this is not the war on terror but the inhuman and most brutal misuse of our country as testing ground for new and dangerous weapons”. Also reacting to this bombing, two-time presidential candidate and Democratic member of the U.S. House of Representatives, Dennis Kucinich, asked “How, after a campaign where he repeatedly questioned America’s adventures in Iraq and Libya—including warning President Obama not to strike Syria after an alleged government use of poison gas—did President Trump get trapped in these wars? How, after questioning the workings of the Pentagon and the CIA, and being the victim of government leaks, does he permit leaks and disinformation to take us to the brink of war?” Kucinich then warned that “the bombing is accelerating in country after country and the death toll of innocent civilians continues to rise and while the resentment against America continues to grow, and unless we soon reverse course, forces will be unleashed globally which will be irretrievable”.[6]

It is worth noting that this super bomb was used against one of the smallest militias the U.S. faces anywhere in the world. In effect, ISIS-Khorasan is estimated to count 700 fighters in Afghanistan, compared to 8,500 U.S. and 180,000 Afghan troops on the ground in this country today. Similarly, before combating this new foe, 430,000 Afghan and coalition troops have been unable to subdue their older common enemy, the Taliban, whose force was barely one twelfth as big; not to mention, of course, the immense mismatch between the opponents in terms of firepower and technology at their respective command.

And so, after16 years of American presence in Afghanistan, the “graveyard of empires”, and nine months after Trump’s inauguration, the New York Times announced on its front page, “soon, American Embassy employees in Kabul will no longer take a Chinook helicopter ride to cross the street to a military base less than 100 yards outside the present Green Zone security district”[7] ; a stark acknowledgement that even the city’s most highly-protected core zones have become too difficult to defend from Taliban attacks.

In fact, numerous careful studies of al-Qaeda and its different offspring, including ISIS, have shown that the United States and its allies are blindly following these terrorist organizations’ worldview and game plan. As is clearly stated, chiefly in a book attributed to Abu Bakr Naji entitled “Management of Savagery: The most Critical Stage Through Which the Islamic Nation Will Pass”, the goal is to “draw the West as deeply and actively as possible into the quagmire” and to “perpetually engage and enervate the United states and the West in a series of prolonged overseas ventures” in which they will undermine their own societies, expend their resources, and increase the level of violence, setting off a dynamic that William Roe Polk—an American specialist of high repute in Middle Eastern and insurgency history among others— has reviewed in length in one of his books.[8] Polk reveals a pattern that has been replicated over and over throughout recent history. That is, invaders are naturally disliked by the invaded population, who disobey them, at the start in small ways, eliciting a forceful response on the part of the invader, which in turn increases opposition and popular support for resistance. The ensuing cycle of violence then escalates until the invading forces are obliged either to withdraw, or to resort to methods and means that amount to genocide in order to gain their ends.

This dynamic of extreme violence in which the U.S. and its allies have found themselves fully trapped has indeed entailed particularly high costs. Scott Atran, a well-known specialist on terrorist organizations, has calculated that “the 9/11 attacks cost between $400,000 and $500,000 to execute, whereas the military and security response by the U.S. and its allies is in the order of 10 million times that figure”. Atran drew the obvious conclusion that “on a strictly cost-benefit basis, this violent movement has been wildly successful, beyond even Bin laden’s original imagination, and is increasingly so. Herein lies the full measure of Jujitsu-style asymmetric warfare. After all, who could claim that we are better off than before, or that the overall danger is declining?” This record, he advises, “should inspire a radical change in our counter-strategies”.

Why America isn’t great anymore

The United States’ posture in the world is not what it used to be not so long ago. Its long-lasting political meddling and military adventures in the Arab and Muslim world, and its blind support for Israel[9] have done it no favors. Much the contrary, they have certainly contributed, in no small measure, to deal irrevocable damage to the United States post-Cold War global primacy as well.

As former U.S. ambassador to Saudi Arabia, Chas W. Freeman Jr., recounted in 2014, “A while back, the United States set out to reconfigure the Middle East. The result is that the region and our position in it are both in shambles (…) If we are at all honest, we must admit that the deplorable state of affairs in the Middle East is a product not only of the dynamics of the region but also of a lapse in our capacity to think and act strategically”.[10] For Freeman, this situation stems from the essential fact that the U.S. answered the end of the bipolar order with a mixture of denial, strategic incoherence, and inconstancy. And “false American assumptions and unrealistic U.S. objectives have therefore helped create the current mess in the Middle East”.

More recently[11], Chas Freeman reiterated his views by stating that “these fruitless and counterproductive wars have so far cost the United States at least $5.6 trillion (…) We have paid for our lurching to widening warfare in the Muslim world with a combination of borrowed money and disinvestment in domestic physical and human infrastructure. The result is not just the imposition of a crushing burden of debt[12] on our posterity, but lost growth and declining U.S. economic competitiveness”. Furthermore, he lamented, Americans have become accustomed to life under surveillance and in an endless state of apprehension about acts of terrorism. Such an unusual condition has predictably eroded their liberties, aggrandized the presidency, reinforced “cowardly herd instincts in Congress”, and helped to impoverish the US middle-class “while enriching the military-industrial complex”. These, he concluded, are “structural alterations to the American republic and way of life that will affect both for decades”.

According to Philip Alston[13], the United Nations Special Rapporteur on extreme poverty and human rights, “the American Dream is rapidly becoming the American Illusion”, and “instead of realizing its founders’ admirable commitments, today’s United States has proved itself to be exceptional in far more problematic ways that are shockingly at odds with its immense wealth and its founding commitment to human rights”. These are some of the main findings Mr. Alston released in December 2017, after a two-week fact-finding mission to the U.S. His final report will be available in Spring 2018 and will be presented to the UN Human Rights Council in Geneva in June 2018.

Today’s America is indeed a far cry from the model of Constitutional Republic the Founding Fathers dreamed of and brought forth. On July 4, 1900, the representatives of the Democratic party of the United States assembled in National Convention, on the Anniversary of the adoption of the Declaration of Independence. They issued a Platform[14] in which they reaffirmed their faith in the “immortal proclamation of the inalienable rights of man” and their “allegiance to the Constitution framed in harmony therewith by the fathers of the Republic”. Among other principles reiterated: “We declare again that all governments instituted among men derive their just powers from the consent of the governed” and “that to impose upon any people a government of force is to substitute the methods of imperialism for those of a republic” ; “We are in favor of extending the Republic’s influence among the nations, but we believe that that influence should be extended not by force and violence, but through the persuasive power of a high and honorable example” ; “We oppose militarism. It means conquest abroad and intimidation and oppression at home. It means the strong arm which has ever been fatal to free institutions. It is what millions of our citizens have fled from in Europe. It will impose upon our peace loving people a large standing army and unnecessary burden of taxation, and will be a constant menace to their liberties” ; and “We assert that no nation can long endure half republic and half empire, and we warn the American people that imperialism abroad will lead quickly and inevitably to despotism at home”.
Who in the world, and even in America itself, would trust a reaffirmation of this kind were it to be proclaimed today by President Donald Trump on behalf of the American people?

Nobody explained this state of affairs more elegantly than a fictional character in an HBO television series called “The Newsroom”. In the opening sequence, a TV news anchor finds himself on a journalism panel. And when a student in the audience asks, “Can you say why America is the greatest country in the world?” the anchor snaps “America isn’t the greatest country” and goes on to deliver a speech about why. He tells the student “just in case you accidentally wander into a voting one day, there are some things you should know. One of them is: there’s absolutely no evidence to support the statement that we’re the greatest country in the world. We’re 7th in literacy, 27th in math, 22nd in science, 49th in life expectancy, 178th in infant mortality, 3rd in median household income, number 4 in labor force and number 4 in exports. We lead the world in only three categories: number of incarcerated citizens per capita, number of adults who believe angels are real and defense spending, where we spend more than the next 26 countries combined, 25 of whom are allies. Now, none of this is the fault of a 20 year-old college student, but you, nonetheless, are, without a doubt, a member of the worst period generation period ever periods”.

And after pausing for a while, the news anchor adds “It sure used to be. We stood up for what was right. We fought for moral reasons. We passed laws, struck down laws, for moral reasons. We waged wars on poverty, not on poor people. We sacrificed, we cared about our neighbors, we put our money where our mouths were and we never beat our chest. We built great, big things, made ungodly technological advances, explored the universe, cured diseases and we cultivated the world’s greatest artists and the world’s greatest economy. We reached for the stars, acted like men. We aspired to intelligence, we didn’t belittle it. It didn’t make us feel inferior. We didn’t identify ourselves by who we voted for in the last election and we didn’t scare so easy. We were able to be all these things and do all these things because we were informed… by great men, men who were revered. First step in solving any problem is recognizing there is one. America is not the greatest country in the world anymore”.[15]

So much so that a WIN/Gallup International survey conducted in 65 countries found that for the 66,000 people polled, “The United States is the greatest threat to world peace”.[16]

The Pentagon answers the age-old question “Is America in decline?”

Ever since Ibn Khaldun, the great Arab historiographer and historian[17]—acknowledged as the forerunner of the modern disciplines of historiography, sociology, economics, and demography—laid the foundations for its study, the rise and fall of civilizations, empires, and nations, has been a favorite theme among past and contemporary historians. And just as human beings, nations too have life-cycles, passing from youth to maturity to old age and death. So far, there has been no exception to this rule.

U.S. Secretary of State Dean Gooderham Acheson was known to have played an essential part in writing the Truman Doctrine whose stated purpose was to counter Soviet geopolitical expansion during the Cold War. The Doctrine then became the foundation of U.S. foreign policy, and led to the establishment, on 4 April 1949, of NATO, a military alliance that is still in effect today with 29 member states. Acheson is also known for having said in 1962 that “Great Britain has lost an Empire and has not yet found a role”.

Perhaps the same can be said today of the United States in light of the Trump administration’s incoherent, if not chaotic foreign policy. Paradoxically, the use of the slogan “Make America great again” during the 2016 presidential campaign only reinforces this claim, since the phrase—which has been regularly used by both Republican and Democrat politicians following its first coinage by Ronald Reagan in 1980—is a distant cousin of the “Make Britain Great Again” slogan which dates back to the 19th century, when it was used by the British Conservative politician Disraeli. Clearly, both the old British version and its modern American equivalent refer to the notion of a lost “greatness”, or one to regain.

According to The American Conservative [18], since the early 2000’s there has been an ongoing conversation among scholars, policymakers, and members of the broader American foreign policy establishment about whether U.S. power is in decline. But the question actually extends back to the 1980s, with the publication of Yale historian Paul Kennedy’s The Rise and Fall of the Great Powers and other important books on the subject by scholars David Calleo and Robert Gilpin. Even though the controversy surrounding decline dissipated when the Soviet Union imploded and Japan’s economic bubble burst, it “remained dormant through the ‘unipolar moment’ of the 1990s but was rekindled with China’s rapid great-power emergence in the early 2000’s”, and the resulting shift of world geopolitical and economic power from West to East.

If we are to believe French historian Pierre Melandri[19], however, the issue of American decline started well before the publication of Paul Kennedy’s immensely successful book in 1987, the very year when, for the first time since 1917, the U.S. lost its status as the largest creditor nation in the world. As early as 1973, he indicated, a Japanese Prime Minister had already diagnosed such a process of decline when he observed that “the United States is no longer the Sun surrounded by planets, it is one planet among others”.

Back in 2002, Andrew J. Bacevich concluded his book[20], written in the aftermath of 9/11, with a fundamental observation. He said that the question that urgently demanded attention and that Americans can longer afford to dodge is not whether the United States has become an imperial power, but what sort of empire they intend theirs to be. Because for policymakers to persist in pretending otherwise, that is “to indulge in myths of American innocence or fantasies about unlocking the secrets of history” is to increase the likelihood that the answers they come up with will be wrong. That way “lies not just the demise of the American empire but great danger for what used to be known as the American republic”.

In 2011, a blogger by the name of Danios[21] reproduced a year-by-year timeline of America’s wars, which revealed that since the United States was founded in 1776, it has been at war during 214 out of her 235 calendar years of existence. In other words, there were only 21 calendar years in which the U.S. did not wage any wars, and the only time the U.S. went five years without war (1935-40) was during the isolationist period of the Great Depression!

Away from the blogosphere, an editorial of The New York Times[22] asserted that the United States has been at war continuously since the attacks of 9/11 and now has just over 240,000 active-duty and reserve troops in at least 172 countries and territories. It concluded that “Senators who balk at paying for health care and the basic diplomatic missions of the State Department approved a $700 billion defense budget for 2017-18, far more than Mr. Trump even requested. Whether this largess will continue is unclear. But the larger question involves the American public and how many new military adventures, if any, it is prepared to tolerate”.

In the same vein, Richard N. Haas, the president of the Council of Foreign Relations—often described as the U.S. most influential foreign policy think tank—argued in his best-selling book[23] that the rules, the policies, and institutions that have guided the world since World War II have largely run their course in a world “in disarray” which the U.S. is unable to shape in its image and interests. Haas thinks that the U.S. remains the greatest country in such a world, but its foreign policy has at times made matters worse—both by what America has done and by what is has failed to do.

A similar advice, or rather warning, has been given by no other powerful American conservative voice than Robert Kagan. In a Brookings article[24], he affirmed that “the liberal world order established in the aftermath of World War II may be coming to an end, challenged by forces both without and within”. He concluded by saying that “if the next president governs as he ran, which is to say if he pursues a course designed to secure only America’s narrow interests; focuses chiefly on international terrorism—the least of the challenges to the present world order (…) then the collapse of the world order, with all that entails, may not be far off”.

Most significantly, in June 2017, a Pentagon study[25] was released and caused rivers of ink to flow, both in the U.S. and overseas. It is worth noting that the commissioning and preparation of this report began in June 2016, six months before the end of the Obama administration, and was completed in April 2017, four months into the Trump administration. It required and involved extensive consultations with officials across the Pentagon and a handful of American think-tanks of a somewhat neoconservative persuasion.

Among the report’s most stunning conclusions are : “the status quo that was hatched and nurtured by US strategists after World War II and has for decades been the principal ‘beat’ for DoD is not merely fraying but may, in fact, be collapsing. Consequently, the United States’ role in and approach to the world may be fundamentally changing as well”; the “volatile restructuring of international security affairs appears increasingly inhospitable to unchallenged American leadership”. Another important conclusion is that the report’s authors agree with the pronouncement of British Prime Minister Theresa May in her speech in Philadelphia[26], six days after the inauguration of Donald Trump: “The days of Britain and America intervening in sovereign countries in an attempt to remake the world in our own image are over (…) the UK will only intervene where there are British national interests”.

This extraordinary report seems to have sounded the death knell of the US-led dubious “coalitions of the willing”, ushering in an irreversible post-imperium era.

After empire: towards a collective grand strategy of “Great Convergence”?

If we are to be realistic, there’s no way we can deny the facts, the whys and the wherefores of our fast-changing world. Old and new global empires are no more, youthful nations are rising, and ordinary people are getting more and more empowered.

But how did this unprecedented reality come into being? How is it that once-powerful states, institutions, corporations, interest groups, and political parties and leaders are finding it increasingly harder to defend their redoubts, let alone impose their agendas? And if today’s world is really inexorably moving from the tutelage of the sole superpower—America—and no other great power is willing or able to step in to lead it, then whose world will it be? And, most importantly, how can this sui generis “global village” best attend to and manage not only rising transnational threats and challenges, but opportunities as well?

Joseph Nye wrote a comprehensive analysis[27] about power and its exercise during the last five centuries and up to a recent past. He pointed out that the traditional markers of power have so far been understood as the edge gained by great empires and nations, thanks principally to such factors as control of colonies, trade and finance, larger populations, primacy in Industrial Revolution and mastery of sea lanes, conventional and nuclear weapons, and numbers of men under arms. But the global information age of the 21st century, he says, is quickly rendering these measures obsolete, hence remapping power relationships. Two main power shifts are occurring: a power transition among states, and a power diffusion away from all states to nonstate actors. Nye concluded his study by affirming that the United States will need a strategy to cope with the “rise of the rest”—among both state and nonstate actors. It will need “a smart power strategy and narrative that stress alliances, institutions, and networks that are responsive to the new context of global information age. In short, for success in the twenty-first century, the United States will need to rediscover how to be a smart power”.

Delving deeper in the changing nature of power in this century, Moisés Naím[28] observes that power is losing its value, since it has become “easier to get, harder to use and easier to lose”. It no longer buys as much as it did in the past, and battles to get it are yielding diminishing returns. As a result, power is spreading, and long-established, big players are increasingly being challenged by newer and smaller ones. It is shifting “from brawn to brains, from north to south and west to east, from old corporate behemoths to agile start-ups, from entrenched dictators to people in town squares and cyberspace”. In reality, Naím insists, power is decaying. One of the most convincing arguments he gives to demonstrate how the exercise of power has changed is in the realm of armed conflicts. Adapting a Churchillian turn of phrase, Naím says that “never in the field of human conflict have so few had the potential to do so much to so many at so little cost”. Thus, the “micropowers, while seldom winning are making life harder for the megaplayers”, by denying them “victory” in the increasing number of asymmetric conflicts, also known as fourth-generation wars.

For his part, challenging the view shared by most Western strategists—who recognize that the dominance of the West is on the wane, but are nonetheless confident that its founding ideas, such as democracy, capitalism, and secular nationalism, will continue to spread, ensuring that the Western order will outlast its primacy—Charles Kupchan[29] argues that the world is headed for political and ideological diversity. Whereby, emerging powers will “neither defer to the West’s lead nor converge toward the Western way”. The reason for such a claim is that “the ascent of the West was the product of social and economic conditions unique to Europe and the United States”. And as other nations rise, Kupchan further explains, they are “following their own paths to modernity and embracing their own conceptions of domestic and international order”. He then draws the conclusion that the Western order will not be displaced by a new great power or dominant political model, nor will the 21st century belong to America, China, Asia, or anyone else. It will be “no one’s world (and) for the first time in history, an interdependent world will be without a center of gravity or global guardian”. This situation will require a strategy for striking a historic bargain between the West and the rising rest by “fashioning a new consensus on issues of legitimacy, sovereignty, and governance”.

Kupchan’s perspective is widely shared by Kishore Mahbubani, a much-respected Singaporean writer, professor and diplomat. In one of his books[30], he asserts that we are becoming more integrated and interconnected, and thus “the potential for a peaceful new global civilization is evolving before our eyes almost unnoticed”. Yet, he argues that challenges remain, and a number of major geopolitical fault lines remain to be resolved. For that to materialize, Mahbubani is of the opinion that: policymakers all over the world must change their preconceptions and accept that we live in one world; national interests must be balanced with global interests; the U.S. and Europe must cede some power (including within the IMF, the World Bank, and the UN Security Council); China and India, Africa and the Islamic world must be integrated; and the world order must be reconstructed.

For those and many other eminent authors and commentators, the “international community” has no better and wiser choice than to embark on a life-saving journey from “empire to community”. This is what Amitai Etzioni[31] advocated, arguing that a “clash of civilizations” can be avoided, and that the new world order need not look America. Because, he contends, “Eastern values, including spirituality and moderate Islam, have a legitimate place in the evolving global public philosophy”.

Also addressing this issue in a lecture[32], Prof. Edward Said observed that “the truly weakest part of the clash of cultures and civilizations thesis is the rigid separation assumed between them despite the overwhelming evidence that today’s world is, in fact, a world of mixtures, of migrations and of crossings over, of boundaries traversed. One of the major crises affecting countries like France, Britain and the U.S. has been brought about by the realization, now dawning everywhere, that no culture or society is purely one thing. Sizeable minorities, North Africans in France, the African Caribbean, and Indian populations in Britain, Asian and African elements in this country (i.e. America), dispute the idea that civilization, that prided themselves on being homogeneous can continue to do so. There are no insulated cultures or civilizations. Any attempt made to separate them into the watertight compartments alleged by Huntington and his ilk does damage to their variety, their diversity, their sheer complexity of elements, their radical hybridity. The more insistent we are on the separation of the cultures, the more inaccurate we are about ourselves and about others. The notion of an exclusionary civilization is to my way of thinking an impossible one”. Prof. Said then asked what he considered as the “real question”, that is “whether in the end we want to work for civilizations that are separate or whether we should be taking the more integrative but perhaps more difficult path which is to try to see them as making one vast whole, whose exact contours are impossible for any person to grasp, but whose certain existence we can intuit and feel and study”. He concluded his lecture by quoting some lines by the great poet, author and politician from Martinique Aimé Césaire “the work of man is only just beginning and it remains to conquer all the violence entrenched in the recesses of our passion and no race possess the monopoly of beauty, of intelligence, of force, and there’s a place for all at the rendez-vous of victory”.

This is precisely the main topic that we shall address in a forthcoming analysis.


  1. Amir Nour is an Algerian researcher in international relations, author of the book “L’Orient et l’Occident à l’heure d’un nouveau Sykes-Picot” (“The Orient and the Occident in time of a new Sykes-Picot”), Editions Alem El Afkar, Algiers, 2014: downloadable free of charge, by clicking on the following links: http://algerienetwork.com/blog/lorient-et-loccident-a-lheure-dun-nouveau-sykes-picot-par-amir-nour/ (French)
    http://algerienetwork.com/blog/العالم-العربي-على-موعد-مع-سايكس-بيكو-ج/ (Arabic) ↑

This article was initially published in the Saker Blog on March 29, 2018 at the following URL: https://thesaker.is/the-twilight-of-the-empire-age-whose-world-will-it-be/

Notes

2. From Michael Franti & Spearhead’s song “Bomb the World”: http://youtu.be/ICL-40nkOPA 

3.Read Newsweek’s article: http://www.newsweek.com/trump-has-already-killed-more-civilians-obama-us-fight-against-isis-653564 

4.Read The Intercept’s “The Drone Papers”: http://theintercept.com/drone-papers/ 

5.Heather Linebaugh, “I worked on the US drone program. The public should know what really goes onThe Guardian, 29 Dec. 2013:  https://www.theguardian.com/commentisfree/2013/dec/29/drones-us-military 

6.Read the opinion entitled “Dennis Kucinich: The ‘Mother of All Bombs’ is actually the mother of all warmongering”, Fox News, 14 April, 2017. 

7.Rod Nordland, “U.S. Expands Kabul Security Zone, Digging In For Next Decade”, The NYT, 16 Sept., 2017. 

8.William R. Polk, “Violent politics: A history of Insurgency, Terrorism, and Guerilla War, From the American Revolution to Iraq”, Harper Perennial, 2008. 

9.Besides UN General Assembly vote (128 in favor, 9 against, 35 abstentions) considering Donald Trump‘s declaration of Jerusalem as Israel’s capital “null and void” (read The Guardian’s article https://www.theguardian.com/world/2017/dec/21/united-nations-un-vote-donald-trump-jerusalem-israel), a Gallup International Association (GIA) opinion poll, conducted in December 2017 in 24 countries, revealed a widespread disagreement with the US President’s decision: more than two in three (71%) disagree with the proposal (59% strongly). Commenting on this survey, GIA’s President Kancho Stoychev said: “It’s rare for an opinion survey to register such unanimity on a single issue which indicates a deep pain among the Muslim world from the Middle East to Far Asia.  But the overall reaction to the Trump decision is also predominantly negative in Europe. It seems that decades of trust in the balancing role of US diplomacy are evaporating.” 

10. See “Obama’s Foreign Policy and the Future of the Middle East”, 21 July 2014. 

11. Chas W. Freeman, “The Middle East in the New World Disorder”, 11 December, 2017. 

12. As of November 2017, the outstanding U.S. public debt stood at around $20.59 trillion. The U.S. ranked first in the world. 

13. Read http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=22546&LangID=E 

14. To read the Platform: http://www.presidency.uscb.edu/edu/ws/?pid=29587.Home 

15. Watch the video entitled “A Great Speech About Why America Isn’t Great Anymore”:https://www.youtube.com/watch?feature=share&v=q49NOyJ8fNA&app=desktop 

16. Read in the New York Post, 5 January 2014. 

17. British historian Arnold J. Toynbee called Ibn khaldun’s “Muqaddimah” or “Prolegomena” (Introduction)—which covers world history of humanity up to the author’s time, and addresses the question of why nations rise to power and what causes their decline— “a philosophy of history which is undoubtedly the greatest work of its kind that has ever yet been created by any mind in any time or place.” [SourceEncyclopædia Britannica, 15th ed., vol. 9, p. 148]. 

18. Christopher Layne, “Is the United States in Decline?”, The American Conservative, August 8, 2017.

19. Pierre Melandri, “La fin de l’empire américain?” (The end of the American Empire ?), in “La fin des empires” (The end of Empires), sous la direction de Patrice Guenniffey & Thierry Lentz, Le Figaro Histoire/Perrin, Paris, 2016. 

20. Andrew J. BacevichAmerican Empire: The Realities and the Consequences of U.S. Diplomacy”, Harvard University Press, 2002. 

21. See “America Has Been At War 93% of the Time”: http://www.washingtonsblog.com/2015/02/america-war-93-time-222-239-years-since-1776.html 

22. Read “America’s Forever Wars”, The New York Times, October 22, 2017. 

23. Richard Haas, “A World in Disarray: American Foreign Policy and the Crisis of the Old Order”, Penguin Press, 2017. See: https://www.cfr.org/book/world-disarray 

24. Robert Kagan, “The Twilight of the Liberal World Order”, Brookings, January 24, 2017. 

25. Read “At Our Own Peril : DoD Risk Assessment in a Post-Primacy World”: https://ssi.armywarcollege.edu/pubs/display.cfm?pubID=1358 

26. Read the official transcript of the speech on https://www.gov.uk/government/speeches/prime-ministers-speech-to-the-republican-party-conference-2017, 26 January, 2017. 

27. Joseph S. Nye, “The Future of Power”, PublicAffairs, New York, 2011. 

28. Moisés Naím , “The End of Power”, Basic Books, New York, 2013. 

29. Charles A. Kupchan, “No One’s World: The West, the Rising Rest and the Coming Global Turn”, Oxford University Books, 2012. 

30. Kishore Mahbubani, “The Great Convergence: Asia, the West, and the Logic of One World”, PublicAffairs, 2013. 

31. Amitai Etzioni, “From Empire to Community”, Pelgrave Macmillan, 2004. 

32. Edward Said, “ The Myth of ‘The Clash of Civilizations’ ”, Media Education Foundation, 1999; To read the transcript: http://www.mediaed.org/transcripts/Edward-Said-The-Myth-of-Clash-Civilizations-Transcript.pdf 

Publicités



');

6 Replies to “The Twilight of the Empire Age: Whose World Will It Be? – By Amir Nour

  1. traduction :
    Le crépuscule de l’Empire : à qui le monde appartiendra-t-il ?

    “Nous pouvons bombarder le monde en pièces, mais nous ne pouvons pas le bombarder en paix” (Michael Franti)[2].
    David et Goliath dans un monde à l’envers
    Le président Donald Trump ne semble pas partager l’avis de Georges Clemenceau selon lequel ” la guerre est une affaire trop grave pour être laissée aux militaires “. D’autant plus, peut-être, que l’homme d’État français aurait aussi inventé le commentaire acerbe “L’Amérique est la seule nation de l’histoire qui, miraculeusement, est passée directement de la barbarie à la décadence sans l’intervalle habituel de la civilisation”.

    En effet, peu après son investiture en tant que 45e président des États-Unis, en janvier 2017, le président américain a accordé des pouvoirs supplémentaires au Pentagone et à la CIA. Ce faisant, il a cédé aux pressions exercées par les militaires dans l’espoir que cela l’aiderait à vaincre plus rapidement l’État dit islamique et à affronter plus efficacement ses autres ennemis.

    La décision de Trump s’est rapidement traduite par une augmentation spectaculaire des frappes de drones au Yémen, en Afghanistan, au Pakistan et en Somalie – pays contre lesquels les États-Unis ne sont pas officiellement engagés dans une guerre – et n’a fait qu’exacerber la “guerre contre la terreur” terriblement bâclée. Comme on pouvait s’y attendre, il n’a fallu que sept mois à Trump pour surpasser le nombre de civils tués pendant les huit années de présidence d’Obama, selon le groupe sans but lucratif Airwars[3] Un autre ensemble de documents fournis par un dénonciateur et publiés par The Intercept[4] en 2015, a révélé le fonctionnement interne de ce programme en Afghanistan et conclu que ces frappes de drone avaient causé la mort de cibles non intentionnelles presque neuf fois sur dix. Heather Linebaugh, analyste de l’armée américaine qui a travaillé pour ce programme, a fourni un témoignage accablant à cet égard[5].

    De plus, le 13 avril 2017, l’armée de l’air américaine a largué la bombe non nucléaire la plus puissante d’Amérique dans son arsenal, surnommée la ” Mère de toutes les bombes ” (MOAB), sur un complexe de grottes ISIS situé dans la province afghane de Nangarhar, une zone reculée à la frontière du Pakistan.

    Alors que le président Trump a qualifié la frappe de ” nouvelle mission très, très réussie “, l’ancien président et allié américain de l’Afghanistan, Hamid Karzaï, a déclaré qu’il ne s’agissait pas de la guerre contre le terrorisme mais de l’utilisation inhumaine et la plus brutale de notre pays comme terrain d’essai pour des armes nouvelles et dangereuses. Réagissant également à cet attentat à la bombe, Dennis Kucinich, double candidat à la présidence et membre démocrate de la Chambre des représentants des États-Unis, a demandé “Comment, après une campagne où il a remis en question à plusieurs reprises les aventures des États-Unis en Irak et en Libye – notamment en avertissant le président Obama de ne pas attaquer la Syrie après une prétendue utilisation de gaz toxiques -, le président Trump se retrouve pris dans ces guerres ? Comment, après avoir remis en question le fonctionnement du Pentagone et de la CIA, et après avoir été victime de fuites de la part du gouvernement, permet-il que les fuites et la désinformation nous mènent au bord de la guerre ?” Kucinich a ensuite averti que ” les bombardements s’accélèrent pays après pays et le nombre de morts parmi les civils innocents continue d’augmenter et tandis que le ressentiment contre l’Amérique continue d’augmenter, et si nous ne faisons pas marche arrière rapidement, des forces se déchaîneront dans le monde, qui seront irrécupérables “[6].

    Il convient de noter que cette super bombe a été utilisée contre l’une des plus petites milices auxquelles les États-Unis sont confrontés dans le monde. En effet, on estime qu’ISIS-Khorasan compte 700 combattants en Afghanistan, contre 8 500 soldats américains et 180 000 soldats afghans sur le terrain dans ce pays. De même, avant de combattre ce nouvel ennemi, 430 000 soldats afghans et de la coalition ont été incapables de maîtriser leur ancien ennemi commun, les talibans, dont la force était à peine douzième de celle de l’ennemi commun ; sans parler, bien sûr, de l’immense décalage entre les adversaires en termes de puissance de feu et de technologie à leur commandement respectif.

    Ainsi, après 16 ans de présence américaine en Afghanistan, le “cimetière des empires”, et neuf mois après l’inauguration de Trump, le New York Times annonçait en première page, “bientôt, les employés de l’ambassade américaine à Kaboul ne traverseront plus la rue en hélicoptère Chinook pour rejoindre une base militaire située à moins de 100 mètres du district de sécurité actuel de Green Zone”[7] ; une reconnaissance sans appel que les zones centrales les plus protégées sont désormais trop difficiles à défendre contre les attaques taliban.

    En fait, de nombreuses études approfondies d’Al-Qaïda et de ses différents descendants, dont ISIS, ont montré que les États-Unis et leurs alliés suivent aveuglément la vision du monde et le plan de jeu de ces organisations terroristes. Comme il est clairement indiqué, principalement dans un livre attribué à Abu Bakr Naji intitulé “La gestion de la sauvagerie : L’étape la plus critique à travers laquelle la nation islamique passera”, l’objectif est d'”attirer l’Occident aussi profondément et activement que possible dans le bourbier” et d'”engager et d’énerver perpétuellement les Etats-Unis et l’Occident dans une série d’entreprises outre-mer prolongées” dans lesquelles ils saperont leurs propres sociétés, dépenseront leurs ressources et augmenteront le niveau de violence, déclenchant une dynamique que William Roe Polk- spécialiste américain très réputé au Moyen-Orient et spécialiste des insurgés – a largement décrite dans un de ses ouvrages. Polk révèle un modèle qui a été reproduit à maintes reprises au cours de l’histoire récente. En d’autres termes, les envahisseurs sont naturellement détestés par la population envahie, qui leur désobéit, au début, par de petits moyens, suscitant une réaction énergique de la part de l’envahisseur, ce qui à son tour augmente l’opposition et le soutien populaire à la résistance. Le cycle de violence qui s’ensuit s’intensifie jusqu’à ce que les forces d’invasion soient obligées soit de se retirer, soit de recourir à des méthodes et moyens qui équivalent à un génocide pour parvenir à leurs fins.

    Cette dynamique d’extrême violence dans laquelle les Etats-Unis et leurs alliés se sont retrouvés pris au piège a en effet entraîné des coûts particulièrement élevés. Scott Atran, spécialiste bien connu des organisations terroristes, a calculé que ” les attentats du 11 septembre ont coûté entre 400 000 $ et 500 000 $ à exécuter, alors que la réponse militaire et sécuritaire des États-Unis et de leurs alliés est de l’ordre de 10 millions de fois ce chiffre “. Atran en a tiré la conclusion évidente que “sur une base strictement coût-bénéfice, ce mouvement violent a connu un succès fulgurant, au-delà même de l’imagination originale de Ben Laden, et le connaît de plus en plus. C’est là toute la mesure de la guerre asymétrique de style jiu-jitsu. Après tout, qui pourrait prétendre que nous sommes mieux lotis qu’avant, ou que le danger global diminue ?” Ce bilan, conseille-t-il, “devrait inspirer un changement radical dans nos contre-stratégies”.

    Pourquoi l’Amérique n’est plus grande encore

    La position des États-Unis dans le monde n’est plus ce qu’elle était il n’y a pas si longtemps. Son ingérence politique et ses aventures militaires de longue date dans le monde arabe et musulman, ainsi que son soutien aveugle à Israël[9] ne lui ont fait aucune faveur. Bien au contraire, ils ont certainement contribué, dans une large mesure, à causer des dommages irréversibles à la primauté mondiale des États-Unis après la guerre froide.

    Comme le rappelait en 2014 l’ancien ambassadeur des États-Unis en Arabie saoudite, Chas W. Freeman Jr, ” il y a quelque temps, les États-Unis ont entrepris de reconfigurer le Moyen-Orient. Le résultat est que la région et notre position dans cette région sont toutes deux en désordre (…) Si nous sommes honnêtes, nous devons admettre que la situation déplorable au Moyen-Orient est le produit non seulement de la dynamique de la région, mais aussi d’un manque de capacité à penser et à agir stratégiquement”[10] Pour Freeman, cette situation découle du fait essentiel que les Etats-Unis ont répondu à la fin de l’ordre bipolaire avec un mélange de déni, de contradiction stratégique et d’inconstance. Et ” les fausses hypothèses américaines et les objectifs irréalistes des États-Unis ont donc contribué à créer le désordre actuel au Moyen-Orient “.

    Plus récemment[11], Chas Freeman a réitéré son point de vue en déclarant que ” ces guerres stériles et contre-productives ont coûté jusqu’à présent aux États-Unis au moins 5,6 billions de dollars (…) Nous avons payé nos efforts pour élargir la guerre dans le monde musulman avec une combinaison de fonds empruntés et de désinvestissements en infrastructures physiques et humaines nationales. Le résultat n’est pas seulement l’imposition d’un fardeau écrasant de la dette[12] à notre postérité, mais la perte de croissance et le déclin de la compétitivité économique des États-Unis “. En outre, a-t-il déploré, les Américains se sont habitués à la vie sous surveillance et dans un état d’appréhension sans fin face aux actes terroristes. Une situation aussi inhabituelle a, comme on pouvait s’y attendre, érodé leurs libertés, agrandi la présidence, renforcé “l’instinct de lâcheté du Congrès”, et contribué à appauvrir la classe moyenne américaine “tout en enrichissant le complexe militaro-industriel”. Il a conclu qu’il s’agit là de “changements structurels dans la république américaine et dans le mode de vie qui affecteront les deux pendant des décennies”.

    Selon Philip Alston[13], Rapporteur spécial des Nations Unies sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme, “le rêve américain devient rapidement l’illusion américaine”, et “au lieu de réaliser les engagements admirables de ses fondateurs, les Etats-Unis d’aujourd’hui se sont révélés exceptionnels de manière beaucoup plus problématique et en contradiction flagrante avec leur immense richesse et leur engagement fondateur pour les droits humains”. Telles sont quelques-unes des principales conclusions que M. Alston a rendues publiques en décembre 2017, après une mission d’enquête de deux semaines aux États-Unis. Son rapport final sera disponible au printemps 2018 et sera présenté au Conseil des droits de l’homme à Genève en juin 2018.

    L’Amérique d’aujourd’hui est en effet très éloignée du modèle de République Constitutionnelle dont les Pères Fondateurs ont rêvé et qu’ils ont fait naître. Le 4 juillet 1900, les représentants du Parti démocrate des États-Unis se sont réunis à la Convention nationale, à l’occasion de l’anniversaire de l’adoption de la Déclaration d’indépendance. Ils ont publié une Plate-forme[14] dans laquelle ils ont réaffirmé leur foi dans la “proclamation immortelle des droits inaliénables de l’homme” et leur “allégeance à la Constitution encadrée en harmonie avec celle-ci par les pères de la République”. Entre autres principes réitérés : “Nous déclarons à nouveau que tous les gouvernements institués parmi les hommes tirent leurs justes pouvoirs du consentement des gouvernés” et “qu’imposer à tout peuple un gouvernement de force revient à substituer les méthodes de l’impérialisme à celles d’une république” ; “Nous sommes en faveur d’étendre l’influence de la République parmi les nations, mais nous croyons que cette influence devrait être étendue non par la force et la violence mais par le pouvoir persuasif d’un exemple élevé et honorable” ; “Nous sommes contre le militarisme. Cela signifie la conquête de l’étranger et l’intimidation et l’oppression au pays. Cela signifie le bras fort qui a toujours été fatal aux institutions libres. C’est ce que des millions de nos citoyens ont fui en Europe. Elle imposera à notre peuple pacifiste une grande armée permanente et une charge fiscale inutile, et constituera une menace constante pour ses libertés” ; et “Nous affirmons qu’aucune nation ne peut supporter longtemps la moitié d’une république et l’autre moitié d’un empire, et nous avertissons le peuple américain que l’impérialisme étranger conduira rapidement et inévitablement au despotisme dans son pays”.

    Qui dans le monde, et même en Amérique même, ferait confiance à une telle réaffirmation si elle était proclamée aujourd’hui par le président Donald Trump au nom du peuple américain ?

    Personne n’a expliqué cet état de fait avec plus d’élégance qu’un personnage fictif dans une série télévisée de HBO appelée “The Newsroom”. Dans la séquence d’ouverture, un présentateur de nouvelles télévisées se retrouve sur un panneau de journalisme. Et lorsqu’un élève de l’auditoire demande : “Pouvez-vous dire pourquoi l’Amérique est le meilleur pays du monde ?”, l’animateur claque : “L’Amérique n’est pas le meilleur pays” et fait un discours sur le pourquoi. Il dit à l’élève : ” Au cas où un jour tu te retrouverais accidentellement dans un bureau de vote, il y a certaines choses que tu devrais savoir. L’une d’entre elles est la suivante : il n’y a absolument aucune preuve à l’appui de l’affirmation selon laquelle nous sommes le meilleur pays du monde. Nous sommes 7e en alphabétisation, 27e en mathématiques, 22e en sciences, 49e en espérance de vie, 178e en mortalité infantile, 3e en revenu médian des ménages, 4e en main-d’œuvre et 4e en exportations. Nous sommes en tête du monde dans seulement trois catégories : le nombre de citoyens incarcérés par habitant, le nombre d’adultes qui croient que les anges sont réels et les dépenses de défense, où nous dépensons plus que les 26 pays suivants réunis, dont 25 sont des alliés. Maintenant, rien de tout cela n’est la faute d’un étudiant de 20 ans, mais vous, néanmoins, vous êtes, sans aucun doute, un membre de la pire période de la période de la génération de la pire période jamais vécue”.

    Et après une pause, le présentateur de l’émission ajoute : “C’est sûr que c’était le cas. Nous avons défendu ce qui était juste. Nous nous sommes battus pour des raisons morales. Nous avons adopté des lois, annulé des lois, pour des raisons morales. Nous avons fait la guerre à la pauvreté, pas aux pauvres. Nous nous sommes sacrifiés, nous nous sommes souciés de nos voisins, nous avons mis notre argent où nos bouches étaient et nous ne nous sommes jamais battus la poitrine. Nous avons construit de grandes et grandes choses, fait des progrès technologiques impies, exploré l’univers, guéri des maladies et cultivé les plus grands artistes du monde et la plus grande économie du monde. On a attrapé les étoiles, on s’est comportés comme des hommes. On aspirait à l’intelligence, on ne l’a pas minimisée. Ça ne nous a pas fait nous sentir inférieurs. Nous ne nous sommes pas identifiés par la personne pour qui nous avons voté aux dernières élections et nous n’avons pas eu peur si facilement. Nous avons pu être toutes ces choses et faire toutes ces choses parce que nous avons été informés… par de grands hommes, des hommes qui étaient vénérés. La première étape pour résoudre tout problème est de reconnaître qu’il y en a un. L’Amérique n’est plus le plus grand pays du monde”[15].

    A tel point qu’une enquête WIN/Gallup International menée dans 65 pays a révélé que pour les 66 000 personnes interrogées, ” les Etats-Unis sont la plus grande menace pour la paix mondiale “[16].

    Le Pentagone répond à la question séculaire “L’Amérique est-elle en déclin ?”

    Depuis qu’Ibn Khaldoun, le grand historiographe et historien arabe[17], reconnu comme le précurseur des disciplines modernes de l’historiographie, de la sociologie, de l’économie et de la démographie, a jeté les bases de son étude, l’essor et la chute des civilisations, empires et nations, a été un thème préféré des historiens passés et actuels. Et tout comme les êtres humains, les nations ont des cycles de vie, allant de la jeunesse à la vieillesse et à la mort. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’exception à cette règle.

    Le secrétaire d’État américain Dean Gooderham Acheson était connu pour avoir joué un rôle essentiel dans la rédaction de la doctrine Truman dont le but déclaré était de contrer l’expansion géopolitique soviétique pendant la guerre froide. La doctrine est ensuite devenue le fondement de la politique étrangère des États-Unis et a conduit à la création, le 4 avril 1949, de l’OTAN, une alliance militaire qui est toujours en vigueur aujourd’hui avec 29 États membres. Acheson est également connu pour avoir dit en 1962 que “la Grande-Bretagne a perdu un Empire et n’a pas encore trouvé de rôle”.

    On peut peut-être en dire autant aujourd’hui des États-Unis à la lumière de la politique étrangère incohérente, sinon chaotique, de l’administration Trump. Paradoxalement, l’utilisation du slogan “Make America great again” pendant la campagne présidentielle de 2016 ne fait que renforcer cette affirmation, puisque la phrase – qui a été régulièrement utilisée par les politiciens républicains et démocrates après sa première frappe de monnaie par Ronald Reagan en 1980 – est un cousin éloigné du slogan “Make Britain Great Again” qui remonte au 19e siècle, quand elle était utilisée par Disraeli, le politicien conservateur britannique. De toute évidence, l’ancienne version britannique et son équivalent américain moderne font référence à la notion de “grandeur” perdue, ou à retrouver.

    Selon The American Conservative[18], depuis le début des années 2000, les universitaires, les décideurs et les membres de l’ensemble de l’establishment de la politique étrangère américaine discutent constamment de la question de savoir si le pouvoir américain est en déclin. Mais la question remonte en fait aux années 1980, avec la publication de The Rise and Fall of the Great Powers de l’historien de Yale Paul Kennedy et d’autres ouvrages importants sur le sujet par les universitaires David Calleo et Robert Gilpin. Même si la controverse entourant le déclin s’est dissipée lorsque l’Union soviétique a implosé et que la bulle économique du Japon a éclaté, elle est restée en sommeil pendant le ” moment unipolaire ” des années 1990, mais elle a été ravivée par l’émergence rapide de la grande puissance chinoise au début des années 2000, et le déplacement qui s’est produit de la puissance géopolitique et économique mondiale de l’Ouest vers l’Est.

    Si l’on en croit l’historien français Pierre Melandri[19], cependant, la question du déclin américain a commencé bien avant la publication du livre de Paul Kennedy en 1987, l’année même où, pour la première fois depuis 1917, les États-Unis ont perdu leur statut de premier pays créancier au monde. Dès 1973, a-t-il indiqué, un Premier ministre japonais avait déjà diagnostiqué un tel processus de déclin en constatant que ” les Etats-Unis ne sont plus le Soleil entouré de planètes, c’est une planète parmi d’autres “.

    En 2002, Andrew J. Bacevich concluait son livre[20], écrit au lendemain du 11 septembre, par une observation fondamentale. Il a dit que la question qui exigeait une attention urgente et que les Américains peuvent se permettre d’esquiver plus longtemps n’est pas de savoir si les États-Unis sont devenus une puissance impériale, mais quelle sorte d’empire ils ont l’intention de devenir. Parce que le fait que les décideurs politiques persistent à prétendre le contraire, c’est-à-dire à ” se livrer à des mythes sur l’innocence américaine ou à des fantasmes de déverrouillage des secrets de l’histoire “, augmente la probabilité que les réponses qu’ils trouvent soient fausses. De cette façon, ” ce n’est pas seulement la fin de l’empire américain, c’est aussi un grand danger pour ce que l’on appelait autrefois la république américaine “.

    En 2011, un blogueur du nom de Danios[21] a reproduit une chronologie année par année des guerres américaines, qui a révélé que depuis la fondation des États-Unis en 1776, ce pays a été en guerre pendant 214 de ses 235 années civiles d’existence. En d’autres termes, il n’y a eu que 21 années civiles au cours desquelles les États-Unis n’ont pas fait de guerre, et la seule fois où les États-Unis ont passé cinq ans sans guerre (1935-40) a été pendant la période isolationniste de la Grande Dépression !

    Loin de la blogosphère, un éditorial du New York Times[22] affirme que les États-Unis sont en guerre depuis les attentats du 11 septembre 2001 et qu’ils comptent maintenant un peu plus de 240 000 soldats en service actif et réservistes dans au moins 172 pays et territoires. Il a conclu que ” les sénateurs qui rechignent à payer les soins de santé et les missions diplomatiques de base du département d’État ont approuvé un budget de défense de 700 milliards de dollars pour 2017-2018, bien plus que ce que M. Trump avait même demandé. On ne sait pas si cette largesse se poursuivra. Mais la question plus large concerne le public américain et combien de nouvelles aventures militaires, le cas échéant, il est prêt à tolérer.

    Dans le même ordre d’idées, Richard N. Haas, président du Council of Foreign Relations-souvent décrit comme la politique étrangère américaine la plus influente, a soutenu dans son best-seller[23] que les règles, les politiques et les institutions qui ont guidé le monde depuis la Deuxième Guerre mondiale ont largement suivi leur cours dans un monde ” en désarroi ” que les États-Unis ne sont pas capables de modeler à leur image et à leurs intérêts. Haas pense que les États-Unis demeurent le plus grand pays d’un tel monde, mais leur politique étrangère a parfois empiré les choses, tant par ce que l’Amérique a fait que par ce qu’elle a échoué à faire.

    Un conseil similaire, ou plutôt un avertissement, n’a été donné par aucune autre voix conservatrice américaine puissante que Robert Kagan. Dans un article de Brookings[24], il affirmait que ” l’ordre mondial libéral établi au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pourrait prendre fin, contesté par des forces extérieures et intérieures “. Il a conclu en disant que “si le prochain président gouverne comme il l’a fait, c’est-à-dire s’il suit une voie qui ne vise qu’à protéger les intérêts étroits de l’Amérique, s’il se concentre principalement sur le terrorisme international – le moindre des défis de l’ordre mondial actuel (…) alors l’effondrement de l’ordre mondial, avec tout ce que cela implique, ne sera pas loin”.

    Plus important encore, en juin 2017, une étude du Pentagone[25] a été publiée et a fait couler des rivières d’encre, tant aux États-Unis qu’à l’étranger. Il convient de noter que la mise en service et la préparation de ce rapport ont commencé en juin 2016, six mois avant la fin de l’administration Obama, et se sont achevées en avril 2017, quatre mois après le début du gouvernement Trump. Elle a nécessité de vastes consultations avec des fonctionnaires du Pentagone et une poignée de groupes de réflexion américains d’une persuasion quelque peu néoconservatrice, ce qui a nécessité des consultations approfondies.

    Parmi les conclusions les plus étonnantes du rapport, mentionnons les suivantes Le statu quo qui a été créé et entretenu par les stratèges américains après la Seconde Guerre mondiale et qui a été pendant des décennies le principal ” battement ” du DoD n’est pas simplement en train de s’effilocher, mais pourrait, en fait, s’effondrer. Par conséquent, le rôle et l’approche des États-Unis dans le monde peuvent également changer fondamentalement ” ; ” la restructuration instable des affaires de sécurité internationale semble de plus en plus inhospitalière aux dirigeants américains incontestés “. Une autre conclusion importante est que les auteurs du rapport sont d’accord avec la déclaration du Premier ministre britannique Theresa May dans son discours à Philadelphie[26], six jours après l’inauguration de Donald Trump : “L’époque où la Grande-Bretagne et l’Amérique intervenaient dans des pays souverains pour tenter de refaire le monde à notre image est révolue (…) le Royaume-Uni n’interviendra que là où il existe des intérêts nationaux britanniques”.

    Ce rapport extraordinaire semble avoir sonné le glas des “coalitions de volontaires” douteuses menées par les Etats-Unis, ouvrant la voie à une ère post-impériale irréversible.

    Après l’empire : vers une grande stratégie collective de “Grande Convergence” ?

    Si nous voulons être réalistes, nous ne pouvons nier les faits, le pourquoi et le comment de notre monde en rapide évolution. Les anciens et les nouveaux empires mondiaux ne sont plus, les jeunes nations se lèvent et les gens ordinaires deviennent de plus en plus autonomes.

    Mais comment cette réalité sans précédent a-t-elle vu le jour ? Comment se fait-il que des États, des institutions, des entreprises, des groupes d’intérêt, des partis et des dirigeants politiques autrefois puissants aient de plus en plus de mal à défendre leurs redoutes, et encore moins à imposer leurs programmes ? Et si le monde d’aujourd’hui s’éloigne inexorablement de la tutelle de la seule superpuissance – l’Amérique – et qu’aucune autre grande puissance n’est disposée ou capable d’intervenir pour le diriger, alors à qui sera ce monde ? Et, plus important encore, comment ce ” village mondial ” sui generis peut-il le mieux faire face et gérer non seulement les menaces et les défis transnationaux croissants, mais aussi les opportunités ?

    Joseph Nye a écrit une analyse complète[27] sur le pouvoir et son exercice au cours des cinq derniers siècles et jusqu’à un passé récent. Il a souligné que les marqueurs traditionnels du pouvoir ont jusqu’à présent été compris comme l’avantage conquis par les grands empires et les grandes nations, grâce principalement à des facteurs tels que le contrôle des colonies, du commerce et des finances, des populations plus importantes, la primauté dans la révolution industrielle et la maîtrise des voies maritimes, les armes classiques et nucléaires et le nombre des hommes sous armes. Mais l’ère de l’information mondiale du XXIe siècle, dit-il, les rend rapidement accessibles.

    En approfondissant la nature changeante du pouvoir au cours de ce siècle, Moisés Naím[28] observe que le pouvoir perd de sa valeur, car il est devenu “plus facile à obtenir, plus difficile à utiliser et plus facile à perdre”. Il n’achète plus autant que par le passé, et les batailles pour l’obtenir donnent des rendements décroissants. En conséquence, le pouvoir se propage et les grands acteurs établis de longue date sont de plus en plus mis au défi par de nouveaux acteurs de plus en plus petits. Il se déplace “du nord au sud et de l’ouest à l’est, du nord au sud et de l’ouest à l’est, des vieux géants de l’entreprise aux start-ups agiles, des dictateurs retranchés aux gens sur les places publiques et dans le cyberespace”. En réalité, insiste Naím, le pouvoir se délabre. L’un des arguments les plus convaincants qu’il donne pour démontrer comment l’exercice du pouvoir a changé est dans le domaine des conflits armés. Pour reprendre une tournure ecclésiale, Naím dit que “jamais, dans le domaine des conflits humains, si peu de gens ont eu le potentiel de faire autant pour tant de gens, à si peu de frais”. Ainsi, les “micro-pouvoirs, bien que rarement gagnantes, rendent la vie plus difficile aux grand joueurs”, en leur refusant la “victoire” dans le nombre croissant de conflits asymétriques, également connus sous le nom de guerres de quatrième génération.

    Pour sa part, contestant l’opinion partagée par la plupart des stratèges occidentaux – qui reconnaissent que la domination de l’Occident est en déclin, mais sont néanmoins confiants que ses idées fondatrices, comme la démocratie, le capitalisme et le nationalisme laïque, continueront à se répandre, assurant que l’ordre occidental survivra à sa domination – Charles Kupchan[29] affirme que le monde est dirigé vers la diversité politique et idéologique. Ainsi, les puissances émergentes ” ne se soumettront pas à l’emprise de l’Occident et ne convergeront pas vers l’Occident “. La raison d’une telle affirmation est que “l’ascension de l’Occident était le produit de conditions sociales et économiques uniques à l’Europe et aux Etats-Unis”. Et à mesure que d’autres nations s’élèvent, explique Kupchan, elles ” suivent leur propre voie vers la modernité et adoptent leurs propres conceptions de l’ordre national et international “. Il conclut ensuite que l’ordre occidental ne sera pas déplacé par une nouvelle grande puissance ou un nouveau modèle politique dominant, et que le XXIe siècle n’appartiendra pas non plus à l’Amérique, à la Chine, à l’Asie ou à quiconque. Ce sera “le monde de personne (et) pour la première fois dans l’histoire, un monde interdépendant sera sans centre de gravité ou gardien global”. Cette situation nécessitera une stratégie pour conclure un marché historique entre l’Occident et le reste croissant en ” forgeant un nouveau consensus sur les questions de légitimité, de souveraineté et de gouvernance “.

    Le point de vue de Kupchan est largement partagé par Kishore Mahbubani, un écrivain, professeur et diplomate singapourien très respecté. Dans l’un de ses livres[30], il affirme que nous devenons de plus en plus intégrés et interconnectés, et donc ” le potentiel d’une nouvelle civilisation mondiale pacifique évolue sous nos yeux presque inaperçu “. Pourtant, il soutient qu’il reste des défis à relever et qu’un certain nombre de lignes de fractures géopolitiques majeures doivent encore être résolues. Pour que cela se concrétise, Mahbubani est d’avis que : les décideurs politiques du monde entier doivent changer leurs idées préconçues et accepter que nous vivons dans un seul monde ; les intérêts nationaux doivent être équilibrés avec les intérêts mondiaux ; les États-Unis et l’Europe doivent céder un certain pouvoir (notamment au FMI, à la Banque mondiale et au Conseil de sécurité des Nations Unies) ; la Chine et l’Inde, l’Afrique et le monde islamique doivent être intégrés ; l’ordre mondial doivent être reconstruits.

    Pour ces auteurs et beaucoup d’autres éminents auteurs et commentateurs, la “communauté internationale” n’a pas d’autre choix que de s’engager dans un voyage salvateur d’un “empire à une communauté”. C’est ce qu’Amitai Etzioni[31] préconisait, faisant valoir qu’un “choc des civilisations” peut être évité, et que le nouvel ordre mondial n’a pas à regarder l’Amérique. Car, affirme-t-il, “les valeurs orientales, y compris la spiritualité et l’islam modéré, ont une place légitime dans la philosophie publique mondiale en évolution”.

    Edward Said a également abordé cette question dans une conférence[32], le professeur Edward Said a observé que ” la partie vraiment la plus faible de la thèse du choc des cultures et des civilisations est la séparation rigide supposée entre elles malgré les preuves accablantes que le monde actuel est, en fait, un monde de mélanges, de migrations et de franchissements, de frontières traversées. L’une des crises majeures qui touchent des pays comme la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis a été provoquée par la prise de conscience, qui se manifeste maintenant partout, qu’aucune culture ou société n’est purement une chose. D’importantes minorités, des Nord-Africains en France, des Africains des Caraïbes et des populations indiennes en Grande-Bretagne, des éléments asiatiques et africains dans ce pays (l’Amérique) contestent l’idée que la civilisation, qui s’enorgueillissait d’être homogène, peut continuer à le faire. Il n’y a pas de cultures ou de civilisations isolées. Toute tentative de les séparer dans les compartiments étanches allégués par Huntington et ses semblables nuit à leur variété, leur diversité, leur complexité même des éléments, leur hybridité radicale. Plus nous insistons sur la séparation des cultures, plus nous sommes imprécis sur nous-mêmes et sur les autres. La notion de civilisation d’exclusion est à mes yeux une notion impossible”. M. Said demande ensuite ce qu’il considère comme la ” vraie question “, c’est-à-dire ” si, en fin de compte, nous voulons travailler pour des civilisations séparées ou si nous devons emprunter la voie plus intégrative mais peut-être plus difficile qui consiste à essayer de les considérer comme formant un vaste tout, dont les contours exacts sont impossibles à saisir pour quiconque, mais dont nous pouvons percevoir, sentir et étudier une existence sûre “. Il a conclu son exposé en citant quelques lignes du grand poète, écrivain et homme politique martiniquais Aimé Césaire : ” l’œuvre de l’homme ne fait que commencer et il reste à vaincre toute la violence ancrée dans les recoins de notre passion et aucune race ne possède le monopole de la beauté, de l’intelligence, de la force et il y a une place pour tous au rendez-vous de la victoire “.

    C’est précisément le sujet principal que nous aborderons dans une prochaine analyse.

    1) Amir Nour est un chercheur algérien en relations internationales, auteur du livre “L’Orient et l’Occident à l’heure d’un nouveau Sykes-Picot”, Editions Alem El Afkar, Alger, 2014 : téléchargement gratuit, en cliquant sur les liens suivants : http://algerienetwork.com/blog/lorient-et-loccident-a-lheure-dun-nouveau-sykes-picot-par-amir-nour/
    http://algerienetwork.com/blog/العالم-العربي-على-موعد-مع-سايكس-بيكو-ج/ (arabe) ↑
    Cet article a été initialement publié dans le Blog du Saker le 29 mars 2018 à l’adresse suivante : https://thesaker.is/the-twilight-of-the-empire-age-whose-world-will-it-be/

    Notes

    2. Extrait de la chanson de Michael Franti & Spearhead “Bomb the World” : http://youtu.be/ICL-40nkOPA ↑ ↑

    Lire l’article de Newsweek : http://www.newsweek.com/trump-has-already-killed-more-civilians-obama-us-fight-against-isis-653564 ↑ ↑

    4. lisez “The Drone Papers” de The Intercept : http://theintercept.com/drone-papers/ ↑ ↑

    Heather Linebaugh, “J’ai travaillé sur le programme de drone américain. Le public devrait savoir ce qui se passe réellement “, The Guardian, 29 décembre 2013 : https://www.theguardian.com/commentisfree/2013/dec/29/drones-us-military ↑ ↑

    Lire l’avis intitulé “Dennis Kucinich : The’Mother of All Bombs’ is actually the mother of all warongering”, Fox News, 14 avril 2017. ↑

    7 Rod Nordland, “U.S. Expands Kabul Security Zone, Digging In For Next Decade”, The NYT, 16 septembre 2017. ↑

    William R. Polk, “La politique violente : A history of Insurgency, Terrorism, and Guerilla War, From the American Revolution to Iraq “, Harper Perennial, 2008. ↑

    Outre le vote de l’Assemblée générale de l’ONU (128 voix pour, 9 contre, 35 abstentions) considérant la déclaration de Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël ” nulle et non avenue ” (lire l’article du Guardian https://www.theguardian.com/world/2017/dec/21/united-nations-un-vote-donald-trump-jerusalem-israel), un sondage d’opinion Gallup International Association (GIA), réalisé en décembre 2017 dans 24 pays, révèle un large désaccord avec la décision du Président américain : plus de deux sur trois (71%) sont en désaccord avec cette proposition (59% fortement). Commentant cette enquête, le président du GIA Kancho Stoychev a déclaré : “Il est rare qu’un sondage d’opinion enregistre une telle unanimité sur une seule question, ce qui indique une douleur profonde dans le monde musulman, du Moyen-Orient à l’Extrême-Orient. Mais la réaction globale à la décision de Trump est également majoritairement négative en Europe. Il semble que des décennies de confiance dans le rôle d’équilibre de la diplomatie américaine s’évaporent.” ↑

    10. Voir “Obama’s Foreign Policy and the Future of the Middle East”, 21 juillet 2014. ↑

    11. Chas W. Freeman, “The Middle East in the New World Disorder”, 11 décembre 2017. ↑

    12. En novembre 2017, l’encours de la dette publique américaine s’élevait à environ 20,59 billions de dollars. Les États-Unis se sont classés premiers au monde. ↑

    13. Lisez http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=22546&LangID=F

    14. Pour lire la plateforme : http://www.presidency.uscb.edu/edu/ws/?pid=29587.Home

    15. Visionnez la vidéo intitulée “A Great Speech About Why America Isn’t Great Anymore” : https://www.youtube.com/watch?feature=share&v=q49NOyJ8fNA&app=desktop

    16. Lire le New York Post du 5 janvier 2014. ↑

    17. L’historien britannique Arnold J. Toynbee a appelé “Muqaddimah” ou “Prolegomena” (Introduction) d’Ibn khaldun – qui couvre l’histoire mondiale de l’humanité jusqu’au temps de l’auteur, et aborde la question de savoir pourquoi les nations prennent le pouvoir et ce qui cause leur déclin – “une philosophie historique qui est sans aucun doute la plus grande œuvre du genre qui ait jamais été créée par un esprit, à un endroit et un moment donné”. Source : Encyclopædia Britannica, 15e éd., vol. 9, p. 148]. ↑

    18. Christopher Layne, “Is the United States in Decline”, The American Conservative, 8 août 2017.↑

    19. Pierre Melandri, “La fin de l’empire américain ?” (La fin de l’Empire américain ?), dans “La fin des empires”, sous la direction de Patrice Guenniffey & Thierry Lentz, Le Figaro Histoire/Perrin, Paris, 2016. ↑

    20. Andrew J. Bacevich, “American Empire : The Realities and the Consequences of U.S. Diplomacy”, Harvard University Press, 2002. ↑

    21. Voir “L’Amérique a été en guerre 93 % du temps” : http://www.washingtonsblog.com/2015/02/america-war-93-time-222-239-years-since-1776.html ↑ ↑

    22. Lire “America’s Forever Wars”, The New York Times, 22 octobre 2017. ↑

    23. Richard Haas, “Un monde en désarroi : American Foreign Policy and the Crisis of the Old Order”, Penguin Press, 2017. Voir : https://www.cfr.org/book/world-disarray ↑ ↑

    24. Robert Kagan, “The Twilight of the Liberal World Order”, Brookings, 24 janvier 2017. ↑

    25. Lire “À nos propres risques et périls : DoD Risk Assessment in a Post-Primacy World” : https://ssi.armywarcollege.edu/pubs/display.cfm?pubID=1358 ↑ ↑

    26. Lire la transcription officielle du discours sur https://www.gov.uk/government/speeches/prime-ministers-speech-to-the-republican-party-conference-2017, 26 janvier 2017. ↑

    27. Joseph S. Nye, “L’avenir du pouvoir”, Public

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.