9/11 and the Green Scare: It’s High Time for a Paradigm Shift-By Amir Nour (1) 1
Analysis

9/11 and the Green Scare: It’s High Time for a Paradigm Shift-By Amir Nour (1)

“War: A massacre of people who don’t know each other for the profit of people who know each other but don’t massacre each other”
(Paul Valéry)

A nation and a world transformed

Until recently, historians have looked at the past essentially through Eurocentric or Western-centric lens. Their worldview has therefore been heavily centered on and biased towards Western civilization, chiefly in the form of apologetic stances and narratives with regard to colonialism and imperialism.

However, globalization has considerably altered scholars’ approach to history, and it’s no longer possible to study nations in isolation or to understand global history as emanating exclusively from the West.

That’s why a new discipline called “Global history” emerged in the 1980’s as a dynamic, innovative and productive field of scholarly inquiry, one that takes the connectedness of the world as its point of departure, and the world’s past as an integrated whole. Such an evolution obviously poses a fundamental challenge to the premises and methods of the henceforth outmoded and, often, truncated or insular Western-centric perspective.

A case in point in this respect is the story of 9/11 in relation to the so-called “Islamist” or even “Islamic” terrorism.

7878.jpg

In the words of Mark LeVine[2], on September 11, 2001, a clash of civilizations that had been brewing for decades finally erupted, splitting the world in two.

On one side, the forces of Good, a coalition of the willing committed to promoting liberty and combating terror wherever it appears. On the other, the Axis of Evil, an unholy alliance of religious extremists who hate freedom and are prepared to go to any lengths to suppress it. United only by their mutual hatred and incomprehension, the West and the Muslim world can never be reconciled with one another. The end of history has come, and it is time to choose sides. You’re either with us, or you’re against us. This is, LeVine explains, at least what “they want us to think”.

In fact, on 22 July, 2004, ten commissioners—five Republicans and five Democrats—came together to present “without dissent” the narrative of their official report on that story and the recommendations that flow from it to the President of the United States, the Congress, and the American people for their consideration. They stated that : “At 8:46 on the morning of September 11, 2001, the United States became a nation transformed (…) More than 2,600 people died at the World Trade Center, 125 died at the Pentagon, 256 died on the four planes. The death toll surpassed that of Pearl Harbor in December 1941. This immeasurable pain was inflicted by 19 young Arabs acting at the behest of Islamic extremists headquartered in distant Afghanistan”. They also said that “the enemy is not just ‘terrorism’. It is the threat posed specifically by Islamist terrorism, by Bin Laden and others who draw on a long tradition of extreme intolerance within a minority strain of Islam that does not distinguish politics from religion, and distorts both (…) Thus our strategy must match our means to two ends: dismantling the al Qaeda network and, in the long term, prevailing over the ideology that contributes to Islamist terrorism”.

Four years after the publication of this report, Philip Shenon, a veteran investigative reporter at The New York Times, wrote a book[3] in which he investigated the 9/11 investigators. Among other findings, he revealed: stunning shortcomings in the Commission’s work; who influenced its findings; how political considerations interfered; and what didn’t make into the final report. Among other discoveries he made : how the executive director of the Commission, Philip Zelikov, maintained a clandestine relationship with Karl Rove and took actions that were seen as shielding President G. W. Bush and Condoleezza Rice from the panel’s scrutiny ; how Vice President Dick Cheney tried to pressure the Commission to change its assessment of his actions on 9/11 ; how the Commission was used to justify the invasion of Iraq ; and, most importantly , how the events of 9/11 could have been avoided and why the Commission could not tell the whole story.

Back in 1947, historian Charles Beard said that the foreign policy of Presidents Roosevelt and Truman could best be described as “perpetual war for perpetual peace”. Borrowing from Beard’s phrase for the title of his book[4] published in 2002, Gore Vidal claimed that “fifty years ago, Harry Truman replaced the old republic with a national-security state whose sole purpose is to wage perpetual wars, hot, cold, and tepid (…) Although we stigmatize other societies as rogue states, we ourselves have become the largest rogue state of all. We honor no treaties. We spurn international courts. We strike unilaterally wherever we choose. We give orders to the United Nations but do not pay our dues. We complain of terrorism, yet our empire is now the greatest terrorist of all. We bomb, invade, subvert other states. Although We the people of the United States are the sole source of legitimate authority in this land, we are no longer represented in Congress Assembled. Our Congress has been hijacked by corporate America and its enforcer, the imperial military machine. We the unrepresented people of the United States are as much victims of this militarized government as the Panamanians, Iraqis, or Somalians. We have allowed our institutions to be taken over in the name of a globalized American Empire that is totally alien in concept to anything our founders had in mind”.

Narrative vs. facts

More than sixteen years after the 9/11 events, the official narrative of such a sophisticated and ruthless act of terrorism, which constituted a watershed in American and world history, is still debated and questioned by many, both in the United States and overseas.

So is the case, for instance, according to the results of a poll conducted by the Wilkinson College of Arts, Humanities, and Social Sciences, titled “The Chapman University Survey on American Fears Wave 3”, published in October 2016. It consisted of questions about levels of belief in nine different popular conspiracies/conspiracy theories. Thus, the most prevalent conspiracy theory in the United States (54.3% of the sample) is that “the government is concealing information about 9/11 attacks with slightly over half of Americans holding that belief”. The survey also found strong evidence that “the United States is a strongly conspirational society”. Only about a fourth of Americans (26%) disagreed or strongly disagreed with all nine conspiracy theories. The remaining three-fourths (74%) of the population finds at least one conspiracy theory somewhat convincing; if not more than one. Fully 10% of the sample agreed or strongly agreed with all nine conspiracies.

Surveys like this one and other studies do not seem, however, to have had any resonance with opinion makers in the US and, in a lesser extent, elsewhere. Their certainties are set in stone, no matter what: “There is war on. And the war is against all of Western civilization (…) If we do not destroy the scourge of radical Islam, it will ultimately destroy Western civilization (…) Political correctness of not discriminating against Muslims is getting us killed”.

The quote is from Kathleen Troia McDonald Farland, a former Deputy National Security Adviser to US President Donald Trump, whose renomination as ambassador to Singapore was sent to the Senate for confirmation as recently announced by the White House. Both her attitude and new appointment—endorsed by among others, Cold War veteran Henry Kissinger, for whom she worked in the 1970’s—come as no surprise. The would-be ambassador has worked in the Nixon, Ford, and Reagan administrations. In the latter administration, she worked as a speech writer to then Defense Secretary Casper Weinberger, whose 1984 “Weinberger Doctrine” laid out guidelines for circumstances in which the US should become involved in military operations overseas, and is echoed in the Trump administration’s “peace through strength” approach.

However, what is somewhat surprising is the kind of troubling and confusing discourse such as renowned journalist and author Fareed Zakaria’s—the son of an Indian politician and Islamic theologian. In an article titled “Why they hate us”[5], he wrote “The next time you hear of a terror attack—no matter where it is, no matter what the circumstances—you will likely think to yourself ‘It’s Muslims again’. And you will probably be right (…) That’s crucial to understand because it sheds light on the question ‘Why do they hate us?’ Islamic terrorists don’t just hate America or the West. They hate the modern world, and they particularly hate Muslims who are trying to live in the modern world”.

No wonder with such a dominant perception to come across an opinion like the one written by Thomas L. Friedman in October 2017, in the wake of the mass murder committed by an American citizen killer, armed to the teeth with military-style weapons acquired easily and legally because of “crazy lax gun laws”. Right from the outset, Friedman lamented “If only Stephen Paddock had been a Muslim. If only he had shouted ‘Allahu Akbar’ before he opened fire on all those concertgoers in Las Vegas. If only he had been a member of ISIS. If only he had a picture of him posing with a Quran in one hand and his semiautomatic rifle in another (…) Then we know what we’d be doing. We’d be scheduling immediate hearing in Congress about the worst domestic terrorism event since 9/11”!

Now, how if we looked at the whole story of 9/11 and its aftermath through a “Global historian’s” lens, one that goes beyond the stereotypes and below of the radar of the all-pervasive, all-powerful Western mainstream media? The narrative would most likely go along the following lines.

During the past 200 years, no “Arab country” has ever attacked the West. How could it have been otherwise? About five hundred years ago, beginning with the Spanish and Portuguese, and thanks to its technological superiority, the West launched an ever-expanding process of military dominance and, later on, colonization.

Indeed, between 1492—which coincides with the end of the Arab rule in Andalusian Spain— and 1914, Europeans conquered 84% of the globe. They further extended their global reach after WWI, by dismantling the defeated Ottoman Empire and parceling out its Muslim provinces among the victorious powers. As a result, none of the great groups of Islam –outside Africa and the Dutch East Indies—was under the form of government that prevailed when the war began. In other words, 85% of the Muslims at that time (numbering in all 240 million) or six out of every seven living Muslims were ruled by Western powers.

In a convincingly argued book he wrote in 2015, combining wide reading, judicious use of data, and economic models, Philip T. Hoffman, who is Professor of Business Economics and History at the California Institute of Technology, asks the important question “Why did Europe conquer the World?” He demonstrates that conventional explanations—such as geography, epidemic disease, and the Industrial Revolution—fail to provide the right answers. Hoffman’s short answer to the question is that by fighting constant wars with each other—using gunpowder as a distinctive and decisive military technology—and never allowing a single hegemon to emerge, Western polities had greater and radically different incentives and opportunities compared to their counterparts elsewhere. This peculiar historical feature drove them to make and win wars.

Samuel Huntington, before Hoffman, did make the same argument—but is bizarrely seldom quoted on saying it—when he asserted that “The West won the world not by the superiority of its ideas or values or religion (to which few members of other civilizations were converted) but rather by its superiority in applying organized violence. Westerners often forget this fact; non-Westerners never do”.[6] He also warned that “to preserve Western civilization in the face of declining Western power, it is in the interest of the United States and European countries (…) to recognize that Western intervention in the affairs of other civilizations is probably the single most dangerous source of instability and potential global conflict in a multi-civilizational world”.[7]

It’s the economy, stupid

How does this historical retrospective relate to a subject dealing with the American involvement in the contemporary conflicts of the “Greater Middle East and North Africa”? The simple answer is to be found in the phrase coined by James Carville for Bill Clinton’s successful 1992 presidential campaign: “It’s the economy, stupid”.

Perhaps the best, most succinct and accurate explanation for this is the one put forward in 1999 by Thomas L. Friedman. In his book on globalization[8], he says “The hidden hand of the market will never work without a hidden fist. McDonald’s cannot flourish without McDonnell Douglas (…) And the hidden fist that keeps the world safe for Silicon Valley’s technologies to flourish is called the U.S. Army, Air Force, Navy and Marine Corps”.

Two years later, Andrew Bacevich explained the assumptions and purposes governing the exercise of American global power, in a deeply informed and impressive book.[9] Having examined the presidencies of George H. W. Bush and Bill Clinton—and George W. Bush’s first year in office—he found that those post-Cold War successive administrations have adhered to a well-defined “strategy of openness”. Motivated by imperative of economic expansion, that strategy, he says, aims to foster an open and integrated international order, or rather a global imperium, thereby perpetuating the undisputed primacy of the world’s sole superpower. The aggressive pursuit of such a strategic objective has met considerable resistance however. And in order to overcome such a resistance, U.S. policymakers have “with increasing frequency resorted to force, and military power has emerged as never before as the preferred instrument of American statecraft, resulting in the progressive militarization of U.S. foreign policy”.

As recalled by Antonia Juhasz[10], on September 20, 2001, U.S. Trade Representative Robert Zoellick announced that the Bush administration would be “countering terror with trade”! Indeed, in a Washington Post Op-Ed, he argued that “free trade” and “freedom” are inextricably linked and that trade “promotes the values at the heart of this protracted struggle”. And in the name of “fighting terror”, he called for a series of corporate globalization agreements—including negotiations to expand the World Trade Organization and East Track authority[11]—which had already been a matter of serious Congressional debate and conflict. And only four months later, in one of the most important State of the Union addresses ever, President Bush repeated Zoellick’s characterization of the September 11 events as an “opportunity” and called on Congress to pass his corporate globalization agenda, by explaining that “in this moment of opportunity, a common danger is erasing old rivalries (…) In every region, free markets and free trade and free societies are proving their power to lift lives. Together with friends and allies from Europe to Asia and Africa to Latin America, we will demonstrate that the forces of terror cannot stop the momentum of freedom”.[12] Juhasz concludes by saying that “the mantra, soon to be repeated in speech after speech by President Bush and his subordinates in the buildup to war, was that this administration would be ‘trading in freedom’. ‘Free trade’ and ‘free markets’ were synonymous with ‘freedom’, and the United States was willing to implement this theory with military force. It was pure imperial ambition, which the advocates of the Bush Agenda had been waiting for decades to implement”.

Indeed, the “Global War on Terror” launched by George W. Bush following the attacks of September 11, had a lot to do with the American economic system. This system—America’s brand of capitalism—writes Jacques R. Pauwels[13], functions first and foremost to make extremely rich Americans like the Bush “money dynasty” even richer ; without warm or cold wars, however, he adds, this system can no longer produce the expected result in the form of the ever-higher profits the moneyed and powerful of America consider as their birthright. Pauwels argues that the great strength of American capitalism is also its great weakness, namely it’s extremely high productivity, to which “Fordism” contributed to a large extent in the early 20th century. It’s this high productivity that led to the chaotic disharmony between the ever-increasing supply and the lagging demand, and ultimately to the “Great Depression” of 1929.

In the United States the crisis only ended during, and because of, WWII. Thus “economic demand rose spectacularly when the war which had started in Europe, and in which the USA itself was not an active participant before 1942, allowed American industry to produce unlimited amounts of war equipment. Between 1940 and 1945, the American state would spend no less than 185 billion dollars on such equipment, and the military expenditures’ share of the GDP thus rose from an insignificant 1.5 per cent to approximately 40 per cent. The main beneficiaries by far of this unprecedented wartime economic boom were the country’s business people and corporations, known as “Corporate America” or “Big business”. Between 1942 and 1945, writes the historian Stuart D. Brandes, the net profits of America’s 2,000 biggest firms were more than 40 per cent higher than during the period 1936-1939.

Nonetheless, with the return of peace in 1945, this unprecedented affluent period in America’s history was likely to be endangered by the ghost of a second “Great Depression” resulting from yet another severe imbalance between supply and demand. This meant that there had to be found “new enemies” and wars in order to justify the maintenance, or even the increase, of high levels of military and defense expenditures, which are considered vital to keep the wheels of America’s economy spinning. And so, the “Communist threat” provided the urgently needed foe, and the “Cold War” the bountiful theatre of struggle and competition between the then two “superpowers”, the United States and the Soviet Union.

As this situation came to an end with the collapse of the Berlin wall in 1989 and the breakup of the Soviet Empire in 1991, the United States, or rather, “Corporate America” found itself once again orphaned of the “necessary enemy”. Therefore, the United States, which, according to Zbigniew Brzezinsky, became “the first, the last, and only global superpower”, needed to conjure up new enemies and threats.

One has to recall in this respect the resounding key point made by Georgi Arbatov to a group of senior American officials in 1987: “We are going to do a terrible thing to you. We are going to deprive you of an enemy”.

It also has to be recalled that when G. W. Bush took office in 2000, he brought with him Vice President Dick Cheney, Secretary of Defense Donald Rumsfeld, and Deputy Secretary of Defense Paul Wolfowitz, all of whom had served together in Ronald Reagan’s and G. H. Bush’s administrations. In 1992, while he was in the Defense Department, Wolfowitz—long recognized as the intellectual force behind a radical neoconservative fringe of the Republican Party—was asked to write the first draft of a new National Security Strategy, a document entitled “The Defense Planning Guidance”.[14] The most controversial elements of that strategy were that the United States: should dramatically increase their defense spending; be willing to take preemptive military action; and be willing to use military force unilaterally, with or without allies.

A new Pearl Harbor?

ph41.jpg

Out of power during the Clinton administration, Wolfowitz and his colleagues presided over the creation, in 1997, of the Neoconservative think tank called “Project for a New American Century” (PNAC); which was placed under the chairmanship of William Kristol, the “Godfather” of American neoconservatism. And as soon as it was brought back to power within the G. W. Bush’s administration in 2000, Wolfowitz’s team got involved in shaping the U.S. neoconservative foreign policy, whose main principles were laid down in a defining document titled “Rebuilding America’s Defenses: Strategy, Forces and Resources for a New Century”.[15] This 90-page document was written in September of 2000, a full year before the 9/11 attacks.

Interestingly enough, in its section V entitled “Creating Tomorrow’s Dominant Force”, it stated that “the process of transformation, even if it brings revolutionary change, is likely to be a long one, absent some catastrophic and catalyzing event—like a new Pearl Harbor”.

One year later, that event would indeed arrive. And sixteen years later, the most important question of “what did really happen on September 11, 2001?” remains unanswered. Was it the result of a needed conspiracy to execute a premeditated plan? Or was it a mere coincidence exploited by believers in conspiracy theories? Only time WILL tell. However, what History HAS already recorded for sure is that this catastrophic 9/11 event for America brought about equally catastrophic consequences, both intended and unintended, for America itself, for the Arab and Islamic world, and for the entire world.

Reacting to a column[16] written by Thomas Friedman in the New York Times—in which he says that the big challenge the United States face in the Arab and Islamic world is “the narrative” about America’s supposedly negative role in the region—Stephen M. Walt asks the question, “How many Muslims has the United States killed in the past thirty years, and how many Americans have been killed by Muslims?”. He thinks that coming up with a precise answer is probably impossible; he nevertheless gives his “back-of-the-envelope” analysis, based on estimates he has, in his own words, “deliberately chosen to favor the United States” by specifically taking the low estimates of Muslim fatalities. Even so, he recognizes, the US “has killed nearly 30 Muslims for every American lost. The real ratio is probably much higher (…) Even though we had just cause and the right intentions in some cases [as in the first Gulf war], our actions were indefensible (maybe even criminal) in others”.[17]

The ratio Walt referred to is indeed much higher. According to a landmark study[18] released in March 2015 by the Washington DC-based Physicians for Social Responsibility (PRS), the death toll from 10 years of the “War on Terror” since the 9/11 attacks is at least 1.3 million, and could be as high as 2 million. The 97-page report, authored by a Nobel Peace Prize-winning doctors’ interdisciplinary group, is the first to tally up the total number of civilian casualties from US-led interventions in Iraq, Afghanistan and Pakistan. Yet, unsurprisingly, it has been almost completely blacked out by the English-language media. The PSR report is described by Dr Hans Von Sponeck, former UN Assistant Secretary-general, as “a significant contribution to narrowing the gap between reliable estimates and tendentious, manipulated or even fraudulent accounts”. The true body count could be even higher still…

In addition to this shocking death toll and the widespread devastation of infrastructure in so many Arab and Muslim towns and cities that once bustled with life, the events of September 11 laid the basis for the emergence of a vicious form of Islamophobia both in the United States and Europe in particular. This “Green Scare”—that has striking parallels with the “Red Scare” of the Cold War—is only feeding the scourges of terrorism, violent extremism, racism, xenophobia and, ultimately, the confrontation of all against all within a redoubtable “Clash of Civilization”.

Former President George W. Bush was perfectly right when he declared, on September 16, 2001, that “This crusade, this war on terrorism is going to take a while”. His Secretary of Defense, Donald Rumsfeld, was more explicit when he said that militarily, the United States was sailing into unchartered waters. He therefore warned that “what we’re engaged in is something that is very, very different from World War II, Korea, Vietnam, The Gulf war, Kosovo, Bosnia, the kinds of things that people think of when they use the word ‘war’ or ‘campaign’ or ‘conflict’ ”.[19] Few days later, he admonished the American people—and the whole world, by extension—to “forget about ‘exit strategies’; we’re looking at a sustained engagement that carries no deadlines. We have no fixed rules about how to deploy our troops”[20]. For Rumsfeld, September 11 provided “the kind of opportunities that World War II offered, to refashion the world”. And as had been the case after Pearl Harbor in 1941, the chance to retaliate, Andrew Bacevich observed, “carried with it the chance to rectify. Thus, the code name that the Pentagon initially chose for its war against al Qaeda—scrapped only after complaints that it verged on being blasphemous—was Operation Infinite Justice”[21].

This war, like all other unjust wars—to borrow from George Orwell—was not meant to be won; it was meant to be continuous, in order to profit those who pull the strings of conflicts of this kind. And the flames of its fire, ignited in October 2001 with the invasion of Afghanistan, are still fanning. They are even spreading fiercely. Thus, between October 2015 and October 2017, the US “fought terror” in 76 countries, or 39% of the total number of countries in the world, according to data contained in Brown University’s latest “Costs of War” Project.[22] It is already the longest war in American history. And it’s not going to end until the American people stops believing its false narrative and the lies that have given birth to it.

It’s high time for such a salutary paradigm shift. One that—to paraphrase Mark LeVine again—radically challenges the assumptions and prejudices that have long been taken for granted by both liberals and conservatives in the United States; one that would help prevent Western and Muslim fundamentalists alike from exerting a noxious influence on their respective societies; one that calls into question the familiar “Why do Muslims hate US?” and replaces it with the unfamiliar “What if THEY don’t?”, or even “Why do Westerners hate Muslims?”.

In the meantime, this horrendous, unending, and, most importantly, unwinnable war has cost the United States dearly. Not only in terms of needless sacrifice of blood and treasure, as documented by scores of recent reports and studies, but also in geopolitical and moral terms. For the US has lost its primacy in the “New American Century” according to the Pentagon itself, and few in the world continue to give credit to a feckless moralizing by an “indispensable nation” whose successive governments preach peace while waging wars to end all peace…

This post-Cold War and post-9/11 watershed change in the status of the US superpower, and what it means for the “World to come”[23] will be the main topic of a forthcoming analysis.

Amir Nour

This article initially appeared in the Saker Blog on 12th March 2018

Direct link to the source: Here! 

 

Notes: 


  1. Algerian researcher in international relations, author of the book “L’Orient et l’Occident à l’heure d’un nouveau Sykes-Picot” (“The Orient and the Occident in time of a new Sykes-Picot”), Editions Alem El Afkar, Algiers, 2014: downloadable free of charge, by clicking on the following links:http://algerienetwork.com/blog/lorient-et-loccident-a-lheure-dun-nouveau-sykes-picot-par-amir-nour/ (French)
    بي-بيكhttp://algerienetwork.com/blog/العالم-العرعلى-موعد-مع-سايكس-و-ج/ (Arabic) ↑
  2. Mark LeVine, “Why They Don’t Hate Us: Lifting the Veil on the Axis of Evil”, Oneworld, Oxford, 2005. ↑
  3. Philip Shenon, “The Commission: The Uncensored History of the 9/11 Investigation”, Twelve, 2008. ↑
  4. Gore Vidal, “Perpetual War for Perpetual Peace: How We Got to Be So Hated”, Thunder’s Mouth Press/Nation Books, New York, 2002. ↑
  5. See CNN’s article http://edition.cnn.com/2016/04/08/opinions/why-they-hate-us-zakaria/index.html ↑
  6. Samuel P. Huntington, “The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order”, Simon & Schuster, 1996, P. 51. ↑
  7. Idem Pp. 311–312. ↑
  8. Thomas L. Friedman, “The Lexus and the Olive Tree: Understanding Globalization”, Farrar, Strauss and Giroux, New York, 1999. ↑
  9. Andrew J. Bacevich, “American Empire: The Realities and the Consequences of U.S. Diplomacy”, Harvard University Press, 2002. ↑
  10. Antonia Juhasz, “The Bush Agenda : Invading the World, One Economy at a Time”, ReganBooks/Harper Collins, New York, 2006. ↑
  11. Refers to legislation allowing the President to move trade bills through Congress quickly, by overriding core aspects of the usual democratic process. ↑
  12. Watch G. W. Bush’s first official address before a joint session of the Congress on the State of the Union, January 29, 2002, on C-Span : www.c-span.org/video/?168446-1/president-bush-state-union-address ↑
  13. Jacques R. Pauwels, “Why America Needs War”, Indymedia.be, 30 April, 2003. ↑
    See this document which has been declassified under authority of the Interagency Security classification Appeal Panel https://www.archives.gov/files/declassification/iscap/pdf/2008-003-docs1-12.pdf ↑
  14. Read the document on https://cryptome.org/rad.htm ↑
  15. Thomas L. Friedman, “America vs. the Narrative”, The New York Times, November 28, 2009.↑
  16. Stephen Walt, Foreign Policy magazine, 30 November 2009. ↑
  17. See http://www.psr.org/assets/pdfs/body-count.pdf ↑
  18. See “DoD News Briefing-Secretary Rumsfeld”, 20 September, 2001. ↑
  19. Read “Secretary Rumsfeld Interview With The New York Times”, 12 October, 2001. ↑
  20. Following the Sept. 11 attacks, the Department of Defense designated the military response as “Operation Infinite Justice”. The origins of the name can be traced back to the 1998 Operation Infinite Reach airstrikes against Osama bin Laden’s facilities in Afghanistan and Sudan in response to the bombings of U.S. embassies in Kenya and Tanzania. However, pursuant to the disclosure of Operation Infinite Justice, Muslim groups protested the name on the basis that their faith teaches that Allah is the only one that could provide “infinite justice”. The code name was thus changed to Operation Enduring Freedom on Sept. 25, 2001. ↑
  21. See http://watson.brown.edu/costsofwar/ . The “Cost of War” project, based at Brown University’s Watson Institute for International and Public Affairs, was launched in 2011 to document the costs of the post-9/11 wars, in a comprehensive fashion. ↑
  22. Read my analysis http://thesaker.is/the-neoconservatives-and-the-coming-world-a-response-to-the-questions-of-a-virtual-friend/ ↑



 

Publicités



');

31 Replies to “9/11 and the Green Scare: It’s High Time for a Paradigm Shift-By Amir Nour (1)

  1. Sommet mondial mafieux à Jérusalem, on atteint enfin le fond du problème.
    D’après l’article du « Réseau Voltaire », « Sommet tripartite secret de Jérusalem » du 11 juin 2019 supposé rédigé par Thierry Meyssan, http://www.voltairenet.org/article206703.html .
    Texte de Michel Dakar, chercheur en politique globale, autonome, Villequier ex-France, province coloniale de l’Empire ex-mondial israélo-US, nécrogène, en voie de désagrégation rapide, le 13 juin 2019.

    http://www.aredam.net/sommet-mondial-mafieux-a-jerusalem.html

    Illustration : http://www.aredam.net/mafia.html

    Nota : l’article du « Réseau Voltaire est reproduit in extenso en annexe du texte.

    1. bonjour, vous écrivez dans votre texte ‘sommet mondial mafieux en Palestine-occupée’

      ” (..) Ceci posé, il est temps d’aborder ce qui est réellement fondamental, et non pas au fond banal, la même histoire se répétant depuis environ 10 000 ans ” ;

      je vous invite à lire ces 60 pages rédigées par Resistance71:
      https://resistance71.files.wordpress.com/2018/05/manifeste-pour-la-societe-des-societes.pdf

      (sur votre site internet vous indiquez n’avoir pas encore émis d’avis / jugement sur le cas Resistance71, soyez assuré qu’ils vont au fond des choses et nomment les choses telles qu’elles sont (guerre civilo-globale en Syrie, 9/11, toussa toussa) au contraire des anarchoïdes de ‘lundimatin’ (www.lundi.am) pour ne prendre que ces imposteurs comme comparaison.

      (leur mot d’ordre ‘tiqqun’ est d’origine kabbalistique a priori, ambiance ambiance..)

  2. ci dessous la traduction de l’article !
    attention le troisième paragraphe se trouve tout en bas !

  3. “Guerre : un massacre de gens qui ne se connaissent pas pour le profit de gens qui se connaissent mais qui ne se massacrent pas.”
    (Paul Valéry)

    Une nation et un monde transformés

    Jusqu’à tout récemment, les historiens ont regardé le passé essentiellement sous l’angle eurocentrique ou occidental. Leur vision du monde a donc été fortement centrée sur la civilisation occidentale et biaisée en faveur de celle-ci, principalement sous la forme de positions et de récits apologétiques concernant le colonialisme et l’impérialisme.

    Cependant, la mondialisation a considérablement modifié l’approche des chercheurs à l’égard de l’histoire, et il n’est plus possible d’étudier les nations isolées ou de comprendre l’histoire mondiale comme émanant exclusivement de l’Occident.

    C’est pourquoi une nouvelle discipline appelée ” histoire mondiale ” est apparue dans les années 1980 comme un domaine de recherche scientifique dynamique, novateur et productif, qui prend comme point de départ la connectivité du monde et le passé du monde comme un tout intégré. Une telle évolution pose évidemment un défi fondamental aux prémisses et aux méthodes de la perspective désormais démodée et, souvent, tronquée ou insulaire de l’Occident.

    Un exemple à cet égard est l’histoire du 11 septembre par rapport au terrorisme dit “islamiste” ou même “islamique”.
    *************************************************************

    1. Comme l’a dit Mark LeVine[2], le 11 septembre 2001, un choc de civilisations qui se préparait depuis des décennies a finalement éclaté, divisant le monde en deux.

      D’un côté, les forces du Bien, une coalition de volontaires engagés à promouvoir la liberté et à combattre le terrorisme où qu’il apparaisse. De l’autre, l’Axe du Mal, une alliance impie d’extrémistes religieux qui détestent la liberté et sont prêts à tout faire pour la supprimer. Unis seulement par leur haine et leur incompréhension mutuelles, l’Occident et le monde musulman ne peuvent jamais se réconcilier. La fin de l’histoire est arrivée et il est temps de choisir son camp. Soit tu es avec nous, soit tu es contre nous. C’est du moins, explique LeVine, ce qu'”ils veulent que nous pensions”.

      En fait, le 22 juillet 2004, dix commissaires – cinq républicains et cinq démocrates – se sont réunis pour présenter ” sans dissidence ” le récit de leur rapport officiel sur cette histoire et les recommandations qui en découlent au Président des États-Unis, au Congrès et au peuple américain pour examen. Ils ont déclaré que : “A 8h46 du matin du 11 septembre 2001, les Etats-Unis sont devenus une nation transformée (…) Plus de 2 600 personnes sont mortes au World Trade Center, 125 au Pentagone, 256 dans les quatre avions. Le nombre de morts a dépassé celui de Pearl Harbor en décembre 1941. Cette douleur incommensurable a été infligée par 19 jeunes Arabes agissant à la demande d’extrémistes islamiques basés dans un lointain

      1. Quatre ans après la publication de ce rapport, Philip Shenon, un journaliste d’investigation chevronné du New York Times, a écrit un livre[3] dans lequel il enquêtait sur les enquêteurs du 11 septembre. Entre autres constatations, il a révélé : des lacunes étonnantes dans le travail de la Commission ; qui a influencé ses conclusions ; comment les considérations politiques sont intervenues ; et ce qui n’a pas été inclus dans le rapport final. Entre autres découvertes, il a fait : comment le directeur exécutif de la Commission, Philip Zelikov, a maintenu une relation clandestine avec Karl Rove et a pris des mesures qui ont été perçues comme protégeant le président G. W. Bush et Condoleezza Rice de l’examen du groupe d’experts – comment le vice-président Dick Cheney a essayé de faire pression sur la Commission pour qu’elle change son évaluation de ses actions le 11 septembre – comment la Commission a été utilisée pour justifier l’invasion de l’Irak – et, surtout, comment les événements du 11 septembre auraient pu être évités et pourquoi la Commission ne pouvait raconter l’histoire entière.

        1. En 1947, l’historien Charles Beard disait que la politique étrangère des présidents Roosevelt et Truman pouvait être qualifiée de “guerre perpétuelle pour une paix perpétuelle”. Empruntant à la phrase de Beard pour le titre de son livre[4] publié en 2002, Gore Vidal affirmait qu'”il y a cinquante ans, Harry Truman a remplacé l’ancienne république par un État de sécurité nationale dont le seul but est de mener des guerres perpétuelles, chaudes, froides et tièdes (…) Bien que nous stigmatisions les autres sociétés comme États voyous, nous sommes devenus le plus grand État voyous de tous. Nous n’honorons aucun traité. Nous rejetons les tribunaux internationaux. Nous frappons unilatéralement où bon nous semble. Nous donnons des ordres aux Nations Unies mais nous ne payons pas nos cotisations. Nous nous plaignons du terrorisme, mais notre empire est maintenant le plus grand terroriste de tous. Nous bombardons, envahissons, subvertissons d’autres états. Bien que Nous, le peuple des États-Unis, soyons la seule source d’autorité légitime dans ce pays, nous ne sommes plus représentés au Congrès Assemblé. Notre Congrès a été détourné par l’Amérique des affaires et son exécuteur, la machine militaire impériale.

          1. Nous avons permis à nos institutions d’être reprises au nom d’un empire américain mondialisé dont le concept est totalement étranger à ce que nos fondateurs avaient en tête.
            Récit vs. faits
            Plus de seize ans après les événements du 11 septembre 2001, le récit officiel d’un acte terroriste aussi sophistiqué et impitoyable, qui a marqué un tournant dans l’histoire américaine et mondiale, est encore débattu et remis en question par beaucoup, aux États-Unis et à l’étranger.
            C’est le cas, par exemple, selon les résultats d’un sondage réalisé par le Wilkinson College of Arts, Humanities, and Social Sciences, intitulé “The Chapman University Survey on American Fears Wave 3″, publié en octobre 2016. Il s’agissait de questions sur les niveaux de croyance dans neuf différentes théories populaires de conspirations et de complot. Ainsi, la théorie de conspiration la plus répandue aux États-Unis (54,3 % de l’échantillon) est que ” le gouvernement cache des informations sur les attentats du 11 septembre, un peu plus de la moitié des Américains ayant cette conviction “. L’enquête a également trouvé des preuves solides que “les États-Unis sont une société fortement conspirationniste”. Seulement environ un quart des Américains (26 %) étaient en désaccord ou fortement en désaccord avec les neuf théories du complot. Les trois quarts restants (74 %) de la population trouvent au moins une théorie de conspiration quelque peu convaincante, sinon plus d’une.

          2. Au moins 10 % de l’échantillon étaient d’accord ou tout à fait d’accord avec les neuf complots.
            Des enquêtes comme celle-ci et d’autres études ne semblent cependant pas avoir eu de résonance auprès des faiseurs d’opinion aux États-Unis et, dans une moindre mesure, ailleurs. Leurs certitudes sont gravées dans la pierre, quoi qu’il arrive : “Il y a la guerre. Et la guerre est contre toute la civilisation occidentale (…) Si nous ne détruisons pas le fléau de l’islam radical, elle finira par détruire la civilisation occidentale (…) Le politiquement correct de ne pas discriminer les musulmans nous fait tuer”.

            La citation est de Kathleen Troia McDonald Farland, ancienne conseillère adjointe à la sécurité nationale auprès du président américain Donald Trump, dont la nomination comme ambassadeur à Singapour a été envoyée au Sénat pour confirmation, comme l’a récemment annoncé la Maison Blanche. Son attitude et sa nouvelle nomination, appuyée entre autres par Henry Kissinger, un vétéran de la guerre froide pour qui elle a travaillé dans les années 1970, ne sont pas une surprise. Le futur ambassadeur a travaillé dans les administrations Nixon, Ford et Reagan. Dans cette dernière administration, elle a travaillé comme rédactrice de discours pour le secrétaire à la Défense de l’époque, Casper Weinberger, dont la “Doctrine Weinberger” de 1984 établissait des lignes directrices pour les circonstances dans lesquelles les Etats-Unis devaient s’engager dans des opérations militaires…

          3. …opérations militaires à l’étranger, et elle est reprise dans l’approche “peace through strength” du gouvernement Trump.

            Cependant, ce qui est quelque peu surprenant, c’est le genre de discours troublant et déroutant comme celui du célèbre journaliste et auteur Fareed Zakaria, fils d’un politicien indien et théologien islamique. Dans un article intitulé “Pourquoi ils nous haïssent”[5], il écrit : “La prochaine fois que vous entendrez parler d’un attentat terroriste – peu importe où il est, peu importe les circonstances – vous vous direz probablement : “Ce sont encore des musulmans”. Et vous aurez probablement raison (…) C’est crucial à comprendre car cela éclaire la question’Pourquoi nous détestent-ils ? Les terroristes islamiques ne détestent pas seulement l’Amérique ou l’Occident. Ils détestent le monde moderne, et ils détestent particulièrement les musulmans qui essaient de vivre dans le monde moderne”.
            Rien d’étonnant à ce que l’opinion de Thomas L. Friedman en octobre 2017, à la suite du massacre d’un tueur citoyen américain, armé jusqu’aux dents d’armes de type militaire acquises facilement et légalement grâce à des “lois laxistes et folles sur les armes à feu”, soit une perception aussi dominante que celle qu’il a écrite. Dès le début, Friedman se lamentait : “Si seulement Stephen Paddock avait été musulman. Si seulement il avait crié’Allahu Akbar’ avant d’ouvrir le feu sur tous ces spectateurs à Las Vegas.

          4. Si seulement il avait été membre d’ISIS. Si seulement il avait une photo de lui posant avec un Coran dans une main et son fusil semi-automatique dans une autre (…) Alors nous savons ce que nous ferions. Nous serions en train de programmer une audience immédiate au Congrès au sujet du pire attentat terroriste domestique depuis le 11 septembre 2001 !

            Maintenant, que diriez-vous si nous examinions toute l’histoire du 11 septembre et de ses conséquences à travers l’optique d’un “historien mondial”, une optique qui dépasse les stéréotypes et qui se situe en dessous du radar des médias occidentaux omniprésents et tout-puissants du courant dominant ? L’exposé narratif suivrait très probablement les lignes suivantes.

            Au cours des 200 dernières années, aucun “pays arabe” n’a jamais attaqué l’Occident. Comment aurait-il pu en être autrement ? Il y a environ cinq cents ans, en commençant par les Espagnols et les Portugais, et grâce à sa supériorité technologique, l’Occident a lancé un processus toujours croissant de domination militaire et, plus tard, de colonisation.

            En effet, entre 1492 – qui coïncide avec la fin de la domination arabe en Espagne andalouse – et 1914, les Européens ont conquis 84% du globe. Après la Première Guerre mondiale, ils ont encore étendu leur portée mondiale en démantelant l’Empire ottoman vaincu et en divisant ses provinces musulmanes entre les puissances victorieuses. Par conséquent, aucun des grands groupes de l’islam –

          5. -à l’extérieur de l’Afrique et des Indes orientales néerlandaises – était sous la forme du gouvernement qui prévalait au début de la guerre. En d’autres termes, 85% des musulmans de l’époque (240 millions en tout), soit six musulmans sur sept vivants, étaient gouvernés par des puissances occidentales.

            Dans un livre argumenté et convaincant qu’il a écrit en 2015, combinant une large lecture, une utilisation judicieuse des données et des modèles économiques, Philip T. Hoffman, qui est professeur d’économie des affaires et d’histoire au California Institute of Technology, pose la question importante “Pourquoi l’Europe a-t-elle conquis le monde ? Il démontre que les explications conventionnelles – comme la géographie, les épidémies et la révolution industrielle – ne parviennent pas à fournir les bonnes réponses. La réponse courte de Hoffman à la question est qu’en menant des guerres constantes les unes avec les autres – en utilisant la poudre à canon comme une technologie militaire distinctive et décisive – et en ne permettant jamais à un seul hégémon d’émerger, les politiques occidentales avaient des incitations et des opportunités plus importantes et radicalement différentes que leurs homologues ailleurs. Cette particularité historique les a poussés à faire et à gagner des guerres.

          6. Samuel Huntington, avant Hoffman, a fait le même argument – mais il est étrangement rarement cité en le disant – lorsqu’il a affirmé que ” l’Occident a gagné le monde non pas par la supériorité de ses idées, de ses valeurs ou de sa religion (auxquelles quelques membres d’autres civilisations se sont convertis) mais plutôt par sa supériorité en appliquant la violence organisée. Les Occidentaux oublient souvent ce fait ; les non-occidentaux ne l’oublient jamais “[6] Il a également averti que ” pour préserver la civilisation occidentale face au déclin de la puissance occidentale, il est dans l’intérêt des Etats-Unis et des pays européens (…) de reconnaître que l’intervention occidentale dans les affaires des autres civilisations est probablement la source la plus dangereuse d’instabilité et de conflit global potentiel dans un monde multi-civilisationnel “[7].

            C’est l’économie, imbécile.

            Comment cette rétrospective historique se rapporte-t-elle à un sujet traitant de l’implication américaine dans les conflits contemporains du “Grand Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord” ? La réponse simple se trouve dans la phrase inventée par James Carville pour la campagne présidentielle réussie de Bill Clinton en 1992 : “C’est l’économie, idiot”.

            L’explication la meilleure, la plus succincte et la plus exacte est peut-être celle avancée en 1999 par Thomas L. Friedman. Dans son livre sur la mondialisation[8], il dit : “La main cachée du marché ne fonctionnera jamais sans un poing caché.

          7. McDonald’s ne peut pas prospérer sans McDonnell Douglas (…) Et le poing caché qui permet aux technologies de la Silicon Valley de prospérer dans le monde s’appelle l’U.S. Army, Air Force, Navy et Marine Corps”.

            Deux ans plus tard, Andrew Bacevich expliquait dans un livre très bien documenté et impressionnant les hypothèses et les objectifs qui régissent l’exercice de la puissance mondiale américaine[9] Après avoir examiné les présidences de George H. W. Bush et Bill Clinton – et la première année au pouvoir de George W. Bush – il a constaté que ces administrations successives après la Guerre froide ont adhéré à une “stratégie d’ouverture” bien définie. Motivée par l’impératif de l’expansion économique, cette stratégie, dit-il, vise à favoriser un ordre international ouvert et intégré, ou plutôt un imperium mondial, perpétuant ainsi la primauté incontestée de la seule superpuissance du monde. La poursuite agressive d’un tel objectif stratégique s’est toutefois heurtée à une résistance considérable. Et pour surmonter une telle résistance, les décideurs politiques américains ont de plus en plus souvent recours à la force, et la puissance militaire s’est imposée comme jamais auparavant comme l’instrument privilégié de l’appareil d’État américain, ce qui a entraîné la militarisation progressive de la politique étrangère américaine.

          8. Comme l’a rappelé Antonia Juhasz[10], le 20 septembre 2001, le représentant américain au commerce Robert Zoellick a annoncé que l’administration Bush allait ” contrer le terrorisme par le commerce ” ! En effet, dans un éditorial du Washington Post, il a soutenu que “le libre-échange” et la “liberté” sont inextricablement liés et que le commerce “promeut les valeurs qui sont au cœur de cette longue lutte”. Et au nom de la ” lutte contre le terrorisme “, il a appelé à une série d’accords de mondialisation des entreprises – y compris des négociations visant à étendre l’Organisation mondiale du commerce et l’autorité de l’East Track[11] – qui avaient déjà fait l’objet de débats et de conflits sérieux au Congrès. Et seulement quatre mois plus tard, dans l’un des discours les plus importants sur l’état de l’Union jamais prononcés, le président Bush a répété la qualification des événements du 11 septembre par Zoellick comme une “opportunité” et a appelé le Congrès à adopter son programme de mondialisation des entreprises, en expliquant que “dans ce moment d’opportunité, un danger commun efface de vieilles rivalités ( ?) Dans chaque région, les marchés libres et les sociétés libres font leurs preuves pour améliorer des vies. Avec nos amis et alliés d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, nous démontrerons que les forces de la terreur ne peuvent arrêter la dynamique de la liberté “[12]

          9. Juhasz conclut en disant que ” le mantra, qui sera bientôt répété dans les discours du président Bush et de ses subordonnés dans la préparation de la guerre, était que cette administration ferait le ” commerce de la liberté “. Le ” libre-échange ” et le ” libre marché ” étaient synonymes de ” liberté “, et les États-Unis étaient prêts à appliquer cette théorie par la force militaire. C’était une ambition purement impériale, que les partisans de l’Agenda Bush attendaient depuis des décennies pour la mettre en œuvre”.

            En effet, la “guerre mondiale contre le terrorisme” lancée par George W. Bush à la suite des attentats du 11 septembre, avait beaucoup à voir avec le système économique américain. Ce système – le capitalisme américain – écrit Jacques R. Pauwels[13], sert avant tout à enrichir encore plus les Américains extrêmement riches comme la “dynastie de l’argent” de Bush ; sans guerre chaude ou froide, cependant, ajoute-t-il, ce système ne peut plus produire le résultat attendu sous la forme des profits toujours plus élevés que les riches et puissants d’Amérique considèrent comme leur droit naturel. Pauwels soutient que la grande force du capitalisme américain est aussi sa grande faiblesse, à savoir sa productivité extrêmement élevée, à laquelle le “fordisme” a contribué dans une large mesure au début du XXe siècle.

          10. C’est cette productivité élevée qui a conduit à la discordance chaotique entre l’offre sans cesse croissante et la demande en retard, et finalement à la “Grande Dépression” de 1929.

            Aux États-Unis, la crise n’a pris fin qu’au cours de la Seconde Guerre mondiale et à cause de celle-ci. Ainsi, ” la demande économique a augmenté de façon spectaculaire lorsque la guerre qui a commencé en Europe, et à laquelle les Etats-Unis eux-mêmes n’ont pas participé activement avant 1942, a permis à l’industrie américaine de produire des quantités illimitées de matériel de guerre. Entre 1940 et 1945, l’État américain dépensera pas moins de 185 milliards de dollars pour de tels équipements, et la part des dépenses militaires dans le PIB passe ainsi de 1,5 % à environ 40 %. Les principaux bénéficiaires de ce boom économique sans précédent en temps de guerre ont été, de loin, les hommes d’affaires et les entreprises du pays, connues sous le nom de “Corporate America” ou “Big business”. Entre 1942 et 1945, écrit l’historien Stuart D. Brandes, les bénéfices nets des 2 000 plus grandes entreprises américaines ont été supérieurs de plus de 40 % à ceux de la période 1936-1939.

            Néanmoins, avec le retour de la paix en 1945, cette période d’abondance sans précédent dans l’histoire de l’Amérique risquait d’être menacée par le fantôme d’une deuxième “Grande Dépression” résultant d’un nouveau déséquilibre grave entre l’offre et la demande.

          11. Il fallait donc trouver de “nouveaux ennemis” et de “nouvelles guerres” pour justifier le maintien, voire l’augmentation, de dépenses militaires et de défense élevées, considérées comme vitales pour faire tourner les roues de l’économie américaine. C’est ainsi que la “menace communiste” a fourni l’ennemi dont on avait un besoin urgent, et la “guerre froide” le théâtre généreux de la lutte et de la compétition entre les deux “superpuissances” de l’époque, les États-Unis et l’Union soviétique.

            Lorsque cette situation a pris fin avec la chute du mur de Berlin en 1989 et l’éclatement de l’empire soviétique en 1991, les Etats-Unis, ou plutôt “Corporate America”, se sont retrouvés à nouveau orphelins de “l’ennemi nécessaire”. Par conséquent, les Etats-Unis, qui, selon Zbigniew Brzezinsky, sont devenus “la première, la dernière et la seule superpuissance mondiale”, devaient conjurer de nouveaux ennemis et menaces.

            Il convient de rappeler à cet égard la remarque clé de Georgi Arbatov devant un groupe de hauts responsables américains en 1987 : “Nous allons vous faire une chose terrible. Nous allons vous priver d’un ennemi”.

            Il convient également de rappeler que lorsque G. W. Bush est entré en fonction en 2000, il a emmené avec lui le vice-président Dick Cheney, le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld et le secrétaire adjoint à la Défense Paul Wolfowitz, qui avaient tous servi ensemble dans les administrations de Ronald Reagan et G. H. Bush. En 1992, alors qu’il était au ministèr

          12. En 1992, alors qu’il était au ministère de la Défense, Wolfowitz – longtemps reconnu comme la force intellectuelle derrière une frange néoconservatrice radicale du Parti républicain – a été invité à rédiger la première ébauche d’une nouvelle stratégie de sécurité nationale, un document intitulé ” The Defense Planning Guidance “[14] Les éléments les plus controversés de cette stratégie étaient que les États-Unis : devraient augmenter considérablement leurs dépenses de défense ; être disposés à mener une action militaire préventive et être disposés à utiliser la force militaire unilatéralement, avec ou sans alliés.

            Un nouveau Pearl Harbor ?

            Hors du pouvoir sous l’administration Clinton, Wolfowitz et ses collègues ont présidé la création, en 1997, du groupe de réflexion néoconservateur “Project for a New American Century” (PNAC), placé sous la présidence de William Kristol, le “Parrain” du néoconservatisme américain. Et dès son retour au pouvoir au sein de l’administration de G.W. Bush en 2000, l’équipe de Wolfowitz s’est impliquée dans l’élaboration de la politique étrangère néoconservatrice américaine, dont les grands principes ont été définis dans un document définissant intitulé “Reconstruire les défenses de l’Amérique : 15] Ce document de 90 pages a été rédigé en septembre 2000, une année complète avant les attaques du 11 septembre 2001.

            Il est intéressant de noter que dans sa section V intitulée “Créer la force dominante de demain”, elle a déclaré que “le processus de

          13. “le processus de transformation, même s’il apporte des changements révolutionnaires, risque d’être long, en l’absence d’un événement catastrophique et catalyseur – comme un nouveau Pearl Harbor”.

            Un an plus tard, cet événement allait effectivement se produire. Et seize ans plus tard, la question la plus importante de “que s’est-il réellement passé le 11 septembre 2001” reste sans réponse. Était-ce le résultat d’un complot nécessaire pour exécuter un plan prémédité ? Ou s’agissait-il d’une simple coïncidence exploitée par les croyants aux théories du complot ? Seul le temps le dira. Cependant, ce que l’Histoire a déjà enregistré avec certitude, c’est que cet événement catastrophique du 11 septembre pour l’Amérique a eu des conséquences tout aussi catastrophiques, intentionnelles ou non, pour l’Amérique elle-même, pour le monde arabe et islamique, et pour le monde entier.

            Réagissant à une chronique[16] écrite par Thomas Friedman dans le New York Times – dans laquelle il dit que le grand défi auquel sont confrontés les Etats-Unis dans le monde arabe et islamique est “le récit” du rôle prétendument négatif de l’Amérique dans la région – Stephen M. Walt pose la question, “Combien de musulmans les Etats-Unis ont-ils tués en trente ans, et combien d’Américains ont été tués par les musulmans ? Il pense qu’il est probablement impossible d’apporter une réponse précise, mais il donne néanmoins son analyse du ” dos de l’enveloppe “, basée sur des estimations qu’il a, selon ses propres

          14. selon ses propres termes, ” délibérément choisi de favoriser les États-Unis ” en prenant spécifiquement les estimations basses des décès musulmans. Pourtant, reconnaît-il, les États-Unis “ont tué près de 30 musulmans pour chaque Américain perdu”. Le ratio réel est probablement beaucoup plus élevé (…) Même si nous avions une juste cause et de bonnes intentions dans certains cas[comme lors de la première guerre du Golfe], nos actions étaient indéfendables (peut-être même criminelles) dans d’autres”[17].

            Le ratio auquel Walt a fait référence est en effet beaucoup plus élevé. Selon une étude historique[18] publiée en mars 2015 par Physicians for Social Responsibility (PRS), basé à Washington DC, le bilan des dix années de “guerre contre le terrorisme” depuis les attentats du 11 septembre est d’au moins 1,3 million et pourrait atteindre 2 millions. Ce rapport de 97 pages, rédigé par un groupe interdisciplinaire de médecins, lauréat du prix Nobel de la paix, est le premier à comptabiliser le nombre total de victimes civiles des interventions menées par les États-Unis en Irak, en Afghanistan et au Pakistan. Pourtant, comme on pouvait s’y attendre, il a été presque complètement occulté par les médias de langue anglaise. Le rapport du PSR est décrit par le Dr Hans Von Sponeck, ancien Sous-secrétaire général de l’ONU, comme ” une contribution significative à réduire l’écart entre les estimations fiables et les comptes tendancieux, manipulés ou même frauduleux “. Le nombre réel de

          15. Le nombre réel de corps pourrait être encore plus élevé….

            En plus de ce nombre choquant de morts et de la dévastation généralisée des infrastructures dans tant de villes arabes et musulmanes qui, autrefois, bouillonnaient de vie, les événements du 11 septembre ont jeté les bases de l’émergence d’une forme vicieuse d’islamophobie, tant aux États-Unis qu’en Europe en particulier. Cette “peur verte” – qui a des parallèles frappants avec la “peur rouge” de la guerre froide – ne fait qu’alimenter les fléaux du terrorisme, de l’extrémisme violent, du racisme, de la xénophobie et, finalement, la confrontation de tous contre tous dans un “choc redoutable des civilisations”.

            L’ancien président George W. Bush avait parfaitement raison lorsqu’il a déclaré, le 16 septembre 2001, que “cette croisade, cette guerre contre le terrorisme va prendre du temps”. Son secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, a été plus explicite lorsqu’il a dit que militairement, les États-Unis naviguaient dans des eaux non affrétées. Il a donc averti que ” ce dans quoi nous sommes engagés est quelque chose de très, très différent de la Seconde Guerre mondiale, de la Corée, du Vietnam, de la guerre du Golfe, du Kosovo, de la Bosnie, des choses auxquelles les gens pensent quand ils utilisent les mots ” guerre ” ou ” campagne ” ou ” conflit ” “[19] Quelques jours plus tard, il a mis le peuple américain et le monde entier en demeure ” d’oublier les stratégies de sortie ” ; nous sommes face à un engagement . . .

          16. Nous sommes en présence d’un engagement soutenu qui ne comporte pas d’échéances. Nous n’avons pas de règles fixes sur la façon de déployer nos troupes”[20]. Pour Rumsfeld, le 11 septembre a fourni “le genre d’occasions qu’offrait la Seconde Guerre mondiale, pour remodeler le monde”. Et comme ce fut le cas après Pearl Harbor en 1941, la possibilité de riposter, observe Andrew Bacevich, ” avait la possibilité de rectifier la situation. Ainsi, le nom de code que le Pentagone a d’abord choisi pour sa guerre contre Al-Qaïda, mais qu’il n’a abandonné qu’après s’être plaint d’avoir failli blasphémer, était Opération Justice Infinie”[21].

            Cette guerre, comme toutes les autres guerres injustes – pour emprunter à George Orwell – n’était pas destinée à être gagnée ; elle se voulait continue, afin de profiter à ceux qui tirent les ficelles des conflits de ce genre. Et les flammes de son feu, allumé en octobre 2001 avec l’invasion de l’Afghanistan, continuent de s’allumer. Ils se répandent même avec férocité. Ainsi, entre octobre 2015 et octobre 2017, les Etats-Unis ont “combattu le terrorisme” dans 76 pays, soit 39% du nombre total de pays dans le monde, selon les données contenues dans le dernier projet “Costs of War” de l’Université Brown[22], qui est déjà la plus longue guerre de l’histoire américaine. Et cela ne s’arrêtera pas tant que le peuple américain n’aura pas cessé de croire à son faux récit et aux mensonges qui l’ont fait naître.

          17. Il est grand temps pour un changement de paradigme aussi salutaire. Une qui, pour paraphraser Mark LeVine encore une fois, remet radicalement en question les hypothèses et les préjugés qui ont longtemps été tenus pour acquis par les libéraux et les conservateurs aux États-Unis ; une qui aiderait à empêcher les fondamentalistes occidentaux et musulmans d’exercer une influence néfaste sur leurs sociétés respectives ; une qui remet en question le familier “Pourquoi les musulmans détestent-ils les États-Unis” et qui le remplace par le peu connu “Et si elles ne le faisaient pas” ou même “Pourquoi les musulmans des Occidentaux les détestent-ils ?

            Entre-temps, cette guerre horrible, interminable et, surtout, impossible à gagner, a coûté cher aux États-Unis. Non seulement en termes de sacrifices inutiles de sang et de trésors, comme en témoignent des dizaines de rapports et d’études récents, mais aussi en termes géopolitiques et moraux. Car les Etats-Unis ont perdu leur primauté dans le ” Nouveau siècle américain ” selon le Pentagone lui-même, et rares sont ceux dans le monde qui continuent de donner crédit à une morale impitoyable d’une ” nation indispensable ” dont les gouvernements successifs prêchent la paix tout en menant des guerres pour mettre fin à toute paix…

            Cette évolution du statut de la superpuissance américaine après la guerre froide et après le 11 septembre, et ce qu’elle signifie pour le “monde à venir”[23], sera le sujet principal d’une analyse à venir.
            Amir Nour

      2. d’extrémistes islamiques basés dans un lointain Afghanistan”. Ils ont également dit que ” l’ennemi n’est pas seulement le ” terrorisme “. C’est la menace posée spécifiquement par le terrorisme islamiste, par Ben Laden et d’autres qui s’appuient sur une longue tradition d’intolérance extrême au sein d’une minorité musulmane qui ne distingue pas la politique de la religion, et qui fausse les deux (…) Notre stratégie doit donc faire correspondre nos moyens à deux objectifs : démanteler le réseau Al-Qaida et, à terme, faire prévaloir l’idéologie qui contribue au terrorisme islamiste”.

    2. d’extrémistes islamiques basés dans un lointain Afghanistan”. Ils ont également dit que ” l’ennemi n’est pas seulement le ” terrorisme “. C’est la menace posée spécifiquement par le terrorisme islamiste, par Ben Laden et d’autres qui s’appuient sur une longue tradition d’intolérance extrême au sein d’une minorité musulmane qui ne distingue pas la politique de la religion, et qui fausse les deux (…) Notre stratégie doit donc faire correspondre nos moyens à deux objectifs : démanteler le réseau Al-Qaida et, à terme, faire prévaloir l’idéologie qui contribue au terrorisme islamiste”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.