Yemen War: Cruise Missile Strike on the Saudi Arabian Airport of Abha (South Front Video)
Publicités

Vous pourrez aussi aimer

Un commentaire sur “Yemen War: Cruise Missile Strike on the Saudi Arabian Airport of Abha (South Front Video)

  1. traduction :
    Le 12 juin, le mouvement Ansar Allah (également connu sous le nom de Houthis) a lancé un missile de croisière sur l’aéroport international d’Abha dans le sud de l’Arabie saoudite. Le mouvement a déclaré que le missile avait atteint avec succès l’aéroport, qui possède une grande partie militaire.

    Le général de brigade Yahya Sari, porte-parole de la partie pro-Ansar Allah des forces armées yéménites, a déclaré que les ” systèmes avancés de défense aérienne des États-Unis ” déployés à l’intérieur de l’aéroport n’ont pu intercepter le missile.

    A leur tour, les Saoudiens ont déclaré que le missile avait touché le hall d’arrivée de l’aéroport, blessant 26 civils, dont trois femmes et deux enfants. La plupart des civils blessés ont été soignés sur place. Huit d’entre eux ont été transportés dans des hôpitaux avoisinants.

    Un porte-parole de la coalition dirigée par les Saoudiens, le colonel Turki al-Malki, a qualifié le mouvement yéménite de groupe terroriste et a qualifié cette attaque de crime de guerre.

    Plus tard, la chaîne de télévision d’Ansar Allah, AlMasirah, a publié une infographie affirmant que le missile lancé a une portée maximale de 2 500 km. l’ogive a un poids de 450 kg et utilise le guidage GPS.

    Selon les experts, le missile utilisé pourrait en fait être un missile de croisière iranien Soumar assemblé à partir de pièces du Yémen. Le Soumar est un missile développé sur la base du missile de croisière subsonique Kh-55 de conception soviétique à lancement aérien. L’Iran a obtenu le Kh-55 de l’Ukraine dans les années 2000.

    Ansar Allah a l’habitude d’utiliser des armes guidées avec précision. En 2017, ils ont lancé ce que l’on soupçonne d’être un missile de croisière Soumar iranien sur la centrale nucléaire de Barakah, aux Émirats arabes unis.

    L’attaque du 12 juin n’est pas inattendue. Les forces yéménites qui résistent à l’invasion menée par les Saoudiens ont averti à plusieurs reprises l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis qu’elles sont prêtes à riposter en ciblant les infrastructures essentielles de ces deux pays.

    Le 16 mars, le général de brigade Yahya Sari a déclaré que les ” cibles légitimes ” pour les frappes de missiles et de drones s’étendaient à Riyad et Abu Dhabi. Le 14 mai, un drone frappé par Ansar Allah a forcé l’Arabie saoudite à interrompre temporairement le pompage de son gazoduc est-ouest de 1 200 km de long.

    Néanmoins, l’Arabie saoudite et ses alliés semblent réticents à mettre un terme à leur invasion militaire au Yémen, lancée en 2015, et à s’orienter vers une solution politique avec Ansar Allah, qui contrôle des parties clés du pays, notamment la capitale Sanaa et le port d’al-Hudaydah. La raison principale étant que les dirigeants saoudiens considèrent toute solution de ce type comme une acceptation de l’échec de leur coûteuse politique étrangère dans la région.

    En même temps, l’Arabie saoudite et les États-Unis considèrent le conflit qui se développe au Yémen comme un élément de leur campagne contre l’Iran, décrivant Ansar Allah comme un mandataire iranien. Ainsi, des événements semblables à ceux du 12 juin pourraient bien conduire les États-Unis et leurs alliés à d’autres tentatives d’accroître la pression sur l’Iran.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.