Analysis

PsyOp: comment Moscou a crée et utilisé le contraste entre les Affaires “Galunov” et “Assange” pour gagner des points

L’affaire du journaliste d’investigation russe Ivan Galunov s’est bien terminée car elle a été savamment instrumentée pour contraster avec le traitement réservé à Julian Assange, le fondateur de Wikileaks

Outre le fait de rappeler la présence de fonctionnaires de police corrompus en Russie (et quasiment partout ailleurs), cette affaire peut être considérée comme une opération de guerre psychologique et médiatique visant le système judiciaire et politique du Royaume de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord ainsi que la bureaucratie US.

C’est également et surtout une lutte d’influence et de séduction sur les opinions, y compris et surtout celle des pays occidentaux dont une fraction de plus en plus importante a commencé à se sentir exaspérée par les abus et les excès des systèmes politiques et socio-économiques en vigueur dans ce qui était officiellement “le Monde Libre”.

Le contraste entre les traitements réservés à Assange en Suède et en Grande-Bretagne en attendant les États-Unis d’Amérique, et à Galunov en Russie, est en effet l’un des éléments recherchés par la volte-face exceptionnelle des autorités judiciaires russes dans le traitement du dossier Galunov.

Ce contraste est naturellement exploité par les médias russes pour marquer le point face à un monde occidental de plus en plus allergique aux libertés d’informer et d’expression et où des journalistes et des lanceurs d’alerte, voire de simples caricaturistes sont harcelés, enfermés ou assiégés dans des ambassades ou font encore face à des peines d’emprisonnement et, au cas où Assange sera extradé aux États-Unis, la peine de mort.

On est loin de l’ère où la Pravda était le synonyme de la langue de bois et d’imprimatur (ironie du sort, ce journal est devenu l’un des médias au ton le plus indépendant qui existent actuellement) et il semble que le recul réel et progressif des libertés fondamentales dans la plupart des pays de l’hémisphère occidentale offre un avantage comparatif aux puissances classées comme “révisionnistes” par le Département d’État US dont les membres à l’esprit fort archaïque sont toujours en retard d’un cycle ou d’une guerre froide.

Le champ de bataille réel de tout conflit se situe toujours quelque part entre vos cœurs et vos esprits.

Publicités

2 Replies to “PsyOp: comment Moscou a crée et utilisé le contraste entre les Affaires “Galunov” et “Assange” pour gagner des points

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.