Analysis

Convenient “Tanker Attacks” As US Seeks War With Iran-by Tony Cartalucci

…it would be far more preferable if the United States could cite an Iranian provocation as justification for the airstrikes before launching them. Clearly, the more outrageous, the more deadly, and the more unprovoked the Iranian action, the better off the United States would be. Of course, it would be very difficult for the United States to goad Iran into such a provocation without the rest of the world recognizing this game, which would then undermine it.

Brookings Institution, “Which Path to Persia?” 2009

For the second time since the United States unilaterally withdrew from the so-called Iran Nuclear Deal, Western reports of “suspected attacks” on oil tankers near the Stait of Hormuz have attempted to implicate Iran.

o3.jpg

o4.jpg

The London Guardian in an article titled, “Two oil tankers struck in suspected attacks in Gulf of Oman,” would claim:

Two oil tankers have been hit in suspected attacks in the Gulf of Oman and the crews evacuated, a month after a similar incident in which four tankers in the region were struck.

o6.jpg

The article also claimed:

Gulf tensions have been close to boiling point for weeks as the US puts “maximum economic pressure” on Tehran in an attempt to force it to reopen talks about the 2015 nuclear deal, which the US pulled out of last year.

Iran has repeatedly said it has no knowledge of the incidents and did not instruct any surrogate forces to attack Gulf shipping, or Saudi oil installations.

The Guardian would admit that “investigations” into the previous alleged attacks in May carried out by the UAE found “sophisticated mines” were used, but fell short of implicating Iran as a culprit.

The article would note US National Security Advisor John Bolton would – without evidence – claim that Iran “was almost certainly involved.”

o2.jpg

All Too Convenient

This news of “attacked” oil tankers near the Stait of Hormuz blamed by the US on Iran – comes all too conveniently on the heels of additional steps taken by Washington to pressure Iran’s economy and further undermine the Iranian government.

The US just recently ended waivers for nations buying Iranian oil. Nations including Japan, South Korea, Turkey, China, and India will now face US sanctions if they continue importing Iranian oil.

Coincidentally, one of ships “attacked” this week was carrying “Japan-related cargo,” the Guardian would report.

Also convenient was the US’ recent designation of Iran’s Islamic Revolutionary Guard Corps (IRGC) just ahead of this series of provocations attributed to Iran.

AP in a May 2019 article titled, “President Trump Warns Iran Over ‘Sabotaged’ Oil Tankers in Gulf,” would claim:

Four oil tankers anchored in the Mideast were damaged by what Gulf officials described as sabotage, though satellite images obtained by The Associated Press on Tuesday showed no major visible damage to the vessels.

Two ships allegedly were Saudi, one Emirati, and one Norwegian. The article also claimed:

A U.S. official in Washington, without offering any evidence, told the AP that an American military team’s initial assessment indicated Iran or Iranian allies used explosives to blow holes in the ships.

And that:

The U.S. already had warned ships that “Iran or its proxies” could be targeting maritime traffic in the region. America is deploying an aircraft carrier and B-52 bombers to the Persian Gulf to counter alleged, still-unspecified threats from Tehran.

This more recent incident will likely be further exploited by the US to continue building up its military forces in the region, applying pressure on Iran, and moving the entire globe closer toward war with Iran.

The US has already arrayed its forces across the Middle East to aid in ongoing proxy wars against Iran and its allies as well as prepare for conventional war with Tehran itself.

All of this amounts to a renewed push toward a more direct conflict between the United States and Iran after years of proxy war in Syria Washington-backed forces have decisively lost.

It is also a continuation of long-standing US foreign policy regarding Iran put into motion over a decade ago and carried out by each respective presidency since.

Washington’s Long-Standing Plans

Continued sanctions and the elimination of waivers are part of Washington’s unilateral withdrawal from the Joint Comprehensive Plan of Action (JCPOA) or the “Iran Nuclear Deal.” The deal was signed in 2015 with the US withdrawing in 2018.

While the decision is portrayed as political differences between former US President Barack Obama and current US President Donald Trump – in reality – the plan’s proposal, signing, and then withdrawal from by the US was planned in detail as early as 2009 as a means of justifying long sought-after war with Iran.

In their 2009 paper, “Which Path to Persia?: Options for a New American Strategy Toward Iran” (PDF), the corporate-financier funded Brookings Institution would first admit the complications of US-led military aggression against Iran (emphasis added):

…any military operation against Iran will likely be very unpopular around the world and require the proper international context—both to ensure the logistical support the operation would require and to minimize the blowback from it.

The paper then lays out how the US could appear to the world as a peacemaker and depict Iran’s betrayal of a “very good deal” as the pretext for an otherwise reluctant US military response (emphasis added):

The best way to minimize international opprobrium and maximize support (however, grudging or covert) is to strike only when there is a widespread conviction that the Iranians were given but then rejected a superb offer—one so good that only a regime determined to acquire nuclear weapons and acquire them for the wrong reasons would turn it down. Under those circumstances, the United States (or Israel) could portray its operations as taken in sorrow, not anger, and at least some in the international community would conclude that the Iranians “brought it on themselves” by refusing a very good deal.

And from 2009 onward, this is precisely what the United States set out to achieve.

First with President Obama’s signing of the 2015 Iran Nuclear Deal, up to and including President Trump’s attempts to backtrack from it based on fabricated claims Iran failed to honor the agreement.

The 2009 policy paper also discussed “goading” Iran into war, claiming (emphasis added):

With provocation, the international diplomatic and domestic political requirements of an invasion [of Iran] would be mitigated, and the more outrageous the Iranian provocation (and the less that the United States is seen to be goading Iran), the more these challenges would be diminished. In the absence of a sufficiently horrific provocation, meeting these requirements would be daunting.

Unmentioned directly, but also an obvious method for achieving Washington’s goal of provoking war with Iran would be the US simply staging an “Iranian provocation” itself.

As the US had done in Vietnam following the Gulf of Tonkin incident, or US fabrications regardings “weapons of mass destruction” Washington claimed Iraq held in its possession, the US has a clear track record of not just simply provoking provocations, but staging them itself.
The Brookings paper even admits to the unlikelihood of Iran falling into Washington’s trap, lamenting (emphasis added):

…it is certainly the case that if Washington sought such a provocation, it could take actions that might make it more likely that Tehran would do so (although being too obvious about this could nullify the provocation). However, since it would be up to Iran to make the provocative move, which Iran has been wary of doing most times in the past, the United States would never know for sure when it would get the requisite Iranian provocation. In fact, it might never come at all.

The alleged sabotaging of oil tankers off the shore of the UAE in May and now additional “attacks” this month could be the beginning of a series of staged provocations aimed at leveraging the recent listing of the IRGC as a “terrorist organization” coupled with increased economic pressure as a result of US sanctions re-initiated after the US’ own withdrawal from the Iran Deal.

Synergies Toward War

The US has already attempted to leverage allegations in May of “Iranian sabotage” to further build its case against Iran. Washington hopes that either war – or at least the impending threat of war – coupled with crippling economic sanctions, and continued support of political and armed sedition within Iran itself will create the synergies required for dividing and destroying Iran’s political order.

In a wider regional context, the US has seen political losses particularly in Iraq where Iranian influence has been on the rise. Militarily, US-backed proxy forces have been defeated in Syria with Iran and Russia both establishing permanent and significant footholds there.

Despite the setbacks, the success of Washington’s designs against Tehran still depends mainly on America’s ability to offer political and economic incentives coupled with equally effective threats to friend and foe alike – in order to isolate Iran.

How likely this is to succeed remains questionable – decades of US sanctions, covert and overt aggression, as well as proxy wars have left Iran resilient and with more influence across the region now than ever. Still, Washington’s capacity for sowing regional destruction or dividing and destroying Iran should not be underestimated.

The intentional creation of – then withdrawal from the Iran Deal, the US’ persistent military presence in the Middle East, and sanctions aimed at Iran all indicate that US policymakers remain dedicated isolating and undermining Iran. It will continue to do so until its geopolitical goals are met, or until a new international order creates conditions in the Middle East and throughout the global economy making US regime change against Iran impossible.

Tony Cartalucci 

The Author is a Bangkok-based geopolitical researcher and writer, especially for the online magazine New Eastern Outlook
Direct Link to this article: https://journal-neo.org/2019/06/13/convenient-tanker-attacks-as-us-seeks-war-with-iran/

Publicités



');

3 Replies to “Convenient “Tanker Attacks” As US Seeks War With Iran-by Tony Cartalucci

  1. traduction :
    Des “attaques de tankers” pratiques alors que les Etats-Unis cherchent la guerre avec l’Iran – Par Tony Cartalucci

    …] il serait beaucoup plus préférable que les États-Unis puissent invoquer une provocation iranienne pour justifier les frappes aériennes avant de les lancer. De toute évidence, plus l’action iranienne est scandaleuse, plus elle est meurtrière et plus elle n’est pas provoquée, mieux les États-Unis s’en porteront. Bien sûr, il serait très difficile pour les États-Unis d’entraîner l’Iran dans une telle provocation sans que le reste du monde reconnaisse ce jeu, ce qui le minerait.

    – Brookings Institution, “Quel chemin vers la Perse ?” 2009

    Pour la deuxième fois depuis que les Etats-Unis se sont retirés unilatéralement de l’accord nucléaire avec l’Iran, les rapports occidentaux font état d'”attaques présumées” contre des pétroliers près du détroit d’Hormuz et tentent d’impliquer l’Iran.

    Le London Guardian, dans un article intitulé “Deux pétroliers frappés lors d’attaques présumées dans le golfe d’Oman”, affirmait-il :

    Deux pétroliers ont été touchés lors d’attaques présumées dans le golfe d’Oman et les équipages ont été évacués, un mois après un incident similaire au cours duquel quatre pétroliers de la région ont été touchés.

    L’article a également revendiqué :

    Les tensions dans le Golfe sont proches du point d’ébullition depuis des semaines alors que les Etats-Unis exercent une “pression économique maximale” sur Téhéran pour tenter de l’obliger à rouvrir les négociations sur l’accord nucléaire de 2015, dont les Etats-Unis se sont retirés l’année dernière.

    L’Iran a déclaré à plusieurs reprises qu’il n’avait pas connaissance de ces incidents et qu’il n’avait pas donné l’ordre à des forces de substitution d’attaquer les navires du Golfe ou les installations pétrolières saoudiennes.

    Le Guardian admettrait que les “enquêtes” sur les précédentes attaques présumées menées en mai par les Émirats arabes unis ont révélé l’utilisation de “mines sophistiquées”, mais n’ont pas réussi à impliquer l’Iran comme coupable.

    L’article indiquerait que le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, prétendrait – sans preuve – que l’Iran ” était presque certainement impliqué “.

    Trop pratique

    Cette nouvelle de l’attaque de pétroliers près du détroit d’Hormuz, que les États-Unis attribuent à l’Iran, arrive trop facilement après les mesures supplémentaires prises par Washington pour faire pression sur l’économie iranienne et miner davantage le gouvernement iranien.

    Les États-Unis viennent tout juste de mettre fin aux dérogations pour les pays qui achètent du pétrole iranien. Des pays comme le Japon, la Corée du Sud, la Turquie, la Chine et l’Inde vont maintenant faire face à des sanctions américaines s’ils continuent à importer du pétrole iranien.

    Par coïncidence, l’un des navires “attaqués” cette semaine transportait une cargaison “japonaise”, selon le Guardian.

    La récente désignation par les États-Unis du Corps des gardiens de la révolution islamique (Gardiens de la révolution islamique) juste avant cette série de provocations attribuées à l’Iran était également pratique.

    AP dans un article de mai 2019 intitulé ” Le président Trump avertit l’Iran au sujet des pétroliers sabotés dans le Golfe “, affirmerait-il :

    Quatre pétroliers au mouillage au Moyen Orient ont été endommagés par ce que les responsables du Golfe ont qualifié de sabotage, bien que les images satellite obtenues par l’Associated Press mardi n’aient révélé aucun dommage visible majeur aux navires.

    Deux navires seraient saoudiens, un émirati et un norvégien. L’article a également revendiqué :

    Un responsable américain à Washington, sans fournir aucune preuve, a déclaré à l’AP que l’évaluation initiale d’une équipe militaire américaine indiquait que l’Iran ou des alliés iraniens avaient utilisé des explosifs pour faire des trous dans les navires.

    Et ça :

    Les Etats-Unis avaient déjà averti les navires que ” l’Iran ou ses mandataires ” pourraient cibler le trafic maritime dans la région. L’Amérique déploie un porte-avions et des bombardiers B-52 dans le golfe Persique pour contrer des menaces présumées, encore indéterminées, provenant de Téhéran.

    Cet incident plus récent sera probablement exploité davantage par les États-Unis pour continuer à renforcer leurs forces militaires dans la région, à exercer des pressions sur l’Iran et à rapprocher le monde entier de la guerre avec ce pays.

    Les États-Unis ont déjà déployé leurs forces dans tout le Moyen-Orient pour aider dans les guerres par procuration en cours contre l’Iran et ses alliés, ainsi que pour préparer la guerre conventionnelle avec Téhéran elle-même.

    Tout cela équivaut à un nouvel élan vers un conflit plus direct entre les États-Unis et l’Iran après des années de guerre par procuration en Syrie, les forces soutenues par Washington ayant perdu de façon décisive.

    Elle s’inscrit également dans le prolongement de la politique étrangère américaine de longue date à l’égard de l’Iran, mise en œuvre il y a plus d’une décennie et mise en œuvre par chaque présidence respective depuis lors.

    Les plans à long terme de Washington

    La poursuite des sanctions et l’élimination des dérogations font partie du retrait unilatéral de Washington du Plan d’action global conjoint (Joint Comprehensive Plan of Action – JCPOA) ou de l'”Iran Nuclear Deal”. L’accord a été signé en 2015 et les États-Unis se sont retirés en 2018.

    Alors que la décision est présentée comme un différend politique entre l’ancien président américain Barack Obama et l’actuel président américain Donald Trump – en réalité – la proposition du plan, sa signature, puis son retrait par les États-Unis ont été planifiés en détail dès 2009 afin de justifier une guerre longtemps recherchée avec l’Iran.

    Dans leur article de 2009, “Which Path to Persia ? Options pour une nouvelle stratégie américaine vers l’Iran ” (PDF), la Brookings Institution, financée par des entreprises et des bailleurs de fonds, admettrait d’abord les complications d’une agression militaire dirigée par les États-Unis contre l’Iran (non souligné dans l’original) :

    …] toute opération militaire contre l’Iran sera probablement très impopulaire partout dans le monde et nécessitera un contexte international approprié, à la fois pour assurer le soutien logistique nécessaire à l’opération et pour en minimiser les retombées.

    Le document explique ensuite comment les Etats-Unis pourraient apparaître au monde comme un artisan de paix et dépeindre la trahison par l’Iran d’une ” très bonne affaire ” comme le prétexte d’une réponse militaire américaine par ailleurs réticente (soulignement ajouté) :

    La meilleure façon de minimiser l’opprobre international et de maximiser l’appui (toutefois, à contrecœur ou clandestinement) est de ne frapper que lorsqu’il y a une conviction généralisée que les Iraniens ont reçu mais ont ensuite rejeté une superbe offre – une offre si bonne que seul un régime déterminé à acquérir des armes nucléaires et à les acquérir pour de mauvaises raisons pourrait la refuser. Dans ces circonstances, les Etats-Unis (ou Israël) pourraient dépeindre leurs opérations comme étant prises dans la tristesse, et non dans la colère, et au moins certains membres de la communauté internationale concluraient que les Iraniens “s’en sont pris à eux-mêmes” en refusant une très bonne affaire.

    Et à partir de 2009, c’est précisément ce que les États-Unis se sont fixés comme objectif.

    Tout d’abord, avec la signature par le président Obama de l’accord nucléaire iranien de 2015, jusqu’aux tentatives du président Trump de faire marche arrière en raison de prétentions fabriquées par l’Iran qui n’a pas respecté l’accord.

    Le document d’orientation de 2009 discutait également de l’entrée en guerre de l’Iran, affirmant (non souligné dans l’original) que l’Iran était un pays ” propulsé ” :

    Avec la provocation, les exigences diplomatiques et politiques internationales d’une invasion[de l’Iran] seraient atténuées, et plus la provocation iranienne est scandaleuse (et moins les États-Unis sont perçus comme étant une provocation contre l’Iran), plus ces défis seraient réduits. En l’absence d’une provocation suffisamment horrible, il serait décourageant de répondre à ces exigences.

    Non mentionné directement, mais une méthode évidente pour atteindre l’objectif de Washington de provoquer la guerre avec l’Iran serait que les Etats-Unis se contentent d’organiser eux-mêmes une “provocation iranienne”.

    Comme les Etats-Unis l’avaient fait au Vietnam à la suite de l’incident du Golfe du Tonkin, ou des fabrications américaines concernant des ” armes de destruction massive ” que Washington prétendait détenir en sa possession, les Etats-Unis n’ont pas seulement provoqué des provocations, mais les organisent eux-mêmes.
    Le journal Brookings admet même qu’il est peu probable que l’Iran tombe dans le piège de Washington, en se lamentant (c’est nous qui soulignons) :

    …il est certain que si Washington cherchait une telle provocation, il pourrait prendre des mesures qui rendraient Téhéran plus susceptible de le faire (bien qu’être trop évident à ce sujet pourrait annuler la provocation). Toutefois, puisqu’il appartiendrait à l’Iran de prendre la décision provocatrice que l’Iran a hésité à prendre la plupart du temps dans le passé, les États-Unis ne sauraient jamais avec certitude quand ils obtiendraient la provocation iranienne requise. En fait, il se peut qu’elle ne vienne jamais du tout.

    Le sabotage présumé de pétroliers au large des Émirats arabes unis en mai et d’autres ” attaques ” ce mois-ci pourraient être le début d’une série de provocations visant à tirer parti de l’inscription récente de l’IRGC sur la liste des ” organisations terroristes ” et de la pression économique accrue résultant des sanctions américaines qui ont été réactivées après le retrait des États-Unis de l’accord sur l’Iran.

    Synergies vers la guerre

    Les États-Unis ont déjà tenté de tirer parti des allégations de ” sabotage iranien ” du mois de mai pour étayer davantage leurs arguments contre l’Iran. Washington espère que la guerre – ou du moins la menace imminente de guerre – associée à des sanctions économiques paralysantes et au soutien continu de la sédition politique et armée en Iran, créera les synergies nécessaires pour diviser et détruire l’ordre politique iranien.

    Dans un contexte régional plus large, les États-Unis ont enregistré des pertes politiques, en particulier en Irak, où l’influence iranienne a augmenté. Sur le plan militaire, les forces de substitution soutenues par les États-Unis ont été vaincues en Syrie, l’Iran et la Russie s’y établissant tous deux de façon permanente et importante.

    En dépit de ces revers, le succès des plans de Washington contre Téhéran dépend encore principalement de la capacité des États-Unis à offrir des incitations politiques et économiques, associées à des menaces tout aussi efficaces pour leurs amis et leurs ennemis, afin d’isoler l’Iran.

    On peut se demander dans quelle mesure cela a des chances de réussir – des décennies de sanctions américaines, d’agressions secrètes et ouvertes, ainsi que de guerres par procuration, ont laissé l’Iran résilient et plus influent que jamais dans la région. Néanmoins, la capacité de Washington à semer la destruction régionale ou à diviser et détruire l’Iran ne doit pas être sous-estimée.

    La création intentionnelle – puis le retrait de l’accord avec l’Iran, la présence militaire persistante des États-Unis au Moyen-Orient et les sanctions à l’encontre de l’Iran indiquent tous que les responsables politiques américains restent résolus à isoler et à saper l’Iran. Elle continuera à le faire jusqu’à ce que ses objectifs géopolitiques soient atteints, ou jusqu’à ce qu’un nouvel ordre international crée des conditions au Moyen-Orient et dans l’ensemble de l’économie mondiale rendant impossible tout changement de régime américain contre l’Iran.

    Tony Cartalucci

    L’auteur est un chercheur et écrivain géopolitique basé à Bangkok, en particulier pour le magazine en ligne New Eastern Outlook.
    Lien direct vers cet article : https://journal-neo.org/2019/06/13/convenient-tanker-attacks-as-us-seeks-war-with-iran/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.