Analysis

Les Sous-traitants Turcs écartés du Programme de l’avion de combat furtif US F-35

Il n’y a pas que les pilotes des forces aériennes turques en stage d’instruction sur des F-35 sur la base aérienne US de Luke (Luke Air Force Base) en Arizona qui sont affectés par les pressions croissantes de Washington sur Ankara pour l’amener à annuler des négociations avancées sur un contrat d’acquisition de systèmes de missiles SAM S-400 russes: tous les sous-traitants turcs sont écartés l’un après l’autre du gigantesque programme de l’avion de combat furtif de cinquième génération Lockheed-Martin F-35 Lightning II.

La Turquie est à la fois l’un des plus importants alliés de Washington dans le monde et un membre important de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). La tension croissante entre les États-Unis et la Turquie autour de la décision d’Ankara d’acquérir des systèmes d’armes russes pour sa grille de défense aérienne met à mal l’interopérabilité et la coordination des forces armées au sein de l’OTAN mais pourrait en fait cacher d’autres enjeux.

Il est un peu trop prématuré de donner libre cours à des conjectures sur une probable sortie de la Turquie de l’OTAN.

Ankara nous a habitué à une politique un peu vague ces dix dernières années. Jouant sur tous les tableaux et changeant promptement de posture selon le contexte et la conjecture, la Turquie pourrait en effet jouer un nouveau rôle qui commença à prendre forme dès que l’échec de la guerre en Syrie divulgua au grand jour de profonds clivages entre les intérêts stratégiques de Washington et Ankara d’un côté et d’un autre scinda la coalition dans son segment arabe notamment avec la rivalité entre l’Arabie et les Émirats Arabes Unis avec le Qatar ou encore l’incompatibilité totales des objectifs géostratégiques de pays membres de l’OTAN tels que l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni avec les ambitions géopolitiques de la Turquie de Rayep Reçep Erdogan et qui plus est, dans ce que Ankara considère un peu plus que son pré-carré ou son arrière-cour au Nord de la Syrie.

A cela s’ajoute le tropisme néo-Ottoman de la Turquie, le retour en force d’un nationalisme pan-turquiste assez surprenant en coulisses et loin des médias et le peu d’estime que voue la classe politique turque actuelle pour la plupart des grands pays européens et plus particulièrement l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni, surtout après un Accord secret sur le contrôle des migrations clandestines en échange d’avantages économiques et financiers directs.

Cependant certains observateurs se montrent fort circonspects et soupçonnent la Turquie de duplicité dans le cadre d’une nouvelle stratégie US visant à obtenir un accès direct aux derniers systèmes de défense russes comme ce fut le cas pour le Mig-25 Foxbat (défection du pilote Viktor Ivanovich Belenko au Japon en 1976) ou par l’intermédiaire de pays comme l’Allemagne, l’Égypte, Israël, la Pologne ou la Libye (transferts directs de matériel acquis ou des prises de guerre).

Publicités



');

6 Replies to “Les Sous-traitants Turcs écartés du Programme de l’avion de combat furtif US F-35

  1. @Strategika
    … tous les sous-traitants turcs sont écartés l’un après l’autre du gigantesque programme….
    Faut pas se précipiter, et ne surtout pas aller trop vite en besoigne. L’exclusion de la Turquie n’est sans doute pas pour demain. Il y a une suspension -de meme que pour le Pakistan, et l’Egypte pour d’autres sujets- et non expulsion. Pour plusieur raisons, deja personne ne peut se permettre d’avoir la Turquie contre soi. La défaite de la rebellion syrienne n’est en rien due aux russes, où aux iraniens, ou à je ne sais quoi, mais bien parce que la Turquie a quitté la coalition, et ne ravitaillie plus les terroristes. De plus la Turquie a déja reçu des avions F-35, et va sans doute en recevoir d’autres, + perfectionnés. T’imagines le levier que dispose la Turquie à présent ?
    ….peu d’estime que voue la classe politique turque actuelle pour … l’Allemagne, … le Royaume-Uni,…
    Pareil prendre garde aux conclusions hatives. De tous les pays les + proches de la Turquie, l’Allemagne a vraiment envie de faire pareil. Allemands et turcs sont trés copains en coulisse, bien plus qu’on se l’imagine. Devant les caméras ça s’agitte, ça gueulle, ça s’excitte, mais en réalité à Washignton, Berlin, comme à Moscou et Pekin, tout le monde ménage la Turquie. Rien n’est fait dans cette affaire.

      1. J’ai entendu dire que les USA auraient livré une dizaine de chasseurs de F-35 à la Turquie. L’expulsion de la Turquie du programe l’enverrai directement dans l’axe Chine+Russie. Sans lister les élements geopolitiques, la Turquie pourrait par vengence livrer ces avions aux chinois et russes, ce qui de facto mettrait prématurement un terme à tout le programe, mettant les US au pied du mur, en plus pour l’heure les américains n’ont aucun subtitut au JSF. Je ne vois pas les US suffisament fous pour tenter l’experience, cependant….au vu de ce que je constate tous les jours, il y a une baisse drastique des compétences en haut lieu. Toujours est il que fort de sa position trés enviable, la Turquie fait monter les encheres. Les turcs vont co-fabriquer les S-400, S-500, en plus des SU-57. Et ça tombe à point nommé, parce que les russes ont urgement besoin de thunes, et cherchent des désespérement des partenaires pour les SU-57, et Mig-35. Les chinsois cherchent aussi des partenaires pour leur FC-31. Quand aux américains ils ont plus que jamais besoin de la Turquie.

    1. Lol tes djihadistes ont était ensevelis par les bombes anti bunker Russe et pour ceux qui sont sortis de leur trou, les guerriers syriens et iraniens leur ont régler leur compte. La Turquie n’a jamais cesser d’armer les rebelles, elle arme encore aujourd’hui ceux qui restent à Idlib ! Pour mater la Turquie il suffirait d’équiper les kurdes de diyarbakir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.